chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
121 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Iron Maiden - Piece Of Mind

Chronique

Iron Maiden Piece Of Mind
Succéder à un chef-d’oeuvre n’est jamais une chose simple, d’autant plus quand il s’agit de « The Number of the Beast » et que les grandes manœuvres s’agitent en coulisses. En effet, il y a une nouvelle fois eu du mouvement avec le départ du fantastique Clive Burr qui ne supportait plus les tournées géantes et la notoriété exponentielle du groupe britannique. Celui-ci trouvera rapidement refuge chez TRUST (où il enregistrera le très bon « Trust IV ») en lieu et place d’un certain Nicko McBrain (qui venait de jouer les parties du terrible « Marche ou Crève ») qui posera ses fesses sur le tabouret laissé vacant. Désormais au complet le quintet trouvera avec l’arrivée de son nouveau batteur une stabilité jamais vue auparavant qui durera jusqu’à l’aube des années 90, apogée créatrice et commerciale des Anglais, débutant avec ce « Piece of Mind » qui,encore aujourd’hui, ne laisse personne indifférent.

Si sur le précédent opus Steve Harris avait délégué plus que d’habitude pour la composition, cette tendance est encore plus présente cette fois-ci notamment via Bruce Dickinson qui s’est pleinement investi et qui n’avait pas pu le faire précédemment à cause d’un manque de temps et d’une écriture déjà quasiment terminée de ce dernier. On le retrouve en effet crédité sur quatre nouveaux titres dont un des bijoux (« Revelations ») qu’il a écrit entièrement et qui a attrait au mysticisme, et dont le poids des ans ne l’affecte en rien car il après reste encore aujourd’hui une des plus belles réussites de ce quatrième album, qui pour la première fois ne comporte pas de morceau-titre en son sein. Cependant cela ne l’empêche pas de démarrer pied au plancher et d’admirer le niveau de son nouveau marteleur via l’intro de « Where Eagles Dare » qui s’inspire du roman du même nom signé Alistair MacLean et adapté au cinéma avec Clint Eastwood et Richard Burton en 1968 qui se montre épique à souhait et permet également d’admirer les progrès de son chanteur qui se montre impressionnant (et dont le niveau restera très élevé tout du long du disque), avant d’enchaîner sur « Revelations » mélodieux et harmonieux tout en conservant une force de frappe sur les nombreux breaks qui font lever les foules (et où l’on peut voir un clin d’œil à Aleister Crowley). Vient ensuite « Flight of Icarus » aux deux parties bien distinctes (qui traite du mythe d’Icare vu par son personnage principal), et qui fait mouche également, avant que ne vienne « Die With Your Boots On » qui s’étire un peu trop en longueur mais dont l’entrain communicatif rattrape cela, et enfin voici que déboule « The Trooper » classique par les classiques et incontournable des setlists des britanniques. Avec son tempo galopant et ses cassures il symbolise au mieux le côté guerrier des paroles vu qu’il raconte un épisode de la bataille de Balaklava lors de la guerre de Crimée qui vit l’armée russe affronter une coalition où se mêlaient français, britanniques, turcs et piémontais.

Malheureusement la suite sans être mauvaise s’avère moins intéressante et inspirée à commencer par « Still Life » de facture classique et agréable mais qui n’atteint pas le calibre des précédents, puis surtout avec les controversés « Quest for Fire » et « Sun and Steel » qui outre l’impression désagréable d’avoir été écrits à la va-vite (vu leur durée très courte) font surtout penser à des chutes de studio que l’on a mis là pour pouvoir meubler tant ils sont mollassons. Heureusement que l’ensemble se termine avec « To Tame a Land » inspiré par le mythique roman « Dune » de Frank Herbert (et qui devait s’appeler initialement comme cela avant que ce dernier ne refuser de donner son accord) et qui permet de retrouver un groupe inspiré où les textes et les ambiances nous emportent loin de nos tracas quotidiens.

Du coup sans être aussi énorme que leur précédente sortie et malgré quelques petites fautes de goût (ainsi qu’une production un peu légère) les gars confirment qu’il va falloir compter avec eux tant la cohérence est là, le travail abattu toujours aussi impressionnant, et leur nouveau membre déjà parfaitement à l’aise et qui par son jeu nettement plus technique (voire même trop par moments) pousse le reste de ses troupes vers un niveau d’intelligence qui ne va cesser de s’améliorer dans les années à venir et heureusement d’ailleurs car de l’autre côté de l’Atlantique des jeunes thrasheux aux dents longues nommés SLAYER et METALLICA viennent eux-aussi de marquer les esprits avec chacun leur premier disque. Bien qu’évoluant dans des styles différents ceux-ci s’avèreront être dans peu de temps être des concurrents redoutables d’où la nécessité pour Eddie et ses acolytes de forcer leur destin dès l’album suivant après ce très léger petit coup de moins bien qui sera quand même un énorme carton lors de sa sortie et qui reste indispensable aujourd’hui dans toute bonne discothèque.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
15/10/2016 14:27
Jamais pu l'encaisser celui là. Même les 4 premiers titres m'ont toujours laissé perplexe (hormis "The Trooper" redoutable en version live). Je l'ai probablement écouté trop tard par rapport aux autres classiques.
TarGhost citer
TarGhost
03/09/2016 23:28
Allez une petite pointe d'amour supplémentaire pour "Number" mais bon sang qu'il est dodu ce "Piece of mind". Un vrai délice !
Niktareum citer
Niktareum
01/09/2016 18:17
note: 9/10
Un de mes Maiden préférés aussi, également pour moi devant "Number", au même niveau que "Killers". Les 5 premiers titres sont juste géniaux, rien à jeter tout y est parfait ("Where eagles dare" restera l'un de mes titres favoris du groupe, et puis "Revelations" bordel et la fin de "Flight Of Icarus" raaaah ma mamia !!). Après "The Trooper" c'est vrai que ça retombe un peu mais c'est le cas pour énormément d'album de Maiden (2 ou 3 tubes et le reste assez en dessous) m'enfin peu importe vu les hits qu'ils pondent à chaque fois on leur pardonne volontiers.
hammerbattalion citer
hammerbattalion
01/09/2016 13:50
note: 10/10
Début 88, j'écoutais un peu de rock, de la pop, du Bon Jovi, du AC/DC, du tranquillou quoi. Un petit tour au magasin de disques de mon bled, je vois Killers et Piece Of Mind en vinyle qui me font de l'oeil, jamais entendu un morceau de Maiden. Je choisis Killers parce que la pochette est géniale. Retour à la maison, mange disque, méga baffe!!!! Cassage de tirelire, retour immédiat au magasin et donc j'achète ce Piece Of Mind . Tout le monde lui préfère Number, pas moi, je le trouve plus heavy, plus posé, plus intelligent.

Bien sur il y a deux morceaux moins bons, ceux que tu cites Jean Clint, mais par rapport aux classiques, c'est un détail, puis fallait les composer ces classiques, une sortie d'album et une tournée mondiale par an... Je pourrais raconter ma vie pendant des heures sur cet album.

Petit jeu: trouver les films contemporains des albums de Maiden, qui corespondent aux morceaux de Steve Harris.
AxGxB citer
AxGxB
01/09/2016 13:37
note: 9/10
Pas de coup de mou me concernant sur la deuxième et finalement, après l'avoir longtemps boudé, c'est probablement l'un de mes albums préférés de Maiden.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Iron Maiden
Heavy / Hard
1983 - EMI
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (17)  8.82/10
Webzines : (8)  8.13/10

plus d'infos sur
Iron Maiden
Iron Maiden
Heavy Metal - 1975 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Where Eagles Dare  (06:13)
02.   Revelations  (06:48)
03.   Flight Of Icarus  (03:51)
04.   Die With Your Boots On  (05:26)
05.   The Trooper  (04:12)
06.   Still Life  (04:57)
07.   Quest For Fire  (03:42)
08.   Sun And Steel  (03:27)
09.   To Tame A Land  (07:35)

Durée : 46:01

Essayez aussi
Venomous Maximus
Venomous Maximus
No Warning

2017 - Shadow Kingdom Records
  
Skull Parade
Skull Parade
Skullparade

2017 - Rexius Records
  
Ozzy Osbourne
Ozzy Osbourne
Diary Of A Madman

1981 - Epic Records
  
Yngwie Malmsteen
Yngwie Malmsteen
Eclipse

1990 - Polygram Music
  
W.A.S.P.
W.A.S.P.
Golgotha

2015 - Napalm Records
  

Necromutilator
Black Blood Agression
Lire la chronique
Nekrasov
Lust of Consciousness
Lire la chronique
Iron Savior
Kill or Get Killed
Lire la chronique
Cénotaphe
Empyrée (EP)
Lire la chronique
Night Crowned
Humanity Will Echo Out (EP)
Lire la chronique
Wapentake
Vestiges
Lire la chronique
Turnstile
Time & Space
Lire la chronique
Waldgeflüster
Mondscheinsonaten
Lire la chronique
Nordjevel
Necrogenesis
Lire la chronique
Drastus
La Croix de Sang
Lire la chronique
Zaraza
Spasms of Rebirth
Lire la chronique
Metalhertz - S02E02 – Le monde fou de Tobias Sammet
Lire le podcast
Le Canyon - S2//Épisode 3 - Le Chant du Cygne
Lire le podcast
Darkened Nocturn Slaughtercult
Mardom
Lire la chronique
Ultra Silvam
The Spearwound Salvation
Lire la chronique
Fabulous Desaster
Off With Their Heads
Lire la chronique
Cénotaphe / Circle Of Ouroborus
Cénotaphe / Circle Of Ourob...
Lire la chronique
Putrefied Corpse
Left To Rot
Lire la chronique
Little Dead Bertha
Age of Silence
Lire la chronique
Foul
Of Worms (EP)
Lire la chronique
A VAN RECORDS EVENING
Chapel Of Disease + The Rui...
Lire le live report
Nusquama
Horizons Ontheemt
Lire la chronique
BM Grec... Mais fais pas chier avec ROTTING CHRIST !!!
Lire le podcast
Devouror
Slay for Satan (EP)
Lire la chronique
Allegaeon
Apoptosis
Lire la chronique
Majestic Mass
Savage Empire of Death
Lire la chronique
Cirith Gorgor
Sovereign
Lire la chronique
Devour The Unborn
Meconium Pestilent Abomination
Lire la chronique
Forgotten Tomb
We Owe You Nothing
Lire la chronique
Befouled
Refuse To Rot
Lire la chronique