chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
180 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ritualization - Sacraments To The Sons Of The Abyss

Chronique

Ritualization Sacraments To The Sons Of The Abyss
Ça fait un petit moment que Ritualization nous titille avec ses sorties, démos, EP ou split. Il était temps de passer aux choses sérieuses et de confirmer tout le potentiel de la formation orléanaise sur un album complet. C'est désormais chose faite avec ce Sacraments To The Sons Of The Abyss fraîchement paru chez Iron Bonehead. Et rien qu'en voyant cette pochette splendide du sieur Moyen, on a envie de l'aimer ce premier full-length! Certes le logo guerrier jadis orné de cartouchières pétait davantage mais celui-ci, également dessiné par l'artiste culte bordelais, vaut aussi le détour et correspond d'ailleurs mieux à l'orientation plus strictement death et old-school du combo. Ce changement évite aussi à Ritualization qu'on les confonde avec tous ces groupes de "war metal" (terme à la con si vous voulez mon avis). Non, Ritualization c'est du death metal, certes aux accents black metal, mais du death metal quand même. Et pas le plus mauvais. N'ayons pas peur des mots, c'est même une impie tuerie que nous balance là le quintette, au-delà de mes espérances pourtant déjà élevées.

Car outre cette pochette qui se classe tout droit parmi mes œuvres préférées de Chris Moyen mais ne fait bien sûr pas la qualité de l'opus, les Français ont sorti l'artillerie lourde musicalement. Putain que ça poutre! Il ne fait pas semblant le Blastum, lui qui porte toujours aussi bien son nom. Ça blaste du feu de Satan et on se retrouve vraiment emporté par cette tornade opaque dévastatrice des plus jouissives. La production, claire et puissante sans être trop clinique et aseptisée, apporte l'aide au démarrage indispensable pour s'en prendre plein la tronche pendant près de trois quarts d'heure de plaisir en souffrance. C'est qu'en plus, Ritualization n'a pas non plus fait dans la demi-mesure rayon riffs, Infamist et le nouveau venu Da'ath enchaînant les coups de boutoir aussi précis que fatals. On n'est pas loin du riffing ultra affûté de Centurian ou Nox pendant les séquences les plus rapides, voire d'un Angelcorpse pour le rendu infernal, radical et blackisant, quoique le côté black plus prononcé des débuts, un peu à la Archgoat, ne se fait plus trop sentir au profit d'un death metal burné des Grands Anciens que n'auraient pas renié les vétérans de Sadistic Intent (l'intro de "Beneath The Sepulchre", flagrant!). Quand on vous dit qu'il y a du niveau sur ce Sacraments To The Sons Of The Abyss! Les raisons de se réjouir sont multiples. Les descentes de toms au début de "Last Rites To The Damned" avant d'envoyer un gros riff blasté bien agressif (rebelote vers 1'45 en plus blackened), "The Graveyard Coven" et "Revealed In Terror" qui prennent direct par les couilles, "Beneath The Sepulchre" après deux minutes et des blasts en salves sur un riff mortel, la grosse accélération de "Morbid Magick Stigmata" à 2'16 qui va faire perdre des dents à plus d'un dans le pit , "Heretics" à 3'50 (éjaculation spontanée!), la liste des passages jubilatoires est longue et non exhaustive.

Ce n'est même pas qu'une question de tremolos dark sur des blasts assassins, ce qui suffit en général à mon bonheur, car la formation cartonne dans tous les domaines (même si ce sont bien les séquences les plus véloces qui me rendent le plus dingue). Ça ne fait pas que blaster d'ailleurs au cas où mon amour pour les blast-beats de Blastum aurait pris un peu trop de place en ce début de chronique (on lui pardonnera quelques "semi-blasts" moins clinquants). Déjà, le batteur propose un jeu de blasts assez varié et adapte leur vitesse au besoin des morceaux sans forcément y aller à fond à chaque fois, ce qui rend les grosses accélérations d'autant plus percutantes. Et puis surtout, il balance aussi souvent du tchouka-tchouka thrashy pour lequel j'ai une affection particulière. Que du bon je vous dis! On a même le droit à un peu de repos mid-tempo, de groove (la double pédale parfois "sautillante") ou du plus "ambiancé" sur "Genesis To Your Curse" à 1'19 sur de la double un peu saccadée ainsi qu'en clôture à l'atmosphère occulte, le début type montée en puissance de "Herald Of Betrayal" tout comme sa fin qui lève un peu le pied, l'outro suintante et oppressante de "The Graveyard Coven", "Morbid Magick Stigmata" à 3'08 pesant et sombre et vers 5'00 assez groovy, ou encore le dernier morceau "Heretics", en ouverture plombée et menaçante et sur le pont du milieu, sans parler des intro et outro samplées horrifiques "Conjuration Of The Holy Depths" et "Ashes Pouring From The Chalice" qui contribuent aussi à faire de Sacraments To The Sons Of The Abyss une perle de noirceur immersive. Et comme si ça ne suffisait pas, les mecs ne sont pas non plus des manches quand il s'agit de mélodie (évidemment, des bons riffs, même les plus evil, c'est d'abord une question de mélodie!). Les guitaristes parsèment ainsi leurs compositions de quelques solos et leads plutôt bien branlés ("Last Rites To The Damned" à 3'33 sur du blast, "Herald Of Betrayal" vers 4'10 assez chaotique sur du tchouka-tchouka, "Beneath The Sepulchre" à partir de 2'27 qui démarre en petite ligne mélodique sombre sur un ralentissement pour finir en vrai bon solo bien coolos, "Morbid Magick Stigmata" le plus riche en la matière, plus ou moins chaotique, "Heretics" pendant la pause à mi-parcours, etc.) ou au sein même des morceaux comme cette décélération mélodique sur "Genesis To Your Curse entre 2'20 et 3'00. Clairement, les musiciens ont élevé leur niveau de jeu. Manu "Warchangel" n'est pas non plus en reste et délivre une performance remarquable, sa meilleure depuis la création du groupe, comme le reste de la bande. Le frontman d'origine malgache a ainsi fait quelque peu évoluer son chant, toujours aussi terrifiant mais désormais un peu plus arraché, habité, possédé plutôt que réellement puissant, quoique le bonhomme ne manque pas non plus de coffre.

Plus variée, plus aboutie, mais toujours aussi sombre et vénère, la musique de Ritualization prend une nouvelle dimension sur ce fantastique Sacraments To The Sons Of The Abyss qui n'en finit pas de me mettre sur le cul. De ces riffs noirs et haineux inspirés au chant caverneux et abyssal qui hante les morceaux, en passant par cette avalanche de blasts jouissive ou de tchouka-tchouka belliqueux, ce premier full-length des Français fait foutrement mal. Le groupe a su peaufiner son art noir petit à petit, en prenant son temps. Le quintette a même repris "Revealed In Terror" de la démo The Abduction Mass ainsi que les deux titres de l'EP Beyond The Shrine Of Shattered Bones ("Herald Of Betrayal" et "the Graveyard Coven") dans son souci de perfectionnisme. Voilà un exemple à suivre pour les nouvelles formations qui veulent souvent tout tout de suite. Le travail paye toujours, surtout quand on a le talent. Sacraments To The Sons Of The Abyss se place ainsi parmi les sorties majeures de ce début d'année 2017 déjà très fournie en matière de DM de haut vol (Sinister, Beheaded, Maze Of Sothoth, Epoch, Gorephilia...). Adorateurs de Centurian, Nox, Angelcorpse et Sadistic Intent, vous avez là de quoi étancher votre soif de blackened death metal qui tartine autant qu'il suinte le bouc. Magistral!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

seb niggurath citer
seb niggurath
27/03/2017 14:38
note: 8/10
franchemant très bon, malgré la chronique, je trouve le côté Archgoat bien présent par moments, en gros un parfait Archgoat meets Angel Corpse.
Philgore citer
Philgore
04/03/2017 21:39
note: 9.5/10
Je découvre le groupe avec cet album et dès la première écoute, même moyennement attentive au début, l'attention fini par se focaliser sur les morceaux qui s'enchainent et défoncent les uns après les autres.
Un putain d'album.
Nikolaaa citer
Nikolaaa
02/03/2017 23:18
note: 8.5/10
Pas mieux, ça déboite!!!
Jean-Clint citer
Jean-Clint
02/03/2017 16:53
note: 8.5/10
Pas mieux que mon confrère, une tuerie attendue et qui ne déçoit pas ! La France est en grande forme en ce début d'année et c'est tant mieux !
AxGxB citer
AxGxB
02/03/2017 14:05
note: 8.5/10
Il s'est fait attendre mais effectivement, il défonce sérieusement. Il a déjà sa place dans le bilan de fin d'année lui !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ritualization
Blackened Death Metal
2017 - Iron Bonehead Productions
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (9)  8.44/10
Webzines : (8)  7.65/10

plus d'infos sur
Ritualization
Ritualization
Blackened Death Metal - 2006 - France
  

tracklist
01.   Conjuration Of The Howling Depths (Intro)
02.   Last Rites To The Damned
03.   Genesis To Your Curse
04.   Herald Of Betrayal
05.   The Graveyard Coven
06.   Beneath The Sepulchre
07.   Revealed In Terror
08.   Morbid Magick Stigmata
09.   Heretics
10.   Ashes Pouring From The Chalice (Outro)

Durée : 43'06

line up
parution
13 Février 2017

voir aussi
Ritualization
Ritualization
The Abduction Mass (Démo)

2009 - Blood Harvest Records / Zombie Ritual Tapes
  

Essayez aussi
Charon
Charon
Sulphur Seraph
(The Archon Principle)

2012 - Sepulchral Voice Records
  
Odem
Odem
The Valley Of Cut Tongues (EP)

2013 - Daemon Worship Productions
  
The Furor
The Furor
Impending Revelation

2014 - Autoproduction
  
Spearhead
Spearhead
Theomachia
(The Doctrine Of Ascension And Decline)

2011 - Agonia Records
  
Destruktor
Destruktor
Nailed

2009 - Hells Headbangers Records
  

Album de l'année
Regarde Les Hommes Tomber
Ascension
Lire la chronique
Tan Kozh - Les anciens feux
Lire l'interview
Aodon
11069
Lire la chronique
Caustic Wound
Grinding Terror (Démo)
Lire la chronique
Deveikuth
Cadavre
Lire la chronique
Saint Vitus
Saint Vitus
Lire la chronique
Borgne
Y
Lire la chronique
Cenotafio
Larvae Tedeum Teratos
Lire la chronique
Maere
I (EP)
Lire la chronique
Orphalis
The Approaching Darkness
Lire la chronique
Slaughter Messiah
Cursed to the Pyre
Lire la chronique
Code Orange
Underneath
Lire la chronique
Pearl Jam
Vitalogy
Lire la chronique
Solothus
Realm of Ash and Blood
Lire la chronique
Myrkur
Folkesange
Lire la chronique
Trauma
Ominous Black
Lire la chronique
Ruin Lust
Choir Of Babel
Lire la chronique
Ripper
Sensory Stagnation (EP)
Lire la chronique
Nibiru
Salbrox
Lire la chronique
Sink
The Holy Testament (Compil.)
Lire la chronique
Church Of Disgust
Consumed By Slow Putrefacti...
Lire la chronique
Lvcifyre
Sacrament (EP)
Lire la chronique
ALL #2 - L'incantation par le sang
Lire le podcast
Sarcofago
Crust (Rééd.)
Lire la chronique
Court Of Chaos Festival
Lire l'interview
Amnutseba
Emanatism
Lire la chronique
Higher Power
27 Miles Underwater
Lire la chronique
Reaper
Unholy Nordic Noise
Lire la chronique
Moraš
Gaze Of The Void (Démo)
Lire la chronique
PPCM #32 - Un petit tour auprès d'un groupe pionnier...
Lire le podcast