chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
125 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Verdun - The Eternal Drift's Canticles

Chronique

Verdun The Eternal Drift's Canticles
Vous les aviez oubliés, vous ? Pas moi. Impossible, quand on habite dans la même ville que les Montpelliérains de Verdun, de ne pas les suivre de près alors qu'on les voit sur les planches régulièrement, ici avec Rorcal, là avec Yob, et qu'à chaque fois on est soufflé par leurs prestations, toujours un peu différentes des précédentes mais toujours de qualité. Chaque nouvelle rencontre donnait de quoi entretenir l'attente de leur premier album à venir. Et après une longue période de gestation (quatre ans, ce n'est pas tout à fait court) qui m'a même fait croire qu'il ne viendrait jamais, il est là, enfin. Et il est plus qu'à la hauteur.

Tout d'abord, à la hauteur des promesses données par The Cosmic Escape of Admiral Masuka, EP de 2012 où les Français donnaient déjà à entrevoir le potentiel de leur musique entre doom pur et hardcore lent, l'espace comme dénominateur commun. Quelques remaniements internes et un accouchement qui semble s'être fait dans la douleur plus tard, The Eternal Drift's Canticles réalise tout ce qu'on pouvait déjà trouver chez eux mais en proportions plus larges, comme si la formation s'était libérée d'entraves qui la gênaient jusqu'à présent. « Maîtrise », « expérience », « assurance », appelez cela comme vous voulez, toujours est-il que ce premier longue-durée donne à croire que rien n'a été laissé au hasard dans ce qui le compose, que chaque coup, chaque prise de parole de Dadoo, ont été réfléchis mûrement.

Alors que, pourtant, j'ai rarement entendu un doom aussi simple, allant de soi. Verdun ne semble jamais forcer ce qui fait son originalité, au point que les premières écoutes se font sereinement, sans se retrouver la gueule tombante, juste pris dans un disque agréable sur tous les plans. Un coup de cœur qui vient petit à petit, jusqu'à prendre pleinement conscience de l'identité forte qui constitue la formation, quelque part entre Yob (mais dans une version où l'espace et sa mystique sont des territoires de surhommes – je ne vais pas en rajouter sur ce point, vous avez des yeux et croyez-moi, il mérite sa pochette) et un Neurosis dans ce qu'il peut avoir de plus hardcore, tourmenté et batailleur. De quoi avoir plus que sa part de grands moments, chaque morceau contenant ce passage qui passe inaperçu et touche au but avec le temps : les finals de « Mankind Seppuku » et « Jupiter's Coven », cette batterie qui vire au tambour de guerre sur « Dark Matter Crisis » ou encore ce chant hargneux, cru et en détresse qui donne à se réjouir pour qui aime son Starkweather autant que son Electric Wizard par exemple. Tout cela, les Français le rappellent à leur manière à eux, bourrue, aussi brute que sensible (une façon de faire qui me laisse penser qu'ils n'ont que Eibon pour seul équivalent dans l'Hexagone), au point que ne pas être ému par The Eternal Drift's Canticles est pour moi une idée impossible.

C'est que le doom, cette musique d’ascèse, de contrainte personnelle à jouer lent, à appuyer, à endurer, est paradoxalement une musique riche en sentiments complexes, pouvant parfois paraître contradictoires. Verdun évoque cela et parvient, dans la plus grande sobriété, à transmettre ses émotions pleines, où durant cinquante-cinq minutes, différentes lectures sont possibles : cette voix puissante et qui souffre peut faire se croire guerrier du chaos si plein de pouvoir que ça le torture ; elle peut aussi faire imaginer, dans un certain contexte, son propre drame personnel, entre élan vital et fatalité. Ses guitares en mouvement constant, soit lourdes, soit claires, souvent les deux en même temps, pourront faire rêver à quelques religions et combats se passant entre deux planètes ou à ses propres souvenirs d'étrangeté, de décors quotidiens qui, sous leur apparente tranquillité, soudainement nous nouent la gorge. Oui, on parle bien ici de ce type d’œuvre, conceptuelle (les histoires de l'amiral Masuka de l'EP sont une nouvelle fois présentes et ressenties aux travers de samples), au premier abord ailleurs et qui, par son imaginaire propre, donne l'impression de dire des choses à notre sujet. Touchant – touché.

Mais stop. Je ne veux pas vous dégoûter avec une poésie de bas étage. Simplement – c'est vraiment le maître-mot ici – Verdun a accouché d'un bel album avec The Eternal Drift's Canticles. Un album d'aujourd'hui, loin des écoles et figures obligatoires, et qui pourtant mérite autant le libellé « doom », dans tout ce qu'il peut avoir de sentencieux et de capacité à bouleverser, que « hardcore », dans tout ce qu'il peut contenir de bouillonnement et de pure jouissance. Alors certes, après des écoutes répétées, il apparaît que tout n'est pas parfait ici, quelques riffs un peu lambda, quelques minutes qui passent en attendant les suivantes, où l'ensemble se fait trop humble, alors que l'on sait depuis quelques temps que Verdun est tout sauf commun. Le défaut de ses qualités en somme. Mais franchement, ses atouts sont si grands qu'il est plus que recommandé de passer outre, surtout quand on sait que l'on n'entendra pas de sitôt les hurlements fantastiques de son chanteur, ce dernier n'étant plus dans le groupe. Quel gâchis...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

chaussure citer
chaussure
13/05/2016 14:16
note: 9/10
depuis qu'ils l'ont mis en full écoute sur TR, je n'écoute plus que ça.
il me le faut.
lkea citer
lkea
11/05/2016 22:36
note: 8.5/10
Sreen a écrit : L'alchimie de cette album n'a pas marcher sur moi.. tout les titres se ressemblent on dirait du drone avec de la batterie et des voix ..

Ho, c'est dommage ! Par curiosité, pourquoi tu lui mets 7,5 du coup ? C'est plutôt une bonne note dans l'absolu !
Sreen citer
Sreen
11/05/2016 22:06
note: 7.5/10
L'alchimie de cette album n'a pas marcher sur moi.. tout les titres se ressemblent on dirait du drone avec de la batterie et des voix ..
lkea citer
lkea
11/03/2016 22:33
note: 8.5/10
Merci de ton commentaire, ça fait plaisir ! Sourire
Sagamore citer
Sagamore
11/03/2016 08:46
Très belle chro pour un très beau disque. Malgré quelques passages à vide (ouvertures interminables), je me surprends à le faire revenir souvent dans mes écoutes - alors que le Doom, d'habitude... La voix complètement habitée y est pour beaucoup.

Rien que l'artwork mérite un 20/20.
lkea citer
lkea
10/03/2016 21:02
note: 8.5/10
Un morceau en écoute via Invisible Orange ! Vous pouvez aussi l'écouter via le lecteur de Thrashocore Sourire
lkea citer
lkea
07/03/2016 16:16
note: 8.5/10
Pas d'extraits pour le moment mais ça viendra !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Verdun
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (7)  8.57/10
Webzines : (6)  8.42/10

plus d'infos sur
Verdun
Verdun
Doom Metal / (Post) Hardcore - 2010 - France
  

tracklist
01.   Mankind Seppuku
02.   Self-inflicted Mutalitation
03.   Dark Matter Crisis
04.   Glowing Shadows
05.   Jupiter's Coven

Durée : 55 minutes 11 secondes

line up
parution
29 Avril 2016

voir aussi
Verdun
Verdun
Astral Sabbath

2019 - Deadlight Entertainment / Throatruiner Records / Breathe Plastic
  
Verdun
Verdun
The Cosmic Escape Of Admiral Masuka (EP)

2012 - Throatruiner Records / Head Records
  

Essayez aussi
Hangman's Chair
Hangman's Chair
This is Not Supposed to Be Positive

2015 - Music Fear Satan
  
Cult Leader
Cult Leader
Lightless Walk

2015 - Deathwish Inc.
  
Vous Autres
Vous Autres
Champ Du Sang

2019 - Sleeping Church Records / Sludgelord Records
  
Mudbath
Mudbath
Corrado Zeller

2015 - Lost Pilgrims
  
Unearthly Trance
Unearthly Trance
In the Red

2004 - Rise Above Records
  

Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique
Old Corpse Road
On Ghastly Shores Lays the ...
Lire la chronique
Unholy
From the Shadows
Lire la chronique
Ahret Dev
Hellish
Lire la chronique
Abduction
Jehanne
Lire la chronique
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier