chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
148 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Motörhead - Sacrifice

Chronique

Motörhead Sacrifice
Alors qu’on arrive en plein milieu des années 90 l’heure est aux grands chamboulements dans la sphère metallique, d’un côté on a l’explosion de la scène Grunge et du Black Scandinave, conjuguée à l’arrivée du Néo-Metal via les premiers albums de DEFTONES, KORN ou LIMP BIZKIT. A l’inverse pour les leaders du Heavy et Hard traditionnel c’est la soupe à la grimace car outre une perte d’intérêt du public et des disques franchement moyens (comme « The X-Factor » d’IRON MAIDEN et « Jugulator » de JUDAS PRIEST), ceux-ci sont également frappés par une lourde restructuration interne (comme chez les deux géants Britanniques), et le quatuor le plus bruyant du monde n’y échappe pas également.

Car bien qu’il fête ses vingt ans d’existence et que « Bastards » ait reçu de bons échos, il se retrouve une nouvelle fois plongé dans le doute car après le peu d’entrain de ZYX pour mettre en valeur son précédent opus il a cette fois-ci atterri chez SPV pour une collaboration qui s’avèrera fructueuse dans l’avenir. D’autre part dès le début de l’enregistrement de son dernier bébé Würzel se distingue par son manque d’implication, outre le fait qu’il n’a quasiment pas contribué à l’écriture des morceaux il n’a joué que quelques parties au final, donnant l’impression d’une cassure et d’une lassitude. D’ailleurs si son départ officiel dès la fin de l’enregistrement n’a surpris personne (mettant ainsi fin à une aventure de douze ans et six albums), on sent bien qu’il y’a une ambiance de fin de règne et une déception générale car l’ensemble de ces nouvelles compositions sont parmi les plus sombres qui n’ont jamais été composées par la bande.

Car outre la production très étouffée d’Howard Benson (qui rempile après son excellent boulot sur son prédécesseur) et la pochette sublime de Joe Petagno (qui n’est pas sans rappeler « L’enfer » de Dante) ce qui marque d’entrée c’est ce morceau-titre écrasant et suffocant via des rythmiques d’une lourdeur totale et mis en avant par le jeu tout en groove et en double de Mikkey Dee qui va là-encore réaliser une prestation de haute volée, et donner le ton général pour la suite à venir. Celle-ci donne encore dans la qualité avec le rapide et punk « Sex & Death » qui aurait très bien pu être écrit au début de l’histoire du groupe, et aussi le massif et écrasant « Over Your Shoulder » digne d’un semi-remorque remplit de son chargement. Cependant ce début en fanfare va un petit peu se calmer par la suite pour n’offrir que des morceaux « corrects » comparés à ceux-ci (mais cependant bien au-dessus de la majorité de la concurrence) car « Dog-Face Boy » et « All Gone To Hell » sont moins monumentaux que les précédents, cela n’enlève rien à leur qualité. D’ailleurs ceci est de courte durée car le très rock’n rollesque « Don’t Waste Your Time » (qui n’est pas sans rapeller « Angel City » paru sur « 1916 ») remet les pendules à l’heure avec son piano et saxophone, afin de nous replonger dans une ambiance volontairement rétro, pour un rendu imparable et réussi qui permet d’entrevoir une éclaircie lumineuse dans la noirceur générale. Enfin « In Another Time » de très bonne facture et le surprenant et mélodique « Out Of The Sun » finissent de nous convaincre de la réussite et du brio du boulot réalisé par les sacrificateurs.

Bien qu’il soit un peu à part dans leur déjà longue discographie cet album est une vraie réussite qui demande néanmoins le temps de l’assimilation, car rarement une de leurs créations n’a demandé autant de temps et d’écoutes afin d’en saisir toutes les subtilités et la rage contenue de manière plus ou moins directe et claire. Un disque qui porte très bien son nom tant son accouchement a été délicat, et qui encore aujourd’hui par son côté atypique résume parfaitement la période transitoire traversée par le combo, qui décidait de rester en trio pour la tournée à venir. Car désormais seul gratteux à bord Phil Campbell annonçait à Lemmy qu’il se sentait dorénavant capable d’assurer lui-même toutes les parties musicales, ce qui ravissait ce dernier qui souhaitait depuis quelques temps retrouver cette forme originelle où il pouvait se permettre plus de fantaisies au niveau de son jeu de basse. Libéré d’un poids c’est un tout nouveau guitariste qui apparaissait lors des concerts, plus mobile et n’hésitant à faire du jeu de scène il permit également à ses acolytes de gagner du temps en n’ayant pas besoin de recruter un nouveau membre. Désormais soudés comme un roc dans leur forme définitive pour les vingt prochaines années, leur avenir s’annonçait radieux, chose qu’ils ne tarderont pas à confirmer d’ailleurs …

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
26/10/2016 10:04
note: 9/10
Il est sur l'Olympe, lui.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Motörhead
Hard - Rock N'Roll
1995 - SPV
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (6)  8/10
Webzines : (1)  9.3/10

plus d'infos sur
Motörhead
Motörhead
Hard - Rock N'Roll - 1975 † 2015 - Royaume-Uni
  

écoutez
vidéos
Sacrifice
Sacrifice
Motörhead

Extrait de "Sacrifice"
  

tracklist
01.   Sacrifice
02.   Sex & Death
03.   Over Your Shoulder
04.   War for War
05.   Order/Fade to Black
06.   Dog-Face Boy
07.   All Gone to Hell
08.   Make 'em Blind
09.   Don't Waste Your Time
10.   In Another Time
11.   Out of the Sun

Durée : 36 minutes

line up
voir aussi
Motörhead
Motörhead
Bastards

1993 - ZYX Music
  
Motörhead
Motörhead
The Wörld Is Yours

2010 - UDR Music
  
Motörhead
Motörhead
1916

1991 - Epic Records
  
Motörhead
Motörhead
March Ör Die

1992 - Sony Music
  
Motörhead
Motörhead
Bomber

1979 - Bronze Records
  

Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique
Old Corpse Road
On Ghastly Shores Lays the ...
Lire la chronique
Unholy
From the Shadows
Lire la chronique
Ahret Dev
Hellish
Lire la chronique
Abduction
Jehanne
Lire la chronique
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier