chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
63 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Black Sabbath - Black Sabbath

Chronique

Black Sabbath Black Sabbath
Chaque fois que j'écoute le debut album de BLACK SABBATH, je me demande ce qui serait advenu si Tony Iommi ne s'était pas sectionné un morceau de main à l'usine. Le Metal aurait-il quand même été inventé ? Par lui ?

Sur ce sujet il y a deux théories contraires. Selon la première, dite effet papillon, toute modification du passé modifiera le futur. C'est sur cette trame que repose la plupart des fictions sur le voyage temporel, de Ray Bradbury ("A sound of Thunder") à la trilogie Retour vers le Futur. Pour d'autres auteurs, certains événements majeurs doivent se réaliser quoiqu'il arrive et une tentative pour les empêcher de se produire ne permettra pas d'inverser le cours de l'Histoire qui trouvera un autre biais pour arriver à la même fin. C'est ce qui est expliqué dans X-Men : Days Of Future Past. Je vous épargne le résumé, vous le trouverez aisément sur la toile. Et puis je ne veux pas vous spoiler si vous n'avez pas encore vue ce chef d'oeuvre, surtout que je m'éloigne un peu de mon propos, mais j'ai tendance à adhérer à cette seconde théorie plutôt qu'à la première, car les moments clé de l'Histoire reposent très rarement sur une décision isolée ou la personnalité d'un seul homme.

La première question que je me sois posée après avoir vu ce film c'est : qui aurait inventé le Metal si Tony Iommi ne s'était pas fait sectionner un bout de main à la veille de partir en tournée avec son groupe de Blues / Rock, les ROCKIN' CHEVROLETS ? Car c'est cet accident suivi du réapprentissage de la guitare avec une main amputée, ayant donné lieu à une adaptation de son instrument avec des cordes de banjo, puis au réacordage un demi ton plus bas, suivi par Geezer Butler qui adopte la même configuration à la basse à partir de Master Of Reality qui ont donné naissance au Metal. Il est probable que d'autres groupes avaient de quoi assurer à la place de Tony, Geezer, Ozzy et Bill. Si le Sab n'avait pas explosé à ce moment, ils auraient eu leur heure de gloire comme Chris Summer devenant l'idole des jeunes à la place de Johnny Halliday dans le film Jean-Philippe.

A priori la question restera sans réponse car Tony Iommi s'est bien sectionné un morceau de la main et cet accident tragique a redéfini la feuille de route du guitariste, devenu par la force des choses l'inventeur du Metal. J'ai tendance à penser que le véritable déclic s'est produit entre Paranoïd et Master Of Reality, deux albums aboutis qui ont propulsé le groupe au sommet. Rétrospectivement, les fans se sont intéressé au debut album paru moins d'un an avant Paranoïd mais même si l'on considère aujourd'hui la chanson "Black Sabbath" comme le premier manifeste Doom, le reste de la galette, plutôt inégal, n'a pas la teneur émotionnelle ni la cohérence d'ensemble des futurs disques que le gang va produire durant la décennie 1970. Les musiciens ne se sont pas encore débarrassés de leurs influences, deux des sept titres sont des cover et bien que "N.I.B" ait figuré sur toutes les setlist des concerts données par le Sab de la réunion de 1997 à la séparation définitive en février 2017, ce morceau n'a pas la puissance évocatrice d'un "Black Sabbath" ni des autres brûlots composés ensuite par les brummies.

A tous points de vu, "Black Sabbath" est une chanson exceptionnelle. On saluera le génie du producteur Roger Bain qui décide d'ajouter cette intro Pluie et cloches devenu depuis un gimmick incontournable du Metal, mais c'est la cerise sur le gâteau. Tempo hyper lent, voix envoûtée de Ozzy, triton démoniaque, lyrics, cette chanson toxique comme un marécage mérite sa place au panthéon des meilleures compos du groupe et plus généralement des meilleurs morceaux du Metal. "The Wizard" et "Behind The Wall Of Sleep" sont des compos plaisantes mais, tout comme "N.I.B", elles font également pâle figure comparées au monstrueux morceau d'ouverture et (contrairement à "N.I.B") ne sont pas sauvées par des lyrics profonds. Des deux cover, la plus marquante est "Warning", un morceau signature prétexte à un très long instru, qui était utilisé en live comme rampe de lancement pour la session d'improvisation qui ponctuait tous les sets du Sab. Sur le disque la chanson a été écourtée à dix minutes au lieu de seize. Outre le plaisir immense de l'écoute de ce morceau chargé de feeling, "Warning" est unique en son genre : la plus longue compo de BLACK SABBATH et le morceau le plus Progressif de leur discographie mais aussi celui qui laisse le plus librement exploser le génie des trois musicien et donne un petit aperçu de ce que pouvait donner le Sab en concert dans les années 70.

Une partie de la légende BLACK SABBATH tient cependant à des choix artistiques faits par des contributeurs extérieurs au groupe : le producteur Roger Bain dont j'ai déjà parlé plus haut et le manager Jim Simpson. C'est à ce dernier qu'on doit l'illustration de la pochette, avec en extérieur une photographie saturée du moulin à eau de Mapledurham devant lequel pose une femme en noir et en intérieur un crucifix inversé encadrant le poème gothique anonyme "Still Fall The Rain"

"Still falls the rain, the veils of darkness shroud the blackened trees, which contorted by some unseen violence, shed their tired leaves, and bend their boughs towards a grey earth of severed bird wings. among the grasses, poppies bleed before a gesticulating death, and young rabbits, born dead in traps, stand motionless, as though guarding the silence that surrounds and threatens to engulf all those that would listen. Mute birds, tired of repeating yesterdays terrors, huddle together in the recesses of dark corners, heads turned from the dead, black swan that floats upturned in a small pool in the hollow. there emerges from this pool a faint sensual mist, that traces its way upwards to caress the chipped feet of the headless martyr's statue, whose only achievement was to die to soon, and who couldn't wait to lose. the cataract of darkness form fully, the long black night begins, yet still, by the lake a young girl waits, unseeing she believes herself unseen, she smiles, faintly at the distant tolling bell, and the still falling rain."

BLACK SABBATH voulait faire une musique qui rappelle les films d'horreur, leur manager leur a involontairement ou non donné l'image d'un groupe sulfureux et satanique. La légende était en marche....

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

rivax citer
rivax
28/05/2017 20:17
note: 9/10
AxGxB a écrit : Cool de voir ce premier album de Black Sabbath chroniqué ici. J'imagine que le reste va suivre ?.

Oui, je travaille dessus....le défi c'est de parler de ces disques déjà très chroniqués en arrivant à sortir quelque chose d'inédit...mais j'ai bon espoir d'y arriver.
Niktareum citer
Niktareum
28/05/2017 18:39
note: 7/10
Jamais accroché plus que ça à ce 1er Black Sab. J'aime beaucoup la suite mais celui-là a tendance à m'ennuyer sur la longueur...
Ber Val citer
Ber Val
26/05/2017 11:36
note: 8.5/10
AxGxB a écrit : Peut-être pas mon préféré (qui doit être "Master Of Reality") mais quand même.

Pareil ! Avec le Heaven & Hell aussi (avis perso), deux chefs d'œuvre intemporels.
AxGxB citer
AxGxB
23/05/2017 16:27
note: 9/10
Cool de voir ce premier album de Black Sabbath chroniqué ici. J'imagine que le reste va suivre ? En tout cas, sacré album qui a effectivement posé de sacrées bases pour la suite. Peut-être pas mon préféré (qui doit être "Master Of Reality") mais quand même.
Dysthymie citer
Dysthymie
23/05/2017 11:33
cf. tracklist
the gloth citer
the gloth
23/05/2017 10:27
Il y a une contradiction : ""Warning" est unique en son genre : la plus longue compo de BLACK SABBATH", or, comme tu le dis bien juste avant, "Warning" est une reprise (de qui, d'aileurs ?).
Ikea citer
Ikea
22/05/2017 19:15
note: 8/10
Un très bon album, clairement fondateur, mais sans non plus me retourner quand je mets de côté l'histoire.
MoM citer
MoM
22/05/2017 17:24
Album culte, évidemment !
Mais je persiste : Black Sabbath a inventé une vision du metal orienté Doom, mais n'a pas inventé LE metal. Sans Black Sabbath, tout aurait été ultra différent, j'en conviens, mais Deep Purple aurait été là pour apporter la touche power avec Ritchie Blackmore.
dantefever citer
dantefever
22/05/2017 14:59
note: 10/10
Le son de cet album ... Sa pochette ... Ses chansons ... J'aime tout.

Meilleur album de Black Sabbath, je ne peux pas l'écouter sans émotion.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
22/05/2017 13:21
note: 8.5/10
Les débuts en fanfare d'un futur géant qui aller marquer l'histoire ! Ce premier opus est certes encore un peu imparfait (la seconde partie est en dessous de la premère) mais contient déjà des classiques : "Black Sabbath", "The Wizard" et surtout le fabuleux "N.I.B".

La suite prouvera que ça n'était pas un coup d'épée dans l'eau !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Black Sabbath
Proto Doom
1970 - Warner Bros. / Vertigo
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (19)  8.79/10
Webzines : (11)  9.27/10

plus d'infos sur
Black Sabbath
Black Sabbath
Heavy Metal - 1969 † 2017 - Royaume-Uni
  

vidéos
Black Sabbath
Black Sabbath
Black Sabbath

Extrait de "Black Sabbath"
  

tracklist
01.   Black Sabbath
02.   The Wizard
03.   Behind the Wall of Sleep
04.   N.I.B.
05.   Evil Woman (Crow cover)
06.   Sleeping Village
07.   The Warning (Aynsley Dunbar Retaliation cover)

Durée : 38:12

line up
voir aussi
Black Sabbath
Black Sabbath
Dehumanizer

1992 - I.R.S. Records
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Born Again

1983 - Warner Bros. / Sanctuary Records / Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Never Say Die

1978 - Warner Bros. / Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Forbidden

1995 - I.R.S. Records
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Heaven and Hell

1980 - Warner Bros. / Vertigo
  

Galvanizer
Sanguine Vigil
Lire la chronique
Abysmal Torment
The Misanthrope
Lire la chronique
Dalkhu
Lamentation and Ardent Fire
Lire la chronique
KEN Mode
Loved
Lire la chronique
Mara
Thursian Flame
Lire la chronique
Cardiac Arrest + Deadfuck + Pulsating Cerebral Slime
Lire le live report
Nahtrunar
Mysterium Tremendum
Lire la chronique
Hyperdontia
Nexus Of Teeth
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 18 - Le Livre des Mauvaises Décisions
Lire le podcast
S.U.T.U.R.E.
Sacrificed Universe. Tormen...
Lire la chronique
Anachronism
Orogeny
Lire la chronique
Vetrarnott
Scion (EP)
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2018 / The Resurrection Edition
Lire le dossier
Au-Dessus
Au-Dessus (Rééd.)
Lire la chronique
Slave Hands
World Rid of All Living
Lire la chronique
French Black Metal : Les illuminés
Lire le podcast
Dauþuz
Des Zwerges Fluch (EP)
Lire la chronique
A Portrait of Flesh and Blood
Gallery of Sorrow
Lire la chronique
MoM hors-série - Metal et sport partie 2
Lire le podcast
Krisiun
Scourge Of The Enthroned
Lire la chronique
Derdian
DNA
Lire la chronique
Kroda
Selbstwelt
Lire la chronique
Hyrgal pour la réédition de l'album "Serpentine"
Lire l'interview
Ultra-Violence
Operation Misdirection
Lire la chronique
Caedes Cruenta / Cult Of Eibon
The Wizard of Yaddith / The...
Lire la chronique
Mare
Ebony Tower
Lire la chronique
Thou
Magus
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 17 - Entretien avec un Bourreau.
Lire le podcast
Riot V
Armor Of Light
Lire la chronique
Curse Upon A Prayer
The Three Woes (EP)
Lire la chronique