chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hate Eternal - King Of All Kings

Chronique

Hate Eternal King Of All Kings
King Of All Kings est ce que je qualifierais d'un cd qui tue fait par un groupe qui tue. Cette phrase est assez « cliché » mais il n'y a vraiment pas d'autres mots pour qualifier cette offrande des plus brutales. Hate Eternal n'a jamais aussi bien porté son nom, si vous pensiez que Conquering The Throne faisait suffisamment mal comme ça, vous n'avez pas fini de vous plaindre avec ce King Of All Kings. Au menu, un gros changement de line-up : exit le batteur intérimaire Tim Yeung (ex-Council Of The Fallen, ex-Decrepit Birth) et Doug Cerrito (ex-Suffocation). Hate Eternal se retrouve dorénavant avec une seule guitare et accueille un nouveau batteur nommé Derek Roddy (ex-Malevolent Creation, ex-Aurora Borealis). On pourrait s'imaginer que ces changements toujours peu agréables vont dénaturer la musique du groupe. Que nenni.

Après une intro que je qualifierais de « vomitive » en raison des vocaux, une ambiance lugubre s'installe et soudain c'est le drame. Un cri venu d'outre-tombe et un blast d'une sauvagerie peu commune vous matraque. Une chose est claire : Conquering The Throne prend un sacré coup de vieux. La musique de Hate Eternal a gagné en précision, en brutalité et en complexité. Mais comment donc est-ce possible me direz-vous ? Un élément de réponse s'appelle Derek Roddy. Cet homme est vraiment le roi de tous les rois (ahah), une véritable machine à administrer des blast-beats limpides et autres rythmiques destructrices. Sa vitesse est impressionnante, un véritable faucon millénium de la caisse claire, des roulements et une double grosse caisse qui une fois lancée ne s'arrête plus. Avec Hate Eternal, on a littéralement l'impression que les blasts sont éternels. De plus Grand Maître Roddy a enregistré l'album en une seule prise ce qui explique sont surnom de Derek ‘'One Take ‘' Roddy. Si avec ça vous n'êtes pas convaincus des ambitions du groupe, ce n'est pas la peine de rester.

Un batteur de cette trempe aide à créer une musique des plus violentes mais c'est sans compter sur le reste du trio. On sent bien qu'Erik Rutan était frustré dans Morbid Angel. Formé par Trey Azagthoth, Erik Rutan a gardé le sens du riff implacable et surtout des solos qui transpirent l'ange morbide. Mais la comparaison s'arrête là. Hate Eternal produit un death beaucoup plus brutal, plus enragé et moins occulte. Une brutalité entachée par la production. Je trouve que l'album souffre d'un son trop « compact », comme si tant de haine ne pouvait pas tenir convenablement sur une rondelle de plastique de 12 cm de diamètre. Le son de batterie est impeccable, très acoustique et naturel mais les guitares sonnent trop compressées à mon goût. On sent qu'il y a du gros son tranchant mais qu'il a fallu le comprimer pour éviter de faire imploser des immeubles pendant l'écoute de l'album.

Mais ceci est tout à fait acceptable quand on se penche sur le contenu lui-même du cd. Tout à l'air vraiment millimétré. Chaque break, chaque riff, chaque coup de cymbale n'est pas improvisé. Tout s'enchaîne à merveille, les blasts arrivent au bon moment, les breaks aèrent les titres pour ne pas les transformer en immonde prise de tête (si si je vous assure) et toute cette alchimie transforme les 10 titres de King Of All Kings en pure monument de violence. Le chant de Jared Anderson fait penser à celui de Deicide, et rend très bien avec la voix puissante d'Erik Rutan. Une chanson telle que « Servants Of The Gods » n'est pas faite pour les personnes souffrant de problèmes cardiaques. Le début est direct, ultra brutal. Les riffs sont malsains et les quelques breaks à base de double supersonique ne sont là que pour permettre d'enchaîner sur un solo ou pour aller encore plus vite. « Beyond Redemption » ressemble à ce qu'on pourrait trouver sur Domination de Morbid Angel mais en beaucoup plus rapide, « Born By Fire » est d'une efficacité redoutable, « Chants In Declaration » vous donne l'impression d'être poussé vers des abîmes ténébreux. Le reste ne déroge pas à la règle de la recherche la haine musicale la plus pure. Trouvez moi une intro plus radicale, furieuse et intense que celle de « Rising Legions Of Black » et vous aurez le droit de me jetter des bûches.

Hate Eternal lève le pied toujours au bon moment, au milieu d'un déluge de notes, ce qui rend l'écoute de King Of All Kings très intense. Une fois parti, ça ne s'arrête pas, les seuls moments de calme sont les quelques secondes de blancs entre chaque piste. « In Spirit (The Power Of Mana) » avec son riff excellent et son refrain, véritable « défouloir vocal » traumatiserait à vie votre petit frère si vous confondiez la cassette de Henri Dès avec ce King Of All Kings. Enfin « Powers That Be » clôture l'opus de manière à laisser quelques cicatrices en plus sur nos pauvres visages. Le riff est tout simplement superbe, ajoutez-y un break très sombre et « marécageux » mais diablement efficace et la fin dévastatrice matraquera ce qui reste de votre esprit.

Que peut-on reprocher à un disque tel que ce King Of All Kings ? De ne pas être fait pour les fans de death du dimanche. Plus sérieusement, il n'y a que la production qui gâche un peu cette orgie de violence. Mais ceci reste très minime, la qualité des structures de chaque titre et les compositions chirurgicales font vite oublier ce petit point noir. La rapidité d'exécution, le chant enragé et furieux et des riffs majestueux et géniaux font de ce King Of All Kings un cd défouloir mais pas seulement. C'est aussi la démarche d'un groupe motivé à créer une musique chargée d'une haine viscérale et d'une noirceur peu commune. Autant dire que ce King Of All Kings remplit parfaitement son contrat, relayant Conquering The Throne aux oubliettes. Avec un monument de ce calibre, on se demande à chaque fois à quoi on peut s'attendre par la suite. Une chose est sûre, Hate Eternal placera la barre encore plus haut. Mais d'une manière qui échappe au commun des mortels.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

12 COMMENTAIRE(S)

Charon Del Hadès citer
Charon Del Hadès
16/09/2020 15:11
note: 10/10
Ah putain cet album mes enfants, cet album ?
Le meilleur de la bande à Rutan ? Peut-être, mais mon préféré en tout cas.
Un disque écouté des centaines de fois et encore aujourd'hui et toujours avec plaisir !
Atreyu citer
Atreyu
29/11/2013 14:50
note: 10/10
That's brutal !
von_yaourt citer
von_yaourt
18/01/2009 15:24
note: 9.5/10
Au fait Scum, ce serait pas 2002 plutôt que 2003 la date de sortie de cet album ?
crocoscar citer
crocoscar
20/12/2008 08:51
note: 9.5/10
Un album d'une violence rare, avec une atmosphère "rouleau compresseur" inimitable !
LostSon citer
LostSon
04/10/2008 18:52
note: 9.5/10
Dans mon top 3 des disques du genre.
Quel bombe, tous les titres sont intéressants et singuliers.
Juste un manque de clarté et de puissance dans la prod, comme dit dans la chronique.
Incontournable pour tout fan de brutal death.
Ander citer
Ander
29/01/2008 23:11
note: 8/10
Certainement le meilleur album de la Haine Eternelle (en attendant le prochain). Cool

C'est ici que vous trouverez les meilleurs soli, et la meilleur perf' vocale du groupe! Headbang

La prod' est en progrés par rapport à CTT même si comme le dit Scum, elle est un peu trop compressé (ça vaut aussi pour la batterie en ce qui me concerne).

Une info sur les prochains live du groupe: c'est Makoto Mizoguchi (ex-Internal Suffering) qui devrait assurer la basse!

(Et il est sorti en 2002 cet album). Clin d'oeil
Backstaber citer
Backstaber
01/12/2005 13:55
note: 8.5/10
Enorme album !
Scum citer
Scum
29/11/2005 14:12
note: 8.5/10
Merki Clin d'oeil
Chri$ citer
Chri$
29/11/2005 14:11
note: 8.5/10
je m'incline, ta kro est bien meilleur que ne l'était la mienne m/
Dead citer
Dead
29/11/2005 9:50
Chronique rerédigée par Scum !
GanjannibaL citer
GanjannibaL
29/10/2005 19:45
note: 9.5/10
Un des meilleurs albums de tout les temps m/
Chri$ citer
Chri$
03/03/2004
note: 8.5/10
A noter que la note vaut pr le cote extremiste de la zik, a prendre dc avec des pincettes...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hate Eternal
Death Metal
2002 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (29)  8.83/10
Webzines : (20)  7.8/10

plus d'infos sur
Hate Eternal
Hate Eternal
Brutal Death - 1997 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Our Beckoning  (00:49)
02.   King Of All Kings  (02:49)
03.   The Obscure Terror  (03:53)
04.   Servants Of The Gods  (02:56)
05.   Beyond Redemption  (03:08)
06.   Born By Fire  (03:43)
07.   Chants In Declaration  (04:05)
08.   Rising Legions Of Black  (03:24)
09.   In Spirit (The Power Of Mana)  (04:31)
10.   Powers That Be  (04:30)

Durée : 33:48

line up
parution
16 Septembre 2002

voir aussi
Hate Eternal
Hate Eternal
Fury & Flames

2008 - Metal Blade Records
  
Hate Eternal
Hate Eternal
Conquering The Throne

1999 - Wicked World Records
  
Hate Eternal
Hate Eternal
I, Monarch

2005 - Earache Records
  
Hate Eternal
Hate Eternal
Upon Desolate Sands

2018 - Season Of Mist
  
Hate Eternal
Hate Eternal
The Perilous Fight (DVD)

2006 - Earache Records
  

Essayez aussi
Requiem
Requiem
Premier Killing League

2007 - Massacre Records
  
Embrace Of Thorns
Embrace Of Thorns
Scorn Aesthetics

2018 - Iron Bonehead Productions
  
Bölzer
Bölzer
Roman Acupuncture (Démo)

2012 - Autoproduction
  
Dismember
Dismember
Death Metal

1997 - Nuclear Blast Records
  
Unurnment
Unurnment
Spiritual Penury (Démo)

2019 - Maggot Stomp Records
  

Evulse
Call Of The Void (Démo)
Lire la chronique
Gaerea
Limbo
Lire la chronique
Kairon; IRSE!
Polysomn
Lire la chronique
Burial Remains
Spawn Of Chaos
Lire la chronique
L7
Smell The Magic (EP)
Lire la chronique
Azath
Through a Warren of Shadow
Lire la chronique
Paradise Lost
Paradise Lost
Lire la chronique
Tristengrav
II - Nychavge (EP)
Lire la chronique
Fluoride
Disentanglement
Lire la chronique
Soul Blind
Greatest Hits Vol. I (Compil.)
Lire la chronique
Putrid Offal
Sicknesses Obsessions
Lire la chronique
Novae Militiae
Topheth
Lire la chronique
Ascended Dead / Evil Priest
Nexus Of The Black Flame / ...
Lire la chronique
Uada
Djinn
Lire la chronique
Drowning / Misgivings
Requiem For Gods Perdition ...
Lire la chronique
Polymoon
Caterpillars Of Creation
Lire la chronique
Candiria
Beyond Reasonable Doubt
Lire la chronique
L'affaire JP FOURNIER... L'illustrateur qui tua son père.
Lire le podcast
Darkened
Kingdom Of Decay
Lire la chronique
The Great Old Ones
Cosmicism
Lire la chronique
Eirik
Omnis Erit Eductus
Lire la chronique
Paradise Lost
Gothic
Lire la chronique
Bestial Invasion
Monomania
Lire la chronique
Palehorse
Soft as Butter; Hard as Ice
Lire la chronique
Lik
Misanthropic Breed
Lire la chronique
Necrot
Mortal
Lire la chronique
Diabolic pour "Mausoleum of the Unholy Ghost"
Lire l'interview
Skeletal Remains
The Entombment Of Chaos
Lire la chronique
Diabolic
Mausoleum of the Unholy Ghost
Lire la chronique
Katavasia
Magnus Venator
Lire la chronique