chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cathedral - Forest of Equilibrium

Chronique

Cathedral Forest of Equilibrium
Peut-être avez-vous lu ça sur votre fil d'actualité : Forest of Equilibrium a eu vingt-cinq ans il y a quelques jours. Si vous êtes passés à côté, je ne vous en veux pas, n'étant pas de ceux aimant fêter les anniversaires habituellement.

Mais là, je me suis pris à le ressortir. Peut-être est-ce dû à ces quelques hommages et leurs « j'aime me faire laminer la gueule à coups de riffs doom » (on peut bien donner le sens qu'on veut à ces pouces levés hein) ou alors le fait que je n'arrivais pas à me souvenir de la dernière fois où je l'ai sorti de son placard. Ou alors juste parce que je l'aime beaucoup ce disque.

Et c'est vrai, je l'adore, comme pas mal de monde, même s'il a mis du temps à me plaire. Flashback : « faut l'écouter, c'est un classique », message résumé par mes soins de ce que j'ai pu lire à l'époque du lycée en cherchant quoi écouter de lent, première lancée, « c'est quoi cette voix », « ho mince la flûte », « non mais pourquoi ils mettent trois plombes à changer de mélodies ? », je n'étais clairement pas prêt pour ce genre de disque, le genre qui n'a pas de genre ou plusieurs, doom, vaguement death, un peu folk, progressif si on considère qu'un escargot progresse. C'était simplement trop pour le jeune Ikea, qui s'appelait encore Tristan à l'époque, qui aimait se la jouer sombre avec sa musique bizarre à fumer des clopes avec la fille en T-shirt Burzum et l'autre qui portait toujours une chemise noire même en hiver (Tristan, lui, avait un manteau trop long – Matrix avait tué la mode à cette époque). Trop lourd, trop long, trop n'importe quoi.

Mais Tristan, futur Ikea, il avait envie d'écouter des classiques, de comprendre pourquoi c'en était. Et puis bon, il y avait des gens qui savaient plein de choses qu'il ne savait pas qui disaient que c'était bien, alors ça devait l'être. Il a réessayé. Encore une fois, puis deux, puis trois, puis une fois où ce truc a commencé à lui faire voir des couleurs violentes qu'il ne connaissait pas très bien, comme le magenta ou le pourpre (le quoi ? Le poulpe?), et la pochette à prendre un peu de sens au milieu du bordel ambiant, et la voix à devenir traînante comme un damné dans un labyrinthe de feuilles en sueur, prisonnières comme lui d'une fournaise où les dealers jettent toutes leurs drogues quand les policiers arrivent. « Qu'on lui coupe la tête » ! Il avait fini par être pris dans cette version de Alice au pays des merveilles où le héros est un clodo, pris par le morceau « Ebony Tears » et sa complainte transformant les cercueils en sacs de larmes, pris dans ces passages folk irréels, léchés et cependant aussi déglingués que le reste.

Par contre, Tristan, actuellement Ikea, en a assez de parler de lui de cette manière pompeuse et ne voit toujours pas en quoi Forest of Equilibrium est un classique. Car il est, encore aujourd'hui, tout sauf classique : s'il a traîné dans ses coulées d'autres formations amoureuses du monotone, cet album conserve plus d'une chose faisant de lui un intrus aussi étrange que costaud à écouter. Qui d'autre que Cathedral oserait mettre un titre bouge-popotin comme « Soul Sacrifice » au milieu de ses marches funèbres ? Qui possède un chanteur aussi éteint, addict, et d'une ironie lasse toute anglaise que Lee Dorrian, certes pas encore dans son rôle de leader le plus cool de l'univers mais quelque part encore plus intéressant car plus trouble ? Enfin, qui, dans son doom « ultra », donne pourtant l'impression de dire « Bonne nuit les petits », d'être aussi enfantin, rigolard, dans ses œuvres de maudit, immoral comme avant le bien et le mal, où pleurer et s'enchanter n'ont pas encore été séparés ? Non, dire que Forest of Equilibrium est un classique est finalement trompeur !

Sûr que Tristan, actuel Ikea et futur rien-du-tout, n'a pas fini de faire le tour de Forest of Equilibrium. En même temps à-part de toute une scène et de toute une discographie, il possède pourtant, en substance, ce qu'elles contiennent toutes deux. Un disque personnel qui ne peut que devenir personnel, collant, attachant et hallucinogène, beau comme un crapaud.

Voilà, ça m'a rappelé tout ça. C'est pas si mal en fait, les anniversaires.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Holmy citer
Holmy
13/12/2020 22:05
Pas mieux que le commentaire de Cain ci-dessous.

Forest of equilibrium est le doom metal.

Cathedral en est le messager.

Lee Dorrian son prophète.

Il y a eu plus lourd, plus sombre, plus lent, depuis...mais pas plus doom.

Cet album est l'incarnation d'un style jusqu'au plus profond de son ADN.

Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
12/12/2020 18:08
note: 10/10
Après l'avoir beaucoup réécouté ces derniers jours, je ne peux ne pas faire autrement que d'insister sur le fait que cet album est ultime dans son genre et constitue même à mes yeux la meilleure définition de ce qu'est le doom metal.
Forest of Equilibrium c'est un condensé de noirceur, de désespoir, un son avec des guitares accordées en SI qui bavent, gonflées à la fuzz - sans doute la HM2 ou HM3 - et qui pleurent durant plus de cinquante minutes. Les riffs sont tous inspirés, les compositions dégagent une ambiance irréelle, un peu hors du temps, un peu hors de soi, qui fait que l'on se fait rapidement happer par cette torpeur, ce sentiment de défaitisme et de déréliction. Évidemment, c'est plus lent que tout le monde à l'époque, évidemment, c'est bien plus lourd que tout le monde à l'époque et forcément, aucun album ne pourra jamais ressembler à cet album, même les Anglais ont pris une autre route par la suite, et à part sur The Last Spire, il ne sonnera jamais aussi terminal.
Qu'ajouter de plus si ce n'est que Forest of Equilibrium est un chef d'oeuvre inégalé et inégalable et me surprend toujours autant.
Le meilleur album de doom metal de tous les temps.
Solarian citer
Solarian
25/10/2019 13:19
note: 10/10
Ce qui s'est fait de mieux en "Doom tradi" vraiment extrême.
Un disque unique et intemporel.
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
25/10/2019 11:13
note: 10/10
LA définition du Doom Metal.
Scodrom citer
Scodrom
24/10/2019 19:59
note: 10/10
Un incontournable et un Classique ! Un chef d’œuvre de lourdeur, de mélodie, de mélancolie, de tristesse, de transcendance... Inégalé et inégalable !
The Wanderer citer
The Wanderer
13/12/2016 08:48
note: 10/10
Une pierre tombale fendue de tout son long et couverte de mousses et de lichens. Le temps n'y a rien changé. Dans 50 ans ce sera pareil. Intemporel dès son origine. Chaque seconde se déguste comme un râle d'agonie. Il n'y a plus rien à attendre, rien à espérer et c'est à la fois jouissif et libérateur. Mon album de cimetière favori. Personne ne fera jamais mieux.
Drug-Sniffing Dog citer
Drug-Sniffing Dog
12/12/2016 12:07
note: 10/10
"beau comme un crapaud. "
Tout à fait ça...
Beau et moche à la fois... mais beau quand même.

Le seul Cathedral en ma possession, n'ayant pas vraiment accroché à la suite... toutefois z'ont eu raison de changer de style, impossible de faire mieux que forest dans le genre.

'Faudrait que je me le réécoute, tiens. Je prends le rdv.
Keyser citer
Keyser
11/12/2016 17:19
Belle chronique, j'en aurais eu la larme à l'œil si j'avais pas été fan de brutal death.

Quant à l'album, j'ai dû l'écouter une fois il y a des années et il me semble que j'avais bien aimé. À refaire.
gulo gulo citer
gulo gulo
11/12/2016 14:08
note: 9.5/10
Joli.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cathedral
Doom Metal
1991 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (19)  9.16/10
Webzines : (14)  9.16/10

plus d'infos sur
Cathedral
Cathedral
Doom Metal - 1989 † 2013 - Royaume-Uni
  

écoutez
vidéos
Ebony Tears
Ebony Tears
Cathedral

Extrait de "Forest of Equilibrium"
  

tracklist
01.   Picture of Beauty & Innocence (Intro) / Comiserating the Celebration
02.   Ebony Tears
03.   Serpent Eve
04.   Soul Sacrifice
05.   A Funeral Request
06.   Equilibrium
07.   Reaching Happiness, Touching Pain

Durée : 54 minutes 9 secondes

line up
parution
6 Décembre 1991

voir aussi
Cathedral
Cathedral
Hopkins (The Witchfinder General) (EP)

1996 - Earache Records
  
Cathedral
Cathedral
The Carnival Bizarre

1995 - Earache Records
  
Cathedral
Cathedral
The Guessing Game

2010 - Nuclear Blast Records
  
Cathedral
Cathedral
The Last Spire

2013 - Rise Above Records
  
Cathedral
Cathedral
The Ethereal Mirror

1993 - Earache Records / Columbia Records
  

Essayez aussi
My Dying Bride
My Dying Bride
The Angel And The Dark River

1995 - Peaceville Records
  
Type O Negative
Type O Negative
Bloody Kisses

1993 - Roadrunner Records
  
Avatarium
Avatarium
The Girl With the Raven Mask

2015 - Nuclear Blast Records
  
Tar Pond
Tar Pond
Protocol of Constant Sadness

2020 - Autoproduction
  
Purification
Purification
The Exterminating Angel

2021 - Autoproduction / Rafchild Records
  

Lalu
Paint The Sky
Lire la chronique
Black Metal Awards 2022 (6ème édition)
Lire le podcast
Godflesh
Pure
Lire la chronique
Cadaveric Fumes
Echoing Chambers Of Soul
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Bloody Remembrance of the N...
Lire la chronique
Significant Point
Into the Storm
Lire la chronique
Otargos
Xeno Kaos
Lire la chronique
Aorlhac
Pierres Brûlées
Lire la chronique
Wound
Serpent Crown
Lire la chronique
Bilan 2021
Lire le bilan
Thyrathen
Thanatopsis
Lire la chronique
Beneath the Sod
Beneath the Sod (EP)
Lire la chronique
Panopticon
...and Again into the Light
Lire la chronique
Just Before Dawn
In The Realm Of Ash And Sor...
Lire la chronique
Fluids / Pharmacist
Feeling Young (Split 12")
Lire la chronique
Bornholm
Apotheosis
Lire la chronique
Ossaert
Pelgrimsoord
Lire la chronique
Charnel Altar
Abatement Of The Sun
Lire la chronique
Pain of Salvation
Scarsick
Lire la chronique
Cepheide
Les Echappées
Lire la chronique
Whoredom Rife
Winds Of Wrath
Lire la chronique
Noothgrush
Noothgrush (Démo)
Lire la chronique
Ertéktelen
Mértéktelen
Lire la chronique
Avskräde
Det stora tunga sjuka
Lire la chronique
Portal
Hagbulbia
Lire la chronique
Pure
Seeds of Despair
Lire la chronique
Ossuaire
Triumvirat (EP)
Lire la chronique
Unanimated
Victory In Blood
Lire la chronique
Electric Wizard
Legalise Drugs & Murder (Si...
Lire la chronique
Archgoat
Worship The Eternal Darkness
Lire la chronique