chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
135 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Cripta Oculta - Lost Memories

Chronique

Cripta Oculta Lost Memories
Déjà 7 ans depuis que Ecos Dos Dolmens Esquecidos est sorti. J’ai adoré cet album des Portugais. Oui, encore des Portugais, après les chroniques de BLACK CILICE et CANDELABRUM. Il se passe quelque chose chez eux depuis quelques années, et il ne faut pas le rater. Sauf que CRIPTA OCULTA existe tout de même depuis 2004. Il était au taquet entre 2007 et 2010, sortant toute une ribambelle de demos et de splits, mais aussi trois albums. Puis il a freiné tout d’un coup, et depuis 2010 il ne nous avait offert qu’un split, en 2012, partagé avec un groupe dont le nom va nous piquer les yeux alors que sa musique nous caresse les oreilles : ARYAN ART. Ouh là, c’est sale alors ce groupe aussi ? Il faut le proscrire ? Eh bien écoutez, j’aurais aimé faire le naïf, et dire que malgré des textes louant ses origines et l’honneur ancestral j’ai du mal à ranger CRIPTA OCULTA dans le NSBM, mais la pochette du nouvel album arbore une croix solaire. Donc même si les ambiances du groupe ne mettent pas la puce à l’oreille, il vaut mieux, si on est prudent et totalement allergique à ce qui s’approche de la « plaie du black metal », lâcher l’affaire.

Le groupe réapparaît donc en 2017 avec un album qui s’appelle… qui s’appelle, hum. Bah on ne sait pas trop en fait. Selon plusieurs sites « sérieux » comme Metal Archives, ce serait Lost Tracks, mais le label, dans la présentation du promo, a dit Lost Memories. Comme il n’y a pas de page officielle du groupe - underground attitude oblige – j’aurais tendance à croire la maison de disque, sauf que sur son site officiel, elle parle cette fois-ci d’un s/t… Autre mystère, on nous parle ici d’une compilation avec des morceaux inédits tirés du passé, et là d’un quatrième album. Problème uniquement sur les termes puisque si les morceaux sont inédits, on se fout un peu que ce soit une compilation ou un album. Ce sont surtout 6 morceaux qui n’avaient pas encore été édités, prenons-les comme un opus, même si à la base ils ont été composés à des dates différentes et pas dans le but d’être présentés ensemble.

Sur les 6 pistes, deux sont instrumentaux. « Mistérios do Sangue » qui introduit l’album sans grand talent et même avec maladresse à cause d’une durée excessive. 5 minutes d’orgue. J’adore l’orgue, mais pas utilisé comme ça sur la longueur ! Au bout de 2 minutes on en déjà marre, alors 5 ! Ceux qui ne connaissent pas le groupe vont croire à un nouveau projet ambiant sans inspiration, digne des pires remplissages de BURZUM. « Bathla Nocturna » est plus raisonnable avec moins de 2 minutes et surtout placé en 5ème piste. Lui aussi renvoie à la période « Varg en prison », et a au moins l’avantage de faire souffler et d’aérer entre les titres.

Les 4 morceaux restants sont dans la veine de ce qu’on connaît du groupe, avec un black metal inspiré des années 90 à la production raw, mais restant fortement dans le mid-tempo et ajoutant par moments des éléments pagan ou heathen. On pense alors tour à tour à KAWIR, BILSKIRNIR et JUDAS ISCARIOT. Un des morceaux les plus marquants et représentatifs est « A Dança do Fado Negro », qui comme son nom l’indique intègre au BM du fado. Ce style qui fait la fierté du pays a même été inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité ! Le mariage est réussi et l’ambiance reste bien sombre, des images se créent et l’accélération finale est destructrice. Et comme CRIPTA OCULTA l’a déjà souvent employé avec succès, il ressort sur « A Mao de Ferro que Esmaga Siao » une flûte jouée avec frénésie, comme pouvait le faire BETHZAIDA. Du côté des vocaux aussi certaines voix plus claires viennent accompagner les cris stridents. Ainsi les morceaux sont liés par des ambiances ténébreuses et occultes, mais se distinguent tous par un ajout différent, bien intégré.

Sans atteindre le niveau de l’album précédent, qui touchait plus au cœur, cette nouvelle sortie nous rappelle que les Portugais sont encore dans les parages, prêts à poursuivre la tradition et à nous faire pétiller les tympans.

A propos de cette chronique

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

yog citer
yog
13/03/2017 22:25
... Cripta truc, manifestement ils te mettent un peu d'adoucissant sur le principe actif, genre "senteur foret du portugal", du coup, ça sent un peu meilleur et c'est moins (reich).....rêche.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
10/03/2017 14:52
yog a écrit : C'est vraiment étonnant cet engouement moderne pour les groupes de BM mettant des turbines à vapeur sur leurs artworks. Après c'est bien la vapeur, ça lave blanc.

Mais ça fait des trves. (Je recycle les vannes de base...)
yog citer
yog
10/03/2017 13:22
C'est vraiment étonnant cet engouement moderne pour les groupes de BM mettant des turbines à vapeur sur leurs artworks. Après c'est bien la vapeur, ça lave blanc.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Cripta Oculta
Black Metal
2017 - Signal Rex
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7.75/10

plus d'infos sur
Cripta Oculta
Cripta Oculta
Black Metal - 2004 - Portugal
  

tracklist
01.   Mistérios do Sangue
02.   Uma Noite de Trevas
03.   Para o reavivar das Tradições
04.   Batalha Nocturna
05.   A Dança do Fado Negro
06.   A Mão de Ferro que Esmaga Sião

Durée : 42:02

parution
10 Mars 2017

Essayez aussi
Osculum Infame
Osculum Infame
The Axis Of Blood

2015 - Battlesk'rs Productions
  
Funeral Mist
Funeral Mist
Maranatha

2009 - Norma Evangelium Diaboli
  
Zhrine
Zhrine
Unortheta

2016 - Season Of Mist
  
False
False
False

2015 - Gilead Media
  
Mare
Mare
Ebony Tower

2018 - Terratur Possessions
  

Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Scorn Aesthetics
Lire la chronique