chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
193 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sheidim - Shrines Of The Void

Chronique

Sheidim Shrines Of The Void
Formé en 2012, Sheidim est un groupe espagnol dans lequel on retrouve des membres de Suspiral (Álex Tedín) et Morbid Flesh (C.S.). Après trois années passées à peaufiner sa recette dans le plus grand des secrets, le groupe se décide finalement à sortir de l’ombre début 2015 avec la parution sur le label anglais Me Saco Un Ojo d’un EP deux titres dont, je l’avoue, je suis complètement passé à côté malgré un artwork des plus alléchants. Heureusement, voilà l’occasion de se rattraper avec la sortie il y a maintenant quelques semaines sur Dark Descent d’un premier album intitulé Shrines Of The Void.
Mais avant toute chose, un peu de culture pour tous les petits curieux qui se sont posés la question : "Que signifie "Sheidim" ?". "Sheidim" est un mot hébreu que l’on trouve notamment dans le Talmud, l'un des textes fondamentaux du judaïsme rabbinique. Il y est utilisé afin d’évoquer l’existence de créatures spirituelles maléfiques commandées par Ashmodai, roi des démons. Il n’y a donc là rien d’étonnant à ce qu’une bande de chevelus vêtus de cuirs et de clous ait décidé de se baptiser ainsi pour jouer ce que l’on peut qualifier de Black Metal orthodoxe.

Comme beaucoup d’autres groupes avant lui, Sheidim ne s’est pas donné pour mission de chambouler le petit monde du Black Metal. Avec Shrines Of The Void la formation ibérique reprend à son compte ce qui a déjà été fait par d’autres avant lui. Aussi, après un "First Poison" aux sonorités particulièrement proches d’un Emperor période IX Equilibrium (notamment à partir de 0:59 et ce riffing mélodique si éloquent), c’est plutôt du côté des Allemands d’Ascension (période Consolamentum) que Sheidim semble aller puiser son inspiration. Une ressemblance qui, si elle a mis du temps à m’apparaitre faute de bon sens, n’en est que plus évidente aujourd’hui.
Un manque de personnalité (quelle blague) qui ne sera probablement pas sans lui porter préjudice, notamment aux yeux des plus exigeants d’entre vous. Heureusement, ce défaut est ici bien vite compensé par des compositions redoutables et toujours extrêmement efficaces. Car malgré un certain mimétisme, le soin apporté par Sheidim à l’écriture fait de Shrines Of The Void l’un des dignes représentants du Black Metal orthodoxe d’aujourd’hui. Le groupe qui ne s’embarrasse que de peu de fioritures (tout juste une ou deux introductions ici et là, quelques samples...), propose à ses auditeurs des compositions nerveuses qui misent simplement sur l’essentiel (un bon riffing, une atmosphère et du rythme) sans jamais se perdre en chemin. Une approche sans détour qui permet à ce premier album de jouir d’une dynamique relativement soutenue (beaucoup de blasts tout au long de ces trente-huit minutes) en dépit de quelques accalmies toujours bienvenues.

Dans le détail, ce sont surtout ces riffs qui m’ont ici séduit. En effet, il n’y a pas un morceau qui ne brille pas par la qualité du travail de C.S. (Morbid Flesh, Ataraxy (live), Graveyard (live)), seul guitariste à bord. Tantôt abrasif, tantôt lumineux, les trémolos de l’Espagnol font mouche à chaque composition et concourent dans leur ensemble à la mise en place d’une atmosphère puissante et impitoyable ("First Poison" à 0:45, "Shrines Of The Void" à 2:24, le début de "Deviant Kingdom", "Sunken Nigredo" à 0:38, "Amrita" à 1:58...). De cette atmosphère émane également un fort sentiment de dévotion renforcé par la présence de nombreux leads mélodiques porteurs, eux aussi, de cette foi éblouissante et pourtant tellement menaçante (comme sur "Sunken Nigredo" à 1:08 ou "Amrita" à 6:36). Même constat pour ces quelques soli qui viennent ponctuer l’album de temps à autre ("First Poison" à 4:38, "Sunken Nigredo" à 2:10, "Amrita" à 2:57, "Without Reins" à 3:45, "Remnants" à 3:23). Rien de bien sorcier en soit si ce n’est simplement un savant mélange d’éléments parfaitement concoctés qui rendent chaque écoute de Shrines Of The Void toujours particulièrement agréable et surtout ultra efficace.

Ceux qui ont été déçus par le virage plus modéré et moins incisif opéré par Ascension sur son album The Dead Of The World devraient sans nul doute trouver leur bonheur avec « Shrines Of The Void ». On y retrouve en effet toute la puissance et la dévotion de Consolamentum dans des compositions abrasives savamment ficelées où les riffs froids et implacables côtoient une religiosité menaçante. Sheidim se concentre ici sur l’essentiel, laissant le superflu de côté. Ainsi, les sept titres de ce premier album sont bouclés en un tout petit peu moins de quarante minutes comme pour ne jamais laisser le temps à l’auditeur de s’ennuyer. Et effectivement ce n’est jamais le cas tant on se trouve attraper par la qualité de ce premier album dont l’intensité ne faiblit jamais. Sans originalité particulière, Sheidim réussit néanmoins avec Shrines Of The Void à sortir l’un des disques intéressant de l’année en matière de Black Metal orthodoxe. Une franche réussite que l’on espère voir concrétiser dans le futur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sheidim
Black Metal
2016 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (5)  6.3/10

plus d'infos sur
Sheidim
Sheidim
Black Metal - 2013 - Espagne
  

tracklist
01.   First Poison  (06:39)
02.   Shrines Of The Void  (03:48)
03.   Deviant Kingdom  (04:16)
04.   Sunken Nigredo  (05:17)
05.   Amrita  (07:32)
06.   Without Reins  (05:43)
07.   Remnants  (04:44)

Durée : 37:59

line up
parution
24 Juin 2016

voir aussi
Sheidim
Sheidim
Infamata (EP)

2017 - I, Voidhanger Records
  

Essayez aussi
Evohé
Evohé
Tellus Mater

2005 - Oaken Shield
  
Hate Forest
Hate Forest
Hour of the Centaur

2020 - Osmose Productions
  
Gruzja
Gruzja
I Iść Dalej

2019 - Godz Ov War Productions
  
Ende
Ende
The rebirth of I

2015 - Obscure Abhorrence Productions
  
Cénotaphe
Cénotaphe
Empyrée (EP)

2019 - Nuclear War Now! Productions
  

Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique
Jerry Cantrell
Boggy Depot
Lire la chronique
Vanden Plas
Far Off Grace
Lire la chronique
The Devil's Blood
The Time Of No Time Evermore
Lire la chronique
Grave Miasma
Abyss Of Wrathful Deities
Lire la chronique
Impaled Nazarene
Eight Headed Serpent
Lire la chronique
Gärgäntuäh
Dödenlicht (Démo)
Lire la chronique