chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Emperor - Prometheus

Chronique

Emperor Prometheus
(The Discipline Of Fire And Demise)

Testament d'un groupe ou plutôt d'un homme en la personne d'Ihsahn, "Prometheus - The Discipline Of Fire And Demise" a fait beaucoup parlé de lui lors de sa sortie. Il représente la fin d'une aventure et le début de la légende de ce groupe qu'on ne présente plus. Mais avant de mettre à mort l'empereur, Ihsahn a bien pris soin de peaufiner ses derniers mots, pour que celui dont on attendait tant, ne sombre jamais dans l'oubli, même après son dernier souffle. Malgré la présence de ses deux compagnons d'armes Samoth (guitare) et Trym (batterie), il faut bien avoir en tête que "Prometheus" est avant tout l'oeuvre d'Ihsahn qui a composé musiques et paroles, et s'est occupé de la plupart des instruments, ainsi que de la production (rien que ça mon bon monsieur).

Autant parler franchement, "Prometheus" est sans conteste, le disque le plus complexe de la discographie d'Emperor et un des disques les plus durs à digérer que j'ai eu l'occasion d'écouter. Il fait parti de ces albums qu'on écoute pendant longtemps sans tout a fait comprendre ce qu'il se passe, ces albums qui nécessite une grande foi en la musique pour se dire que viendra ensuite le moment du réel plaisir d'écoute. Un peu à l'aveuglette, on nage au travers de ce dédale de compositions aux structures, sonorités et ambiances toutes aussi étranges les unes que les autres, en se raccrochant sur certains morceaux, certains passages plus faciles d'accès : "The Prophet" avec ses lignes de chant clair efficaces et ses orchestrations, "He Who Sought The Fire" et son "refrain" (disons qu'il est répété plusieurs fois) très aérien, l'intro impériale "The Eruption", ...

Et puis au bout d'un moment, on commence à comprendre le tout, on commence à saisir ce qui se cache derrière ce dernier album, mais aussi qu'Ihsahn nous a offert ce qu'il avait de plus grand, de plus personnel et de plus pensé. Vous vous demanderez sûrement dans quelle catégorie classer ce disque et vous vous rendrez compte que s'il fallait lui coller des étiquettes, il en serait couvert. Comme toujours, cet album est bien différent des précédents, mais là où "IX Equilibrium" manquait de charme et d'âme, "Prometheus" en est gorgé, nous plongeant dès les premières secondes de "The Eruption", dans une atmosphère stérile et chaotique. Ca part vraiment dans tous les sens, mais les morceaux possèdent une réelle cohérence entre eux et nous mènent le long d'un chemin tortueux sans jamais s'en écarter : parfois tout en puissance, parfois plus subtile, voir atmosphérique, la musique ne s’essouffle jamais. Techniquement, les musiciens sont au sommet de leur art : les chants clair et hurlé d'Ihsahn n'ont jamais été aussi bon et expressifs, les lignes de guitares et les solos n'ont jamais été aussi techniques, les lignes de batterie n'ont jamais été aussi fouillées et diversifiées, mais il fallait bien ça...

Car l'ensemble relève vraiment du génie tellement la complexité de cette oeuvre est énorme. Difficile de dénombrer lea quantité de couches d'instruments qu'Ihsahn a pu mettre sur chaque passage. A chaque écoute, on découvre de nouvelles choses : une ligne de guitare en arrière plan, quelques nappes de clavier, de petits sons d'ambiance, ... Chaque petite touche quasi-imperceptible au premier abord, accentue la richesse du tout. La production est également énorme, avec un son qui arrache bien comme il faut, parfaitement bien mixé et le livret est également des plus réussis (excepté le devant qui aurait pu être mieux).

Mais je dois avouer qu'après autant d'écoutes approfondies depuis 3 ans, il devient presque difficile d'en parler clairement. Je crois que seuls ceux qui ont faire l'effort de s'adonner pleinement à l'écoute de cet opus peuvent comprendre de quoi je parle. "Prometheus" est loin d'être un album comme les autres : il possède une ambiance, une profondeur que peu d'albums possèdent car peu de gens ont la capacité de créer de telles choses. Il vous faudra du temps et une certaine ouverture d'esprit pour en venir à bout, mais croyez-moi, la richesse de cette oeuvre est inépuisable. L'empereur peut reposer en paix.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Frankensperm citer
Frankensperm
03/03/2021 17:37
note: 9/10
vraiment hermetique ... mais il mérite l'effort
Jimmy Jazz citer
Jimmy Jazz
31/07/2013 18:49
note: 7/10
Trop intense, j'arrive pas à l'apprivoiser.
lkea citer
lkea
22/05/2010 01:23
Ahah Emperor en Post-Black ! Mr Green Pas faux d'ailleurs, bien que ça n'ait rien à voir avec "mon" Post-Black, mais attention je suis en train de breveter le terme ! Sourire
Dead citer
Dead
25/04/2009 12:06
note: 9.5/10
Suppaman a écrit : PS: Savez-vous si leur DVD de la derniere tournée est sorti ?

Il arrive, il arrive. Il s'intitulera "Live Inferno" et est déjà en précommande sur le site de Candlelight. Une chronique est prévue également Sourire
Suppaman citer
Suppaman
25/04/2009 01:45
note: 9.5/10
Album exceptionnel.
Je retiens surtout des composition très propres, c'est à mon sens un tour de force quand on voit tout les styles employés au clavier (ce coté "menuet-valse" du clavier dans EMPTY)
Je trouve aussi la batterie plu variée que dans les albums précédents. J'ai peine à ranger cet album dans le black métal ... Ou alors c'est du black symphonique.
La chanson " In the wordless chamber " est l'hymne de cet album et j'en garde un souvenir impérissable du Hellfest 2007.

PS: Savez-vous si leur DVD de la derniere tournée est sorti ?
Inhuman Effect citer
Inhuman Effect
05/11/2007 19:48
note: 8.5/10
Dernier album studio d'Emperor, et encore une fois un putain de disque !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Emperor
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (35)  9.04/10
Webzines : (12)  7.73/10

plus d'infos sur
Emperor
Emperor
Post-black - 1991 - Norvège
  

vidéos
Empty
Empty
Emperor

Extrait de "Prometheus"
  

tracklist
01.   The Eruption
02.   Depraved
03.   Empty
04.   The Prophet
05.   The Tongue Of Fire
06.   In The Wordless Chamber
07.   Grey
08.   He Who Sought The Fire
09.   Thorns On My Grave

Durée totale : 51:51

line up
voir aussi
Emperor
Emperor
In The Nightside Eclipse

1994 - Candlelight Records
  
Emperor
Emperor
Live Inferno (Live)

2009 - Candlelight Records
  
Emperor
Emperor
IX Equilibrium

1999 - Candlelight Records
  
Emperor
Emperor
Emperial Live Ceremony (Live)

2000 - Candlelight Records
  
Emperor
Emperor
Live at Wacken Open Air 2006 (DVD)
(A Night Of Emperial Wrath)

2009 - Candlelight Records
  

16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique
While Heaven Wept
Sorrow of the Angels
Lire la chronique
Killing
Face The Madness
Lire la chronique
Soul Devourment
Eternal Perdition (EP)
Lire la chronique
Kataxu
Ancestral Mysteries
Lire la chronique
Portal
Avow
Lire la chronique
Metal In Franche Comté
Metal rends toi, nenni ma f...
Lire la chronique
Uerberos
Stand over Your Grave
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Geister
Lire la chronique
Fluisteraars
Gegrepen door de geest der ...
Lire la chronique
Tentation
Le Berceau Des Dieux
Lire la chronique
Netherbird
Arete
Lire la chronique
Mortuary Spawn
Spawned From The Mortuary (EP)
Lire la chronique
Evoker
Evil Torment (EP)
Lire la chronique
Dead Congregation
Rehearsal June 2005 (Démo)
Lire la chronique
Leprous
Aphelion
Lire la chronique
Sewer Fiend
Echoes From The Cistern (EP)
Lire la chronique
Borgne
Temps Morts
Lire la chronique
Natürgeist
Reinvigorated Terror (Démo)
Lire la chronique
Nocturnal
Serpent Death
Lire la chronique
Seum
Winterized
Lire la chronique