chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
134 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Deveikuth - 0.∅

Chronique

Deveikuth 0.∅ (EP)
Il y a énormément de groupes dans les styles que j'affectionne, des groupes loin d'être inintéressants mais sur lesquels, parfois, je n'ai pas d'avis particulier à transmettre. Et pendant un temps, Deveikuth a été de ceux-là malgré des qualités évidentes, à commencer par un extrémisme centré sur la lourdeur et la lenteur assez rare dans notre pays. Une bizarrerie qui n'est pas passée inaperçue, VII-π-III, précédent essai de 2015, ayant même eu les faveurs du site Cvlt Nation dans un de ses tops de l'année ! Mais non, en dépit de tout cela, rien à dire sur lui, excepté que je trouvais jusqu'au ci-présent disque que sa musique était « honnête », autant sur le plan qualitatif que celui du ressenti. Un dégoût et un amour de la torture qui n'étaient pas feints, mais qui ne me touchaient pas encore assez.

On le devine : Deveikuth est désormais passé pour moi dans une autre catégorie. Il faut dire que les Français ont mis les petits plats dans les grands avec 0.∅ jusqu'à un visuel signé par Seth Goodkind, illustrateur qui, en plus d'avoir réalisé les faces extérieures et intérieures de l'objet, a dessiné en guise de livret un comic de quatre pages basé sur les paroles du groupe. Rien que l'objet en lui-même vaut l'achat, son prix modique et sa rareté (cinquante exemplaires pressés) me l'ayant vite rendu obligatoire sans même avoir jeté une oreille sur son contenu.

Et heureusement, le reste s'est avéré à la hauteur ! À mon sens autrefois trop fourre-tout et rébarbatif, Deveikuth a donné à ses compositions basées sur les pathologies mentales une cohérence qui fait mouche. Quelques riffs, mais les bons : sans être excessivement novateur, son mix entre drone, sludge et noise fonctionne pleinement grâce à des effets simples, à commencer par cette voix dérangée, stridente et sous-mixée qui donnera des frissons de plaisir à qui apprécie se faire peur en écoutant Khanate ou Wreck of the Hesperus. Une dernière formation dont Deveikuth semble être un enfant direct, son obsession pour l'ultrasick ainsi que son jeu répétitif, sans-pitié derrière ses rythmes avançant par tremblements, me rappelant l'atmosphère psychiatrique et hagarde, gavée aux médicaments, de Light Rotting Out.

Un style daté en somme, mais possédant assez de personnalité pour donner envie de conseiller 0.∅ à d'autres amateurs de saloperies que les seuls nostalgiques d'une époque où ce genre de formations pullulait, à l'image de ce deuxième morceau presque tribal, définitivement jazzy, où les amplis baissent de plusieurs tons et craquent, pour un rendu tendu qui, dans ses ambiances, évoquera des souvenirs aux fans de Silent Hill et The Axis of Perdition. Une preuve supplémentaire que ces trois-là en ont sous le casque pour ravir qui aime se démonter le crâne en toute sobriété, bien que j'espère que la suite apportée à ce disque ira un peu plus loin dans l'étrangeté, l'ensemble n'ennuyant jamais mais laissant encore un sentiment de « pas assez ».

Pour finir, un avertissement : Deveikuth ne plaira clairement pas à tout le monde. Mais, étant donné cette pochette et les mots écrits plus haut, ai-je vraiment besoin de le préciser ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Deveikuth
Funeral Doom / Sludge / Drone / Noise
2016 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs : (1)  2/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Deveikuth
Deveikuth
Funeral Doom / Sludge / Drone / Noise - 2013 - France
  

tracklist
01.   0
02.   .
03.  

Durée : 35 minutes 28 secondes

line up
  • Zero / Voix, Guitare, Claviers
  • S.R / Voix, Guitare, Basse, Batterie
  • Alexinister / Voix, Batterie

parution
15 Février 2016

voir aussi
Deveikuth
Deveikuth
Cadavre

2019 - Autoproduction
  

Essayez aussi
Wreck of the Hesperus
Wreck of the Hesperus
Light Rotting Out

2011 - Aesthetic Death
  
Vous Autres
Vous Autres
Champ Du Sang

2019 - Sleeping Church Records / Sludgelord Records
  

Reek
Death Is Something There Be...
Lire la chronique
Engrossed
Initial Decay (Compil.)
Lire la chronique
Pilori
À Nos Morts
Lire la chronique
French Black Metal : Les plus gros conn*rds
Lire le dossier
Misanthrope
Bâtisseur de Cathédrales : ...
Lire la chronique
Spell
Opulent Decay
Lire la chronique
Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique