chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
106 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

K.L.L.K. - Le Brasier des Mondes

Chronique

K.L.L.K. Le Brasier des Mondes (EP)
On ne remercie jamais assez ses collègues de webzine pour les formations qu'ils peuvent nous faire découvrir. Ainsi, mon attention s'est portée sur K.L.L.K. suite à la chronique de "Between the First Heliocentric Wind and the Great Devourer of Light", rédigée par Dysthymie - Merci ! Formation montpelliéraine sur laquelle je ne m'étais jamais penché, un peu par ignorance, beaucoup parce qu'Avitum, l'autre formation de ses membres, m'en avait touché une sans faire bouger l'autre. Mal m'en a pris, l'acronyme proposant un Black/Doom ritualiste, sentencieux, au moins aussi prometteur que leur fond idéologique n'est pompeux.

A titre personnel, je suis un peu lassé par ce jeu de la biscotte autour des philosophies rances d'Evola et autres grands penseurs que l'aile réactionnaires adule. Enfin, chacun verra midi à sa porte, et même sans en goûter la véritable teneur (forte en croix pudiquement baptisées "solaires" et autres références sympathiques), on ne peut que saluer le travail fourni aussi bien sur le fond du "Brasier des Mondes" que sur sa forme : de la superbe et énigmatique pochette, jusqu'aux œuvres (réalisées par C. Neomalthusian) qui viennent illustrer les titres de l'opus - et que vous pouvez contempler sur le site de la formation, le groupe n'a pas fait les choses à moitié. Aucune gratuité, chaque geste, chaque mouvement, chaque mot est étudié pour rendre justice au concept de l'EP (car oui, malgré ses quarante-trois minutes, c'est le format revendiqué).

Les traits approximatifs portent une atmosphère presque tribale, entre salade de symboles plus ou moins outranciers et hiéroglyphes qui restent encore à déchiffrer. Raccord avec les compositions de ce long-format, sorti cette année via Caligari Records et également distribué via Solar Asceticist.

"Le Brasier des Mondes" est découpé en trois grands mouvements, séparés par des interludes mélangeant les saillies électroniques stridentes ("Solstice I", couplé à un sample de lecture de "La Doctrine de l'Eveil" d'Evola) aux différentes nappes de claviers. Peut-être un peu trop dépouillés à mon goût, certes, mais K.L.L.K. réussit à ne pas tomber dans le piège de la tartine. Ainsi, ces quatres saisons tiennent moins de Vivaldi qu'à un hommage global aux influences du combo, tantôt à Zero Kama pour l'ambiance encens/rituel ésotérique (les respirations du titre d'ouverture "Equinoxe I") qu'à la scène Neofolk (c'est en tout cas de cette manière que j'interprète le carillon très Douglas Pearce et les sonorités métalliques sur la clôture de l'objet). L'ensemble est cohérent, les articulations parfaites et bien huilées.

Le tempo général est lent, les rythmiques pesantes prêtant plus à la transe que le tremolo intempestif et les blast-beats - ces derniers font quelques timides apparitions, parfois un peu maladroites (" Celebration I - Le Souffle Primordial "). Si K.L.L.K. prend son temps, il ne se traîne pas pour autant (son credo cochant déjà toutes les cases de la lourdeur) : comme il l'avait démontré sur ses premières réalisations, le quatuor sait quand et comment frapper pour déployer son atmosphère de fin du monde. La production des titres aide également, moins approximative, beaucoup plus léchée : les guitares sont graves, compactes, presque impénétrables, percées par les cymbales et le travail effectué sur les toms, qui en viennent à sonner comme des timbales graves d'orchestre classique. Le batteur en use et en abuse : lorsque d'autres frappeurs préfèrent aérer leurs parties par des coups de cymbale, B. Abysses ponctue les compositions du "Brasier des Mondes" en martyrisant ses futs.

Ces riffs accablants, ces frappes sèches et porteuses d'une atmosphère de fin du monde, m'évoquent assez les quatre français en robe blanche, gong à la main (ce dernier sonnant d'ailleurs tout au long de l'EP), se baladant dans les rues en beuglant l'imminence de la "chute du monde moderne" à qui voudra bien l'entendre - dans un chœur grave emprunté au final de l'excellent "Celebration II - L'eveil du Blé D'or" . Je retrouve dans ce "Brasier des Mondes" ce que j'ai particulièrement apprécié dans les sorties du label batave Haeresis Noviomagi (et plus particulièrement chez Iskandr) : une aura de dévotion totale, portée avec ferveur par des musiciens convaincus, sur terre pour convertir et non pour divertir. Si l'image peut prêter à sourire, elle confère à ce long-format toute la puissance nécessaire au déploiement de son propos.

Habité de bout en bout, suffisamment sulfureux pour provoquer l'intérêt des plus endurcis, "Le Brasier des Mondes" transforme l'essai des précédentes réalisations de K.L.L.K. en amplifiant tout ce qui en faisait la force - tout en leur rendant justice avec une production vraiment à la hauteur du talent d'écriture et de composition du quatuor. Si l'on peut regretter quelques ponts bancals lorsque le tempo s'accélère, ou le dépouillement parfois un peu trop forcé des interludes, "Le Brasier des Mondes" reste une excellente surprise, et une belle porte d'entrée dans l'univers de K.L.L.K.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
K.L.L.K.
Black/Doom
2017 - Caligari Records
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
K.L.L.K.
K.L.L.K.
Black/Doom - 2010 - France
  

tracklist
01.   Equinoxe I  (03:36)
02.   Celebration I - Le Souffle Primordial  (10:32)
03.   Solstice I  (04:04)
04.   Celebration II - L'eveil du Blé D'or  (07:46)
05.   Equinoxe II  (02:09)
06.   Celebration III - Le Brasier des Mondes  (11:30)
07.   Solstice - II  (03:51)

Durée : 43:28

parution
28 Février 2016

voir aussi
K.L.L.K.
K.L.L.K.
Between the First Heliocentric Wind and the Great Devourer of Light (EP)

2015 - Mithra! Infrasound Productions
  

Essayez aussi
Deinonychus
Deinonychus
Ark of Thought

1997 - Supernal Music
  
Head of the Demon
Head of the Demon
Head of the Demon

2012 - The Ajna Offensive
  
Horn Of The Rhino
Horn Of The Rhino
Summoning Deliverance

2014 - Doomentia Records
  
Eibon
Eibon
Entering Darkness

2010 - Aesthetic Death
  
ΚΕΝΌΣ
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals

2018 - BloodCrown Records
  

Nécrocachot
Malfeu
Lire la chronique
Kult
The Eternal Darkness I Adore
Lire la chronique
Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimo...
Lire la chronique
The Great Old Ones au LADLO Fest - 10th Year Anniversary
Lire l'interview
Steingrab
Jahre nach der Pest
Lire la chronique
Lucifer's Hammer
Time is Death
Lire la chronique
Livid
Beneath This Shroud, the Ea...
Lire la chronique
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates
Lire la chronique
Infestus
Thrypsis
Lire la chronique
Author & Punisher
Beastland
Lire la chronique
Bölzer + One Tail, One Head + Orkan + Taake
Lire le live report
Vanhelgd
Deimos Sanktuarium
Lire la chronique
VƆID
Jettatura
Lire la chronique
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...
Lire la chronique
Behemoth
I Loved You at Your Darkest
Lire la chronique
Aorlhac au LADLO Fest - 10th year anniversary
Lire l'interview
Alchemyst
Nekromanteion
Lire la chronique
Jesus Piece
Only Self
Lire la chronique
Black Sin
Solitude Eternelle
Lire la chronique
Unholy Baptism
Volume I: The Bonds of Serv...
Lire la chronique
Frozen Graves
Frozen Graves
Lire la chronique
Les clips dans le black metal (Et ta gueule !)
Lire le biographie
Solar Temple
Fertile Descent
Lire la chronique
Nuisible
Slaves and Snakes
Lire la chronique
Drawn And Quartered
The One Who Lurks
Lire la chronique
Wastes
Into the Void of Human Vacuity
Lire la chronique
Beyond Creation
Algorythm
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 19 - L'autel Païen
Lire le podcast
Norrhem
Vaienneet voittajat
Lire la chronique