chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
98 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Virvum - Illuminance

Chronique

Virvum Illuminance
Alors que la fin d’année approche doucement et que l’éternelle échéance du choix des albums marquants de 2016 se précise, une chose au moins est sûre pour moi « Illuminance » figurera parmi les tout meilleurs albums et s’il ne devait en rester qu’un pour le titre d’album de l’année ce serait probablement lui. Et pourtant dieu sait qu’on le l’avait pas vraiment vu venir celui-là ! Car avec seulement deux singles à son actif (sortis en 2013 et 2015 et dont aucun titre n’est d’ailleurs repris ici, ce qui est à souligner pour un premier album) Virvum fait figure de surprise totale. Jamais avant de poser mes oreilles sur les extraits proposés pour nous mettre l’eau à la bouche je n’avais ouï dire de ces jeunes Suisses actif pourtant depuis bientôt dix ans si l’on en croit un Metal Archives qui a d’ailleurs (et c’est bien assez rare pour être souligné !) lui aussi sacrément tardé à leur consacrer une page. La claque fut donc d’autant plus grande lorsque le premier extrait rebondit sur mes tympans laissant présager quelque chose de très bon mais ce n’est que lors de la publication du titre éponyme que j’ai pu mesurer le talent de composition du quintette et espérer un premier effort de grande volée. Je n’en attendais pas tant.

Essayons d’expliciter les choses simplement, Virvum officiant dans un style ayant connu un engouement certain ces dernières années. Pourquoi devez-vous vous jeter sur « Illuminance » ? Pour éclaircir les choses commençons par souligner l’extrême variété se déployant tout au long de ces huit titres car, s’il faut bien cataloguer un minimum les choses, nos Helvètes ne négligent aucun aspect de leur musique, le plus frontal comme le plus mélodique et c’est bien là l’une des grandes forces d’un « Illuminance » qui ne cessera d’alterner grosses mandales blastées dans ta face et douces caresses mélodiques. Si c’est le côté purement frontal des choses qui vous intéresse, vous serez servi tant Diego Morenzoni vous rétamera les tympans à grands coup de blasts surpuissants (voire de gravity blasts sur le titre éponyme) sur des riffs gardant toujours un soupçon de mélodie mais n’entachant absolument pas l’effet dévastateur de l’ensemble (vous vous en rendrez compte de toute façon dès les premières secondes de « The Cypher Supreme » qui démarre pied au plancher et vous me donnerez de vos nouvelles lorsque vous vous serez mangé le début de « Tentacles Of The Sun » dans les dents !), le tout bien appuyé par le growl puissant de Bryan Berger même si le bonhomme s’accordera régulièrement quelques écarts plus éructés et que le rendu semble un poil moins guttural que sur le single « Internal Howl ». Si ce sont plutôt les velléités technico-mélodiques qui vous électrisent alors vous serez plus que ravis tant le travail effectué ici par Nicola Gruhn et Gorftoby Koelman est juste magistral. Si le niveau technique intrinsèque ne dépasse pas la moyenne d’un style déjà reconnu pour son exigence qualitative (attention je ne dis absolument pas qu’on à affaire à des manchots hein, mais Virvum ne joue pas les First Fragment ou Spawn Of Possession et c’est tant mieux), c’est par le talent de composition que la paire de six-cordistes vous éblouira. Riffing technique et envolées mélodiques se marient ici pour le meilleur dans un tourbillon technico-mélodique de très haute volée où les leads aériennes les disputent aux contrepoints et aux duels solistes les plus lumineux. Et si certaines d’entre-elles ne seront pas sans vous rappeler nos frenchies de Gorod (notamment sur « Ad Rigorem », « Tentacles Of The Sun » ou « Elemental Shift ») elles auront cette même qualité, une fois digérées, de ne plus quitter votre esprit tant elles peuvent être entêtantes (le début de « The Cypher Supreme », celui de « Tentacles Of The Sun » et de presque tous les titres de toute façon…) voire épique (« II : A Final Warming Shine : Ascension and Trespassing »). Cette trame mélodico-technique continue constitue réellement l’ossature d’ « Illuminance » autour de laquelle gravite tout le reste, et lorsque les fondations sont aussi solides, difficile d’enfanter autre chose qu’un album en béton armé, renforcé en cela par une production certes moderne mais extrêmement claire (quel bonheur de son de guitare si pur !) et puissante sans être synthétique.

Pour couronner le tout Virvum a également soigné tout le reste, les huit titres baignant dans une ambiance lumineuse quasi solaire par moment, les mélodies de guitare en étant évidemment les premières responsables mais l’on notera également ces touches de claviers (rappelant presque Sadist sur « Earthwork ») venant épaissir cette atmosphère (« Earthwork », « Illuminance », « II : A Final Warming Shine : Ascension and Trespassing ») et tapisser en fond cet album, lui apportant l’épaisseur non suffisante mais indispensable pour affronter les épreuves du temps. Et à ce sujet aucune inquiétude, le soufflé ne retombera pas de sitôt, je puis vous le confirmer du haut de la bonne trentaine voire quarantaine d’écoutes qui n’ont fait qu’accroitre son effet. Apportant un soin particulier à tous les aspects de leur musique, les Suisses nous réservent aussi quelques accalmies en la présence de breaks tantôt plus aériens (« Illuminance » à 3’28 accompagné de cette batterie toute en finesse et en retenue là où d’autres auraient été tentés d’en tartiner partout) tantôt sur un versant plus moderne aux accents lourds et saccadés (« The Cypher Supreme » à 2’00, « Illuminance » à 4’43, « II : A Final Warming Shine : Ascension and Trespassing » à 5’10) sans toutefois tomber dans le deathcore (tout reste baigné de mélodies et évite le monocorde). On notera même ce petit passage tirant vers le black sur « Ad Rigorem » à 1’58.

Ce qui terminera d’asseoir « Illuminance » comme un album complet et rond, une fois tous ces éléments mis bout à bout, c’est son extraordinaire cohérence : musicale (malgré la diversité du propos), rythmique (malgré les changements de rythmes incessants), c’est peu dire que l’album s’enfile d’une traite tant il n’accuse aucune solution de continuité, certains titres s’enchainant tellement naturellement qu’il vous faudra aux premières écoutes le jugement de l’affichage de votre lecteur pour repérer le changement de piste (notamment pour les quatre premières). Si l’album ne souffre à proprement parler d’aucun temps mort et que chaque titre mériterait presque à lui seul l’achat de l’objet (allez je mettrais peut-être « Elemental Shift » un poil de couille en dessous du reste sous la torture), je me devais d’évoquer brièvement au moins ce titre éponyme absolument divin, magistrale pièce de neuf minutes regroupant tout ce qui fait Virvum, porté à son apogée : intro en arpège soutenue par ces discrets claviers, montée en puissance vers l’explosion riffique sur ce blast dévastateur, ce petit gimmick génial à 2’55 et 6’40, cette accalmie mélodique à 3’28 accompagnée par batterie tout en retenue, ce break plus lourd mais toujours imprégné de mélodie à 4’43, cette éclaircie aérienne à 7’15 avant ce final faisant office d’intro pour « Ad Rigorem ». Du pur bonheur !

Rarement un album aura aussi bien porté son nom tant il illumine, rayonne voire éblouit. Même si certaines influences sont palpables (Gorod, Cynic voire le Deeds Of Flesh récent), Virvum accouche ici d’un album à l’identité lumineuse associant à merveille brutalité, technique, mélodie et ambiance, le tout avec une maitrise et une science de la composition proprement bluffantes (même le chant ici sait se faire attendre pour venir ne se placer qu’au moment opportun). Tout au plus pourrait-on regretter une basse qui aurait pu se montrer plus aventureuse encore (est-ce l’effet ‘’bassiste de session’’ ?) car quel régal lorsqu’elle se laisse aller (« The Cypher Supreme » à 1’00, « Tentacles Of The Sun » à 1’00 également), le style pratiqué s’y prêtant totalement. « Illuminance » est de la dentelle pour les oreilles, presqu’épuré, du death metal qui à l’instar de sa magnifique pochette vous fait rêver violet.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
27/11/2016 00:06
note: 9/10
krakou a écrit : Vraiment pas mal en effet cet album. Par contre l'influence majeure c'est clairement Fallujah pour moi, en tout cas ça ressemble énormément.
Je vois à peu près le rapprochement que l'on peut faire entre les 2 groupes mais pour moi Fallujah propose une approche bien plus moderne et "core" dans l'esprit (beaucoup plus de rythmes saccadés) là où Virvum lui met beaucoup plus l'accent sur le côté technique/mélodique et est pour moi bien plus l'héritier des pères du death technique qu'un énième rejeton de la scène Fallujah/The Faceless/sumeriancore et cie (mais que je ne connais que de loin, j'avoue)... Mais je comprends qu'on puisse faire le lien.
krakou citer
krakou
14/11/2016 15:23
Vraiment pas mal en effet cet album. Par contre l'influence majeure c'est clairement Fallujah pour moi, en tout cas ça ressemble énormément.
Ainur citer
Ainur
04/11/2016 17:55
Je l'avais écouté il y a un petit moment déjà. J'ai pas retenus grand chose non plus notamment à cause de cet aspect core suffisamment présent pour que ça me gâche l'écoute.Mais bon je veux bien refaire un effort vue que la chro est élogieuse. Sourire
Niktareum citer
Niktareum
04/11/2016 13:58
note: 9/10
Mitch a écrit : Du death technique mélo (pas si "brutal") dans la mouvance moderne avec quelques aspects "prog" et"core" qui me rappellent The Faceless. Effectivement fort bien fichu (de belles mélodies) mais qui caresse trop dans le sens du poil, je n'ai pas retenu grand chose...
Pour le "pas si brutal" disons que ça n'est pas uniquement brutal ou pas tout le temps brutal, mais quand ça envoie le paté ça ne fait pas semblant pour autant. Pas trouvé beaucoup d'aspect "core" par contre à part les 2-3 passages plus modernes mais je vois quand même le lien qu'on peut faire avec The Faceless même si pour moi c'est 100 fois plus intéressant. Dommage que tu n'aies pas accroché plus que ça, peut-être cela viendra-t-il avec le temps. Clin d'oeil
Mitch citer
Mitch
04/11/2016 11:32
Du death technique mélo (pas si "brutal") dans la mouvance moderne avec quelques aspects "prog" et"core" qui me rappellent The Faceless. Effectivement fort bien fichu (de belles mélodies) mais qui caresse trop dans le sens du poil, je n'ai pas retenu grand chose...
Keyser citer
Keyser
04/11/2016 09:07
note: 8.5/10
Très bon album en effet, le travail sur les mélodies est exemplaire.
Niktareum citer
Niktareum
04/11/2016 08:41
note: 9/10
M'est avis que tu ne seras pas déçu lapinou ! Clin d'oeil
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
04/11/2016 07:53
Allez, j'achète !
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
04/11/2016 07:11
C'est que tu fais envie mon Nikta dis !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Virvum
Brutal Death Technique Mélodique
2016 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (6)  7.92/10
Webzines : (5)  8.3/10

plus d'infos sur
Virvum
Virvum
Brutal Death Technique Mélodique - 2007 - Suisse
  

vidéos
 Ad Rigorem
Ad Rigorem
Virvum

Extrait de "Illuminance"
  

tracklist
01.   The Cypher Supreme
02.   Earthwork
03.   Illuminance
04.   Ad Rigorem
05.   Tentacles of the Sun
06.   Elemental Shift
07.   I: A New Journey Awaits
08.   II: A Final Warming Shine: Ascension and Trespassing

Durée : 40'17

line up
parution
16 Septembre 2016

Essayez aussi
Repulsive Dissection
Repulsive Dissection
Promo 2007 (Promo)

2007 - Grindethic Records
  
Posthumous Blasphemer
Posthumous Blasphemer
Exhumation Of Sacred Impunity

2014 - Coyote Records
  
Visceral Bleeding
Visceral Bleeding
Absorbing The Disarray

2007 - Neurotic Records
  
Beneath The Massacre
Beneath The Massacre
Incongruous

2012 - Prosthetic Records
  
Inimicality
Inimicality
Adaptation Of Neurovisceral Disturbance (Démo)

2010 - Autoproduction
  

Album de l'année
METAL MEAN FESTIVAL
Auðn + Convulse + Cult of F...
Lire le live report
Uniform
The Long Walk
Lire la chronique
Ulvegr
Vargkult
Lire la chronique
Hirax European Summer Tour 2018
Antagonism + Dissident + Hi...
Lire le live report
Sylak Open Air 2018
At The Gates + Bloodbath + ...
Lire le live report
Exocrine
Molten Giant
Lire la chronique
Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique