chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
103 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Black Sabbath - 13

Chronique

Black Sabbath 13
On avait tellement attendu l'ultime album de BLACK SABBATH avec le line-up historique au quasi grand complet (manque Bill Ward) que l'accueil du disque quand il est enfin sorti a été plus que complaisant. On aura tout entendu.
Il y a ceux qui ont dit "ça fait quand même plaisir de les voir enfin réunis" car ils avaient oublié que le gang, dans cette configuration, s'était produit pendant presque dix ans entre 1997 et 2006.
Il y a ceux qui ont dit "Ozzy a toujours de la voix, je suis rassuré", comme si le Madman n'avait pas une carrière solo.
Et puis il y a ceux qui ont dit que l'album sonnait aussi bien que les premiers SABBATH, juste parce que c'est plus facile d'être complaisant et de dire ce que les fans ont envie d'entendre.

Mais tout cela, c'est du flan. En réalité, même si 13 est un disque qui se laisse écouter, même si certaines pistes ont un petit goût de revenez-y, grâce à des gimmick qui renvoient à l'âge d'or du Sab (les cloches au début de "End Of The Beginning", la pluie à la fin de "Dear Father") les huit pistes de cette galette trop grasse n'ont plus grand chose à voir avec la musique écrite et interprétée par BLACK SABBATH entre 1970 et 1979.

Car c'est bien à cet âge d'or fantasmé que veut faire penser 13, comme dans les années 1990, quand le Grunge revendique le Sab comme influence majeure, oubliant que le groupe n'a jamais cessé d'être actif et qu'il a essayé de maintenir le cap, contre vents et marées, en ajustant sa musique à l'air du temps, mais sans jamais vendre son âme au diable.

Pourtant, la réunion du groupe en 2012 a fait table rase des années sans Ozzy et recentré le répertoire sur les morceaux les plus célèbres des albums les plus réputés. A quelques iota près, issus de 13, la setlist de BLACK SABBATH entre 1997 et 2006 est la même que celle des concerts donnés par le gang entre 2012 et 2017. Les fans ont d'ailleurs baptisé cette succession de titres entendus et réentendus les awfull eignt!

Ce dernier album de BLACK SABBATH s'adresse-t-il aux fans oldschool qui ne jurent que par Ozzy ? Pas vraiment. En effet, même si les brummies veulent marquer un retour aux sources, leur dernière mouture ne sonne pas tant que cela comme "au bon vieux temps". Ce n'est pas tant la voix de Ozzy qui est à mettre en cause. Le madman n'est pas si rouillé que cela. Il n'a jamais été un virtuose et sa tessiture est restée plutôt fidèle celle de la belle époque. Ce n'est pas non plus au niveau des paroles, bien dark, écrites comme au bon vieux temps par Geezer Butler.
Non, le problème vient plutôt de la batterie, car on a beau avoir sollicité le véloce Brad Wilk aux fûts, l'ex RATM n'a pas la frappe subtile et jazzy de Bill Ward.

Surtout, le Tony Iommi de 2013 n'est pas le Tony Iommi de 1969. Le bonhomme est toujours capable de sortir du riff qui fait mouche, mais il se sent obligé de nous assener un solo par morceau, ce qui plait peut être aux fans de branlette de manche mais ne sonne pas du tout comme les premières galettes du Sab où les soli étaient plus rares et opportuns que dans 13.

Produit par Rick Rubin, 13 n'est ni un mauvais disque, ni un album exceptionnel. Il contient de bonnes chansons qui s'écoutent avec plaisir mais n'ont aucune chance de devenir des standards de BLACK SABBATH. C'est néanmoins un disque qui ne jure pas dans une discographie éclectique. Ce n'est pas juste du fan service, mais ne vous attendez pas à être scotchés au plafonds !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

hammerbattalion citer
hammerbattalion
07/08/2018 17:22
Jamais été grand fan du Sab Ozzy, pourtant j'adore le hard/heavy des 70's, je reconnais que Iommi est tout de même le maître absolu du Riff, et Butler tout simplement le bassiste le plus marquant de notre style (avec deux autres rosbifs ...)

Il est bien tristounet ces album, une écoute et pas envie d'y revenir.

Je veux juste revenir sur les solos, soli, je sais pas comment on dit. Quand Iommi s'y met avec application c'est juste merveilleux, alors je sais pas si c'est un état de grâce, l'envie de surpasser Blackmore, ou Martin Birch qui l'avait poussé dans ses derniers retranchements, mais il a vraiment fait des prouesses sur Heaven And Hell et The Mob Rules.

Mais bon, je peux pas être objectif avec la mouture Dio/Iommi/Butler.....
Jean-Clint citer
Jean-Clint
06/08/2018 08:49
note: 7/10
Un disque effectivement qui n'a rien à voir avec leur période 70's mais qui se laisse écouter facilement. Certes aucun classique là-dedans, Iommi en fait parfois un peu trop sur ses solos qui s'éternisent un peu en longueur, mais dans l'ensemble on passe un bon moment et on appréciera que le groupe en termine sur une note acceptable après une grande période de tergiversations musicales.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Black Sabbath
Heavy Metal
2013 - Universal Music / Vertigo
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (2)  7.5/10
Webzines : (18)  8.19/10

plus d'infos sur
Black Sabbath
Black Sabbath
Heavy Metal - 1969 † 2017 - Royaume-Uni
  

vidéos
God Is Dead ?
God Is Dead ?
Black Sabbath

Extrait de "13"
  
End Of The Beginning
End Of The Beginning
Black Sabbath

Extrait de "13"
  

tracklist
01.   End of the Beginning  (8:05)
02.   God Is Dead?  (8:52)
03.   Loner  (4:59)
04.   Zeitgeist  (4:37)
05.   Age of Reason  (7:01)
06.   Live Forever  (4:46)
07.   Damaged Soul  (7:51)
08.   Dear Father  (7:20)

Durée : 53:15

line up
parution
10 Juin 2013

voir aussi
Black Sabbath
Black Sabbath
Dehumanizer

1992 - I.R.S. Records
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Forbidden

1995 - I.R.S. Records
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Black Sabbath

1970 - Warner Bros. / Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Sabotage

1975 - Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Heaven and Hell

1980 - Warner Bros. / Vertigo
  

Essayez plutôt
Yngwie Malmsteen
Yngwie Malmsteen
Trilogy

1986 - Polygram Music
  
Christian Mistress
Christian Mistress
To Your Death

2015 - Relapse Records
  
Judas Priest
Judas Priest
Firepower

2018 - Columbia Records
  
Leather
Leather
II

2018 - High Roller Records
  
Christian Mistress
Christian Mistress
Possession

2012 - Relapse Records
  

Witchthroat Serpent
Swallow the Venom
Lire la chronique
Profanatica
Altar of the Virgin Whore (EP)
Lire la chronique
Sjukdom
Stridshymner og dødssalmer
Lire la chronique
The Lumberjack Feedback
Blackened Visions
Lire la chronique
Emigrate
Silent So Long
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 20 - Danger.
Lire le podcast
Ende
Goétie Funeste
Lire la chronique
Fantômas
Fantômas (Amenaza Al Mundo)
Lire la chronique
Candelabrum
Portals
Lire la chronique
Firtan
Okeanos
Lire la chronique
Nécropole
Solarité
Lire la chronique
Beherit
Drawing Down The Moon
Lire la chronique
Selvans
Faunalia
Lire la chronique
Mutilated By Zombies
Scripts Of Anguish
Lire la chronique
Cultes Des Ghoules
Sinister, Or Treading The D...
Lire la chronique
Khragkh
ΓVΛΩ
Lire la chronique
Revocation
The Outer Ones
Lire la chronique
PPCM #2 - What'SUP ?! (Supuration et l'année 1993)
Lire le podcast
Daagh
Daagh (EP)
Lire la chronique
Mes hallucinations auditives : PANPHAGE
Lire le podcast
Danzig
Danzig
Lire la chronique
Satan's Satyrs
The Lucky Ones
Lire la chronique
Sleeping Peonies
Glitterghast
Lire la chronique
Cosmic Church
Täyttymys
Lire la chronique
1914
The Blind Leading The Blind
Lire la chronique
Life Of Agony
Ugly
Lire la chronique
Barús
Drowned
Lire la chronique
Evoken
Hypnagogia
Lire la chronique
Necrot
Blood Offerings
Lire la chronique
Panphage
Jord
Lire la chronique