chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
125 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ragnarok - Psychopathology

Chronique

Ragnarok Psychopathology
« Le lion ouvre son parachute et ses baskets commencent à flamber. »
« Greeiue nshhhu. Roupikokoku »
« J’attendais cet album de RAGNAROK avec impatience parce que je suis fan. »

Deux points communs à ces phrases. Vous ne les avez jamais lues ailleurs et elles n’ont aucun sens. Leurs différences maintenant ? La première pourrait sortir d’un livre pour enfants. La deuxième de la bouche d’un Niktareum encore bourré. La dernière quant à elle serait prononcée par un enfant bourré.

C’est que RAGNAROK, on connaît. Et les chroniqueurs qui ont sur Thrashocore dépecé les deux albums précédents - sur les six existants – ont eu la même réaction. Et je pourrais très facilement recycler leurs commentaires pour parler de Psychopathology.

Malgré les années, malgré les changements de musiciens, malgré tout, ce Norvégien nous refourgue encore et toujours la même chose. Sûrement parce que de plus en plus RAGNAROK est devenu le bébé d’un seul homme. Le seul à être là depuis le début, depuis 1994 : Jontho. Passé par TSJUDER et KHARON, ce batteur est avant tout compositeur, et il a trouvé un filon dont il ne parvient pas à se lasser. Pire, il s’est lassé de son instrument avant de se lasser de sa musique. Du coup il devient pour la première fois le chanteur de son groupe, remplaçant HansFyrste de SVARTTJERN (qui sort d’ailleurs un album en avril), qui aura lui tenu deux albums. Jontho avait déjà poussé la chansonnette en chœurs, mais c’est la première fois qu’il devient le véritable frontman. La batterie est alors confiée à Malignant, petit jeune né en 1991 qui n’avait que 3 ans lorsque RAGNAROK s’est formé. Le trio est complété par Bolverk de IMAGES AT TWILIGHT (dont l’album Kings est chroniqué dans nos pages… 6/10), guitariste né en 1971, plus imposant par sa masse physique que par les succès de ses interventions… Il était déjà présent sur l’album précédent.

Voilà, vous remarquerez que le pavé que vous venez de lire sera le paragraphe le plus long de cette chronique. Il y a effectivement plus de choses à dire sur les membres que sur les titres. Au nombre de 11, ils oscillent comme d’habitude entre 3 et 5 minutes. Et comme d’habitude, ils font dans le black brutal sans cervelle. Et comme d’habitude encore, ils sont carrés, destructeurs et sans un pet de travers.

Comme d’habitude encore, l’album est plus l’occasion de jouer au « Kivatenir » que de se caler dans son canapé avec ses écouteurs. Le « Kivatenir » ! Connaissez pas ? Le jeu est simple. Invitez quelques amis, mettez-vous dans le salon. Vous mettez l’album en route. START. Tous les participants doivent sauter dans tous les sens, hurler, frapper ses adversaires, se jeter contre les murs. Tout est permis. Le gagnant est celui qui tiendra le plus longtemps possible à ce rythme. Le jeu sur ce Psychopathology peut durer 49 minutes. Il serait étonnant que vous alliez jusqu’au bout. Un vainqueur apparaît normalement au bout de 10 minutes.

Je n’exagère pas. C’est ce à quoi cette rondelle est destinée. Et des albums défouloirs de meilleure qualité, on en a connus. Pas de surprise, pas d’originalité, mais le bourrinage en règles. Si vous écoutez l’album une quinzaine de fois, vous rétorquerez qu’il y a des nuances entre les morceaux. Certes. Et puis le travail est là, c’est bien ficelé ! Certes. Mais les lifts ont beau être parfaitement réalisés, il y a un moment où on a envie de voir autre chose. Malgré nous on n’arrive plus vraiment à suivre, on aimerait sentir un peu plus de nouveauté…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ragnarok
Black Metal Brutal
2016 - Agonia Records
notes
Chroniqueur : 5.5/10
Lecteurs : (1)  6/10
Webzines : (17)  7.44/10

plus d'infos sur
Ragnarok
Ragnarok
Black Metal Brutal - 1994 - Norvège
  

tracklist
01.   Dominance & Submission
02.   I Hate
03.   Psychopathology
04.   My Creator
05.   Infernal Majesty
06.   Heretic
07.   Into the Abyss
08.   The Eighth of the Seven Plagues
09.   Lies
10.   Blood
11.   Where Dreams Come to Die

Durée : 49:02

line up
parution
25 Mars 2016

voir aussi
Ragnarok
Ragnarok
Collectors Of The King

2010 - Regain Records
  
Ragnarok
Ragnarok
Malediction

2012 - Agonia Records
  

Essayez plutôt
Odem
Odem
The Valley Of Cut Tongues (EP)

2013 - Daemon Worship Productions
  
Cataplexy
Cataplexy
Devangelight

2012 - Zero Dimensional Records
  
Epoch
Epoch
Sacrosanct

2017 - Lavadome Productions
  
Numen
Numen
Numen

2011 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Anaal Nathrakh
Anaal Nathrakh
The Codex Necro

2001 - Mordgrimm
  

Iron Savior
Kill or Get Killed
Lire la chronique
Cénotaphe
Empyrée (EP)
Lire la chronique
Night Crowned
Humanity Will Echo Out (EP)
Lire la chronique
Wapentake
Vestiges
Lire la chronique
Turnstile
Time & Space
Lire la chronique
Waldgeflüster
Mondscheinsonaten
Lire la chronique
Nordjevel
Necrogenesis
Lire la chronique
Drastus
La Croix de Sang
Lire la chronique
Zaraza
Spasms of Rebirth
Lire la chronique
Metalhertz - S02E02 – Le monde fou de Tobias Sammet
Lire le podcast
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Darkened Nocturn Slaughtercult
Mardom
Lire la chronique
Ultra Silvam
The Spearwound Salvation
Lire la chronique
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
Cénotaphe / Circle Of Ouroborus
Cénotaphe / Circle Of Ourob...
Lire la chronique
Putrefied Corpse
Left To Rot
Lire la chronique
Little Dead Bertha
Age of Silence
Lire la chronique
Foul
Of Worms (EP)
Lire la chronique
A VAN RECORDS EVENING
Chapel Of Disease + The Rui...
Lire le live report
Nusquama
Horizons Ontheemt
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Devouror
Slay for Satan (EP)
Lire la chronique
Allegaeon
Apoptosis
Lire la chronique
Majestic Mass
Savage Empire of Death
Lire la chronique
Cirith Gorgor
Sovereign
Lire la chronique
Devour The Unborn
Meconium Pestilent Abomination
Lire la chronique
Forgotten Tomb
We Owe You Nothing
Lire la chronique
Befouled
Refuse To Rot
Lire la chronique
Moenen Of Xezbeth
Ancient Spells Of Darkness​...
Lire la chronique
Gods Forsaken
Smells Of Death
Lire la chronique