chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
97 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bethlehem - Bethlehem

Chronique

Bethlehem Bethlehem
Vous connaissez sans doute « la vallée dérangeante », cette théorie scientifique selon laquelle plus un robot nous ressemble et plus ses imperfections ou différences nous semblent gênantes. Si je vous en parle, c'est parce qu'elle décrit bien le chemin que j'ai eu à parcourir en écoutant ce nouvel album de Bethlehem.

Car à une époque où on transforme en franchise chaque chose ayant marqué son temps, Bethlehem a suivi cette tendance en annonçant un retour au source de sa trilogie la plus connue et estimée : celle de Dark Metal, Dictius Te Necare et Sardonischer Untergang im Zeichen irreligiöser Darbietung et son black metal particulier, à la fois hystérique et morbide. Un mélange détonnant qui a influencé toute une scène, de Shining à Silencer pour les plus connus. C'est donc une sorte de retour du Roi qui était annoncé, Jürgen Bartsch ayant remanié sévèrement le line up de la formation pour l'occasion, entre retour de membre historique (le batteur Worz) et accueil de nouvelles personnalités, à commencer par Onielar, chanteuse de Darkened Nocturn Slaughtercult. Présenté – « vendu » pourrait-on dire, tant la campagne promotionnelle de ce nouveau disque a appuyé sur une certaine nostalgie – comme la suite que les amateurs des débuts ont attendu, ce huitième longue-durée avait pour but d'aussi bien fêter un anniversaire (les vingt-cinq ans du projet) que remettre Bethlehem sur la carte, ce dernier étant progressivement tombé dans l'oubli après des expérimentations hasardeuses plus ou (surtout) moins réussies.

Et malgré une qualité d'ensemble qui apparaît d'emblée (les morceaux « Fickselbomber Panzerplauze » et « Kalt' Ritt in leicht faltiger Leere » ne laissent aucun doute sur le sujet, tant ils ouvrent le bal de belle manière), une sensation déplaisante est survenue au départ. Le Bethlehem de 2016 possède à la fois tout ce qui faisait le force de ses premières réalisation – à commencer par des vocaux époustouflants faisant rimer Goethe et Goth par leur saut à pieds joints dans le théâtral – et des éléments qui, sans être nouveaux, ne donnent pas exactement les mêmes impressions qu'auparavant. À avoir trop appuyé sur la corde sensible, Jürgen Bartsch et sa bande ont pris le risque de déstabiliser lors de l'écoute, créant un malaise à entendre une musique à la fois reconnaissable entre toutes et cependant différente.

Il y a en effet des nouveautés dans cette avancée vers le passé, malgré un guitariste appliqué à apposer la signature « Bethlehem » à ses moindres riffs à la fois black metal et imprévisibles au point de flirter aussi bien avec la new wave que le post-punk et l'industriel « Deutsche Qualität » (ces « boom-boom » un peu horripilants de « Verdammnis straft gezügeltes Aas » par exemple). Des nouveautés, telles qu'une efficacité d'ensemble qui abandonne la profondeur d'un Dictius Te Necare pour rendre l'expérience plus confortable qu'autrefois. En effet, ce nouvel essai est musical de bout en bout, délaissant la sensation de se faire triturer le cerveau pour mieux prendre l'auditeur entre ses doigts. Un parti pris judicieux, une fois que s'abandonne l'idée de trouver dans le nouveau ce qui a plu dans l'ancien, tant des titres comme « Die Dunkelheit darbt », « Verderbnisheilung in sterbend' Mahr » et surtout ce beau final gothique qu'est « Kein Mampf mit Kutzenzangen » parviennent à nous toucher, là où les Allemands pouvaient s'avérer parfois trop hermétiques. Affiné, mis au goût du jour, le style de Bethlehem a gagné en force, devient étrangement jouissif, à défaut de surprendre totalement.

S'il est clair qu'avec un tel objectif en tête, Bethlehem pouvait difficilement mettre à genou, le résultat fait rapidement oublier toute critique envers cette démarche réactionnaire. Impossible de ne pas croire que chacun s'y est appliqué du mieux qu'il pouvait, à l'image de Onielar qui irradie avec ses cris de harpie, ses gloussements désespérés, une folie constante qui, souvent, coupe le souffle (« Gängel Gängel Gang » !). Aidée par des mélodies grotesques, tantôt assassines (le début de « Kalt' Ritt in leicht faltiger Leere »), tantôt troubles (« Kynokephale Freuden im Sumpfleben »), ainsi qu'une production opaque restituant parfaitement les moments abrasifs aussi bien qu'atmosphériques, elle montre à elle seule la sincérité, le « plaisir », qui paraît avoir marqué cet exercice.

Bethlehem a réalisé une belle œuvre pour ses vingt-cinq ans. Ne tombant pas exagérément dans le rappel au passé, il paraît avoir trouvé une seconde jeunesse avec l'arrivée de nouvelles têtes, ce qui n'est pas un mince exploit après les errances qu'a connu le groupe. Seulement, quelques passages un peu trop chargés empêchent ce disque de se mettre au même rang qu'un Dictius Te Necare par exemple. Ce que, encore une fois, il ne cherche pas à faire malgré des intentions affichées. Par contre, il marque sans hésitation cette année.

L'édition limitée de l'album contient un disque supplémentaire intitulé Höllenfahrt - Skärselden avec des versions démos de « Fickselbomber Panzerplauze » et « Kein Mampf mit Kutzenzangen » ainsi que deux titres, « Bosheit gebärt ins Gestirn toter Sinne » et « Gestrandet am Fuße des Nichts », qui sont des chutes studio des sessions d'enregistrement. Tous dispensables (voire inutiles, comme la longue plage ambient « Gestrandet am Fuße des Nichts »), ils n'apportent rien à l’œuvre originale. À moins d'être un fan absolu de la formation, passez votre chemin sans regret et jetez vous sur l'édition classique !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Kedran citer
Kedran
29/12/2016 17:40
Il cartonne sévère celui là
AtomicSchnitzel citer
AtomicSchnitzel
29/12/2016 14:56
note: 8/10
Gardez cette chanteuse svp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bethlehem
Black Metal
2016 - Prophecy Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (6)  7.75/10
Webzines : (11)  7.61/10

plus d'infos sur
Bethlehem
Bethlehem
Black Metal - 1991 - Allemagne
  

vidéos
Wahn schmiedet Sarg
Wahn schmiedet Sarg
Bethlehem

Extrait de "Bethlehem"
  

tracklist
01.   Fickselbomber Panzerplauze
02.   Kalt' Ritt in leicht faltiger Leere
03.   Kynokephale Freuden im Sumpfleben
04.   Die Dunkelheit darbt
05.   Gängel Gängel Gang
06.   Arg tot frohlockt kein Kind
07.   Verderbnisheilung in sterbend' Mahr
08.   Wahn schmiedet Sarg
09.   Verdammnis straft gezügeltes Aas
10.   Kein Mampf mit Kutzenzangen

Höllenfahrt - Skärselden

01.   Bosheit gebärt ins Gestirn toter Sinne (studioversion 2016)
02.   Gestrandet am Fuße des Nichts (self production 2015)
03.   Fickselbomber Panzerplauze (demoversion 2014)
04.   Kein Mampf mit Kutzenzangen (demoversion 2014)

Durée : 75 minutes 27 secondes

line up
parution
2 Décembre 2016

Essayez aussi
Ulver
Ulver
Nattens Madrigal
(Aatte Hymne Til Ulven I Manden)

1997 - Century Media Records
  
Blood Of Kingu
Blood Of Kingu
Sun In The House Of Scorpion

2010 - Candlelight Records
  
Sheidim
Sheidim
Infamata (EP)

2017 - I, Voidhanger Records
  
Aosoth
Aosoth
Ashes of Angels

2009 - Agonia Records
  
Amestigon
Amestigon
Thier

2015 - World Terror Committee Records
  

Surprise de l'année
METAL MEAN FESTIVAL
Auðn + Convulse + Cult of F...
Lire le live report
Uniform
The Long Walk
Lire la chronique
Ulvegr
Vargkult
Lire la chronique
Hirax European Summer Tour 2018
Antagonism + Dissident + Hi...
Lire le live report
Sylak Open Air 2018
At The Gates + Bloodbath + ...
Lire le live report
Exocrine
Molten Giant
Lire la chronique
Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique