chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
139 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Suffering Hour - In Passing Ascension

Chronique

Suffering Hour In Passing Ascension
Blood Harvest ne fait peut-être pas autant parler de son actualité que des labels tels que Dark Descent, Invictus, Profound Lore ou Iron Bonehead (pour n'en citer que quelques uns parmi les plus connus) mais il n'empêche qu'une très grande majorité de ses sorties, même si je n'arrive pas forcément à toutes les suivre, s'avèrent particulièrement intéressantes. Nous avons eu récemment un cas concret avec le premier album de Contaminated (Final man) chroniqué en ces pages il y a de cela quelques semaines et voilà que je me vois "contraint" de récidiver avec le premier album d'un jeune groupe américain dont je n'avais encore jamais entendu parler jusque-là.
Formé en 2011 à Minneapolis, le groupe se fait d'abord connaître sous le nom de Compassion Dies. Deux démos verront alors le jour avant que le trio ne se décide à changer de patronyme. C'est en 2013 que les Américains optent pour celui de Suffering Hour. Après un premier EP paru en janvier 2014 (Foreseeing Exemptions To A Dismal Beyond), la formation revient cette année avec un album intitulé In Passing Ascension. En charge de l'artwork, on retrouve le discret Alexander L. Brown dont on reconnait aisément le coup de pinceau si personnel.

Mais si le travail du Néo-Zélandais semble nous faire croire que nous avançons ici en terrain connu, la vérité c'est qu'il n'en est rien. C'est donc vierge de toute attente et de tout jugement que je pose mes oreilles pour la première fois sur cet album qui va finalement s'avérer bien plus surprenant que ce à quoi j'aurais pu m'attendre. Certes, Suffering Hour opère dans un registre que l'on pourrait qualifier simplement de Black/Death Metal mais cela ne serait pas lui faire justice que de limiter sa musique à cette qualification un peu trop générique. Sans réinventer quoi que ce soit, les Américains réussissent pourtant à apporter un semblant de fraîcheur et de personnalité à un style pas particulièrement reconnu pour être le plus innovant. C'est ainsi du côté des Artificial Brain, Gorguts, Ulcerate mais surtout Deathspell Omega que le trio va aller puiser une partie de son inspiration en apportant à son mélange de Black/Death les dissonances et autres contorsions aujourd'hui caractéristiques de ces quelques entités.

Pour se faire, Suffering Hour va opter pour une production cristalline et en même temps extrêmement abrasive. Le groupe joue ainsi la carte d'une lisibilité parfaite (chaque instrument trouve ici sa place pour un rendu aéré, compréhensible et homogène) tout en apportant de la rugosité et donc du caractère à ses compositions. Un beau travail d'équilibre qui va faire d'In Passing Ascension un disque dans lequel il est plutôt facile de rentrer si tant est que l'on ne soit pas réfractaires à ce genre de sonorités. D'autant qu'au-delà de cette production impeccable, le véritable coup de maître de Suffering Hour est de proposer des titres qui, en dépit de leur approche chaotique, ne donnent pas l'impression d'un imbroglio sans queue ni tête impossible à déchiffrer (un reproche d'ailleurs souvent dresser à l'encontre du dernier Deathspell Omega). Derrière ces explosions fulgurantes, ces notes tout en dissonances, ces quelques passages instrumentaux et contemplatifs et ces mélodies tordues on trouve des compositions certes complexes et revêches mais surtout particulièrement efficaces dans un registre qui pourtant demande un peu de persévérance et surtout pas mal d'attention pour en déceler toutes les subtilités. Il y a ainsi chez les Américains une personnalité double des plus intéressantes qui, aux quelques éléments évoqués ci-dessus, va faire se mélanger des sonorités à l'ancienne plus "classiques" que l'on retrouve volontiers dans la scène Black/Death à laquelle le groupe reste attaché (riffs sombres et malfaisants, séquences de blasts ininterrompues, chant d'une profondeur abyssale...). Dans ce puissant maelstrom où s'entremêlent growls caverneux (le chant est ici partagé par l'ensemble du trio), distorsions lumineuses et blasts épileptiques, on appréciera également ces quelques envolées perçantes et possédées (à la manière d'un Bölzer ou encore d'un Saqra's Cult) qui vont venir apporter beaucoup à une atmosphère déjà particulièrement tourmentée ("For The Putridity Of Man" à 3:19, "Devouring Shapeless Void" à 1:39, "Through Vessels Of Arcane Power" à 2:54).

Malgré une ressemblance évidente avec les Français de Deathspell Omega, difficile de ne pas s'enthousiasmer face à un premier album d'un tel niveau. C'est vrai, Suffering Hour reprend à son compte les éléments d'une formule développée avant lui par un groupe dont la réputation, l'originalité et le talent ne sont plus à démontrer. Néanmoins, le trio à su s'approprier cette fameuse recette pour ainsi l'incorporer avec brio à sa propre vision du... Death Metal. Le résultat, s'il renvoi inexorablement à DsO, donne cependant au trio une certaine personnalité qui le distingue clairement de la cohorte de formations estampillées Black/Death. Encore une fois, Blood Harvest s'est donc montré particulièrement perspicace en signant Suffering Hour. Faite de même et jetez une oreille attentive à In Passing Ascension, un premier album extrêmement réussi qui mérite vraiment d'être écouté si on apprécie les quelques groupes mentionnés dans cette modeste chronique. Allez, ne vous faites pas prier.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

tasserholf citer
tasserholf
16/08/2017 10:42
J'avais vu l'album passer sur Bandcamp mais j'avais négligé d'y jeter une oreille, heureusement ta chronique m'a poussé à essayer quand même et c'est plutôt bon oui (petit bémol quand les growls sont trop caverneux mais bon ça m'a toujours gêné).
MoM citer
MoM
09/08/2017 00:08
note: 8/10
Ouh, excellente came !
J'aime beaucoup le son de guitare désespéré ! Y a un truc là-dedans, c'est certain.
Et ce black qui emprunte à Mgla, ça fond dans la bouche.
AxGxB citer
AxGxB
04/08/2017 23:25
note: 8.5/10
Merci Clin d'oeil
Et oui, vraiment un chouette album que je n'attendais pas.
TarGhost citer
TarGhost
04/08/2017 12:29
Une trés belle découverte, un black/death en effet dissonant, chaotique et incantatoire de haute volée. Bien belle chronique au passage...
AxGxB citer
AxGxB
01/08/2017 13:20
note: 8.5/10
Thürpal a écrit : Sinon encore une super chronique de ta part, qui donne envie de repasser l'album pour la 3ème fois de la semaine :]

Merci beaucoup Clin d'oeil
Thürpal citer
Thürpal
01/08/2017 00:24
Énorme tuerie qui, de mon côté a donné beaucoup de mal aux autres albums de black/death de cette année ...
Mais bon entre le dernier BLISS OF FLESH et celui-ci, on tient le bon bout visiblement Sourire surtout quand les influences de DEATHSPELL et autres maîtres de la dissonance sont pas trop étouffantes

Sinon encore une super chronique de ta part, qui donne envie de repasser l'album pour la 3ème fois de la semaine :]

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Suffering Hour
Black / Death Metal
2017 - Blood Harvest Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  8.5/10
Webzines : (8)  7.89/10

plus d'infos sur
Suffering Hour
Suffering Hour
Black / Death Metal - 2013 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Insufferable Scorn  (01:56)
02.   For The Putridity Of Man  (05:17)
03.   Devouring Shapeless Void  (04:13)
04.   The Abrasive Black Dust  (06:52)
05.   Withering Microcosmos  (01:58)
06.   Through Vessels Of Arcane Power  (05:04)
07.   Procession To Obscure Infinity  (08:44)
08.   Empty Avowls  (05:55)

Durée : 39:59

line up
  • DgS / Chant, Basse
  • YhA / Guitare
  • IsN / Batterie

parution
26 Mai 2017

Essayez aussi
The Furor
The Furor
Cavalries Of The Occult

2017 - Transcending Obscurity
  
Demonomancy
Demonomancy
Throne Of Demonic Proselytism

2013 - Nuclear War Now! Productions
  
Embrace Of Thorns
Embrace Of Thorns
Praying For Absolution

2011 - Nuclear War Now! Productions
  
Stortregn
Stortregn
Emptiness Fills The Void

2018 - Non Serviam Records
  
Weregoat
Weregoat
Pestilential Rites Of Infernal Fornication

2017 - Vault Of Dried Bones
  

Découverte de l'année
USBM is SH*T
Lire le podcast
The Smashing Pumpkins
Siamese Dream
Lire la chronique
Sabaton
The Great War
Lire la chronique
Metal Magic XII
Lire le dossier
Abbath
Outstrider
Lire la chronique
Sunn O)))
Life Metal
Lire la chronique
PPCM #20 - Encore plus de Jazz Metal
Lire le podcast
Frostveil
Ephemeral Visions
Lire la chronique
Krypts
Cadaver Circulation
Lire la chronique
HYSTERIA pour l'EP "From The Abyss… To The Flesh "
Lire l'interview
Morbid Messiah
In The Name Of True Death M...
Lire la chronique
Hysteria
From The Abyss… To The Fles...
Lire la chronique
Death Strike
Fuckin' Death
Lire la chronique
Aoratos
Gods Without Name
Lire la chronique
Trail of Lies
W.A.R
Lire la chronique
TOWERING pour l'album "Obscuring Manifestation"
Lire l'interview
The Meads of Asphodel
Running Out of Time Doing N...
Lire la chronique
Calyx
Vientos Arcaicos
Lire la chronique
Autophagy
Demo (Démo)
Lire la chronique
Disentomb
The Decaying Light
Lire la chronique
Turilli / Lione Rhapsody
Zero Gravity (Rebirth and E...
Lire la chronique
Tomb Mold
Planetary Clairvoyance
Lire la chronique
Jig-Ai
Entrails Tsunami
Lire la chronique
The Smashing Pumpkins
Gish
Lire la chronique
Helgafell
Landvaettir
Lire la chronique
CATALYST pour l'album "The Great Purpose Of The Lords"
Lire l'interview
Enthroned
Cold Black Suns
Lire la chronique
Anaptosis + Cenotaph + Gorgasm + Unbirth + Darkall Slaves
Lire le live report
PPCM #19 - C'est du Death ou du Cynic ? (spoiler alert : un peu des deux !)
Lire le podcast
Cave In
Final Transmission
Lire la chronique