chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
75 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Beseech - My Darkness, Darkness

Chronique

Beseech My Darkness, Darkness
Parmi les groupes qui ne devaient pas trop vous manquer, je pense que Beseech devait se trouver en première moitié de tableau, pour peu que vous en ayez déjà entendu parlé bien sûr. Bien qu'ayant apprécié une partie de leurs travaux, j'avoue ne pas avoir trop souffert de leur split en 2006, et ce malgré un très bon funeste "Sunless Days". Mais visiblement, les Suédois avaient encore quelque chose à ajouter. Robert Vintervind et Klas Bohlin décident alors courant 2012 d'exhumer la bête dans l'optique d'un sixième album. Ils retournent chercher leur ami Manne Engström qui avait déjà participé au groupe avant le split et enrolent trois nouveaux membres dont Johan Örnborg et Håkan Carlsson respectivement aux postes de bassiste et batteur, ainsi que la charmante Angelina Sahlgren Söder pour succéder à la sensuelle Lotta Höglin. Il leur faudra un peu plus de 3 ans pour concrétiser ce come-back... et ça démarre timidement.

Si vous étiez déjà familier de la musique des Suédois, vous devriez vous sentir chez vous car "My Darkness, Darkness" ne fait aucun doute sur l'origine de sa paternité. Si les visages ont changé, le style demeure : on retrouve dès les premières minutes cette alliance subtile entre rock et metal gothique à la fois rugueuse et résolument atmosphérique dans son approche où les murs de guitares cotoient de superbes arpèges acoustiques. Les compositions alternent d'ailleurs toujours les dynamiques, tantôt très rock ("Beating Pulse", "The Symbol", "The Ingredients"...), tantôt plus calmes ("The Shimmering", "My Darkness, Darkness"...), avec peut-être une légère touche plus moderne et électronique qu'avant. Si elle apparait moins complémentaire que pour le duo Lotta Höglin / Erik Molarin, l'association des voix de Klas et d'Angelina parvient néanmoins à restituer l'esprit originel de Beseech, plus suave et sensuelle et moins estampillée *gothique*, ce qui n'est pas forcément un mal. Un sixième album plutôt prometteur sur le papier.

Malheureusement, le résultat s'avère en fin de compte plutôt mitigé. "My Darkness, Darkness" est un bon album qui regorge de moments de grâce, ces petites mélodies simples et d'une grande beauté comme seul Beseech en a le secret. Le combo apparaît plus mature dans sa manière de composer et propose ici 11 titres qui forment un tout compact et uniforme contrairement à ce qu'on avait l'habitude d'entendre d'eux. Toutefois, cette évolution a aussi son revers et le recul pris pour l'écriture de cet album le rend plus distant sur le plan émotionnel, là où un "Souls Highway" et un "Sunless Days" ne se posaient pas de question au risque de se planter. Peu de faute de goûts donc mais aussi peu de temps forts malheureusement, seulement quelques très bons titres ("The Ingredients", "The Symbol", "Mr Uninvinted") et autres surprises mélodiques disséminés ici et là. "My Darkness, Darkness" se laisse finalement apprécier sans forcément nous inciter à y revenir, loin du désastre certes mais une pièce qui ne marquera pas les esprits pour autant. Enfin si ça peut remettre le groupe en selle, moi je dis pourquoi pas.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Beseech
Metal/rock gothique
2016 - Despotz Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (11)  7.22/10

plus d'infos sur
Beseech
Beseech
Metal/rock gothique - 1992 - Suède
  

vidéos
Teaser
Teaser
Beseech

Extrait de "My Darkness, Darkness"
  
Highwayman
Highwayman
Beseech

Extrait de "My Darkness, Darkness"
  
The Shimmering
The Shimmering
Beseech

Extrait de "My Darkness, Darkness"
  

tracklist
01.   Beating Pulse  (04:09)
02.   The Shimmering  (03:52)
03.   Bloodline Fever  (04:09)
04.   Mr Uninvited  (04:11)
05.   My Darkness, Darkness  (04:43)
06.   Atmosphere  (05:00)
07.   Highwayman  (05:23)
08.   The Ingredients  (03:40)
09.   One Last Call  (03:50)
10.   Darksome  (04:10)
11.   The Symbol  (04:32)

Durée : 48 min.

line up
parution
4 Mars 2016

voir aussi
Beseech
Beseech
Drama

2004 - Napalm Records
  
Beseech
Beseech
Souls Highway

2002 - Napalm Records
  
Beseech
Beseech
Black Emotions

2000 - Pavement Music
  
Beseech
Beseech
Sunless Days

2005 - Napalm Records
  

Essayez aussi
Fall Of The Leafe
Fall Of The Leafe
Vantage

2006 - Firebox Records
  
Tiamat
Tiamat
A Deeper Kind Of Slumber

1997 - Century Media Records
  
The Eternal
The Eternal
Sleep Of Reason

2005 - Firebox Records
  
Fall Of The Leafe
Fall Of The Leafe
Aerolithe

2007 - Firebox Records
  
Tiamat
Tiamat
Prey

2003 - Century Media Records
  

Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique
Pillars
Onward To Nothingness
Lire la chronique
Hypocrisy + Kataklysm + The Spirit
Lire le live report
Alain Thievent de l'association LA HORDE SEQUANE (SEQUANE FEST et FOREST FEST OPEN AIR)
Lire l'interview
MYRKVID POUR LA TOURNEE 20 YEARS OF CHAOS
Lire l'interview