chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
137 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Karcavul - Intersaône

Chronique

Karcavul Intersaône
Voilà, en esprit, ce que j'attendais du dernier album de Fistula, le décevant Longing for Infection : un disque qui plonge pieds joints et tout sourire dans la bêtise crasse, mais n'oublie pas d'étreindre l'auditeur pour l'emmener avec lui.

Car, question connerie, les Lyonnais de Karcavul se posent là. Leur goût pour les mauvaises blagues s'affiche dès un nom d’œuvre paraissant issu d'une nuit du rire sponsorisée par Kronenbourg (Intersaône, rien qu'à le lire, tu perds en points de QI – et les titres de morceaux devraient être livrés avec un formulaire d'intégration en SEGPA) et continue dans une musique qui, au premier abord, ne tiendra que le temps d'une rigolade. Un peu comme toutes ces sorties confidentielles dont j'ai les étagères remplies, édition vinyle, sérigraphies, messages anar'/anti-fa, collaborateurs aux pseudonymes improbables, et que j'écoute au final une fois l'an, avant de les ranger et les oublier jusqu'à la prochaine écoute, faite par hasard.

Sauf que Karcavul est un peu plus que ça. Un constat que ceux ayant écouté la démo Rawctaver et le split avec le duo black metal Uhl auront déjà fait, mais dont les nouveaux venus pourront tout aussi bien s'en rendre compte à l'écoute de ces trois titres. Car Intersaône ne ment pas : si l'on plonge effectivement dans une Saône au bord de laquelle des pratiques pas très catholiques se passent une fois le soir tombé, c'est bien du côté de l'interzone que se situent les Lyonnais, nous y noyant avec un appétit rare pour la saleté. Crade, primaire, extrême et pourtant psychédélique, ce premier essai dans la cour des grands semble tenir autant d'un sludge façon Fistula période We, The Beast, The Whorehouse Massacre ou encore Supertimor que d'un metal préhistorique type Archgoat, voire d'une interprétation paysanne d'Ævangelist qui n'aurait rien perdu en potentiel de terreur. Oui, si Karcavul se marre, nous, on caquette.

Abus de drogues, idiotie si poussée qu'elle devient extraterrestre (hé ! Ne dit-on pas « con comme la Lune » ?)... Honnêtement, je n'ai aucune réponse sûre à apporter pour expliquer le tour de passe-passe effectué ici. Toujours est-il que cela fonctionne, et pas qu'un peu : Intersaône accule, rampe, grouille d'hallucinations cruelles riant de nous, comme un voyage dans le Warp de la saga Warhammer 40K ayant pour départ et fin la campagne française, où la pochette que vous pouvez zieuter en haut se contemple au format panoramique. Aussi jouissif que punitif, il n'oublie jamais de régaler de tartines entre sludge et death metal par des compositions construites comme des montagnes russes, pleines d'accélérations aux frontières de la noise pure et descente de tempos donnant autant envie de bouger que s'affaisser.

On peut faire les choses sérieusement et ne pas se prendre au sérieux une seule seconde : Karcavul rappelle cela, avec son allure de bourru bourré à faire passer le voisin Cult of Occult pour un être distingué et sa musique qui, rapidement, éteint toute envie de se moquer de lui à coups de voix enfiévrée et production encore plus barbouillée et putride que ce qu'on peut trouver dans un estomac un lendemain de fête. Certes, vingt-cinq petites minutes, c'est décidément beaucoup trop court – surtout pour apprécier pleinement cet au-delà vers lequel Intersaône nous emmène. Mais tout de même, rien que pour les samples de Pierre Bellemare issus de l'émission Les Enquêtes Impossibles, j'ai envie de dire au groupe « Bravo » !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
14/07/2016 09:08
note: 7/10
En téléchargement libre sur Bandcamp !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Karcavul
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (3)  6.56/10

plus d'infos sur
Karcavul
Karcavul
Sludge / Death / Black Metal - France
  

écoutez
tracklist
01.   Mangepierres
02.   Illuminaschichs
03.   Crackleurres

Durée : 24 minutes 33 secondes

line up
  • C / Voix
  • J / Guitare
  • V / Batterie

parution
8 Juillet 2016

Essayez aussi
Withered
Withered
Dualitas

2010 - Prosthetic Records
  
Withered
Withered
Folie Circulaire

2008 - Prosthetic Records
  
Dragged Into Sunlight
Dragged Into Sunlight
Hatred For Mankind

2011 - Prosthetic Records
  

Cimetière
Extinction
Lire la chronique
Dayal Patterson
Black Metal : l'évolution d...
Lire la chronique
Skelethal
Unveiling The Threshold
Lire la chronique
Bliss Of Flesh
Tyrant
Lire la chronique
Sinister
Deformation of the Holy Realm
Lire la chronique
Finntroll
Vredesvävd
Lire la chronique
Darkenhöld
Arcanes & Sortilèges
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Im Wald
Lire la chronique
SpellBook
Magick & Mischief
Lire la chronique
Golden Ashes
In the Lugubrious Silence o...
Lire la chronique
Owls Woods Graves
Citizenship of the Abyss
Lire la chronique
Puteraeon
The Cthulhian Pulse: Call F...
Lire la chronique
Omegavortex
Spectral Blackness (Compil.)
Lire la chronique
Carnal Ruin
The Damned Lie Rotting (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL : La collection DIGI internationaux de SAKRIFISS
Lire le podcast
Henrik Palm
Poverty Metal
Lire la chronique
Striges
Verum Veterum
Lire la chronique
Isen Torr
Mighty & Superior (EP)
Lire la chronique
Töxik Death
Sepulchral Demons
Lire la chronique
L'envers de l'hystérie
Lire l'interview
Hysteria
Flesh, Humiliation And Reli...
Lire la chronique
Bas Rotten
Surge
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Sulfuric Disintegration
Lire la chronique
Arsebreed
Butoh
Lire la chronique
Expander
Neuropunk Boostergang
Lire la chronique
Sxuperion
Omniscient Pulse
Lire la chronique
Deathstorm
For Dread Shall Reign
Lire la chronique
Dégénéréscence
Hélas ! Je n'étais pas fait...
Lire la chronique
Aria
Hero Of Asphalt
Lire la chronique
Saltas
The Seize – Opus II
Lire la chronique