chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
135 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Goatvermin - Détruire

Chronique

Goatvermin Détruire
Ecouter Goatvermin procure immanquablement le même plaisir que lorsque, après avoir tailladé une prostituée à l’aide d’une lame effilée, l’on se masturbe dans sa lingerie imbibée de sang. Plaisir rare que seuls les esthètes authentiquement barbares connaissent et dont le Détruire dont il s’agit ici constitue un témoignage musical et spirituel de grande importance.

Spirituel, car ce qui distingue le groupe franc-comtois de la masse des cloportes du métal noir bestial, infrahumanité se vautrant dans la goatviolence la plus débridée mais sans jamais en saisir la portée métaphysique, c’est sa capacité à étreindre l’illumination à travers l’ultraviolence, dissolution radicale de l’Être qui est la véritable Voie de la main gauche. En effet, si les mots se font parfois guerriers (Infanterie Enfer) et que l’ombre altière de Jünger plane parfois (Storm Of Steel), le propos relève fondamentalement de la sauvagerie aveugle. Les salves diaboliquement précises de batterie-artillerie, la saturation par le feu des riffs visent moins la victoire militaire que l’annihilation, et le salut qui en découle. Loin de l’humanisme sélectif du métal noir national-socialiste et de l’infantilisme d’une scène de mauvais catholiques, dits orthodoxes, Goatvermin, bien que les fins du groupe diffèrent sensiblement des siennes, se fait le chantre, peu ou prou, de la même méthodologie, le même non-droit de la guerre que, au hasard, Abu Bakr Naji.

Aux bonnes âmes, so trve, drapées dans leurs habits noirs adolescents, croix de St Pierre autour du cou confondue avec un oripeau satanique, qui seraient surprises voire choquées par tant de haine, il ne sera pas inutile de rappeler que, à défaut de leur vouloir du bien, Goatvermin ne masque pas ses intentions, et ce, depuis un moment. Son exposé programmatique, entamé avec des œuvres fortes et sâles telles que, notamment, Crevez tous (autoproduction, 2013), l’anthologie Cinq années de guerre totale (Gaulhammer Production, 2014) ou sa collaboration venimeuse avec d’autres amoureux de l’espèce humaine, Cult Of The Horns (Satanath Records/Ira Militias Prod./Dark East Prod., 2014), trouve dans Détruire une formulation provisoire aboutie, réutilisant certains instruments de torture déjà connus – aux propriétés lustrales avérées – (le réengistrement de ses « classiques » Pogrom Of Hate ou Mort Aux Traîtres par exemple), et en en employant de nouveaux, attestant de raffinements inédits (Mord Gewalt Urin – vision enchanteresse !). La précision des coups portés s’en trouve accrue, sans que jamais la bête ne s’efface devant le banal musicien. Les grognements et cris, fulgurances aigües et ralentissements brutaux, agissent comme un rappel permanent de la voie existentielle choisie : la force n’est rien, seule la violence compte.

S’inscrivant dans la belle tradition meurtrière du comté de Bourgogne où il sévit, de Marcel Lamielle à Franck Zoritch, sans exclusive, le monstre Goatvermin synthétise dans son exubérance toute génocidaire la précision d’une certaine école canadienne de la brutalité et la fidélité au ur-black metal originel, dont l’Amérique du sud est largement dépositaire. Là où d’autres ne font que répéter – bégayer – un passé glorieux, Goatvermin impose naturellement son identité dans la tradition tant l’inactualité de son propos le rend pertinent en ces temps de confusion et de dégénérescence généralisées.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Goatvermin
War/Bestial Black Metal
2017 - Armée de la Mort Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Goatvermin
Goatvermin
War/Bestial Black Metal - 2009 - France
  

tracklist
01.   Reek of Massgrave
02.   Progrom of Hate
03.   Détruire
04.   Storm of Steel
05.   Mort aux traîtres
06.   Impure Flag of the Vermin
07.   Mord Gewalt Urin
08.   Gibier humain
09.   Infanterie enfer
10.   Atrocious Rituals

Durée : 30 min.

parution
17 Janvier 2017

Essayez aussi
Impiety
Impiety
Kaos Kommand 696

2002 - Osmose Productions
  

Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Scorn Aesthetics
Lire la chronique