chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
141 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Sarcasm - Within The Sphere Of Ethereal Minds

Chronique

Sarcasm Within The Sphere Of Ethereal Minds
Oui, mettez donc de côté cet odieux artwork de Raul Gonzalez (Gorephila, Horrendous, Morbus Chron), vous risqueriez de passer à côté d’une belle trouvaille. Sarcasm ou un énième groupe de metal suédois né en 1990 et qui se sera éteint aussitôt. Six démos puis s’en va. Le bande se reformera vingt ans plus tard avec le line-up d’époque ou presque… Ça se complique. Après le suicide de son bassiste, Sarcasm affrontera le décès de son batteur Oskar Karlsson (ex-Gates Of Ishtar, ex-The Duskfall)… Ce dernier sera remplacé par la brute Matte Modin (Firespawn, ex-Dark Funeral). Dernier chamboulement, « exit » le compositeur Fredrik Wallenberg (retour « éclair ») parti pour des raisons de santé (mais qui aura rejoint la « dream team » The Lurking Fear…), c’est l’ancien guitariste Anders Eriksson qui tiendra le manche. Je vous sens perdu ? Bref, les Suédois trouveront foyer chez Dark Descent Records (le groupe Third Storm du frontman y faisant déjà partie) et dévoileront Burial Dimensions, album enregistré en 1994 mais qui n’aura jamais vu le jour. Pour 2017, place enfin à leur deuxième opus fraîchement composé, Within the Sphere of Ethereal Minds.

Larme à l’œil, retour deux décennies en arrière dès les premières secondes de l’ouverture « Bloodsoaked Sunrise ». L’étiquette de Sarcasm pourrait se résumer très facilement en « No Fashion Records Metal », vous savez ce label composé quasi entièrement de pierres angulaires du genre death/black mélodique suédois dans les années 90 (dossier et chroniques sur votre webzine vénéré). Outre le traditionnel Dissection comme principale référence (et bon nombre d’autres perles), c’est surtout Sacramentum (le jeu des 7 erreurs entre le chant de Heval et celui de Nisse) et The Moaning que je retiendrai. Du death/black mélodique glacial et vindicatif dans le même esprit, production sans artifice comprise (on félicitera en plus le mixage de Lawrence Mackrory (Darkane)).

Entièrement composé par le nouveau membre méconnu Peter Laitinen, le gaillard connait par cœur ses classiques et la recette qui agrippe. Que ce soient les leads épiques aux teintes néoclassiques par paquet sur chaque titre (ah ce « From the Crimson Fog They Emerged » et « The Drowning Light at the Edge of Dawn » à 1:44) ou les introductions acoustiques splendides sur « Embodiment of Source » (suivi d’un solo fatal) ou « A Black Veil for Earth ». Des compositions pas si simplistes que ça, on retrouvera des riffs (aux quelques gammes orientales bien trouvées) et des structures alambiquées (« In the Grip of Awakening Times ») aux faux airs du bijou The Infernal Depths of Hatred d’Anata.

Encore un nom de groupe balancé… C’est bien ça le problème, trop souvent l’adepte du style essaiera de retrouver la référence cachée. Je dois vous avouer avoir eu du mal à écrire cette chronique sans replonger dans mes vieilleries suédoises. Le débat s’était posé avec l’arrivée de Thulcandra, sauf qu’ici la musique de Sarcasm baisse parfois en régime et semble moins touchante, dernier point ô combien important pour le genre pratiqué. La fougue et la sincérité de jeunesse demeurent absentes à l’image du jeu de batterie martiale et binaire de Matte. Les tentatives pas toujours justes mais osées d’un Nicklas Rudolfsson (feu Sacramentum) manquent ici. Tout paraît trop calculé ou presque… Un démarrage en trombe pour retomber par à-coup malgré une durée relativement courte (35 minutes dans la besace), notamment en milieu d’album. Quelques rallonges dispensables comme « Scars of a Land Forgotten » ou le virage doomy (Paradise Lost) de « A Black Veil for Earth ». Finalement l’écoute demeure plus que plaisante (j’en suis la cible parfaite) mais le brûlot sera assez vite rangé et on dépoussièrera volontiers son étagère black/death suédois.

L’artwork (dessin récupéré dans un centre aéré) et le label (pas vraiment le genre de la maison) pourraient prêter à confusion, pourtant Within the Sphere of Ethereal Minds est bien un hommage au death/black mélodique suédois des années 90. Dommage que le groupe n’ait pas osé d’avantage et que la galette soit un peu courte... Rien de réellement marquant, plutôt une pique nostalgique qui donnera envie de ressortir ses vieilleries estampillées No Fashion Records. Mais ne faisons pas la fine bouche, pour un genre éteint, l’effort de composition et l’accroche font de Sarcasm l’un des rares (et le mot est faible) groupes à suivre. Les adeptes en manque seront comblés, on attend avec impatience la suite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

NightSoul citer
NightSoul
27/07/2017 08:36
Voilà, rien de bien enthousiasmant...
Et Dawn qui nous fait miroiter son nouvel album depuis plus de 10 ans...
Mitch citer
Mitch
26/07/2017 16:46
note: 7.5/10
Smällkyss lapinou !

Pour la version mobile, il faut créer un ticket pour Dead.
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
26/07/2017 16:07
Ah tiens, on ne peut pas noter les skeuds sur la version mobile du site ?
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
26/07/2017 16:04
Pas peu fier d'avoir aiguillé Mr Swedexhaustif vers une petite nouveauté tout juste taillée pour lui Sourire Je l'aime bcp ce petit skeud moi !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sarcasm
Death/Black mélodique
2017 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines : (9)  7.58/10

plus d'infos sur
Sarcasm
Sarcasm
Death/Black mélodique - 1990 - Suède
  

tracklist
01.   Bloodsoaked Sunrise  (02:54)
02.   From the Crimson Fog They Emerged  (04:22)
03.   Embodiment of Source  (05:33)
04.   Scars of a Land Forgotten  (03:20)
05.   In the Grip of Awakening Times  (03:40)
06.   Silent Waves Summoned Your Inner Being  (03:17)
07.   A Black Veil for Earth  (08:31)
08.   The Drowning Light at the Edge of the Dawn  (04:05)

Durée : 35:42

line up
parution
28 Avril 2017

Essayez aussi
Withered Beauty
Withered Beauty
Withered Beauty

1998 - Nuclear Blast Records
  
The Moaning
The Moaning
Blood From Stone

1997 - No Fashion Records
  
Abigail Williams
Abigail Williams
In The Shadow Of A Thousand Suns

2008 - Candlelight Records
  
Noctes
Noctes
Pandemonic Requiem

1997 - No Fashion Records
  
Zonaria
Zonaria
The Cancer Empire

2008 - Century Media Records
  

Siege Of The Profane Europe Tour 2019
Atavisma + Defeated Sanity ...
Lire le live report
Sordide
Hier Déjà Mort
Lire la chronique
Dirge
Elysian Magnetic Fields
Lire la chronique
The Devil's Blood
Come Reap (EP)
Lire la chronique
Black Metal : Foutre à gogo
Lire le podcast
Gruzja
I Iść Dalej
Lire la chronique
Heaume Mortal
Solstices
Lire la chronique
Disburial
Dawn Of Ancient Horrors (EP)
Lire la chronique
A Thousand Lost Civilizations March MMXIX
Lire le dossier
PPCM #11 - Necrophagia ? Mais non, NECROPHAGIST !!
Lire le podcast
Faceless Burial
Multiversal Abattoir (EP)
Lire la chronique
Cult Leader
A Patient Man
Lire la chronique
Insane Apollyon
Insane Apollyon (Compil.)
Lire la chronique
Faceless Burial
Grotesque Miscreation
Lire la chronique
Blodhemn
Mot Ein Evig Ruin
Lire la chronique
Truth Corroded
Bloodlands
Lire la chronique
Warfist
Grünberger
Lire la chronique
Dødsfall
Døden skal ikke vente
Lire la chronique
Internal Bleeding
Corrupting Influence
Lire la chronique
Contrarian
Their Worm Never Dies
Lire la chronique
Cirith Ungol
Witch's Game (Single)
Lire la chronique
Dead Witches
The Final Exorcism
Lire la chronique
Arkona
Khram
Lire la chronique
Soreption
Monument Of The End
Lire la chronique
Children Of Bodom
Hexed
Lire la chronique
Gutless
Mass Extinction (EP)
Lire la chronique
Sznur
Sznur
Lire la chronique
Ataraxie
Résignés
Lire la chronique
Equipoise
Demiurgus
Lire la chronique
Cromlech
Eschatological Horrors (Com...
Lire la chronique