chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
113 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Near - Our Sun

Chronique

Near Our Sun
C’est le deuxième album des Italiens de NEAR. Je suis passé à côté du premier, sorti en 2010, mais le deuxième est tellement ultime qu’il va vite falloir que j'en vérifie la qualité.

Vous avez vu la note. J’ai mis 9/10. Des 8.5/10 j’en mets bien un par mois, mais alors des notes supérieures c’est vraiment rare. C’est réservé aux albums qui finiront en tête à la fin de l’année. Et Our Sun va en être. C’est une évidence qui a autant de chances d’être remise en cause que la date de Noël. On en reparlera en fin d’année ! (De la présence de NEAR dans mon top, pas de la date de Noël, abruti !)

L’heure n’est pas au bilan, mais à l’évidence. NEAR vient de sortir un album qui me permettrait de faire comprendre à celui qui me le demanderait ce que j’aime dans le black. NEAR reprend à la perfection les éléments qui me matraquent dans le style. Et même s'il y a un manque d’originalité, tous les éléments sont bien repris, sublimés même ! Et le pompon, c’est que ce n’est pas dans un seul style, mais avec plusieurs nuances. On serait dans un monde parfait ? Oui, mais sans Ilona, donc encore plus parfait !

6 pistes seulement, mais un total de 40 minutes. Quatre morceaux avoisinent les 8 minutes, 2 font la moitié. Premier titre, première démonstration. « Old Springs of Astral Matter » commence par quelques notes ambiant, comme si le monde de NORTT revenait après tant d’années de silence. Mais au bout d’une minute vingt, le déluge commence : apparition de la batterie, d’une guitare crispée, d’une basse qui semble vouloir mordre. Et une minute après premier cri, celui d'une voix venue des catacombes, une voix sans la moindre fragilité, qui s’abat, qui s’abat encore. La musique s’est emballée, les riffs tournoient, et se répètent, devenant hypnotiques. Les cymbales ne s’arrêtent plus. Tout d'un coup les grandes portes des Ténèbres se sont ouvertes, inondant notre fragile visage d’une lumière noire. Et là, et là ! Des chœurs très légers, qui demandent de tendre l’oreille pour être bien perçus, apparaissent. Notre peau craquelle, nos yeux perdent leur teinte, notre langue se divise en deux à son extrémité. Nous devenons le Serpent de Satan. Et enfin tout disparaît en quelques secondes, dix pour être précis... Le titre est fini.

Avant de repartir pour un deuxième qui fait moins dans la sinuosité. « Invoking the Night » est plus direct, plus speed, faisant la nique aux maîtres de la tension magistrale : DODSFERD ! L’élan, le dynamisme, l’horreur à 300km/h de ce titre rend fou. Allez vite l’écouter en voiture si vous avez soif de meurtre mais jamais trouvé le courage de passer à l’acte. Et si au contraire, ce serait malencontreusement au volant que vous le découvriez, soyez fort, retenez-vous pendant 8 minutes, soufflez, attendez la piste suivante, « The Weight of Life », elle prendra soin de vous, avec un rythme beaucoup plus lent et des ambiances bien plus tortueuse. Vous ne penserez plus à écraser les malheureux passants qui auront croisé votre route, mais plutôt à la manière de vous débarrasser de votre boss, de votre femme ou de votre voisin. Ce morceau est instrumental sur son premier tiers, au point de faire croire à un intermède, qui serait malvenu tant le début de l'album nous a mis sur la bonne voie, mais à partir de 2:30 les vocaux reviennent, pour une atmosphère presque dépressive, totalement misanthrope. Elle fait réfléchir, elle donne des idées, elle fait trotter l’esprit et envenime le cerveau.

C’est la moitié de l’album et la plupart des éléments de NEAR ont été vus. Il reste trois pistes, elles reprendront avec la même efficacité les joyeusetés déjà exposées. Des riffs, du tapage, de la noirceur, et surtout des sensations. Il y a la mélancolie que j’affectionne, celle qui est cachée derrière un break, un cri, une mélodie... Et c'est donc un 9/10. Je ne mets même pas de point en moins à cause du manque de personnalité, que d’autres mettront en avant. J’en enlève un parce que les deux morceaux les plus courts sont... trop courts (« The Hidden Side of Mankind » et « The Eyes of the Ancient Trees »). Ils semblent même inachevés et auraient profité de quelques artifices en plus.

Je sais que tout le monde ne sera pas autant emballé que moi, mais je ne vais pas me mentir, c'est exactement le genre d'albums que j'attends et espère. Je n'arrête plus de l'écouter, c'est tout de même un signe !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
06/09/2016 19:07
note: 9/10
Il est sur Youtube, et je sais pas si tu as écouté, mais il assurait bien déjà :

http://www.youtube.com/watch?v=36R5_WbDfG0
Streker citer
Streker
06/09/2016 14:14
T'as écouté leur premier album du coup ?
Stockwel citer
Stockwel
16/08/2016 12:11
Plutôt de l'avis de Blaise, très bonne première impression, mais ça s’essouffle assez vite pour moi.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
31/07/2016 03:11
note: 9/10
Blaise a écrit : C'est bien fait, mais ça s'arrête là. Je trouve qu'on en fait très très vite le tour en réalité, passé l'effet de surprise tout devient très lisse, très gentil. Dans le mauvais sens du terme.

Bûcher.
Au moins.
Blaise citer
Blaise
31/07/2016 01:33
C'est bien fait, mais ça s'arrête là. Je trouve qu'on en fait très très vite le tour en réalité, passé l'effet de surprise tout devient très lisse, très gentil. Dans le mauvais sens du terme.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
30/07/2016 12:02
note: 9/10
Blaise semble avoir du mal à comprendre mon engouement.
Alors je me suis remis dedans aujourd'hui, et encore la même mandale.

Premier titre, super énergie, super riff, la cymbale qui tape en même temps que mon pied écrase ta tronche.

Deuxième titre, tension et dynamisme à leur comble. Baaaa, bababaaaaam !

Troisième titre, mélancolie et tension !

Là je suis au quatrième, une pause s'impose !

Je reste donc bel et bien sur mes positions. J'adore cet album !
Sakrifiss citer
Sakrifiss
31/05/2016 19:00
note: 9/10
Coup de tonnerre, alors que même le label, et par la suite Metal Archives et toutes les chros que j'ai vues appelaient cet album "Own Sun", il a fallu que je reçoive le CD pour comprendre qu'il s'agissait d'une erreur, et qu'il s'appelle en fait "Our Sun", pas "Own Sun". Le titre est bien répété "Our Sun" dans le livret, donc je me permets de corriger et de redonner son véritable nom à cet album !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Near
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (5)  6/10

plus d'infos sur
Near
Near
Black Metal - 2002 - Italie
  

vidéos
The Weight of Life
The Weight of Life
Near

Extrait de "Our Sun"
  

tracklist
01.   Old Springs of Astral Matter
02.   Invoking the Night
03.   The Weight of Life
04.   The Hidden Side of Mankind
05.   The Eyes of the Ancient Trees
06.   The Eternal Light of Illusion

Durée : 39:42

line up
parution
7 Mai 2016

Essayez aussi
Judas Iscariot
Judas Iscariot
Distant in Solitary Night

1999 - Moribund Records
  
Israthoum
Israthoum
A Monument Of Brimstone

2009 - Spikefarm Records
  
Slaughtbbath
Slaughtbbath
Hail To Fire

2013 - Proselytism
  
Satyricon
Satyricon
Nemesis Divina

1996 - Moonfog Productions
  
Khragkh
Khragkh
ΓVΛΩ

2018 - COD
  

Damnation Defaced
The Devourer
Lire la chronique
Malum
Legion
Lire la chronique
ALL #1 - L'histoire conceptuelle de l'album "Hypertrace"
Lire le podcast
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique