chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
91 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ungfell - Tôtbringære

Chronique

Ungfell Tôtbringære
Dans un de ses podcasts, Sakrifiss abordait le sujet des « collectifs » de formations black metal. Des groupements très nombreux, qui ont exigé de la part de notre compère à faire des choix, ne pouvant tous les aborder. Je vais donc profiter de cette chronique pour ajouter ma contribution, Ungfell faisant partie du Helvetic Underground Committee, regroupant Wyrgher (autre projet de Menetekel), Despotic Terror Kommando, Dakhma (cf. le split Of Hermits and Gallows (The Synthesis of Illuminating Ascension and the Madness of a Primitive Mind)) et Lykhaeon (dont Infermità est membre). Une nouvelle fois, on retrouve ici le rapprochement géographique, la consanguinité des groupes, la volonté de rester underground et le partage d'une même vision, tant dans la musique que dans des valeurs communes. Mais assez parlé de cela (cliquez sur lien au-dessus pour en savoir plus) et place à Ungfell. Créée assez récemment par Menetekel, cette entité a posé ses marques en 2015 avec la demo Demo(lition) – prometteuse mais manquant de fil conducteur – suivie d'un split (paru la même année). Des débuts qui ont permis de découvrir un univers particulier ainsi qu'un black metal raw, médiéval, habité ainsi qu'aux forts relents folkloriques.


Et, si les sorcières ont cédé la place à un oiseau de mauvais augure, le fond et les bases musicales restent inchangés. Toutefois Menetekel a pris son temps pour peaufiner son premier album, Tôtbringære, et cela se ressent dès la première écoute. Certes la production est toujours aussi raw couplée à une voix criarde déversant sa bile, collant parfaitement au propos de la formation, mais l'ensemble semble plus homogène, les riffs davantage marquants et un gros travail a été effectué sur les parties acoustiques, renforçant la personnalité de Ungfell. Une approche qui renvoie à des formations telles que Malokarpatan ou encore Culte Des Ghoules par ce mélange de folklore et de sorcellerie, chacun délivrant néanmoins des sonorités différentes et un univers propre. D'ailleurs les helvètes (la tête pensante ainsi que le batteur session) vous plongent dans les heures les plus sombres du moyen-âge d'entrée de jeu sur l'épuré « Viures Brunst » – où il me paraît entendre, entre autres, la cornemuse et la vielle à roue accompagnées de grognements inhumains. Les odeurs de crasse et de soufre se mêlent délicatement au gré des minutes et viennent vous envelopper ostensiblement. Pleurs de nourrisson à vous glacer le sang (cf. la fin de « Wechselbalg »), samples (« Der Opfersprung »), chœurs poignants mais sentencieux (« Gottes Acker »), instruments traditionnels (l'accordéon par exemple) venant se greffer aux compositions et interludes folk médiéval racées (« Slahtære ») : de nombreux éléments ponctuent l’œuvre, lui conférant une aura tant singulière que ténébreuse.


En effet, ce dosage savamment distillé dépeint un tableau où partout rôdent les peurs anciennes et maléfiques, tout comme la Grande Faucheuse qui est omniprésente sur Tôtbringære. Cette dernière prend d'ailleurs différentes formes, portée par des passages black à la fois décharnés, bruts et abrasifs. Une danse macabre qui est très bien menée par Ungfell, alternant riffs puissants, limite épiques, mélodies tortueuses ou encore lignes de guitares entêtantes pour un ensemble varié et des plus accrocheurs. Le batteur ajoute également sa pierre à l 'édifice dans cette entreprise de destruction par un jeu souvent simple et efficace (quelque soit le tempo), menant la cadence et sonnant la charge (comme sur l'excellent titre de clôture « Der Opfersprung »). Cependant, c'est à Menetekel que revient le rôle de meneur malfaisant, vous guidant de son chant arraché – et parfois désabusé. Vous vous approchez dangereusement du précipice, tantôt poussé par des forces invisibles, tantôt guilleret et l'esprit léger – avec « Gottes Acker » (proche de Peste Noire) comme toile de fond. Néanmoins parmi ce flot de violence âpre et de terreurs indicibles, des touches graves et mélancoliques – extrêmement soignées, tel le livret accompagnant l'album – viennent enrichir l’œuvre. Offrant une sensibilité différente, celles-ci donnent plus de corps (côté médiéval mis en relief) et renforcent ce froid mordant qui prend profondément racine dans les terres et vous transperce de part en part.


