chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
34 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Woe - Hope Attrition

Chronique

Woe Hope Attrition


Hi guys ! Mon partner Sakrifiss m’a demandé de te parler de music. Il veut que je le remplace pendant qu’il fait le vidéo de YouTube. Et ça tombe bien qu’il me demande. Parce que la music et moi, c’est comme l’horloge de mon cœur. C’est le tic et tac qui vibre inside le heart. C’est le vitamine qui lave le cerveau.

Mais avant que je te parle de la music, il faut que je te la pose un question fatidique. Et que tu la poses à toi aussi. C’est qui es-tu ? Parce que tu es quelqu’un, et que tu ne peux pas bien savoir toujours que tu l’es au fond de toi. Si tu es français, alors tu es Charlie, mais peut-être pas, parce que Charlie c’était il y a deux ans. Moi je suis pas Charlie à cause de le peine que je ressens pas pareil. Alors la question est moi, je suis qui ? Aux States on dit je suis who. Mais là j’ai envie de dire que je suis WOE et alors tu sens la logique arrive. Je suis WOE mais c’est les deux sens ! Un peu comme « on est dans le cours » dans tous les sens si on le pense comme la rivière qui avance et qui progresse. Elle suit son cours mais c’est aussi le cours de bonne leçon. First « je suis WOE » depuis ses débuts qui veut dire que je l’écoute depuis 2008, alors que Chris Grigg il était encore alone dans le band. Et après aussi. Je l’ai suivi et compté avec lui. 2 ans entre le first et second album. 3 ans entre le second et le third. 4 ans entre le third et le fourth.

C’est le fourth qui vient de venir au jour et qu’il a le titre Hope Attrition. Le Hope c’est l’espoir, et c’est beau. C’est l’oiseau qui te regarde dans le ciel bleu. C’est l’enfant qui te reconnaît dans la rue et fait la pose with you. Mais le Attrition c’est pas beau du tout. C’est le laid avec un « d » au bout, parce que si c’est avec le « t » c’est mieux et tu dois prendre après te lever le matin. Attrition c’est ce qui est fatigué. C’est usé et bad. Comme un film qui a pas marché, tu sais ?

Alors le « hope » qui est une « attrition » c’est le mix de deux notions qui font antigone. Ça veut dire que tu ne peux pas sentir en réfléchissant seulement. Comme le Yin et Yang avec le plus et moins. Mais tu as le moins qui se cache dans le plus et pareil dans l’envers. WOE c’est le yin de la music qui est entrainante et qui bondit comme le tigre sur son nourriture. Mais c’est aussi le yang de la voix qui rugue beaucoup. Comment tu dis ? Rugueuse ! OK, c’est fun mais ça bruisse tes oreilles. C’est comme la voix de core. Et là encore tu peux sentir l’ironie de « la voix et du core » en même temps. C’est la music qui est un peu progressive et douce et c’est la voix qui agresse et qui te fait le balance de l’ambiance. Mais tu as le yang dans le yin alors la music des fois elle s’emballe et durcit le ton. Et la voix elle a un peu de yin avec des chœurs plus légers, mais pas beaucoup dans l’album. Ces 7 songs qui ont un instrumental elles ont alors le son qui est moderne, et qui est va attirer le guy, et la girl, qui aime bien être dans son époque et que le mélange ne lui fait pas peur.

Et si tu as suivi, tu as vu que j’ai pas encore finished mon explanation sur « je suis WOE ». Je dis parce que j'écoute WOE depuis longtemps. Mais « Je suis WOE » aussi parce que je l’aime beaucoup et me sens lui. Il a le même feeling que les films que j’ai tourné dedans avec le côté de poétique en tabassant à coup de pieds et de vers. La formule elle est inchangeante de la dernière fois, mais tu sens toujours le même.;life... entrain in french. Tu pourras pas stopper le pied de bouger avec « The Din of the Mourning » et ton heart qui remue de la tension d'"Abject in Defeat". Mais le formule il tape pas que sur ton head, il peut aussi qu’il tape sur ton system. Il a pas assez le efficacité constant. Tu penses qu’il a les passages longs et que tu les passer à autre chose.

Alors pour finir ce présentation, il faut que tu sais que l’album de WOE il est comme la drug, il vaut mieux en prendre un peu que trop.



Bon, l'album est dans la veine de ce qui a été fait avant et le travail soigné parvient à garder aussi un côté instantané et puissant pas dégueu. Il faut par contre avouer que des longueurs se font sentir et que certaines parties auraient pu être raccourcies voire enlevées... Du coup je suis plus sévère mais au regret de retrouver l'impression d'efficacité continue du précédent.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

N4pht4 citer
N4pht4
29/03/2017 12:01
note: 6/10
Sinon l'album écouté ce matin d'un oreille distraite, il ne finira pas dans les bilans je pense. Pas foncièrement mauvais mais pas fou-fou. La voix pique quand même...
N4pht4 citer
N4pht4
29/03/2017 11:58
note: 6/10
有難うございます。
Comme toi JC, je prends de la über-poudre pour une über vue !!!
Sakrifiss citer
Sakrifiss
28/03/2017 18:24
note: 7/10
N4pht4 a écrit : Jean-claude, je sais que c'est du franglais mais c'est : "3 ans entre le second et le third. 4 ans entre le third et le fourth" !
Sinon thirst c'est la soif.



Bien joué. Je vois que tu es über aware. On sent bien que tu prends des petites médicines qui te donnent une ultra vue. Pour te remercier, je vais aller corriger maintenant cette mistake.
N4pht4 citer
N4pht4
28/03/2017 11:49
note: 6/10
Jean-claude, je sais que c'est du franglais mais c'est : "3 ans entre le second et le third. 4 ans entre le third et le fourth" !
Sinon thirst c'est la soif.


AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Woe
Black Metal Core
2017 - Vendetta Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (1)  6/10
Webzines : (6)  7.81/10

plus d'infos sur
Woe
Woe
Black Metal Core - 2007 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Unending Call of Woe
02.   No Blood Has Honor
03.   A Distant Epitaph
04.   The Din of the Mourning
05.   The Ones We Lost
06.   Drown Us with Greatness
07.   Abject in Defeat

Durée : 43:38

line up
parution
17 Mars 2017

voir aussi
Woe
Woe
Withdrawal

2013 - Candlelight Records
  

Essayez aussi
The Phantom Carriage
The Phantom Carriage
New Thing

2011 - Throatruiner Records / Swarm Of Nails
  
Throane
Throane
Derrière-Nous, La Lumière

2016 - Debemur Morti Productions
  
Celeste
Celeste
Morte(s) Née(s)

2010 - Denovali Records
  
Tombs
Tombs
Tombs (EP)

2007 - Black Box Recordings
  
Danishmendt
Danishmendt
Un Passé Aride

2010 - Cold Void Emanations / Odio Sonoro
  

Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique
Black Sabbath
13
Lire la chronique
Blood Of The Wolf
II: Campaign Of Extermination
Lire la chronique
MoM Poésique - Saor / "La Colline sentant les thyms"
Lire le podcast
Torture Rack
Malefic Humiliation
Lire la chronique
Black Howling
Return of Primordial Stillness
Lire la chronique
Isengard
Høstmørke
Lire la chronique
Devastatiön
Drink With The Devil (EP)
Lire la chronique
Mortem
Deinós Nekrómantis
Lire la chronique
Animals as Leaders
The Joy of Motion
Lire la chronique