chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
149 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Moon And The Nightspirit - Metanoia

Chronique

The Moon And The Nightspirit Metanoia
Déçu je suis que la première chronique du duo Hongrois publiée sur Thrashocore n'arrive qu'en ce mois de mars pour la sortie de son nouvel album. Déçu évidemment par moi-même qui durant ces deux dernières années, n'a pas été foutu de pondre un seul billet à ce sujet, notamment à propos de l'envoutant "Holdrejtek". Il était temps donc. 2017, sixième oeuvre en à peine plus de 10 ans de carrière, Ágnes et Mihály continuent d'explorer leur univers fantastique avec une régularité sans faille, s'aventurant années après années sur des contrées plus sombre, une évolution qui n'est pas pour me déplaire. J'espérais alors un "Metanoia" plus retranché ; pari à moitié gagné.

Pour être franc, j'avoue ne pas apprécier l'ensemble de leur discographie. Séduit par leur tout premier essai "Of Dreams Forgotten and Fables Untold" (2005), les 2 suivants "Regő Rejtem" (2007) et "Ősforrás" (2009) n'ont jamais su me parler : je reste désespérément hermétique au visage le plus possédé du combo, ne parvenant à m'abandonner à cette atmosphère entre cérémonie païenne et transe des bois. La progression de leur style depuis "Mohalepte" (2011) m'a de nouveau conquis, laissant peu à peu de côté le folklore local pour retourner à la beauté simple et émouvante de la nature. S'en est suivi un "Holdrejtek" (2014) qui n'avait jamais concentré autant d'émotion et de grâce pour un album de The Moon and the Nightspirit.

Le précédent album avait placé la barre haut et pourtant tout laissait présager d'un successeur digne de ce nom, encore plus prenant, entre cet artwork magnifique et ce premier titre dévoilé "Az Elsö Tündér Megidézése" où ces airs de violon vous impriment le coeur. Peu de changement sur la forme : s'il se nourrit de la richesse des sonorités des divers instruments traditionnels utilisés, la magie de "Matanoia" tient principalement de cette osmose entre les froides guitares acoustiques de Mihály, le violon d'Ágnes et surtout son chant cristallin d'une rare pureté qui concentre une grande partie de l'âme de leur musique. Une chose surprend néanmoins dès les premières minutes : le duo a décidé de renforcer ses percussions par une batterie, une excellente idée qui donne du relief et souligne le dynamisme des compositions. Son jeu demeure par contre un peu brut et académique ; un brin de finesse n'aurait pas fait de mal. Je reste également sceptique sur l'utilisation plus prononcée de la guimbarde bien que sa présence renforce indéniablement la dimension mystique de l'ensemble. Les Hongrois maîtrisent d'ailleurs leur univers à la perfection. L'association des instruments traditionnels et la prestation des musiciens développe une ambiance toujours aussi propice à l'émerveillement et à la rêverie. Difficile alors de ne pas se laisser porter par tant de beauté.

Avec le temps, leur vision du folk est venue s'échouer à mi-chemin entre les paysages paisibles d'un Nucleus Torn et les tourments des premiers Tenhi, tout en y insufflant cette dimension onirique et féerique qui les caractérise. A l'instar de son précédecesseur, "Metanoia" est un voyage, une expérience à écouter et à ressentir malgré ses défauts. Car ce nouvel album a tendance à revenir aux sources et c'est là qu'il prend une toute autre saveur pour moi. D'un côté, il propose ce que le groupe a pu faire de plus beau à ce jour : le mystérieux "Az Elsö Tündér Megidézése" que l'on connaissait déjà, mais également l’envoûtant "Kristálymezök" ou la quintessence de leur musique qu'est "A Fény Diadala". Entre ces merveilles, nos deux compères retombent dans leurs travers d’antan et se remettent à implorer les divinités célestes autour du feu : des pièces telles que "Kilenc Hid" ou "Hen Panta Einai (Minden Egy)" me font ni chaud ni froid par exemple. Le reste, sans être transcendant, contient néanmoins de jolies choses : le sublime break de "Mystérion Mega" qui aurait mérité un autre refrain, les mélodies subtiles de "Metanoia" et "A Hajnal Köszöntése" qui auraient mérités d'autres arrangements...

Contrairement à ce que pourrait laisser penser mon texte, "Metanoia" est un très bon album, témoignant de prédispositions tellement élevées dans l'écriture d'hymnes folk que l'on aurait voulu gommer tous ses défauts. Plus abouti, plus riche, plus touchant que tout ce qu'a pu composer le duo à ce jour, il est aussi malheureusement inégal et ce tel contraste en terme de composition a tendance à irriter. Si je lui préfère du coup "Holdrejtek" pour sa constance, "A Fény Diadala" et "Kristálymezök" a eux-seuls méritent qu'on lui accorde du temps. Pari à moitié gagné comme je vous le disais.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

dantefever citer
dantefever
04/11/2018 17:28
Vu en concert hier au Glazart. La batterie est remplacée par des percussions traditionnelles, et ça rend mille fois mieux ! Je n'ai pas aimé cet album à cause de l'ambiance trop sombre et pesante, due en grande partie à la batterie. Mais alors je vous jure qu'avec des tambours et une cymbale, c'est simplement mille fois plus prenant. Gros regret qu'ils aient opté pour une batterie plutôt que pour cet ensemble de percussions.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Moon And The Nightspirit
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  8/10

plus d'infos sur
The Moon And The Nightspirit
The Moon And The Nightspirit
Pagan/Folk - 2003 - Hongrie
  

tracklist
01.   A Hajnal Köszöntése
02.   Az Elsö Tündér Megidézése
03.   Mystérion Mega
04.   Kilenc Hid
05.   A Fény Diadala
06.   Metanoia
07.   Kristálymezök
08.   Hen Panta Einai (Minden Egy)

Durée : 42 min.

line up
parution
17 Mars 2017

Essayez aussi
Árstíðir lífsins
Árstíðir lífsins
Aldafǫðr ok munka dróttinn

2014 - Ván Records
  
Primordial
Primordial
Spirit the Earth Aflame

2000 - Metal Blade Records
  
Waldgeflüster
Waldgeflüster
Meine Fesseln

2014 - Black Blood Records
  
Ivar Bjørnson & Einar Selvik
Ivar Bjørnson & Einar Selvik
Skuggsjá
(A Piece For Mind & Mirror)

2016 - Season Of Mist
  
Arkona
Arkona
Decade of Glory (Live)

2013 - Napalm Records
  

Mütiilation
The Lost Tapes (Compil.)
Lire la chronique
Kriegsmaschine
Apocalypticists
Lire la chronique
Acid Bath
Paegan Terrorism Tactics
Lire la chronique
SOS Chanteurs ! (Famine / Kvarforth / Ravenlord)
Lire le podcast
Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique