chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Gorguts - Considered Dead

Chronique

Gorguts Considered Dead
Si je devais choisir mon œuvre préférée parmi tous les travaux qu’a réalisé Dan Seagrave dans les années 90, l’artwork du premier album des Canadiens de Gorguts figurerait très certainement dans le peloton de tête en compagnie de ses quelques réalisations pour Entombed, Morbid Angel, Benediction, Pestilence et Suffocation. Pourtant, on ne peut pas dire que ce soit là le travail le plus représentatif de l’Anglais mais je ne sais pas, il y a quelque chose qui me plaît beaucoup dans cet artwork à commencer par ce choix de couleurs. Entre ce violet rosacé et ce vert criard utilisé afin de souligner le titre de l’album ainsi que le logo de Gorguts, il y a là quelque chose de finalement assez audacieux pour le style et l’époque.
Tout ça pour dire qu’il était grand temps que nous nous penchions ici à Thrashocore sur la discographie des Québécois finalement assez peu représentée en ces pages puisqu’à l’heure où j’écris ces lignes, seule trône une chronique de Colored Sands par mon cher collègue Ikea. Aussi ai-je décidé dans ma grande bonté d’âme de rendre justice à nos chers amis canadiens en m’attardant sur leurs deux premiers albums (le reste sera à la charge de Neurocatharsis - un jour).

Formé en 1989 à Richmond, petite ville située à l’est de Montréal, Gorguts va suivre le même chemin que beaucoup d’autres groupes de la même époque. Après deux démos et notamment ...And Then Comes Lividity parue en 1990, les Québécois sont alors approchés par R/C Records (également connu sous le nom de Roadracer Records, sous-division du label Roadrunner sur laquelle sont sortis quelques albums mythiques de Death, Type O Negative, Immolation, Mercyful Fate ou encore Obituary). Fort de cette signature, Gorguts sortira l’année suivante un premier album intitulé Considered Dead.
Illustré comme on l’a vu par Dan Seagrave, ce disque sera enregistré aux Morrisound studios en compagnie de l’inévitable Scott Burns. Il rejoint ainsi la longue liste d’albums produits par le célèbre gourou de Tampa qui, à la manière d’un Tomas Skogsberg en Europe (mais avec tout de même moins de réussite si vous voulez mon avis), aura su donner un son et une identité (beaucoup de compression et une approche souvent très mécanique) aux productions Death Metal de la fin des années 80/débuts des années 90 aux Etats-Unis mais aussi en Europe (Cancer, Loudblast, Pestilence...). Ainsi en dépit d’une concurrence féroce Gorguts, grâce à cette signature sur R/C Records, va très vite s’imposer comme un groupe majeur dans le paysage musical de l’époque.

Il faut dire que ce Considered Dead constitue une entrée en matière plutôt convaincante qui, sans atteindre le niveau d’originalité de certains de ses contemporains (Atheist, Death et Nocturnus en tête), prouve déjà que Gorguts n’est pas tout à fait un groupe comme les autres. Car malgré des défauts de jeunesse, on sent déjà poindre l’envie de s’émanciper des cadres du Death Metal tel qu’il se définissait à l’époque (structure des compositions, choix rythmiques, place de certains instruments comme la basse...). Sorti le même jour que l’excellent Effigy Of The Forgotten de Suffocation, ce premier album des Canadiens partage finalement bien plus de points communs avec la musique des New-Yorkais qu’avec celle des Floridiens évoqués un peu plus haut. Bien sûr Considered Dead ne possède ni le groove ni le niveau de brutalité déployé par Frank Mullen et ses acolytes mais dans l’esprit on y trouve tout de même beaucoup de similitudes, notamment dans la manière dont est construite chaque composition. Structures relativement complexes, riffs rythmiquement très marqués et pas toujours faciles d’accès, passages mid-tempo étouffants et parfois même un peu lourdingues, accélérations redoutables, growl des cavernes (avec d’ailleurs en featuring sur "Rottenatomy", "Bodily Corrupted" et "Hematological Allergy" un certains Chris Barnes)... Bref, un Death Metal plutôt typique des années 90 à la fois sombre, technique et relativement brutal (notamment pour l’époque) qui a en plus le bon goût de ne jamais délaisser l’aspect mélodique. En effet, au-delà de cette courte introduction acoustique mystérieuse et tellement marquée par le début de cette fameuse décennie, Luc Lemay et Sylvain Marcoux proposent un réel travail d’atmosphère grâce à des leads et des soli toujours impeccables. A noter que Gorguts a même fait appel à James Murphy pour un petit solo (sympathique mais non plus mémorable) sur "Inoculated Life", dernier titre de l’album.

Pourtant, et en dépit de ces qualités évidentes, Considered Dead manque tout de même encore un peu de maturité et de personnalité pour véritablement se démarquer face à la multitude d’albums (incroyables et intemporels) sortis au tout début des années 90. Bien entendu, si j’avais écrit ces quelques lignes en 1991, cette idée n’aurait probablement même pas germé dans ma tête mais voilà, nous sommes en 2016 et rétrospectivement si l’on jette un regard attentif à tous ces albums qui ont contribué à l’histoire du Death Metal, Considered Dead n’est probablement pas le plus marquant qui me vient à l’esprit ni même celui sur lequel je vais avoir envie de me (re)plonger encore et encore.
Naturellement, si la production de Scott Burns n’aide pas particulièrement à la bonne compréhension de l’album, empêchant aux compositions des Canadiens de respirer comme elles le devraient et limitant ainsi très clairement leur impact, c’est surtout le riffing atypique et pourtant encore trop en retenue de Luc Lemay et Sylvain Marcoux qui fait de ce premier album un disque, certes solide, mais pas encore tout à fait abouti surtout en comparaison de son successeur qu’est l’excellent The Erosion Of Sanity. Encore une fois, je m’exprime ici avec le regard de celui qui évoque une partie d’un sujet tout en connaissant la suite des évènements mais cela n’en est pas moins vrai pour autant. De fait, Considered Dead souffre selon moi d’un manque de moments marquants et se retrouve parfois plombé par des passages encore trop anecdotiques et/ou confus. Cette production trop étouffante ainsi que ces riffs parfois trop verts créés une espèce de fausse dynamique plus ou moins pénalisante en termes de brutalité là où The Erosion Of Sanity se montre dans l’ensemble beaucoup plus coriace et véloce. Enfin, bien qu’on l’entende déjà très distinctement, la basse d’Éric Giguere n’a pas encore tout à fait la place qu’elle mérite. Comme chez Atheist, celle-ci apporte avec ses rondeurs et son groove métallique une couleur bien particulière au Death Metal de Gorguts. Malheureusement, elle se trouve ici légèrement en retrait même si pour être tout à fait honnête, elle reste tout de même bien mieux représentée que chez 95% des autres groupes.

Comme beaucoup de premiers albums, Considered Dead n’est pas exempt de défauts. Nous les avons évoqués et s’ils sont à prendre en considération (bien que cela soit tout à fait subjectif) ils ne sont certainement pas ce qu’il faut retenir de ce premier essai longue durée. Non, Considered Dead est surtout le premier album d’un groupe talentueux qui en 1991 n’avait pas encore pris pleinement possession de toutes ses capacités. Ainsi, en dépit d’un certain manque de personnalité et de quelques défauts de jeunesse, il reste un album majeur du genre qui a ouvert la voie au Death Metal technique tel qu’on le connait aujourd’hui. Réédité une première fois en 2006 par le label polonais Metal Mind Productions, Considered Dead a souffert jusqu’au mois de juin d’une forte inflation liée à sa relative rareté. Heureusement pour tous ceux qui ne sont pas attachés aux éditions "first press", le label Listenable a procédé à une série de rééditions bienvenues. Un conseil, ne les loupez pas.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

alkemist citer
alkemist
28/04/2021 14:57
note: 8/10
dans les plus impressionant Seagrave, avec ceux de Malevolent creation et Monstrosity
AxGxB citer
AxGxB
12/09/2016 10:23
note: 8/10
Resetmetal a écrit : Ben cette chronique et aussi beaucoup l'artwork m'ont poussé à écouter la discographie de Gorguts. Merci pour l'impulsion.

Bah y a pas de quoi. C'est cool si ce que l'on écrit donne envie aux gens d'écouter Clin d'oeil
Resetmetal citer
Resetmetal
10/09/2016 15:38
Ben cette chronique et aussi beaucoup l'artwork m'ont poussé à écouter la discographie de Gorguts. Merci pour l'impulsion.
AxGxB citer
AxGxB
06/08/2016 11:19
note: 8/10
Ah, possible. J'ai la version originale en ce qui me concerne et du coup, bah c'est ce que j'ai écrit au dessus, c'est très compact quoi...
C'est vrai que moi non plus je n'y entends pas vraiment du Morbid Angel. Un (très) bon album mais je lui préfère son successeur.
Ander citer
Ander
06/08/2016 08:58
note: 8.5/10
Je connais assez peu cette période early 90 du death metal, mais ça reste un bon album bien que très classique.

Ca m'a toujours fait penser à un mélange entre Death et Suffocation cet album alors que beaucoup y voit plus du Morbid Angel, weird...

N'étant pas un puriste pur et dur, je possède la réédition Roadrunner Two From The Vault (avec The Erosion Of Sanity) et la remasterisation lui a apparemment donné un bon coup de fouet, parce que je trouve la prod' vraiment impeccable pour ces deux albums.
Pilgrimator citer
Pilgrimator
05/08/2016 15:53
Chronique qui donne envie d'écouter cet album ! Je ne le connaissais pas perso, ayant découvert le groupe avec Colored Sands et plus récemment, Pleiades' Dust, c'est vrai qu'on est loin des expérimentations et de l'audace de ces deux derniers.
Neuro citer
Neuro
05/08/2016 12:48
Excellente chronique ! Un premier album imparfait mais déjà fort, dont le plus gros défaut aura peut-être été de paraître à une époque où les pointures alignaient les tueries comme rarement.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gorguts
Death Metal
1991 - Roadracer Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (13)  8/10
Webzines : (5)  7.8/10

plus d'infos sur
Gorguts
Gorguts
(Post) Death Metal - 1989 - Canada
  

tracklist
01.   ...And Then Comes Lividity  (00:43)
02.   Stiff And Cold  (04:27)
03.   Disincarnated  (04:27)
04.   Considered Dead  (03:31)
05.   Rottenatomy  (04:45)
06.   Bodily Corrupted  (04:36)
07.   Waste Of Mortality  (04:37)
08.   Drifting Remains  (03:43)
09.   Hematological Allergy  (04:09)
10.   Inoculated Life  (03:53)

Durée : 38:51

line up
parution
8 Octobre 1991

voir aussi
Gorguts
Gorguts
The Erosion Of Sanity

1993 - Roadrunner Records
  
Gorguts
Gorguts
Pleiades' Dust (EP)

2016 - Season Of Mist
  
Gorguts
Gorguts
Colored Sands

2013 - Season Of Mist
  
Gorguts
Gorguts
Obscura

1998 - Olympic Recordings
  

Essayez aussi
Vermingod
Vermingod
Whisperer Of The Abysmal Wisdom

2015 - Ungodly Ruins Productions
  
Celestial Sanctuary
Celestial Sanctuary
Soul Diminished

2021 - Redefining Darkness Records
  
Coffin Texts
Coffin Texts
The Tomb Of Infinite Ritual

2012 - Dark Descent Records
  
Ruinous
Ruinous
Graves Of Ceaseless Death

2016 - Dark Descent Records
  
Ritual Necromancy
Ritual Necromancy
Oath Of The Abyss

2011 - Dark Descent Records
  

Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique
Carnal Tomb
Festering Presence (EP)
Lire la chronique
Blacklisted
No One Deserves to Be Here ...
Lire la chronique
Sorcier Des Glaces
Un Monde de Glace et de Sang
Lire la chronique
Vallendusk
Heralds Of Strife
Lire la chronique
Midnight Betrothed
Dreamless
Lire la chronique
Shadowspawn
The Biology Of Disbelief
Lire la chronique
Jerry Cantrell
Boggy Depot
Lire la chronique
Vanden Plas
Far Off Grace
Lire la chronique
The Devil's Blood
The Time Of No Time Evermore
Lire la chronique
Grave Miasma
Abyss Of Wrathful Deities
Lire la chronique
Impaled Nazarene
Eight Headed Serpent
Lire la chronique
Gärgäntuäh
Dödenlicht (Démo)
Lire la chronique