chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
113 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Eternal Champion - The Armor Of Ire

Chronique

Eternal Champion The Armor Of Ire
Austin, sympathique bourgade de près d’un million d’habitants située en plein cœur du Texas est aujourd’hui le refuge d’une scène Hardcore/Thrash/Crossover florissante. Si certains de ces groupes, notamment parmi ceux qui ont initié les choses il y a déjà plusieurs années, ont aujourd’hui passé l’arme à gauche (Iron Age) ou bien sont en passe de le faire (Mammoth Grinder), d’autres continuent de porter bien haut cet étendard à l’image d’un Power Trip dont on attend d’ailleurs le nouvel album avec impatience.
Mais malgré tout l’intérêt que je porte à ces quelques groupes, le plus bluffant dans tout cela c’est que parmi ces jeunes musiciens on en trouve certains embarqués dans des projets particulièrement surprenants dans lesquels je ne m’attendais pas vraiment à les voir. En effet, à l’image de Magic Circle dans lequel on retrouve des membres de The Rival Mob, Boston Strangler, Mental..., Eternal Champion, groupe de Heavy Metal épique, compte dans ses rangs des membres et ex-membres de Power Trip, Iron Age ou encore War Hungry. Avouez qu’il y a de quoi être étonné tant ces deux univers n’ont strictement rien à voir.

Quoi qu’il en soit, Eternal Champion n’est pas le genre de groupe à tromper sur la marchandise. L’artwork de ce premier album est en ce sens suffisamment éloquent pour que ceux qui choisissent d’y mettre les pieds le fassent en sachant pertinemment de quoi il retourne. Signée Adam Burke aka Nightjar Illustration (Mare Cognitum, Occultation, Perdition Temple, Vektor...), cette oeuvre laisse en effet bien peu de doute quant au contenu de ce premier album dont l’univers s’inspire de la littérature de Moorcock et bien évidemment de ces champions éternels (Elric de Melniboné, Dorian Hawkmoon, Corum, Erekosë) évoluant dans ce que l’auteur appelle le multivers. Êtes-vous prêt à croiser le fer et à partir en guerre contre l’ennemi ?

Disponible via No Remorse Records, label grec spécialisé dans les sorties Heavy, Power, Speed, The Armor Of Ire est le genre d’album qui invite à l’aventure. Que vous soyez un geek un peu bedonnant coincé derrière votre ordinateur, un mâle alpha aux allures de viking ou quelqu’un de tout simplement moins cliché n’a ici aucune espèce d’importance puisqu’après avoir porté votre regard sur l’artwork d’Adam Burke et pressé la touche "play", il vous suffira simplement de fermer les yeux pour vous imaginer à la place de ce puissant héro devant lequel les femmes s’agenouillent. Une représentation que tout amateur d’Heroïc Fantasy aura déjà probablement façonnée dans son esprit à la lecture de romans tels que Conan Le Barbare, le cycle d’Elric ou bien encore Le Seigneur Des Anneaux.
Mais ce caractère épique que revêt le Heavy Metal d’Eternal Champion se fait surtout ressentir grâce à des paroles dont les évocations résonnent à chaque mot ainsi qu’à des mélodies entêtantes et pleines d’allant. De fait, outre ces récits de combats meurtriers ("The Last King Of Pictdom"), de vengeance ("The Armor Of Ire"), d’épées glacées ("The Cold Sword"), d’armées impitoyables ("I Am The Hammer") et même de Cthulhu ("Invoker") qui constituent l’essentiel de ces trente-cinq minutes - épopée grandiose parmi ces champions éternels du multivers où règnent la loi et le chaos - c’est surtout grâce à ce travail mélodique que les Américains d’Eternal Champion nous embarquent avec eux dans leurs aventures périlleuses.
Il y a d’abord ce travail remarquable sur ces guitares qui lors de chaque riff semblent crier : A l’attaaaaaque ! Vivre ou mouriiiiiiir !. Malgré un tempo relativement mesuré avec des cavalcades ou des accélérations tout en retenue, on se sent très vite transportés par ces mélodies épiques et triomphantes tantôt lumineuses ("The Armor Of Ire", "The Last King Of Pictdom", "The Cold Sword"), tantôt plus sombres ou menaçantes (l’excellent titre d’ouverture qu’est "I Am The Hammer", l’interlude "Blood Ice", "Sing A Last Song Of Valdese" ainsi que cette conclusion "Shade Gate" sur laquelle résonne les paroles de Skeletor dans Masters Of The Universe : Madness! I demand of destitution, shame, and loneliness of scorn. It is my destiny! It is my right! Nothing will deter me from it...). Afin d’accompagner ces riffs imparables, les trois guitaristes d’Eternal Champion se fendent également à tour de rôle de solos éblouissants sans être pour autant démonstratifs. Une belle leçon de doigté et de feeling pour un Heavy Metal pur et héroïque.
Pour terminer, impossible de ne pas évoquer la voix si particulière de Jason Tarpey (ex-Iron Age). On pourra peut-être reprocher aux Américains un choix de production étonnant concernant sa voix avec cette réverb quelque peu exagérée mais je trouve pour ma part que cela apporte quelque chose de différent sans pour autant gâcher quoi que ce soit. Qui plus est, son timbre de voix est des plus plaisants et sait rester mélodique sans forcément en faire trop dans les aigus ce qui parfois me gêne un peu.

Nous sommes aujourd’hui en 2016 et trente-cinq ans après les premiers albums de Cirith Ungol et Manilla Road, le Heavy Metal se porte toujours comme un charme grâce à une nouvelle génération qui, si elle n’invente rien, reprend à son compte des codes qu’elle s’applique à suivre scrupuleusement. Il n’y a donc rien d’original dans The Armor Of Ire mais de toute façon ce n’est pas là le propos d’Eternal Champion. Le but des Américains est simple : nous faire voyager, nous amener avec lui dans ses histoires de conquêtes, de sorciers maléfiques, de montagnes périlleuses et de héros triomphants. Un moyen d’échapper à la morosité de son quotidien en devenant l’espace d’un instant ce guerrier fier et intrépide, ce champion éternel.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
23/08/2019 09:59
note: 8/10
Ber Val a écrit : AxGxB a écrit : Fabulon a écrit : Pas mal réécouté ces derniers temps et je trouve qu'à partir de Blood ice l'album s'essouffle quand même pas mal...

Sing A Last Song... redresse un peu la barre mais la deuxième partie du disque n'a clairement pas l'efficacité des chefs d’œuvres que sont les 3 premiers morceaux.


Oui, clairement la deuxième partie est un peu moins marquante. J’aurai aimé des titres aussi épiques que le premier vraiment ultra efficace.


Rien à voir, mais un petit peu quand même vu qu'on parle d'Eternal Champion, à quand une chronique de Sumerlands ?


Il faudrait que je le réécoute mais j’avais pas été super emballé à l’époque. Et le son de gratte m’avait un peu fait tiquer.
Ber Val citer
Ber Val
22/08/2019 17:25
AxGxB a écrit : Fabulon a écrit : Pas mal réécouté ces derniers temps et je trouve qu'à partir de Blood ice l'album s'essouffle quand même pas mal...

Sing A Last Song... redresse un peu la barre mais la deuxième partie du disque n'a clairement pas l'efficacité des chefs d’œuvres que sont les 3 premiers morceaux.


Oui, clairement la deuxième partie est un peu moins marquante. J’aurai aimé des titres aussi épiques que le premier vraiment ultra efficace.


Rien à voir, mais un petit peu quand même vu qu'on parle d'Eternal Champion, à quand une chronique de Sumerlands ?
AxGxB citer
AxGxB
22/08/2019 11:05
note: 8/10
Fabulon a écrit : Pas mal réécouté ces derniers temps et je trouve qu'à partir de Blood ice l'album s'essouffle quand même pas mal...

Sing A Last Song... redresse un peu la barre mais la deuxième partie du disque n'a clairement pas l'efficacité des chefs d’œuvres que sont les 3 premiers morceaux.


Oui, clairement la deuxième partie est un peu moins marquante. J’aurai aimé des titres aussi épiques que le premier vraiment ultra efficace.
Fabulon citer
Fabulon
21/08/2019 16:33
note: 8/10
Pas mal réécouté ces derniers temps et je trouve qu'à partir de Blood ice l'album s'essouffle quand même pas mal...

Sing A Last Song... redresse un peu la barre mais la deuxième partie du disque n'a clairement pas l'efficacité des chefs d’œuvres que sont les 3 premiers morceaux.
roms122 citer
roms122
19/12/2016 10:08
J'adore!

je m'imagine sur mon cheval a travers les steppes pourchassant mon ennemie l'epée a la main..... ^^

My Ire is my ARMOOOR!!
AxGxB citer
AxGxB
12/12/2016 09:41
note: 8/10
Probablement l'un des disques de Heavy de cette année. Bon, c'est vrai, c'est pas mon genre de prédilection mais celui-ci est vraiment bon.
Fabulon citer
Fabulon
11/12/2016 13:01
note: 8/10
Mais c'est que c'est pas mal du tout!

Il y a clairement du Manilla Road dans ce champion eternel.
|Raspoutine| citer
|Raspoutine|
17/10/2016 22:19
Mais ça me donnerait presque envie de re-re-re-re-re-re-re-re-tenter ma chance avec le heavy !
AxGxB citer
AxGxB
28/09/2016 08:29
note: 8/10
Haha, non, t'inquiètes. Je n'ai pas prévu de faire les chroniques de Heavy à ta place Clin d'oeil D'ailleurs, faudrait que tu t'y remettes hein /sifflote...

Et oui, l'album est vraiment cool. Il faudrait que je/tu checkes Sumerlands sorti sur Relapse.
Keyser citer
Keyser
27/09/2016 14:15
Ah enfin de la vraie musique Moqueur! Très sympas les extraits, à confirmer en live au prochain KIT.

Si tu te mets à chroniquer du heavy Greg en tout cas, je sers vraiment plus à rien ici Mr Green

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Eternal Champion
Heavy Metal
2016 - No Remorse Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  8.5/10
Webzines : (9)  8.5/10

plus d'infos sur
Eternal Champion
Eternal Champion
Heavy Metal - 2012 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   I Am The Hammer  (05:15)
02.   The Armor Of Ire  (04:55)
03.   The Last King Of Pictdom  (04:13)
04.   Blood Ice  (02:03)
05.   The Cold Sword  (04:03)
06.   Invoker  (04:29)
07.   Sing A Last Song Of Valdese  (06:03)
08.   Shade Gate  (03:13)

Durée : 34:16

line up
parution
27 Septembre 2016

Essayez aussi
Leather
Leather
II

2018 - High Roller Records
  
Iron Maiden
Iron Maiden
Fear Of The Dark

1992 - Sanctuary Records
  
Judas Priest
Judas Priest
Firepower

2018 - Columbia Records
  
Blind Guardian
Blind Guardian
Imaginations From The Other Side

1995 - Virgin Records
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Live at Last (Live)

1980 - NEMS Records
  

Découverte de l'année
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique
Kawir
Adrasteia
Lire la chronique
Meth Drinker
Discography (Compil.)
Lire la chronique
PPCM #29 - Ces groupes "similaires à" que je préfère aux originaux
Lire le podcast
Dreadful Fate
Bringer Of Damnation (EP)
Lire la chronique
Vardan
The Wish of Weeping
Lire la chronique
Infernal Conjuration
Infernale Metallum Mortis
Lire la chronique
Nile
Vile Nilotic Rites
Lire la chronique
Reign in Blood
Missa pro Defunctis
Lire la chronique
Deathawaits
Rapture Smites
Lire la chronique
Hulder
Embraced By Darkness Mysts ...
Lire la chronique
Obsequiae
The Palms of Sorrowed Kings
Lire la chronique
Aggravator
Aggravator (EP)
Lire la chronique
Nightfell
A Sanity Deranged
Lire la chronique
Enokhian
Perseverare Diabolicum (EP)
Lire la chronique
Posthumous Regurgitation
Glorification Of Medical Ma...
Lire la chronique
Halphas
The Infernal Path into Obli...
Lire la chronique
Kickback
Forever War
Lire la chronique
Rivers Like Veins
Z iskier srebrnych orszaków
Lire la chronique
Visigoth
Bells of Awakening (EP)
Lire la chronique