chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
88 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ozzy Osbourne - Diary Of A Madman

Chronique

Ozzy Osbourne Diary Of A Madman
Dans la foulée de « Blizzard Of Ozz », Ozzy Osbourne et ses acolytes rempilent illico pour une nouvelle session en studio entre février et mars 1981, avant de partir dans une tournée qui sera triomphale mais qui verra du mouvement au sein de la troupe. Car si le futur « Diary Of A Madman » a été enregistré avec le même line-up que précédemment, Bob Daisley et Lee Kerslake ne seront pas crédités sur ce nouvel opus puisqu’ils quitteront le groupe dès la mise en boîte achevée. A la place ce sont les remplaçants Rudy Sarzo et Tommy Aldridge qui figureront en bonne place sur le disque bien que n’ayant pas joué une seule note (encore un signe de respect pour ses anciens partenaires), et qui seront de la partie pour la légendaire série de concerts qui suivra. Cependant ce climat de fin de cycle n’altère en rien la créativité et le niveau de chacun de ses membres, bien au contraire car ce second album réussit l’exploit d’être presque au même niveau que son prédécesseur, ce qui n’était pas une mince affaire. En effet malgré la qualité de ses membres on pouvait craindre une légère baisse de régime, mais là encore ils se sont surpassés, notamment le guitariste qui va trouver le moyen de proposer une palette technique plus élaborée et inventive que quelques mois auparavant.

Dès l’intro de batterie terminée « Over The Mountain » nous montre qu’on est dans la suite logique du précédent opus (on le croirait presque calqué sur « Crazy Train »), le sens du riff de Randy Rhoads est reconnaissable de suite et la session rythmique lourde et précise donne un vrai groove à ce morceau d’ouverture mid-tempo à souhait, dont on peut regretter aujourd’hui l’absence scénique tant il ferait encore mal aujourd’hui. Après ce début très classique et déjà relevé « Flying High Again » confirme les espoirs et attentes en montrant une facette un peu plus enjouée (malgré la gravité du sujet et des paroles sur les drogues) et sautillante typiquement 80’s, mais qui contrairement à nombre de compos de l’époque n’a absolument pas vieillit. Deux titres et déjà deux classiques en puissance, l’ensemble démarre aussi fort que celui présent chez son grand-frère, et va continuer sur le même rythme avec d’abord le mélodique « You Can’t Kill Rock’N Roll » qui passé l’effet de surprise initial se révèle être superbe et tout à fait à sa place où Ozzy a été rarement si émouvant et si juste. Puis ensuite place à la lourdeur de « Believer » où l’on sent poindre quelques relents et influences de l’ancien groupe du chanteur, car ici on navigue en pleine obscurité et un rythme volontairement bridé pour renforcer l’ambiance générale, pour un résultat à la hauteur encore une fois. Cependant là où « Blizzard Of Ozz » ne souffrait d’aucunes faiblesses, ici il faut reconnaître qu’après une excellente première partie le début de la seconde est lui moins à la hauteur, tout d’abord avec « Little Dolls » pas mauvais mais plus faible que le reste (malgré une prestation de haute tenue du guitariste), et ensuite avec la balade « Tonight » vite ennuyeuse et bien loin des autres créations du même genre passées et futures que l’on pourra entendre de la part de son perturbé géniteur.

Mais heureusement l’ensemble se clôture en beauté, d’abord avec l’inclassable « S.a.t.o. » qui ne ressemble à rien à ce que la bande nous avait déjà proposé jusqu’à présent, car ici on est dans quelquechose de complexe et de presque théâtral qui surprend de prime abord mais auquel on finit par adhérer rapidement, et qu’on adopte totalement après plusieurs écoutes, enfin comment ne pas évoquer le morceau-titre qui est un chef-d’œuvre total de noirceur aux nombreux arrangements classiques et progressifs. Entre les notes électriques et acoustiques, la voix posée, les violons et les chœurs féminins on a tout pour faire quelquechose d’inclassable et de génial, et c’est ici le cas tant on est transporté par la mélancolie qui le compose et qui fait toujours son effet aujourd’hui auprès de l’actuelle génération (comme MACHINE HEAD qui l’utilise depuis longtemps avant de monter sur scène).

Avec un succès aussi immédiat et fulgurant que lors de sa précédente sortie le binôme Ozzy/Randy réussissait un tour de force durant presque trois-quarts d’heure, avec un disque moins dense que leur premier bébé mais plus recherché et abouti, au contraire de la pochette absolument immonde et kitch où l’on pouvait voir Louis (alors âgé de 6 ans), le fils qu'il a eu avec sa première femme Thelma. Malheureusement alors que la consécration pour les deux amis avait déjà commencé le destin va s’en mêler en pleine tournée le 19 mars 1982, au lendemain d’un concert à Knoxville et pendant un jour de repos, avec le tragique accident d’avion qui va voir disparaître le guitariste surdoué à l’âge de seulement 25 ans. Avec lui disparait un talent exceptionnel qui a permis au chanteur Britannique de relever la tête et de revenir en force sur le devant de la scène, celui-ci énormément affecté par la perte de celui qu’il considérait comme un frère replongera progressivement dans ses excès tout en offrant encore des disques percutants (notamment le suivant « Bark At The Moon ») et remplis de classiques, mais qui n’auront jamais la fougue de ces deux bijoux sortis à la vitesse de l’éclair, à l’image du six-cordiste qui est passé tel une météorite mais qui restera à jamais dans les mémoires.

* A l’instar du précédent, cet album a eu droit à un réenregistrement en 2002 avec Robert Trujillo et Mike Bordin à la basse et à la batterie pour des histoires de droit d’auteur envers Bob Daisley et Lee Kerslake. Heureusement cette « erreur » sera réparée avec la version de 2011 qui rendait hommage à la formation originelle qui le méritait.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ozzy Osbourne
Heavy Metal / Hard Rock
1981 - Epic Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (4)  8.38/10
Webzines : (10)  8.12/10

plus d'infos sur
Ozzy Osbourne
Ozzy Osbourne
Hard-Rock - 1980 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Over The Mountain
02.   Flying High Again
03.   You Can't Kill Rock'n'roll
04.   Believer
05.   Little Dolls
06.   Tonight
07.   S.a.t.o.
08.   Diary Of A Madman

Durée : 43 minutes

line up
voir aussi
Ozzy Osbourne
Ozzy Osbourne
Bark At The Moon

1983 - Epic Records
  
Ozzy Osbourne
Ozzy Osbourne
Blizzard Of Ozz

1980 - Epic Records
  
Ozzy Osbourne
Ozzy Osbourne
No More Tears

1991 - Epic Records
  

Essayez aussi
Venomous Maximus
Venomous Maximus
Firewalker

2015 - Shadow Kingdom Records
  
Venomous Maximus
Venomous Maximus
No Warning

2017 - Shadow Kingdom Records
  
W.A.S.P.
W.A.S.P.
Golgotha

2015 - Napalm Records
  
Van Halen
Van Halen
Van Halen

1978 - Warner Bros.
  
Skull Parade
Skull Parade
Skullparade

2017 - Rexius Records
  

Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Scorn Aesthetics
Lire la chronique