chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
96 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Time Lurker - Time Lurker

Chronique

Time Lurker Time Lurker
Depuis déjà quelques temps la scène Black de l’Hexagone ne cesse de grandir aussi bien qualitativement que quantitativement, il n’est donc pas étonnant que de manière régulière de nouvelles formations déboulent de nulle part et nous en mettent plein les oreilles. Quand en plus elles sont signées chez Les Acteurs de l’Ombre (et sur sa branche Emanations) on sait qu’on ne sera pas déçu, tant leur catalogue s’est étoffé ces dernières années avec les excellents REGARDE LES HOMMES TOMBER, PENITENCE ONIRIQUE, MOONREICH et tant d’autres, auquel vient de se rajouter TIME LURKER encore peu connu mais qui ne le restera probablement plus pour longtemps. Sous cette entité se cache le multi-instrumentiste Strasbourgeois Mick, qui depuis 2014 entouré par quelques amis venus pousser la chansonnette, officie dans un registre noir à la fois atmosphérique et légèrement dépressif. Après avoir sorti deux EP par le passé l’heure est enfin venue de passer le cap du premier album, cependant celui-ci ne propose rien de nouveau car il réunit en un seul bloc ces précédentes réalisations, mais qui cependant s’accordent parfaitement et vont bénéficier désormais d’un vrai rayonnement et d’une mise en lumière via la distribution importante du label du Maine-et-Loire. Du coup on peut raisonnablement dire qu’il s’agit d’un vrai disque de longue durée, qui durant presque cinquante minutes va nous emmener vers quelquechose d’introspectif, philosophique et conceptuel, où les doutes et certitudes de l’être humain vont être confrontés à ses peurs et à sa vision de l’au-delà, sur fond de noirceur et de brume épaisse.

Bien qu’étant relativement simples techniquement, l’ensemble des morceaux et des interludes se révèle particulièrement accrocheurs, d’une énorme cohérence et d’une écriture à la fois fine et limpide, au milieu de ce désespoir obscur dont on ne voit pas la lumière, et qui va demander un sacré paquet d’écoutes pour assimiler chaque détail et en découvrir de nouveaux régulièrement. « Rupture » qui ouvre la galette est le parfait exemple de ce qui vient d’être cité et met directement la barre très haut, car les onze minutes qui vont suivre passeront à une vitesse incroyable vu que son créateur place directement toutes ses influences et sa palette artistique. Que ce soit pendant la longue introduction pleine de brouillard et légèrement humide où seuls résonnent au départ les notes glaciales de la guitare, ou pendant la suite qui offre son lot de ralentissements, d’accélérations, de breaks d’une froideur sans noms, et de passages plus rapides où la double se met en avant afin d’obtenir un titre à tiroir remarquable et d’une fluidité intense. Ce que l’on remarque ensuite avec « Judgement » c’est l’homogénéité des voix, car malgré la multitude de personnel au micro et le ton et tessitures propres à chacun, elles arrivent à rester cohérentes tout en ayant leur propre identité, allant de la haine pour l’un jusqu’au désespoir et le plaintif pour d’autres. Là-encore l’ensemble débute par quelquechose de neigeux et hivernal qui s’énerve pendant un petit moment, avant de s’alourdir et d’offrir une alternance entre ces deux tempos, pour finir de manière très dynamique et possédée, afin de mieux envoûter l’auditeur, notamment par un jeu de batterie qui va à l’essentiel mais qui a suffisamment de feeling et de finesse pour être en total raccord avec le thème général et les autres instruments. On peut dire le même sentiment sur « Ethereal Hands » dont le rendu est encore plus hypnotique que son prédécesseur, notamment grâce à une prestation énorme du nouvel invité au chant, dont le cri est incroyablement prenant et dégage un sentiment de folie et de possession indéniable, le tout porté par une musique toujours aussi diversifiée et réussie, qui prouve encore s’il le fallait le talent d’écriture manifeste de son créateur.

Après ce triptyque une pause est bienvenue, et l’interlude « Reborn » (dont le nom colle parfaitement au concept) va se charger de maintenir l’intérêt de l’auditeur, tout en le préparant pour une suite qui va être tout aussi intense et magnétique. Notamment via des notes synthétiques qui donnent un peu d’onirisme à ce moment de calme, avant que l’on enchaîne sur « No Way Out From Mankind » plus atmosphérique et spatial, qui emmène très loin et arrive à se montrer apaisant malgré qu’on se trouve dans un endroit inconnu et mystérieux à cheval entre le purgatoire et l’enfer. Ici plusieurs parties décomposent le morceau et cela renforce cette sensation étrange et agréable qui sert de rampe de lancement à « Passage ». Se plaçant juste avant le bouquet final, ce second interlude très court sert de relais pour l’ultime départ vers l’infini qui s’intitule « Whispering From Space » et clôturera en beauté ce bijou. Après un roulement de toms suivi de blasts furibards le tout va se faire plus doux et plus mid-tempo, car bien qu’il y’ait des explosions de vitesses son créateur souhaite surtout mettre l’accent sur le mystère et l’inconnu grâce à des cassures nombreuses, des bases plus lentes et surtout des notes coupantes qui ne sont pas sans rappeler SHINING ou SILENCER, pour en finir avec le sentiment du devoir accompli.

La force de cette galette est son incroyable pouvoir addictif, car il est très difficile de décrocher une fois qu’on est parti où Mick veut nous emmener, et on en redemande vu qu’on découvre de nouvelles sensations et détails à chaque fois. Les amateurs de brutalité exacerbée pourront sans doute lui reprocher un certain manque de rage, pourtant il serait malvenu de le critiquer pour cela vu que celle-ci est disséminée un peu partout et avec parcimonie, afin d’aérer au maximum son propos qui laisse beaucoup d’espace aux ambiances et évite ainsi la lassitude et la répétition. Avec en prime une production naturelle et équilibrée, une vraie personnalité musicale (où l’on trouve l’ombre de LEVIATHAN, SOMBRES FORETS ou encore WOODS OF DESOLATION), ainsi que des influences spirituelles et littéraires majeures comme Howard Phillips Lovecraft, Alan Kardec et Léon Denis, ce disque éponyme montre l’immense talent de son créateur dont on a déjà hâte d’écouter la suite tant son potentiel semble sans limites.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Kasteel citer
Kasteel
08/11/2017 10:24
Version vinyle attendue entre mes mains et oreilles avec impatience, mais pour l'instant il m'attend caché je ne sais où, mais je sais pour quand : mon anniversaire : -) !

Merci pour la chro, et longue vie à LADLO !
Dise Nore citer
Dise Nore
06/11/2017 05:26
note: 9/10
Splendide, merci pou la chro.
northstar citer
northstar
21/06/2017 22:44
C'est moi ou la pochette me fait penser à un genre de portail qui lâche un gros pet dans l'espace infini...
Sangarn citer
Sangarn
21/06/2017 20:05
Merci pour cette découverte, tout à fait ma came,
ca me rappel les très regretté Altar of plagues personnellement
Sulphur citer
Sulphur
20/06/2017 17:57
note: 7.5/10
Après plusieurs écoutes, j'ai encore du mal à entrer pleinement dedans. Le visuel est en effet très cool. Niveau musique, on sent du Leviathan, du Urfaust, etc. Mais je ne vois pas encore d'identité propre. Un peu trop lisse à mon goût, mais ça viendra (avec quelques bières c'est certain). Bien, mais pas de quoi se frapper les couilles contre un coin de table.
Sagamore citer
Sagamore
20/06/2017 13:54
note: 8/10
Encore une très grosse sortie de la part du label. Album très solide et franchement prenant malgré quelques petites longueurs à mon goût. Et cette pochette ! On en veut plus, des comme ça !!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Time Lurker
Black Atmosphérique
2017 - Les Acteurs de l'Ombre
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (6)  7.92/10
Webzines : (8)  7.54/10

plus d'infos sur
Time Lurker
Time Lurker
Black Atmosphérique - 2014 - France
  

tracklist
01.   Rupture
02.   Judgment
03.   Ethereal Hands
04.   Reborn
05.   No Way Out from Mankind
06.   Passage
07.   Whispering from Space

Durée : 49 minutes

line up
parution
2 Juin 2017

Essayez aussi
Monarque
Monarque
Lys Noir

2013 - Sepulchral Productions
  
Brouillard
Brouillard
Brouillard

2016 - Autoproduction
  
Sear Bliss
Sear Bliss
The Arcane Odyssey

2007 - Candlelight Records
  
Rauhnåcht
Rauhnåcht
Urzeitgeist

2014 - Hammerheart Records
  
Dead Limbs
Dead Limbs
Spiritus/Sulphur

2017 - Northern Silence Productions
  

Découverte de l'année
Nécrocachot
Malfeu
Lire la chronique
Kult
The Eternal Darkness I Adore
Lire la chronique
Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimo...
Lire la chronique
The Great Old Ones au LADLO Fest - 10th Year Anniversary
Lire l'interview
Steingrab
Jahre nach der Pest
Lire la chronique
Lucifer's Hammer
Time is Death
Lire la chronique
Livid
Beneath This Shroud, the Ea...
Lire la chronique
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates
Lire la chronique
Infestus
Thrypsis
Lire la chronique
Author & Punisher
Beastland
Lire la chronique
Bölzer + One Tail, One Head + Orkan + Taake
Lire le live report
Vanhelgd
Deimos Sanktuarium
Lire la chronique
VƆID
Jettatura
Lire la chronique
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...
Lire la chronique
Behemoth
I Loved You at Your Darkest
Lire la chronique
Aorlhac au LADLO Fest - 10th year anniversary
Lire l'interview
Alchemyst
Nekromanteion
Lire la chronique
Jesus Piece
Only Self
Lire la chronique
Black Sin
Solitude Eternelle
Lire la chronique
Unholy Baptism
Volume I: The Bonds of Serv...
Lire la chronique
Frozen Graves
Frozen Graves
Lire la chronique
Les clips dans le black metal (Et ta gueule !)
Lire le biographie
Solar Temple
Fertile Descent
Lire la chronique
Nuisible
Slaves and Snakes
Lire la chronique
Drawn And Quartered
The One Who Lurks
Lire la chronique
Wastes
Into the Void of Human Vacuity
Lire la chronique
Beyond Creation
Algorythm
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 19 - L'autel Païen
Lire le podcast
Norrhem
Vaienneet voittajat
Lire la chronique