chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
184 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cardinal Wyrm - Cast Away Souls

Chronique

Cardinal Wyrm Cast Away Souls
Il aura fallu trois rendez-vous avec Cardinal Wyrm pour que je tombe définitivement amoureux. Le premier, intitulé Another Holy Trinity, m'avait déjà marqué en 2013 avec ses airs de hardcore pour doomster (Pranjal Tiwari, chanteur et batteur de la formation, est épatant) mais le déclic s'est fait trop tard pour le chroniquer à l'époque. Deuxième rencontre et le constat était le même : Black Hole Gods m'intriguait et me charmait, mais impossible de mettre le doigt avec précision sur ce qui rendait la formation de Oakland aussi spéciale. Une idylle que j'avais décidé de garder secrète, ayant, je l'avoue, un peu honte à l'idée de présenter cette « chose » si peu avenante et cependant, unique et attirante.

Seulement, là, je ne peux plus le cacher. Oui, j'aime Cardinal Wyrm et Cast Away Souls a rendu cela clair. J'aime que son doom metal soit aussi classique et aussi à-part. J'aime qu'entre ses délires de mérovingiens école Reverend Bizarre (voire Opium Warlords, tant il y a de la sainteté qui se trame sous les lames, cf. « Silver Eminence ») et ses envies de voyage stellaire académie Yob (voire Vhöl, dont le thrash joué dans une fusée débarque ici où là), il décide de ne pas choisir. J'aime son chant larmoyant et arrogant, à la fois typiquement doom et bizarrement hardcore. J'aime tout de lui, ses envolées, son je-m’en-foutisme punk faisant qu'il s'en balance d'être hors-tempo, préférant guider de lui-même la marche. J'aime tout de lui et, hélas, je suis incapable de vous dire pourquoi.

Peut-être parce que ce trio réussit tout ce qu'il entreprend ? Autant à l'aise dans le doom et ses déclinaisons (black metal, drone, épique, psychédélique...) que dans des détours qui ne donnent jamais l'impression d'en être, si évidents finissent-ils par paraître une fois accoutumé (« Lost Orison » et sa beauté calme, romantique, et pourtant désertique, triste, semblant issue d'une nuit passée en compagnie de Comanches), Cardinal Wyrm donne la sensation d'écouter un groupe d'une autre dimension, comme si un portail vers notre Terre et la sienne s'était ouvert, une planète à la fois semblable au point de la croire la nôtre (on entre avec aisance dans ce disque ; on ressort chamboulé à chaque fois) et différente sur bien des points.

Autant dire que j'ai décidé d'y élire domicile le plus tôt possible. A-t-on entendu musique plus fluide et majestueuse que celle-ci ? Pranjal Tiwari et Leila Abdul-Rauf (Vastum, Hammers of Misfortune, ex-Amber Asylum) font des merveilles de leurs voix, pouvant aussi bien dorloter et mystifier que déchirer de leurs ongles notre intelligence. C'est qu'on ne se confronte pas à de telles couleurs (dont la pochette dessinée par Kim Holm donne simplement un aperçu) sans y laisser quelques neurones. Tant pis pour eux, tant chaque chose rend émerveillé comme un enfant un peu bête car hébété ici, jusqu'à une production résonnante, pleine d'échos trouvant une voie directe entre les oreilles et le cerveau.

Certes, tout n'est pas rose dans notre relation. Cardinal Wyrm déballe tant de belles choses lors des premiers morceaux de cet album que « Grave Passage », « Soul Devouring Fog » et « After the Dry Years » sonnent presque normales en comparaison. Il faut dire que sortir aussi vite cette grâce impétueuse qu'est « The Resonant Dead » revient presque à se tirer une balle dans le pied ! Mais celui qui fera l'effort de suivre la route des Ricains et cherchera à ouvrir ce qu'il entend comme un manteau trouvera de quoi s'émerveiller, pris dans un flash mêlant ailleurs et autrefois, élan vers l'atmosphère et mémoire d'une terre oubliée. Aller loin dans les galaxies, comme on retourne chez soi : peut-être est-ce là ce que me fait ressentir Cardinal Wyrm, et spécifiquement Cast Away Souls !

Ne croyez pas que j'ai tout dit à son sujet, ni que notre aventure est exclusive. Je ne demande pas mieux que de voir « mon » cardinal fricoter avec d'autres personnes. Attention cependant : bien que pouvant se définir comme sa drague la plus accessible, Cast Away Souls n'en reste pas moins une possible épreuve pour qui se laissera tenter. Œuvre aussi mélancolique, surannée, victorieuse et fêlée pourra même faire l'effet d'une technique d'approche trop agressive. Apprenez à pardonner ses quelques maladresses (pas sa timidité ; il n'en a aucune) : ce que vous vivrez avec lui risque de vous mettre dans le même état que moi, si heureux que vous souhaiterez en parler à tout le monde et si ébahi par sa personnalité que vous trouverez cela irréalisable.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
11/01/2020 14:04
note: 8.5/10
Ce groupe est absent depuis quatre ans : c'est bon les gars, c'est assez.
Revenez.
lkea citer
lkea
18/10/2016 12:21
note: 8.5/10
Album reçu ce jour. Bel objet ! Par contre, les titres "Lost Orison" et "Grave Passage" sont inversés dans le déroulé du disque, contrairement à ce qui avait été annoncé avant sa sortie. Bizarre, tant je trouve que ça casse un peu la fluidité de l'ensemble. Enfin, c'est un détail.
gulo gulo citer
gulo gulo
13/10/2016 10:40
note: 8.5/10
Un groupe qu'il est beau.
lkea citer
lkea
13/10/2016 09:35
note: 8.5/10
L'album peut s'écouter en entier sur le site de Decibel Magazine.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cardinal Wyrm
Psychedelic Epic Doom Metal
2016 - Svart Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (8)  7.31/10

plus d'infos sur
Cardinal Wyrm
Cardinal Wyrm
Psychedelic Epic Doom Metal - 2009 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Silver Eminence
02.   The Resonant Dead
03.   Lost Orison
04.   Grave Passage
05.   Soul Devouring Fog
06.   After the Dry Years

Durée : 46 minutes 41 secondes

line up
parution
14 Octobre 2016

Sodom
Out Of The Frontline Trench...
Lire la chronique
BLACK METAL 1995-1996 : Top 10 et Pas top 3 !
Lire le podcast
Pearl Jam
Ten
Lire la chronique
Gorgon
The Veil of Darkness
Lire la chronique
Slave One
Omega Disciples
Lire la chronique
Monarque
Jusqu'à La Mort
Lire la chronique
Khnvm
Foretold Monuments of Flesh
Lire la chronique
Berzerker Legion
Obliterate The Weak
Lire la chronique
Nekro Drunkz
Terminal Perversion
Lire la chronique
Nyogthaeblisz
Abrahamic Godhead Besieged ...
Lire la chronique
Bilan 2019
Lire le bilan
Belore
Journey Through Mountains ...
Lire la chronique
Mephitic Corpse
Immense Thickening Vomit (D...
Lire la chronique
Depressed
Beyond The Putrid Fiction
Lire la chronique
Weakling
Dead as Dreams
Lire la chronique
Abigail Williams
Walk Beyond the Dark
Lire la chronique
Harm's Way
Posthuman
Lire la chronique
Sacrifizer
La Mort Triomphante (EP)
Lire la chronique
Impiety
Versus All Gods
Lire la chronique
Cult of Luna
A Dawn to Fear
Lire la chronique
Forlorn Citadel
Ashen Dirge of Kingslain
Lire la chronique
Moonreich
Wormgod (EP)
Lire la chronique
Municipal Waste
The Last Rager (EP)
Lire la chronique
Necrolatry
Dead And Buried (Démo)
Lire la chronique
Haunter
Sacramental Death Qualia
Lire la chronique
Shrine of Insanabilis
Vast Vortex Litanies
Lire la chronique
Finsterforst
Zerfall
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Amyl And The Sniffers
Lire la chronique
SETH pour la sortie du live "Les Blessures De l'Âme : XX Ans De Blasphème"
Lire l'interview
Atriarch
Forever The End
Lire la chronique