chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
146 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Emptiness - Not For Music

Chronique

Emptiness Not For Music
Il paraît que nous sommes dans la vie comme dans un film déjà commencé. Un film où l'on porte nos efforts à apprendre les lignes, comprendre le scénario, alors qu'il semble se dérouler sans nous. L'image est simple, mais parlante. Que nous ayons les rêves crus des banlieues, clamions les rires sans sourires des privilégiés ou que l'on soit des moyens de la moyenne, on s'imagine tous héros au sein d'une bobine qui n'a que faire de nous, qui tourne ses scènes sans acteurs principaux, où le public est tout le monde et personne. Un mouvement du Rien.

Emptiness, lui, rappelle que ce film n'a aucun sens logique. Qu'il est comme une histoire mise en images par Dreyer, Lynch ou le Carnival of Souls de Harvey : une bande brumeuse, au temps absent, où l'on se débat, hagard, pour y trouver une certaine cohérence. Des illustrations souterraines faites de noir, blanc et toutes les formes de gris possibles entre les deux. Cinématographique, Not For Music l'est clairement, étalant ses mélodies comme d'autres parcourent les paysages de leur caméra. Une chose que faisait déjà Nothing But The Whole, album étrange qui avait donné plus d'exposition aux Belges.

Seulement, son successeur désarçonne même ceux qui l'ont fait tourner de nombreuses fois. Not For Music est, sur bien des aspects, un nouveau départ pour Emptiness : ses liens avec le metal extrême mis en sourdine (seul « Let It Fall » rappelle frontalement que le groupe est capable de faire rugir les amplis), il donne à sa musique des allures de rock protéiforme, où les rappels, lointains, iront se chercher aux côtés de Badalamenti, Vangelis, Nine Inch Nails, Carpenter et sa chiée d'enfants (comme Perturbator sur la fin de « Ever ») ou encore le Faith de The Cure. Produit par Twiggy Ramirez (dont je conseille la lecture d'une interview pour Noisey revenant sur sa rencontre avec les Belges) et mixé par Sean Beaven, ce nouvel album sonne et résonne avec douceur, la voix seule de Jeremie Bezier, à moitié grognée, évoquant le passé metal de la formation.

Un choix osé, montrant qu'il ne faut pas attendre de Emptiness qu'il se repose sur les lauriers de ses expérimentations d'autrefois. Cherchant à percer toujours plus bas, il demande à s'habituer à sa nouvelle façon de transmettre ses ambiances. Une fois acclimaté, force est de constater que l'exercice est réussi : atmosphérique, hypnotique et étrangement accrocheur malgré une volonté de limiter ses coups (ce qui ne les rend que d'autant plus efficaces, cf. la montée de tempo subtile de « Your Skin Won't Hide You »), Not For Music agrippe et ne lâche pas lors de ses quarante-deux minutes et au-delà, donnant envie de revenir vers lui une fois l'écoute terminée. Une séduction qui place le vide enivrant au sein de son discours, par une production fragile en apparence mais profonde (le son de la basse, notamment) ainsi que de nombreux moments qui font mouche directement, à l'image de ces lignes de textes, pleines d'ironie, permettant d'imaginer aisément la marche d'un désespéré dans la nuit. Un personnage glauque, attirant, dont le fardeau paraît être le nôtre.

« My dream isn't the whole anymore, only wakes me to pretend » : cette phrase issue du morceau « It Might Be » résume le poids qui pèse sur la poitrine durant Not For Music. Immédiatement reconnaissable en dépit de sa tournure plus « rock », le style de Emptiness exprime désormais une défaite qui s'accepte elle-même, rigole de l'absurdité avec une pointe d'humour qui cache à peine une tristesse sous-jacente. Varié, allant du quasi-tube (« Ever ») à la simili-ballade chantée du fond du trou (« Digging the Sky »), il garde en ligne de mire cette expression d'un certain vague à l'âme, qu'il instigue en nous comme un poison noir, couvrant les murs et notre cervelle. Abandonnant la puissance de Nothing But The Whole, les Belges n'ont rendu leur propos que plus fort et plus humain, les écoutes répétées révélant au fur et à mesure les crocs-en-jambe de cette musique qui ne s'affiche pas comme telle, visant autre chose que le simple plaisir, le bête divertissement. Il s'agit de prendre sous sa coupe, emmener avec soi vers des tunnels aussi bien urbains qu'intérieurs.

Un disque aventureux, délaissant les codes du metal auxquels nous sommes habitués et, finalement, pertinent à l'heure où des œuvres comme No One Deserves Happiness (The Body) nous prennent à rebrousse-poil pour mieux nous convaincre. Not For Music est une nouvelle réussite pour Emptiness, remettant au goût du jour la sensation laissée par Nothing But The Whole de tenir ici une formation unique à la fois dans son genre et dans les sentiments qu'elle procure. Si quelques titres manquent parfois d'éclat (« Circle Girl » par exemple), faisant que l'essai de 2016 ne se situe pas exactement au même niveau que celui de 2014, impossible de passer à côté de ce longue-durée pour qui aime entrer dans un monde où les lumières sont éteintes, au-delà des notions de « metal ou pas ». Not For Music, déjà dans les salles.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
02/03/2017 10:54
note: 9/10
Aaaaah, c'est "Ever" ? Quelle sublimité, celle-là ! Peut-être encore plus Phallus Dei que le reste ; cette petite rythmique kinky, ce funk de vivisection... Fabius Bile en force. Goth as fuck.
Et puis le passage Scarface au milieu, raah lovely.
gulo gulo citer
gulo gulo
02/03/2017 09:45
note: 9/10
A noter que, si je peux vaguement comprendre ce que Dise Nore appelait, de mémoire, "la diction metal caricaturale", le type de voix utilisé proprement dit n'a rien d'exclusivement metal, et collerait très bien à l'identique sur de l'electro-dark.
Voilà, c'était la minute du cuistre, maintenant je vais essayer de regarder les titres des morceaux pour essayer de piger ce que c'est que cette ballade qui semble faire débat - y a rien qui m'a choqué ni paru sortir de la vitreuse homogénéité du bousin, moi.
BBB citer
BBB
13/02/2017 09:48
note: 6.5/10
Je suis du genre obstiné, je le ressortirai donc, d'autant plus que tes commentaires positifs me font me demander si je ne suis pas passé à côté de quelque chose. Mais je vais le laisser reposer un petit moment avant pour l'écouter avec de nouvelles oreilles..
lkea citer
lkea
10/02/2017 22:29
note: 8/10
J'ai vu que tu étais circonspect sur Slow End. Je l'ai réécouté ce matin suite à ton message et franchement, je suis étonné ! Je te voyais bien apprécier cet album !

Je continue de trouver qu'il a beaucoup d'atmosphère justement, qu'il traîne un cafard assez particulier. Par contre, si pour moi un morceau comme "Circle Girl" est vraiment trop lisse, j'aime beaucoup "Ever" !

J'ai pas mal hésité pour le name dropping concernant ce disque. J'ai vraiment du mal à rattacher cet album à quelque chose de particulier, contrairement au précédent. Peut-être un manque de culture de ma part concernant ce type de musique... Mais j'y trouve, d'une certaine manière, le côté brumeux de "Faith". Bref, je suis d'accord pour dire que "Nothing But the Whole" est meilleur mais cette nouvelle direction me parle bien !
BBB citer
BBB
10/02/2017 14:46
note: 6.5/10
En fait je crois que je n'y arriverai pas avec cet album.

La démarche est louable et ça aurait pu marcher, mais finalement non. Je trouve cet album trop lisse et sans réelle atmosphère, surtout comparé au précédent.

On attend en vain que l'album décolle ou qu'il nous déstabilise en proposant de la variété d'un morceau à l'autre, mais ça reste globalement dans le même registre. Certains morceaux sortent du lot mais au final je m'ennuie ferme.

A la limite j'y retrouve Vangelis, voir même J-M Jarre (c'est dire la "gentillesse" de l'approche) mais à aucun moment les frissons d'un Nine Inch Nails ou d'un Cure.
Et puis 'Ever' est tout bonement insuportable!

A chaque nouvelle écoute j'ai envie de descendre la note d'un demi point, ce qui n'est vraiment pas un bon signe...
cmtex citer
cmtex
21/01/2017 17:33
note: 9/10
Chouette chronique. Un album assez difficile d'accès je trouve, je suis clairement pas dans ma zone de confort ^^. Je n'ai pas accroché tout de suite, boudant un peu le côté Métal délaissé comme dit dans la chro, mais l'album se révèle au fil des écoutes et l'ambiance qui s'en dégage est à la fois sombre et apaisante. Tout bon quoi !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Emptiness
Dark Music
2017 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (6)  8.33/10
Webzines : (12)  6.12/10

plus d'infos sur
Emptiness
Emptiness
Dark Music - 1998 - Belgique
  

vidéos
Your Skin Won't Hide You
Your Skin Won't Hide You
Emptiness

Extrait de "Not For Music"
  

tracklist
01.   Meat Heart
02.   It Might Be
03.   Circle Girl
04.   Your Skin Won't Hide You
05.   Digging The Sky
06.   Ever
07.   Let It Fall

Durée : 41 minutes 42 secondes

line up
parution
20 Janvier 2017

voir aussi
Emptiness
Emptiness
Nothing But The Whole

2014 - Dark Descent Records
  

Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique
Dynfari
Myrkurs Er þörf
Lire la chronique
Hyems
Anatomie des Scheiterns
Lire la chronique
Massacre
Back From Beyond
Lire la chronique
Abhorrence
Evoking The Abomination
Lire la chronique
Resent
Crosshairs
Lire la chronique
Old Corpse Road
On Ghastly Shores Lays the ...
Lire la chronique
Unholy
From the Shadows
Lire la chronique
Ahret Dev
Hellish
Lire la chronique
Abduction
Jehanne
Lire la chronique
5 pépites méconnues du BLACK METAL
Lire le dossier