chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
118 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sordide - Fuir la lumière

Chronique

Sordide Fuir la lumière
En 2014, il y a déjà deux ans, j’avais chroniqué le premier album de SORDIDE, La France à peur. Pas ma meilleure chronique. Je l’ai relu à l’occasion de la sortie de Fuir la lumière et j’y étais maladroit, y semblant plutôt déçu et critique malgré une note de 7.5 plutôt élogieuse. C’est que malgré les défauts - au moins aussi énormes que les couilles d’Ikea - l’envie d’y revenir était réelle. L’album était un gros vicieux qui rappelait l’auditeur à lui. Et finalement ces défauts se transformaient en « personnalité ». C’est à nouveau le cas cette fois-ci, mais avec encore plus de réussite.

D’abord précisons que Nekurat (HYADNINGAR, CARUOS) ne fait plus partie de SORDIDE. Nemri et Nehluj (ATARAXIE, VOID PARADIGM) lui ont trouvé Nebhen comme remplaçant, déjà acteur chez le méconnu TELÜMEHTÅR. Le trio revient avec à nouveau sept titres, qui ont gardé la recette de leurs meilleurs passages précédents. La base est toujours black, punk dans l’âme. La voix est dégueulée, sale à souhait. Et l’interprétation des titres est très organique, comme s’ils avaient été enregistrés live, avec interdiction de faire une deuxième prise. Il en ressort une tension forte, et tout du long on se demande à quel moment les cordes des guitares vont lâcher, à quel moment la batterie va tomber en miettes, à quel moment le chanteur va devenir aphone. Dit autrement, SORDIDE se livre totalement et ne se ménage jamais. Il balance sa musique telle qu’elle doit l’être, au risque d’y perdre la raison, et même si c’est au détriment de la « beauté musicale ». Ce n’est pas une « belle musique », mais c’est une musique sensible, humaine, symbole d’un état d’esprit et d’un mal-être incontrôlé. Mais c’est bien cet aspect brut et fragile à la fois qui fait la qualité du projet. On a l’impression de trouver un clodo complètement éméché qui tient des propos utra-cohérents et même lucides, mais en titubant sans cesse. Va tomber ? Va pas tomber ?

Deux tendances se retrouvent sur Fuir la lumière. Des titres comme « L’incendiaire », « Révolte » et « Trop tard » défoncent tout, rapides et agressifs. D’autres jouent plus sur la lourdeur, l’angoisse, le malaise d’un faux rythme comme sur « L’ombre », « Sans regrets » et « Fuir la lumière », même si ce dernier se termine dans le chaos, faisant écho au formidable final de « Ni nom ni drapeau » de l’album précédent. Un riff « pfiou ». « Salis par la haine » mélange lui les deux tendances. Elles sont toutes les deux efficaces. Les morceaux agressifs sont imparables, entrainant, fous. « Révolte » a même un côté TAAKE. Ah si ! Vous faites abstraction des vocaux et vous repensez à « Myr », le titre au banjo ! Non ? Pas vous ? La dynamique est proche en tous cas.

Bon, je dois avouer décrocher encore sur quelques parties plus lentes. Certes elles savent ramper délicieusement, mais des passages instrumentaux trop longs font vagabonder mon esprit vers d’autres cieux.

Côté paroles, alors que je reprochais sur l’album précédent des maladresses comme ces « Blââââme » trop longtemps répétés et des « lalala » laids, je n’ai pas été choqué une seule fois ici. Le timbre peut encore rebuter, mais j’ai beaucoup aimé les martelant « Il est trop taaaaaaard », sur la piste au même nom qui ne fait que 3 minutes. Très marquant ce titre.

Cet album est bon. Encore une fois SORDIDE crée des ambiances personnelles. Ses apparents défauts deviennent à nouveau son premier intérêt. Fragilité, réactions excessives et instantanées, fortes odeurs de sueur... Mais au final c’est comme après m’être gratté l’anus. Je n’arrive pas à m’empêcher de sentir mon doigt alors que je sais qu’il va puer. Et le pire, c’est que j’ai encore envie de confirmer l’odeur quelques secondes après. Pardon ? J’aurai pu trouver une meilleure comparaison ? Je vous laisse essayer en commentaires...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Funky Globe citer
Funky Globe
03/10/2016 22:04
+1
Groupe énorme.
gulo gulo citer
gulo gulo
01/10/2016 20:36
note: 9/10
Carnage, que ce soit sur les passages lents, à la limite du Oxbow, ou sur les punkeries sans merci.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sordide
Black Metal
2016 - Avantgarde Music
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  8.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Sordide
Sordide
Black Metal - France
  

tracklist
01.   L'Incendiaire
02.   Révolte
03.   L'Ombre
04.   Trop tard
05.   Salis par la haine
06.   Fuir la lumière
07.   Sans regrets

Durée : 48:40

line up
parution
5 Octobre 2016

voir aussi
Sordide / Satan
Sordide / Satan
Split (Split 7")

2017 - No Way Asso / Repulsive Medias / Witch Bukkake Records / Saka Čost / Amertume / Jungle Khôl / Organe
  
Sordide
Sordide
Les idées blanches

2021 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Sordide
Sordide
La France a Peur

2014 - Avantgarde Music
  
Sordide
Sordide
Hier Déjà Mort

2019 - Throatruiner Records / WV Sorcerer Productions / La Harelle
  

Essayez aussi
Darkthrone
Darkthrone
Sardonic Wrath

2004 - Moonfog Productions
  
Lord Ketil
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves

2018 - Ogmios Underground
  
Satyricon
Satyricon
Nemesis Divina

1996 - Moonfog Productions
  
Passéisme
Passéisme
Eminence

2021 - Antiq Records
  
Lamp Of Murmuur
Lamp Of Murmuur
Heir Of Ecliptical Romanticism

2020 - Death Kvlt Productions
  

Black Sabbath
Headless Cross
Lire la chronique
Remornia
Tales of the Abandoned Places
Lire la chronique
Concilivm
A Monument In Darkness
Lire la chronique
Zero Hour
Agenda 21
Lire la chronique
Demonical
Mass Destroyer
Lire la chronique
Svet
The Truth
Lire la chronique
Whitehorse
Raised Into Darkness
Lire la chronique
Gloson
The Rift
Lire la chronique
Meshuggah
Immutable
Lire la chronique
Spirit Adrift + Yob
Lire le live report
Black Sabbath
Technical Ecstasy
Lire la chronique
Seum
Blueberry Cash (EP)
Lire la chronique
Necrom
All Paths Are Left Here...
Lire la chronique
Candelabrum
Nocturnal Trance
Lire la chronique
(DOLCH)
Nacht
Lire la chronique
Helms Alee
Keep This Be the Way
Lire la chronique
Interview de DAWOHL pour l'album "Leviathan"
Lire l'interview
Misery Index
Complete Control
Lire la chronique
Dawohl
Leviathan
Lire la chronique
Nightfell
Never Comes the Storm
Lire la chronique
Funérarium
1692
Lire la chronique
Synesthésie #2 - Je vois blanc
Lire le dossier
Black Sabbath
Sabbath Bloody Sabbath
Lire la chronique
Big Scenic Nowhere
The Long Morrow
Lire la chronique
Mouflon
Pure Filth
Lire la chronique
Achelous
The Icewind Chronicles
Lire la chronique
Wolves' Winter
Qayin Coronatvs
Lire la chronique
Miseration
Black Miracles and Dark Won...
Lire la chronique
Talmas
A Call From The Forest (Com...
Lire la chronique
Abhorration
After Winter Comes War (Démo)
Lire la chronique