chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
76 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Neurosis - Honor Found in Decay

Chronique

Neurosis Honor Found in Decay
Neurosis, ce n'est plus ce que c'était. Que les mecs d'Oakland nous fassent le coup de la totale introspection passe encore – encore que j'ai déjà ce disque et qu'il s'appelle The Eye of Every Storm – mais après un Given to the Rising qui m'avait déjà demandé des allers et des retours multiples pour l'apprécier, c'est la goutte d'eau. Un album de vieux pour vieux qui ne sait pas quand s'arrêter, voilà ce qu'est Honor Found in Decay. Repose en paix Neurosis, tu nous auras donné quelques belles choses. Seulement, là, il faut songer à s'arrêter.

Ce paragraphe est, en substance, ce que pensait un chroniqueur à la con de Honor Found in Decay lors de sa sortie : Ikea, toujours prêt à avoir un avis sur tout sans forcément prendre le temps nécessaire pour juger correctement ce qui se présente à lui. Ikea, ce con, c'est moi, coucou. Et j'ai, comme vous vous en doutez, tourné ma veste aujourd'hui (pas loin de quatre années et quelques kilomètres au compteur plus tard, on va éviter d'en parler car ça me déprime, merci).

Honor Found in Decay est pourtant bien un disque d'introspection. Un disque où l'on lâche les armes et les brûle. Un disque d'homme âgé, abouti, qui n'a plus rien à prouver. Qui n'a plus à combattre, à s'enflammer pour briller. Qui ne le veut plus. Qui ne le peut plus. Un disque où Neurosis établit une pause, s'arrête et nous arrête, dans un temps suspendu, dans une étendue d'herbe bordée d'un lac, dans une nuit fraîche, où s'asseoir, contempler et accepter de vieillir. C'est, à mon sens, la chose fondamentale guidant ce dixième album, présente jusqu'à son nom demandant de trouver de l'honneur dans le délabrement.

Une chose dure à accepter et dure à retranscrire, à laquelle pourtant s'attaque ici Neurosis. De ces guitares aériennes semblant faire du sur-place à ces assauts aux allures de descentes (bas, toujours plus bas, comme sur « At the Well »), le groupe paraît pris par cet objectif de retranscrire cet état particulier, cet affaissement de soi. Et il le fait d'une manière qui m'a certes déplu, mais qui désormais m'enchante. Bien sûr, il y a ces voix particulièrement expressives, rocailleuses et naturelles, ainsi qu'une production claire, chaude et puissante, parfaite pour ce type d'exercice tout en finesse. Il ne faut pas pour autant passer sous silence les nappes hallucinées développées par Noah Landis, ou encore cette batterie tribale, discrète tout en sachant se faire enivrante (« Bleeding the Pigs »). Un groupe qui atteint ici une certaine grâce, maîtrisant au mieux ses envies d'ailleurs, de préparation au sommeil vers une autre rive.

…Et la rage, alors ? Et cette bête humaine qu'est (était ?) Neurosis, où se cache-t-elle ? Avec le temps, force est de reconnaître qu'elle est toujours là, tapie dans l'ombre de cette musique dorée, vieillissante mais non moins alerte. Toujours là, dans ces explosions qui libèrent (« We All Rage in Gold » par exemple), dans ces notes qui sont comme l'eau, fluides et austères, aux mouvements semblant statiques si on les observe à un certain point, et cependant houleuses, dans lesquelles on trouve une profondeur où s'épancher.

Car Neurosis est cela, une formation d'une extraordinaire proximité, « simple », mais dont on ressort à chaque fois un peu sentimental (défi : écouter « My Heart for Deliverance » et « Casting of the Ages » sans sentir son cœur fléchir), connecté que l'on est à une sorte de... je ne vois pas d'autres mots que « humanité », pardon si ça fait sourire certains, encore que « dignité » va également bien à ces compositions posées, mentales, et néanmoins batailleuses, tenaces, fières malgré les fêlures et les rides qui commencent à trop se voir. Enfin, à la limite, peu importe ces impressions personnelles : après trente-et-un ans d'existence, des tours et détours, des révolutions, des consécrations, Neurosis reste capable d'étonner, quitte à décevoir au départ, et d'assujettir au final. Honor Found in Decay, bien qu'exigeant à sa manière (il m'arrive de le trouver trop long encore actuellement), ne dérange pas ce constat, finissant même par avoir sa place bien à lui dans une succession d'albums forts en caractère. Ses airs d'enterrement (impossible de ne pas y penser durant la conclusion de « Raise the Dawn ») m'ont d'ailleurs fait l'imaginer comme un point final de premier choix. Ce qu'il est d'une certaine manière mais chut ! L'occasion de parler de Fires Within Fires arrivera bien assez tôt. En attendant, je vais siffloter les présentes paroles de « Bleeding the Pigs » : « When the serpent swallows its tail... ». Oh. Juste comme ça.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Ikea citer
Ikea
04/10/2016 18:49
note: 8.5/10
Tout est dit, oui.
KPM citer
KPM
03/10/2016 10:49
note: 8.5/10
"It’s about staying honest. If you’re young and angry, go ahead and play young and angry music. If you’re older and more mature and maybe you’re a little less pissed off, that doesn’t mean that you can’t play aggressive music, but you can’t honestly play young angry music anymore. You might be old and angry, so play your music like an old and angry person. You have to approach it with honesty – and that really comes through the music. People can tell when there’s a sincerity there." – Jason Roeder
Neurocatharsis citer
Neurocatharsis
01/10/2016 12:50
note: 6/10
Excellente chronique qui met un point d'honneur à extraire l'essence de ce disque, peut-être incompris après tout... Je lui redonnerai sa chance à l'occasion.
InnerDam citer
InnerDam
22/09/2016 18:39
Je partageais le même avis à sa sortie, mais il est vrai que cet album vieillit assez bien avec le temps, à savourer comme un bon vieux whisky, sans glaçons, sans artifices. On sent ici que Neurosis prend un nouveau cap, les compos prennent aux tripes, mais avec une rage plus contenue cette fois. J'espère qu'ils ont continué dans la même voie avec leur nouvel album.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Neurosis
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (8)  7.56/10
Webzines : (36)  8.08/10

plus d'infos sur
Neurosis
Neurosis
Post-Metal - 1985 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   We All Rage in Gold
02.   At the Well
03.   My Heart for Deliverance
04.   Bleeding the Pigs
05.   Casting of the Ages
06.   All Is Found... in Time
07.   Raise the Dawn

Durée : 60 minutes 31 secondes

line up
parution
30 Octobre 2012

voir aussi
Neurosis
Neurosis
Fires Within Fires

2016 - Neurot Recordings
  
Neurosis
Neurosis
Enemy of the Sun

1993 - Alternative Tentacles
  
Neurosis
Neurosis
Through Silver in Blood

1996 - Relapse Records
  
Neurosis
Neurosis
Given to the Rising

2007 - Neurot Recordings
  
Neurosis
Neurosis
The Eye of Every Storm

2004 - Relapse Records
  

Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Mortem
Deinós Nekrómantis
Lire la chronique
Animals as Leaders
The Joy of Motion
Lire la chronique