Cette sortie assez confidentielle – parue en digital sur Bandcamp et en format cassette via Graceless Recordings* – montre la belle marge de progression effectuée par Ungfell. Car l'entité helvète délivre un premier album homogène et effectue un travail d'orfèvre sur les divers effets faisant tout son sel (parties folk médiéval, incorporation d'instruments traditionnels, choix du langage, sample ou encore riffs plus aériens). D'où des titres prenants, riches et sensiblement différents les uns des autres qui vous happent tout au long de ces 44 minutes.Toutefois le rapprochement trop évident avec un célèbre groupe français, cité plus haut, vient grever l'ensemble. Certaines personnes sauront passer outre, d'autres traîneront la patte. Quoiqu'il en soit, Tôtbringære a su me toucher et j'espère, vu la matière, que Menetekel délivrera une nouvelle réalisation encore plus personnelle et aboutie.

*Une version CD devrait voir le jour

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

N4pht4 citer
N4pht4
24/04/2018 12:16
D'accord avec la chro, l'album n'est pas encore abouti malgré de bonnes idées. Par contre, leur dernier album "Mythen, Mären und Pestilenz" sorti le mois dernier, est très, très lourd. On sent une belle influence Sühnopfer malgré quelques interludes trop fréquentes et dispensables.
dantefever citer
dantefever
20/03/2017 11:16
Sympas, mais pas encore aboutit en ce qui me concerne. L'album ne commence vraiment qu'après son premier tiers, et c'est quand même trèèèès peste négrien, surtout dans les meilleurs moments
Dysthymie citer
Dysthymie
19/03/2017 10:24
note: 7.5/10
Oui, ça change un peu !
Et j'ai fait la comparaison avec ces deux groupes, même si les 3 formations officient dans un registre sensiblement différent, pour bien faire comprendre que le folklore tient une place importante et que la production est bien raw. Dans sa forme Ungfell renvoie clairement plus à Malokapartan et j'ai cité CDG comme j'aurai pu en citer un autre, il est vrai.
AxGxB citer
AxGxB
18/03/2017 13:37
note: 7.5/10
Malokarpatan, c'est tout à fait ça (plus que CdG pour moi) même si chaque groupe a effectivement son identité. En tout cas, chouette découverte en ce qui me concerne et qui change de ce que l'on a l'habitude d'entendre en matière de Black Metal.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ungfell
Black Metal/Folk médiéval
2017 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Ungfell
Ungfell
Black Metal/Folk médiéval - 2014 - Suisse
  

formats
  • K7 / 2017 - Graceless Recordings
  • Digital / 2017 - Autoproduction

tracklist
I. Viures Brunst 
II. Die Bleiche Göttin 
III. Gottes Acker 
IV. Trommler Tod 
V. Der Ûzsieche und sîne Grimmede 
VI. Wechselbalg 
VII. Slahtære 
VIII. Der Opfersprung

Durée : 44 minutes

line up
parution
1 Février 2017

METAL MEAN FESTIVAL
Auðn + Convulse + Cult of F...
Lire le live report
Uniform
The Long Walk
Lire la chronique
Ulvegr
Vargkult
Lire la chronique
Hirax European Summer Tour 2018
Antagonism + Dissident + Hi...
Lire le live report
Sylak Open Air 2018
At The Gates + Bloodbath + ...
Lire le live report
Exocrine
Molten Giant
Lire la chronique
Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique