chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
183 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Lihhamon - Doctrine

Chronique

Lihhamon Doctrine
Débarqué par surprise tel un cheveu sur la soupe, les Allemands de Lihhamon ont sorti en mars dernier un premier album particulièrement redoutable. Intitulé Doctrine, ce brûlot de tout juste trente minutes vient marcher sans gêne sur les plates-bandes des Diocletian et autres Teitanblood. Moins dense que les Néo-Zélandais et moins ambitieux que les Espagnols, le groupe s’applique néanmoins à faire de cette demi-heure un moment de pure violence qui ne devrait pas laisser indifférent.
Illustré par Alexander Kavtea dont le coup de crayon agressif et torturé n’est pas sans rappeler celui du Suédois Timo Ketola (Teitanblood, Dead Congregation, Verminous...), Doctrine est disponible au format CD via le très jeune label espagnol Auto De Fé Productions dont il s’agit d’ailleurs de la toute première sortie.

Du haut de ses trente minutes et une seconde, Doctrine ne s’embarrasse d’aucune fioriture. Et en dépit de quelques intermèdes placés ici et là ("Decimation", "Splendour", "Coronation" et "Triumph") qui viennent rompre avec ces assauts incessants imposés par le trio allemand, Lihhamon s’applique à malmener l’auditeur dans tous les sens, le rouant de coups jusqu’à épuisement. Une approche radicale et jusqu’au boutiste qui, à défaut de surprendre et d’apporter du neuf là où il n’y en a pas besoin, procure l’irrépressible envie de tout détruire autour de soi. Moins dense qu’un Diocletian, le Black/Death de Lihhamon bénéficie d’une production parfaitement adéquate qui, sans sacrifier ni à l’urgence ni au caractère abrasif des compositions, se montre des plus lisibles compte tenu du style pratiqué ici. L’atmosphère n’en est pas moins suffocante pour autant bien qu’en effet, les quelques interludes offerts par les Allemands permettent tout de même de reprendre son souffle là où les autres groupes évoluant dans le même milieu font rarement ce genre de "cadeaux".
Moins ambitieux qu’un Teitanblood, les compositions de Lihhamon ne s’étirent pas sur de longs formats comme c’est régulièrement le cas pour les Espagnols. La formule est ici condensée et le trio s’astreint à ne pas dépasser les cinq minutes par morceau. Durant ce lapse de temps qui va ainsi de 2:25 pour le titre le plus court à 4:58 pour le titre le plus long, Lihhamon blast, éructe, crie, martèle, pilonne, crache, vomi, frappe, lacère, insulte de façon interrompue et avec plus ou moins d’intensité. Car si la plupart du temps le trio mène sa croisade le couteau entre les temps et la bave aux lèvres, déterminé à annihiler toute forme de résistance futile, il sait aussi parfois diminuer le tempo afin d’assoir sa suprématie non plus par la force brute mais par la terreur. Ces passages plus lourds viennent renforcer l’aspect schizophrène déjà largement mis en avant par ces échanges vocaux partagés entre les trois musiciens. Cris et growls se mélangent pour un résultat tout en puissance et en intensité soulignant encore davantage l’urgence dans laquelle sont exécutées ces compostions acides et ultra agressives.

Voilà, tout est dit, je ne vais pas vous tenir la jambe plus longtemps car de toute façon j’arrive vraiment à court d’idées... Quoi qu’il en soit, Doctrine est vraiment le genre d’album que l’on se passe lorsque l’on veut s’infliger une bonne dérouillée avec la certitude d’un résultat en mode "ramasse tes dents". Alors, certes, les Allemands n’ont pas encore le charisme d’un Diocletian ou d’un Teitanblood (voir même Bölzer pour ce riff de "Cadaver Synod" tout droit sorti de Aura) mais très franchement, pour un premier album il m’est bien difficile de trouver quelque chose à redire tant Lihhamon enchaine les punitions à un rythme incroyable. Voilà donc une belle entrée en matière que j’espère voir confirmée très vite dans le futur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Dantefever citer
Dantefever
13/01/2019 18:43
La grosse bagarre
Kedran citer
Kedran
29/09/2016 19:19
note: 8/10
Une belle petite mandale celui là.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Lihhamon
Black / Death Metal
2016 - Auto de Fé Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (4)  8/10
Webzines : (4)  8.5/10

plus d'infos sur
Lihhamon
Lihhamon
Black / Death Metal - 2013 - Allemagne
  

tracklist
01.   Decimation  (01:21)
02.   Genocide Crusade  (03:35)
03.   Throne Of Eradication  (02:25)
04.   Splendour  (01:12)
05.   Hostes  (04:54)
06.   Ironsides  (04:34)
07.   Coronation  (01:58)
08.   Cadaver Synod  (04:58)
09.   Death Or Torment  (03:38)
10.   Triumph  (01:26)

Durée : 30:01

line up
  • M. / Chant, Guitare
  • A. / Chant, Batterie
  • F. / Chant, Basse

parution
17 Mars 2016

Essayez aussi
The Moaning
The Moaning
Blood From Stone

1997 - No Fashion Records
  
Possession
Possession
Exorkizein

2017 - Invictus Productions
  
Sacramentum
Sacramentum
Thy Black Destiny

1999 - Century Media Records
  
Dagger Lust
Dagger Lust
Siege Bondage Adverse To The Godhead

2018 - Invictus Productions
  
Blasphemophagher
Blasphemophagher
...For Chaos, Obscurity And Desolation...

2010 - Nuclear War Now! Productions
  

Découverte de l'année
Manilla Road
Crystal Logic
Lire la chronique
Gorezone
Implexaeon
Lire la chronique
Exhumed
Horror
Lire la chronique
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique
Higher Power
27 Miles Underwater
Lire la chronique