chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
125 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

War From A Harlots Mouth - Voyeur

Chronique

War From A Harlots Mouth Voyeur
War From A Harlots Mouth, en plus de présenter le symptôme du "nom complètement débile" (à croire que c'était une sorte de concours permanent dans la scène Deathcore), souffre également d'une affection pas si rare : le syndrome de la girouette. Comment qualifier autrement l'évolution du quintet berlinois ? Si le démarrage du combo était efficace comme peut l'être n'importe quel disque de Deathcore lambda, on l'avait vu s'aventurer dans des terres plus expérimentales, plus complexes, comme en témoigne leur fantastique "In Shoals", dont Keyser avait pu vous entretenir l'année de sa sortie. Mixant Mathcore, Jazz et plans alambiqués, WFAHM avait su s'affranchir de l'étiquette Myspace qui lui collait à la peau, et proposer quelque chose d'assez personnel tout en conservant l'envie de distribuer des pains. Puis, ce fut le début de la descente.

"MMX", passé assez inaperçu, coupait court à toute envie de perdre l'auditeur en simplifiant brutalement sa recette, consistant uniquement en des mosh-parts quasi-permanentes. Aucun feeling, aucune étincelle, juste un Mathcore froid, Meshuggah au rabais, qui destinait le disque à retourner prendre la poussière dans une étagère au bout de deux écoutes. Du blast, oui, des parties brutales qui font mouche, oui, mais quid des saccades et des cassures brise-nuques d' "In Shoals" ? Pourquoi avoir abandonné tout ce qui avait un tant soit peu d'intérêt musicalement ? L'annonce de "Voyeur", et surtout leur signature chez Season of Mist laissaient présager un retour à ce qui faisait de WFAHM un groupe digne d'intérêt. Et pourtant...

Ce dernier album de WFAHM souffre de tous les défauts déjà évoqués dans les chroniques des autres albums de la formation. Critiques restées sceptiques (quand elles n'ont pas descendu l'opus en flèche), ventes probablement décevantes (j'ai pu acheter le LP soldé moitié prix à peine trois mois après sa sortie), le groupe se sépare peu de temps après. Et c'est d'autant plus triste que le chant du cygne de WFAHM restera ce qu'ils auront pondu de plus laborieux.

Car le plus convaincant dans "Voyeur", ce sont les interludes de cordes classiques, "Origin", "Beyond Life and Death" et "Epiphany". Ces dernières sont bien les seules choses porteuses d'ambiance de cette (longue) galette : sentencieuses, tristes, parfois inquiétantes, elles n'auraient pas dépareillé chez Hitchcock. Mais bon, trois titres (aussi bons soient-ils) sur quatorze ne permettent pas de rattraper un disque entier. Parce que les parties violentes, aussi efficaces soient-elles, deviennent très rapidement pénibles. Vous n'entendrez que rarement les guitares se désolidariser de la double pédale, vous assisterez à une répétition pénible du même schéma de composition sur la totalité des morceaux : breakdown, guitares dissonantes, re-breakdown, accélérations soudaines, re-re-breakdown. C'est chiant à lire, et ça l'est tout autant à écouter. Effectivement, la production est excellente, dans la droite lignée des deux précédents opus : des frappes massives, des guitares imposantes, une voix toujours aussi puissante. Et oui, l'album est très impressionnant techniquement, les compositions reposant presque intégralement sur le jeu du batteur, qui enchaîne les contretemps improbables et les roulements véloces qui tombent aux moments les plus impromptus. Mais la force de frappe et la violence frontale ne survivent malheureusement pas à la première écoute. Et les rares bonnes choses qui ressortent un peu de ce maelstrom en toc sont vite tuées dans l'oeuf (le seul titre à vraiment donner le tournis par ses grattes et sa double pédale implacable, "H(a)unted", ne dure que quarante secondes).

Interludes mis à part, impossible d'isoler un titre par rapport à un autre tant "Voyeur" sonne comme un seul gros breakdown d'une demie-heure. Rien qui dépasse, tout est bien calibré, trop propre pour être vraiment honnête. Certains passages relèvent un peu le niveau en plaquant l'auditeur au sol (le démarrage surpuissant de "Temple", le martelage beatdown en règle qu'est "Krycek"), mais eux aussi finissent par lasser rapidement. Du sous-Meshuggah gonflé aux stéroïdes, un emballage solide renforcé par une promo intensive mais dont le contenu, pétard mouillé, ne ferait même pas office d'amuse-gueule tant on reste sur notre faim. Rien de mémorable, rien de véritablement prenant, "Voyeur" est juste un mauvais disque. Je préfère me souvenir de WFAHM pour "In Shoals", le plus convaincant et intéressant de leur discographie.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
War From A Harlots Mouth
Breakdown Metal
2012 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 3/10
Lecteurs :   -
Webzines : (19)  6.82/10

plus d'infos sur
War From A Harlots Mouth
War From A Harlots Mouth
Breakdown Metal - Allemagne
  

tracklist
01.   Origin  (00:53)
02.   Vertigo  (03:34)
03.   H(a)unted  (00:41)
04.   Terrifier  (03:00)
05.   Of Fear and Total Control  (02:50)
06.   Temple  (03:00)
07.   The Black Lodge  (04:07)
08.   Beyond Life and Death  (01:12)
09.   To the Villains  (03:05)
10.   Krycek  (04:55)
11.   Scopophobia  (03:47)
12.   Catacombæ  (02:52)
13.   Epiphany  (01:01)

line up
parution
19 Octobre 2012

voir aussi
War From A Harlots Mouth
War From A Harlots Mouth
In Shoals

2009 - Lifeforce Records
  
War From A Harlots Mouth
War From A Harlots Mouth
Transmetropolitan

2007 - Lifeforce Records
  
War From A Harlots Mouth / Burning Skies
War From A Harlots Mouth / Burning Skies
Split (Split-CD)

2010 - Lifeforce Records
  
War From A Harlots Mouth
War From A Harlots Mouth
MMX

2010 - Lifeforce Records
  

Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique
Morteruine
Demo MMXVIII
Lire la chronique
Corrosion Of Conformity + Desert Storm + Witchfinder
Lire le live report
Catalyst
The Great Purpose Of The Lords
Lire la chronique
Darkthrone
Old Star
Lire la chronique
The Lord Weird Slough Feg
New Organon
Lire la chronique
Annihilator
For The Demented
Lire la chronique
Vader
Thy Messenger (EP)
Lire la chronique
Flamen
Furor Lunae
Lire la chronique