chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
125 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Endless Dismal Moan - Lord of Nightmare

Chronique

Endless Dismal Moan Lord of Nightmare
Les classiques de Sakrifiss : 3/12

Troisième épisode des Classiques de Sakrifiss. Et pour continuer dans l’original, mais dans l’excellent, voyage au Japon après être allé en Inde avec CRY et en Corée avec SAD LEGEND.

Le Japon, c’est le pays où je vis depuis plus de 15 ans. Et c’est aussi l’un des pays dans lequel le mot underground a gardé toute sa signification. Parce que même si l’on dit, exagérément, que le Pays du Soleil Levant est aussi celui du Heavy Metal, il n’est absolument pas celui du black metal. Alors oui, il existe des groupes, mais leur promotion est proche du zéro absolu. Je vous renvoie d’ailleurs au dossier que j’avais réalisé sur le sujet (ici) et qui éclairait beaucoup sur le manque d'attention au style dans l’archipel. Un engouement quasi inexistant auprès des Japonais pour leur propre scène et une reconnaissance parfois plus forte à l’étranger. SIGH, SABBATH ou ABIGAIL ne disent rien à la majeure partie de la population.

C'est véritablement un fait : l'exposition des groupes est de plus en plus calamiteuse. Alors oui, on a entendu parler de COHOL ces derniers temps, mais c'est à peu près tout du côté des nouveautés. Moi-même qui connais très bien la scène ne trouve presque plus de sorties. En 2016, j’ai compté une quinzaine d'albums. Dont quatre proposés par BÄRGLAR et trois autres par KYOMDARAK. Et depuis que Zero Dimensional Records à un peu lâché la corde qu’il tenait bien, aucun autre label ne s’est sacrifié pour offrir un meilleur espace au BM nippon. Il faut alors aller voir du côté des bandcamp tant le Japon semble délaisser le format matériel. Et là on peut trouver et soutenir SUMERAGI, nouveau venu conseillé. Et heureusement il y a monsieur ARKHA SVA qui multiplie les projets parallèles dont le prometteur ANGUIS DEI, chroniqué dans ces pages.

Quel dommage quand on sait que le pays peut être bon. Oui à MAGANE, KANASHIMI, INFERNAL NECROMANCY, TYRANT et d’autres déjà cités. Et surtout, surtout, oui à ENDLESS DISMAL MOAN. Un groupe pour lequel vous ne risquez pas d’avoir de nouvelles maintenant puisque sa tête à penser, Chaos 9, s’est suicidé en 2008. Raaah, il fallait que l’un des meilleurs acteurs du black japonais se tire une balle... Bon, sa musique était très perturbée, donc certains vous diront que son geste était prévisible. Moi je dis que quand on voit le nombre de membres de groupes dépressifs survivre aux années et finalement rentrer dans le rang au lieu d'entrer dans un cercueil, on se demande jusqu’à quel point les attitudes peuvent être trompeuses... Takuya Tsutui était donc un véritable haineux et il nous a quittés, laissant derrière lui trois albums torturés, extrêmes et dégueulants.

Le premier, sans titre, reprenait ses deux démos compilées en 2004 par l’ancien découvreur de talents, le label blackmetal.com. Les deux suivants sortaient chez la même écurie, en 2006 et 2007. Une arnaque présentée comme un véritable quatrième album est parue en 2010 sur Sabbathid Records. Le label assurait être en discussion avec Chaos 9 avant son décès et a décidé d’utiliser des morceaux plus ou moins incomplets pour ce Curse of Underground trop fade pour être même considéré comme un hommage.

Les trois albums sont à avoir. Le premier est plus raw, plus dégoulinant, plus direct, mais tout aussi nécessaire que les deux autres. Pour lesquels ma préférence va à Lord of Nightmare, même si c 'est de peu face à Ruin. Je me demande même si ce n’est pas juste l’apparition d’un piano déglingué sur « Thirst for Pleasure » et « Lord of Nightmare » qui fait pencher la balance. Un détail, mais qui amplifie la folie ambiante. Comme avec MANIERISME, l’autre fou du black japonais, ENDLESS DISMAL MOAN repousse les limites de l’audible. Toutes ses compositions sont laides au possible et ne peuvent pas être agréables aux oreilles. C’est saccadé, c’est hurlé, c’est désaccordé. Et c’est ce qui est si ultime, si prenant. La musique de ce groupe, c’est cet instant où vous passez d’un état normal à la folie. C’est un déclic vers l’horreur. C’est une agression subite et violente lors d’une promenade avec votre maman. Les ambiances sont totalement déglinguées et la musicalité est réinventée. Il sera facile de trouver les mélodies immondes, et pourtant on se trouve facilement aspiré et obligé d’y revenir. ENDLESS DISMAL MOAN pourrait alors être présenté comme le mélange malade de THE ARRIVAL OF SATAN et WOLD. Fou et malsain. Il faut sans doute aussi l’être pour y plonger complètement.

L'album est court, mais il se remet en lecture facilement. Sauf si la folie vous a contaminé au point de vous avoir paralysé complètement.

DOSSIERS LIES

Les classiques de Sakrifiss / Le Bilan !
Les classiques de Sakrifiss / Le Bilan !
Décembre 2017
  

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Kedran citer
Kedran
25/01/2017 19:35
Je ne connaissais que le 1er album qui m'avait bien traumatisé à l'époque, c'est l'occasion de se rattraper.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Endless Dismal Moan
Horror Black Metal
2006 - blackmetal.com
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  7.75/10

plus d'infos sur
Endless Dismal Moan
Endless Dismal Moan
Horror Black Metal - 2001 † 2008 - Japon
  

écoutez
tracklist
01.   Thirst for Pleasure
02.   ISLNWD
03.   Griefs
04.   Thirst
05.   Lord of Nightmare
06.   Endless Dismal Moan [9 to Death]

Durée : 36:53

line up
parution
1 Avril 2006

16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique
ACxDC
Satan Is King
Lire la chronique