chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
71 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Expire - With Regret

Chronique

Expire With Regret
"Come Spring of next year, we’ll be putting the band to rest. There isn’t some huge explanation to give. To put it simply, we all decided that we would rather end it on our terms and when we want to, rather than fade off. We’ve never been the type to only play a few shows here and there or sit dormant for any amount of time. Expire started as a band that didn’t know how to slow down and that’s the way we’ll end it."
Ainsi, c’est par ces quelques lignes que les Américains d’Expire ont annoncé début août la fin prochaine de leurs activités. Un choix surprenant étant donné la notoriété qu’avait réussi à gagner en l’espace d’un seul album ce petit groupe originaire de Milwaukee dans le Wisconsin. Ceci étant, on ne peut que saluer le geste d’un groupe qui préfère s’en aller la tête haute en ayant dit ce qu’il avait à dire plutôt que de finir par tourner en rond, sans énergie et sans passion.

Sorti en septembre dernier sur Bridge Nine Records (soit quelques mois seulement après la sortie de Old Songs, compilation regroupant les deux premiers EPs du groupe), With Regret est donc le troisième et dernier album d’Expire. Deux ans après un Pretty Low qui en avait malheureusement déçu plus d’un, le groupe vient (re)mettre les points sur les "i" comme pour mieux nous faire regretter son départ quelque peu prématuré.

Du haut de ses vingt-deux minutes (pour treize titres), With Regret prend le même chemin que ses deux prédécesseurs. Un disque expéditif qui ne s’embarrasse d’aucun superflu. Pour se faire, Expire utilise la même recette que les années précédentes soit un riffing nerveux et abrasif tout en efficacité (en dépit de quelques petites choses un petit peu perturbantes à l’image de ce riff dissonant sur l’introduction de "Vultures" et qui n’est pas sans rappeler certains groupes de Hardcore Chaotiques des années 90 ou bien encore ce passage un rock’n’roll à la Every Time I Die sur "The Harsh Truth"), une basse aux rondeurs affolantes qui n’hésite pas à voler la vedette à ses petits camarades, une voix arrachée gorgée d’amertume et enfin pour terminer une production musclée et plus compacte qu’auparavant signée Andy Nelson (Weekend Nachos, Harm's Way) qui a néanmoins le bon goût de ne pas trop en faire.
Disque moderne construit sur les bases d’un Hardcore new-yorkais à la manière d’un Backtrack, ce nouvel album ne surprendra personne. Ni ceux qui ont déjà posé leurs oreilles sur la musique de ces jeunes Américains ni ceux déjà familier avec la scène Hardcore et qui découvriraient pour je ne sais quelle raison Expire avec cet ultime album. Car soyons honnête, cela fait belle lurette que l’on a ici laissé de côté la notion d’originalité pour se concentrer sur l’essentiel, des riffs, du groove et de l’énergie.
Et pour le coup, les quatre garçons de Milwaukee en ont à revendre. Sans rien bousculer des codes en vigueur, Expire enchaîne les brûlots de moins de deux minutes avec une énergie folle ainsi qu’un sens du groove toujours aussi redoutable (à ce petit jeu-là, "Fighting The Slip" commence d’ailleurs très fort avec ces riffs abrasifs et ultra-découpés même si, rassurez-vous, la suite n’est absolument pas en reste). Attendez-vous ainsi à arpenter en long en large et en travers votre salon lors de mosh-part ou de séquences viriles sacrément bien senties ("Divide And Conquer" à 1:07, "Hidden Love" à 1:20, "Regret" à 1:18, "Medicine" à 1:28, "Live Or Die" à 1:04 et ainsi de suite...) entrecoupées d’ailleurs pour la plus part de franches accélérations. Bref, si vous êtes amateur du genre, vous connaissez la chanson sur le bout des doigts.

Grâce à une production plus agressive qui a su conserver la nature abrasive des compositions d’Expire tout en y apportant davantage de puissance, With Regret vient surpasser son prédécesseur et (re)donner espoir à ceux qui avait été quelque peu déçus par un « Pretty Low » peut-être moins nerveux et incisif que le Expire de Grim Rythm, Suffer The Cycle ou bien encore Pendulum Swing. Ce troisième et dernier album est en tout cas une franche réussite qui se plait ainsi à aller à l’essentiel avec ce qu’il faut de hargne, de groove et d’agressivité. Un équilibre parfait qui nous fera regretter à coup sûr le split des Américains en dépit d’une scène qui demeure particulièrement active en la matière.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Ikea citer
Ikea
07/01/2017 12:43
AxGxB a écrit :
Les Botch sont dans une liste de réservation d'un des membres de l'équipe dont je tairais le nom Mr Green


Ahah Mr Green tu peux les faire si tu veux hein ! Moi, je m'en occuperai probablement avant 2020 Moqueur
InnerDam citer
InnerDam
07/01/2017 12:17
note: 8.5/10


Les Botch sont dans une liste de réservation d'un des membres de l'équipe dont je tairais le nom Mr Green

Quant à Bloodlet, j'avais dans l'idée de me charger au moins du premier Clin d'oeil[/quote]

Hâte de lire le Bloodlet. :-)
AxGxB citer
AxGxB
07/01/2017 12:00
note: 8/10
InnerDam a écrit : En passant, ça serait cool de voir un jour chroniqué "we are the romans" de Botch ou le "seraphim fall" de Bloodlet.

Les Botch sont dans une liste de réservation d'un des membres de l'équipe dont je tairais le nom Mr Green

Quant à Bloodlet, j'avais dans l'idée de me charger au moins du premier Clin d'oeil
InnerDam citer
InnerDam
07/01/2017 11:42
note: 8.5/10
AxGxB a écrit : InnerDam a écrit : Très bon album. Choppé cet aprem' et je ne m'en lasse pas. Très orienté new school à l'ancienne. Certains passage me font penser à Fury Of Five groupe ô combien sous estimé à l'époque. A surveiller de très près..

Fury Of Five, sérieusement ? Ca ne m'a jamais sauté aux oreilles. Genre quel(s) morceau(x) ?
Les premières sorties du groupe à l'époque étaient cools mais ça n'a pas un peu vieillit ? Sur scène c'était sympa en tout cas.


Le chant n'a rien à voir c'est clair mais certains riffs ou mosh-parts m'y ont fait penser. C'est vrai qu'à part leurs démos et le 1er album ils sont vite partis en couille. Du coup faudrait que je les ressorte du placard pour voir, certains disques de hardcore que j'ai acheté à l'époque ont pris un sacré coup de vieux à l'écoute. Sinon très bonne chro', sans quoi je ne l'aurais sans doute pas acheté.

En passant, ça serait cool de voir un jour chroniqué "we are the romans" de Botch ou le "seraphim fall" de Bloodlet.
AxGxB citer
AxGxB
07/01/2017 08:56
note: 8/10
InnerDam a écrit : Très bon album. Choppé cet aprem' et je ne m'en lasse pas. Très orienté new school à l'ancienne. Certains passage me font penser à Fury Of Five groupe ô combien sous estimé à l'époque. A surveiller de très près..

Fury Of Five, sérieusement ? Ca ne m'a jamais sauté aux oreilles. Genre quel(s) morceau(x) ?
Les premières sorties du groupe à l'époque étaient cools mais ça n'a pas un peu vieillit ? Sur scène c'était sympa en tout cas.
InnerDam citer
InnerDam
07/01/2017 01:16
note: 8.5/10
Très bon album. Choppé cet aprem' et je ne m'en lasse pas. Très orienté new school à l'ancienne. Certains passage me font penser à Fury Of Five groupe ô combien sous estimé à l'époque. A surveiller de très près..
AxGxB citer
AxGxB
21/10/2016 17:07
note: 8/10
Oui, y a moyen que ça le fasse davantage cette fois que pour le précédent Clin d'oeil
KPM citer
KPM
21/10/2016 16:39
Bon, on va essayer alors Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Expire
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  8.17/10
Webzines : (6)  6.41/10

plus d'infos sur
Expire
Expire
Hardcore - 2009 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Fighting The Slip  (1:29)
02.   Divide And Conquer  (1:33)
03.   Hidden Love  (1:48)
04.   Regret  (1:41)
05.   Medicine  (2:01)
06.   Vultures  (1:33)
07.   Live Or Die  (1:35)
08.   Fair Weather Friend  (1:53)
09.   Turned To Dust  (1:37)
10.   Ghost  (1:49)
11.   The Harsh Truth  (1:29)
12.   Beyond My Reach  (1:31)
13.   Fear In Control  (2:00)

Durée : 21:59

line up
parution
23 Septembre 2016

voir aussi
Expire
Expire
Pretty Low

2014 - Bridge Nine Records
  
Expire
Expire
Pendulum Swings

2012 - Bridge Nine Records
  

Essayez aussi
Disgrace
Disgrace
True Enemy

2015 - Closed Casket Activities
  
Mizery
Mizery
Absolute Light

2016 - Flatspot Records
  
Life Of Agony
Life Of Agony
River Runs Red

1993 - Roadrunner Records
  
dEFDUMp
dEFDUMp
David versus Corporate Society

2000 - Autoproduction
  
Raw Justice
Raw Justice
We Don't Need Your Friends (EP)

2013 - Straight & Alert
  

Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique