chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
134 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bölzer - Hero

Chronique

Bölzer Hero
C’est un fait, Bölzer est l’un des groupes au succès (si tant est que l’on puisse parler de "succès" pour ce genre de musique) le plus fulgurant de ces dernières années. Il n’aura fallu en effet qu’un petit EP de seulement trois titres pour réussir à enflammer tout l’underground et voir ainsi les deux Suisses figurer à l’affiche de tous les festivals européens et étrangers. Il faut dire qu’Aura avait largement de quoi séduire et surprendre, proposant un Death Metal étrange et original où riffs aquatiques (rappelant étonnement un certain Mastodon) et voix hallucinée venaient se mélanger pour former une espèce de puissant maelstrom intense et particulièrement addictif (je reste marqué à jamais par ce redoutable "Entranced By The Wolfshook").
Après un Soma moins tonitruant présenté par Bölzer comme la partie "féminine" de ce dyptique, on attendait fébrilement que KzR et HzR passent à l’étape suivante, celle de l’album. Le groupe nous aura fait languir plus de deux ans avant de sortir via Iron Bonehead Hero, l’un des disques les plus attendus de cette fin d’année. Malheureusement pour moi, les choses ne s’annonçaient pas aussi simples que je pouvais l’espérer...

Pour commencer il y a cet artwork complètement pété sorti de l’imagination détraquée d’un putain de hippie sous acide. Heureusement que j’en ai terminé avec mon épilepsie contractée au début de l’adolescence car je crois que j’aurai fini allongé sur le sol, la langue violacée à baver sur le parquet les yeux perdus dans le vague tel un demeuré... Le problème c’est que j’étais loin de me douter que les difficultés seraient ailleurs... Accompagné ainsi de mes certitudes et de mes attentes, je dois bien avouer que j’ai particulièrement déchanté lors de ma première écoute de Hero. Et pour ne rien arranger à ce qui s’annonçait déjà comme la plus grosse déception de l’année, les relectures qui ont suivi n’ont pas spécialement arrangé cette très mauvaise impression.

Groupe à la personnalité très affirmée, connu pour son originalité et partageant une vision moderne du Death Metal c’est-à-dire capable de sortir des sentiers battus tout en restant fidèle à une certaine tradition, Bölzer a toujours été là où on ne l’attendait pas. En cela, il faut saluer cette audace qui pousse aujourd’hui le groupe à se réinventer et se mettre ainsi en péril dans une démarche perpétuelle de création. Malheureusement, si cette vision artistique reste salutaire, elle n’est pas systématiquement couronnée de succès. Dans mon cas, il a fallu faire preuve de beaucoup d’abnégation avant que je puisse en partie me satisfaire de ce premier album.
Le problème avec Hero vient selon moi de trois éléments distincts : les riffs, le rythme et la voix. Pour le premier, on ne trouve plus ou alors très peu de cette puissance et de ce charisme d’antan, celui que l’on pouvait entendre sur un titre tel que "Entranced By The Wolfshook". Moins agressifs, plus lissés et surtout beaucoup plus mélodiques, les riffs de KzR ont clairement perdu en immédiateté se faisant dorénavant bien plus exigeants que par le passé. En dehors d’un "Spiritual Athleticism" (et dans une moindre mesure "Phosphor") qui reste selon moi très proche du Bölzer de Aura, les autres titres demandent beaucoup plus de temps pour être appréciés à leur juste valeur. En dépit de ces quelques remarques, ils conservent tout de même une certaine lourdeur ainsi que cette sonorité si particulière qui, depuis le moment où je les ai découverts, me fait penser aux Américains de Mastodon.
Ce riffing plus mélodique et plus subtil a clairement une incidence sur le rythme général. Celui-ci est désormais davantage tourné vers le mid-tempo que vers l’attaque. Un choix qui offre à Bölzer la possibilité d’instaurer un climat quelque peu différent à ses compositions en jouant désormais sur une spiritualité beaucoup plus affirmée (et nettement moins hallucinée) qu’auparavant. Outre les nombreux samples et interludes présents ici et là, cette cadence plus mesurée apporte avec elle un côté plus aérien, plus lumineux et moins torturé à l’ensemble. A ce titre, la preuve la plus flagrante est probablement le morceau "I Am III", composition tout en demi-mesures et aux envolées vocales presque apaisantes. Si la plupart du temps, ce parti pris n’est pas spécialement gênant, on en vient quand même parfois à vouloir pédaler nous-même histoire d’accélérer un peu la cadence (comme par exemple sur Hero où je ne peux m’empêcher de croire que quelques BPM en plus n’auraient pas été de trop...).
Enfin il y a ce chant et surtout ce chant clair qui risque de donner de l’eau au moulin à tous ceux qui crachaient déjà bien volontiers au visage de Bölzer, ce groupe à la "hype" démesurée responsable aujourd’hui de tous leurs malheurs à commencer par la corruption de leur underground si cher et si balisé. Soyons clair, le chant clair d’Okoï Jones ne me gêne absolument pas. Au contraire, le grand gaillard s’en sort ici très bien grâce à des séquences tour à tour puissantes, épiques, poignantes et gorgées d’émotions. Mais si la voix profonde de KzR sonne juste, certains placements peuvent tout de même s’avérer légèrement bancals, comme notamment sur le refrain de "Chlorophyllia" à 1:16. Mais c’est surtout l’absence de growl et ces moments complètements hallucinés que l’on pourra regretter. Certes, le chant demeure abrasif grâce à la voix rugueuse, puissante et virile d’Okoï Jones mais où sont passés ces moments totalement habités où KzR, seul dans la lumière, déclamait du haut de son perchoir ses vérités à un auditoire conquis ? C’est dommage car c’était selon moi un des traits de personnalités les plus forts et convaincants de Bölzer jusque-là.

Malgré tout, en dépit de ces reproches qui m’ont longtemps gêné à l’écoute de Hero (et qui d’ailleurs continuent de le faire, avec peut-être un poil moins de convictions au fur et à mesure que le temps passe et que les écoutes se succèdent), je reconnais à cet album des qualités indiscutables. L’atmosphère est ainsi particulièrement saisissante. Il y a (et il y a toujours eu) dans le Death Metal de Bölzer quelque chose de fort et d’hypnotique. Une sensation constamment présente et pourtant difficilement discernable qui rend la musique du duo addictive et entêtante. Et si le riffing en est la cause évidente, l’atmosphère qui émane de Hero se détache de celles de ses prédécesseurs. Plus aérienne et plus flamboyante, elle procure à l’auditeur un sentiment de grandeur et d’épanouissement que j’aurai du mal à expliquer mais qui est plutôt bien résumé par le chant clair et majestueux d’Okoï Jones. De même, bien que le rythme se soit assagi et que les riffs sont désormais beaucoup plus mélodiques que par le passé, il m’est d’une manière générale bien difficile de ne pas être séduit par le jeu, le riffing et les constructions atypiques de ce duo qui continue d’amener sa musique ailleurs, là où personne ne les attendait vraiment. Cela n’est pas venu naturellement. De nombreuses écoutes m’ont été nécessaires, d’abord déçu de ne pas trouver ce que je souhaitais ardemment y trouver. Mais finalement, une fois l’esprit ouvert, lorsque l’on comprend enfin que nos attentes sont derrière nous et qu’elles n’ont rien à voir avec la musique de Bölzer mais plutôt avec une forme de satisfaction personnelle, il est alors possible d’apprécier Hero comme ce qu’il est, c’est à dire un disque orignal, personnel et audacieux à mille lieux des conventions et des idées préconçues de chacun.

Voilà donc un premier album qui ne manque absolument pas d’ambition. Certains y verront là l’album de la discorde, marquant leur séparation avec les Suisses, d’autres y verront un coup de génie, une preuve supplémentaire de leur talent irréfutable. Pour ma part, j’ai du mal à me situer. Hero n’est clairement pas l’album que j’attendais. Malgré tout, j’ai appris au fil des écoutes à l’apprécier avec ses qualités et ses défauts (certains s’étant d’ailleurs estomper avec le temps). Je sais néanmoins, en dépit du caractère audacieux que je continue de saluer avec enthousiasme, que j’aurai préféré voir Bölzer emprunter le chemin tracé sur Aura pour son côté lourd et accrocheur marqué par des riffs mémorables. Mais je ne suis pas le maître à bord mais seulement invité à participer au voyage. Libre à moi d’y adhérer ou non. De fait, après bien des difficultés pour rentrer dedans, les choses se passent beaucoup mieux désormais. Ce ne sera probablement jamais le grand amour mais les choses vont quand même nettement mieux qu’il y a quelques semaines. Comme quoi, il faut toujours se donner la peine.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

19 COMMENTAIRE(S)

TempleOfAsgaard citer
TempleOfAsgaard
15/12/2018 14:27
note: 9/10
Album excellent pour ma part, bien plus que du simple black/death. Ce côté dramatique et cosmique est vraiment splendide...
Dakini citer
Dakini
25/05/2017 18:09
note: 9/10
L'album m'a scotché, littéralement.

Quand "The Archer" a démarré, ces riffs, ces espèces d'envolés spatiales, la voie, l'ambiance, m'ont direct embarqué.

Quand je suis tombé dessus, je me le suis passé 3 fois d'affilé, et je n'en démord pas, c'est un pure bijou du Death.
gulo gulo citer
gulo gulo
09/12/2016 07:55
note: 8.5/10
Je ne pense pas que ça se prononce différemment en suisse, en tous cas en allemand (je le prononce pas bol d'z'air, t'sais ^^) c'est pareil qu'en suédois, c'est pas ça qui empêche de voir que c'est le même mot.
Jotun35 citer
Jotun35
09/12/2016 00:45
note: 9/10
gulo gulo a écrit : Ikea a écrit : gulo gulo a écrit : Et si on prononce Bolt Thrower très vite, ça donne quoi ? hein ? hein ?

*clap clap*


J'ai pas de mérite, j'ai eu des cours de linguistique dans mes jeunes années, et je lis Warhammer...

Bolter/Bölzer, j'ai même honte de pas l'avoir percuté dès que j'ai lu le laïus sur leur page Metal Archives.


En fait j'ai jamais percuté parce que je l'ai toujours prononcé à la suédois (en gros "beulzeur").
gulo gulo citer
gulo gulo
08/12/2016 10:04
note: 8.5/10
Ikea a écrit : gulo gulo a écrit : Et si on prononce Bolt Thrower très vite, ça donne quoi ? hein ? hein ?

*clap clap*


J'ai pas de mérite, j'ai eu des cours de linguistique dans mes jeunes années, et je lis Warhammer...

Bolter/Bölzer, j'ai même honte de pas l'avoir percuté dès que j'ai lu le laïus sur leur page Metal Archives.
lkea citer
lkea
08/12/2016 09:12
note: 8/10
gulo gulo a écrit : Et si on prononce Bolt Thrower très vite, ça donne quoi ? hein ? hein ?

*clap clap*
AxGxB citer
AxGxB
08/12/2016 08:02
note: 7/10
Oh non, hey, faut peut-être pas pousser.
Laissez les gars et la fille de Coventry tranquille !
gulo gulo citer
gulo gulo
08/12/2016 07:54
note: 8.5/10
Et si on prononce Bolt Thrower très vite, ça donne quoi ? hein ? hein ?
Jotun35 citer
Jotun35
08/12/2016 01:15
note: 9/10
Album qui file à la vitesse de l'éclair et qui m'a pris au dépourvu. Cela dit, Bölzer nous a sorti un album auquel personne ne s'attendait vraiment... et c'est tant mieux. C'est exactement ce que doit faire une galette de Bölzer: nous surprendre. Après 2-3 écoutes je suis conquis!
RBD citer
RBD
29/11/2016 23:11
Pas du tout accroché pour ma part.
lkea citer
lkea
29/11/2016 18:40
note: 8/10
AxGxB a écrit : Quant à la note, pour un disque qui reste une déception, je trouve que 7 sur 10 c'est plutôt correct non ? Mr Green

Ah oui oui, mais par rapport à mon avis de newbie agréablement surpris, c'est sévère ahah Moqueur
Kedran citer
Kedran
29/11/2016 18:23
note: 9/10
J'adhère totalement à la démarche. Dans le top de l'année assurément.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
29/11/2016 11:09
note: 9/10
Le skeud de l'année, tout simplement.
AxGxB citer
AxGxB
29/11/2016 08:32
note: 7/10
Ikea a écrit : Autant je trouve la note sévère, autant cette chronique est ce que j'ai lu de mieux au sujet de ce disque. Elle capte très bien ce qu'est ce nouvel album. Bien joué.

Merci beaucoup. Encore une fois, venant de toi ce genre de compliment fait son petit effet.
Quant à la note, pour un disque qui reste une déception, je trouve que 7 sur 10 c'est plutôt correct non ? Mr Green
lkea citer
lkea
28/11/2016 20:34
note: 8/10
Le feu oui, mais des fois je décroche un peu (c'est parfait à écouter en courant pour garder une foulée constante par contre). Enfin, je suis loin d'en avoir fait le tour. Sinon, j'ai oublié de placer une référence à High on Fire dans mon message précédent. Moqueur
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
28/11/2016 19:14
note: 9/10
Longiligne parfaitement.
Avant Bölzer c'était des catacombes qui partaient dans tous les sens avec moult démons et autres cracheurs de feu, mais ici c'est LE Feu ! Si c'est pas marqué dessus.
lkea citer
lkea
28/11/2016 18:55
note: 8/10
Autant je trouve la note sévère, autant cette chronique est ce que j'ai lu de mieux au sujet de ce disque. Elle capte très bien ce qu'est ce nouvel album. Bien joué.

Sinon, disque assez unique qui se pose comme frère de Primordial, Bolt Thrower, Killing Joke et Danzig à la fois (le côté Mastodon diminue au fur et à mesure des écoutes je trouve). Peut-être un peu trop longiligne parfois mais vraiment une très bonne surprise.
gulo gulo citer
gulo gulo
28/11/2016 17:39
note: 8.5/10
Grandiose et oxygénant. La joie d'être Space Wolf mise en musique.
Et je vois de moins en moins le death metal dans ce groupe.
Sagamore citer
Sagamore
28/11/2016 17:05
note: 4/10
Très bonne chro pour une déception, de mon côté. Bölzer est devenu incroyablement mou et quelconque, en même temps qu'il s'est transformé en un Mastodon à peine plus death. Justement, ce que j'aimais et attendais chez eux, c'est ce sens de l'ultime dans la moindre guitare, ces riffs pompiers et grandiloquents. Pas de looooongues tartines de rythmes mous du genou et cet empilement de riffs inintéressants.

Le concept a beau être très fouillé, le bonhomme intéressant à lire, je continue de m'ennuyer à mort en écoutant ce disque. Et ce malgré les bonnes idées (dont ce chant clair, superbe), ça se traîne péniblement. C'est un bon disque de Death inspiré, c'est un mauvais Bölzer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bölzer
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (17)  8.06/10
Webzines : (1)  8.5/10

plus d'infos sur
Bölzer
Bölzer
Death Metal - 2008 - Suisse
  

tracklist
01.   Urdr  (01:04)
02.   The Archer  (06:12)
03.   Hero  (07:29)
04.   Phosphor  (07:47)
05.   Decima  (00:52)
06.   I AM III  (09:23)
07.   Spiritual Athleticism  (05:49)
08.   Chlorophyllia  (07:20)
09.   Atropos  (00:42)

Durée : 46:38

line up
  • KzR / Chant, Guitare
  • HzR / Batterie

parution
25 Novembre 2016

voir aussi
Bölzer
Bölzer
Roman Acupuncture (Démo)

2012 - Autoproduction
  
Bölzer
Bölzer
Aura (EP)

2013 - Iron Bonehead Productions
  
Bölzer
Bölzer
Soma (EP)

2014 - Invictus Productions
  

Essayez aussi
Unleashed
Unleashed
Shadows In The Deep

1992 - Century Media Records
  
Son In Curse
Son In Curse
Trivnviratvm

2017 - Melipulli Records
  
Exmortem
Exmortem
Funeral Phantoms

2008 - Mighty Music
  
Revel In Flesh
Revel In Flesh
Emissary Of All Plagues

2016 - Cyclone Empire Records
  
Trenchrot
Trenchrot
Dragged Down To Hell (Démo)

2013 - Nihilistic Holocaust
  

Surprise de l'année
Déception de l'année
Yerûšelem
The Sublime
Lire la chronique
Wovenhand
Woven Hand
Lire la chronique
Extremity
Coffin Birth
Lire la chronique
Warscars
Killing Rate : Complete (EP)
Lire la chronique
Soilwork
Verkligheten
Lire la chronique
Ichor
Hadal Ascending
Lire la chronique
Mortal Scepter
Where Light Suffocates
Lire la chronique
Czort
Czarna ewangelia
Lire la chronique
Annorkoth
The Last Days
Lire la chronique
Uhl
Where The Wolves Lead (Démo)
Lire la chronique
Goatspell
Ascension Of The Drakonian ...
Lire la chronique
Rencontre avec MANIAC
Lire l'interview
Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast