chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
126 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Atriarch - Dead as Truth

Chronique

Atriarch Dead as Truth
À la bourre, comme toujours. Manque de temps, d'idées, occasions ratées lors de disques essayés, laissés en plan puis redécouverts... Ce n'est clairement pas l'envie de vous parler de Atriarch qui m'a fait défaut jusque-là, mais tout le reste, auquel une difficulté à saisir le style des Ricains n'est pas étrangère. Car comment rendre justice à une formation qui convoque tant de groupes renommés et différents les uns des autres, Amebix, This Gift Is A Curse, Neurosis, Tombs, Weakling, The Gault, Hateful Abandon, Christian Death, Virgin Prunes voire Rudimentary Peni et cependant s'échappe constamment, se cache en lisière de forêts doom et black metal, comme un spectre que l'on croit apercevoir fugacement avant de repartir à sa recherche, quelques pistes sous la main mais aucune certitude de l'appréhender au final ? Parler de Atriarch ? L'envie ne manque pas, mais tout le reste... Ah !

Assez tourné autour du pot. Atriarch a enfin sorti quelque chose qui se tient de bout en bout, ne s'étiole pas, se laisse prendre pour mieux nous prendre. Un peu comme Unearthly Trance plus tôt cette année, la troupe de Lenny Smith a créé un album qui, malgré une nouvelle foule de rappels, n'est que d'elle, réalisant pleinement les possibilités entraperçues trois albums auparavant. Dead as Truth contient en effet la simplicité de Forever the End et la déroute menée tambours battants (incroyable Maxamillion Avila, qui mène la barque en toute modestie mais bien le ravage en tête) de An Unending Pathway, deux essais paraissant fusionnés ici. Composé en grande partie de titres issus du confidentiel EP We Are All Dead paru en 2016, il ne donne cependant à aucun moment la sensation d'être un patchwork de différentes lubies, transmettant une ambiance squelettique par des morceaux osseux au possible, valorisant l'interprétation au-delà de la composition.

Une démarche qui a toujours réussi à Atriarch et subjugue sur Dead as Truth. Lenny Smith épate de sa lassitude insatiable durant ces trente-deux minutes, osant textes sociaux (« Repent », « Devolver »), introspectifs (« Dead », « Void »), se montrant aussi dur envers lui-même qu'envers les autres, donnant une texture de réalité à des mélodies aussi urbaines que nocturnes, où la rage se vit dans une pâleur des sentiments, rouge délavé, noir renforcé, gris vénéré. Tour à tour vindicatif lors de cris black metal perçants et vains, comme scandés en bout de route avant le grand saut, et pervers dans son chant gothique, sale et majestueux, le prédicateur prend à sa charge d'être la voix explicitant ces guitares et leurs sautes d'humeur, cette basse déroulant tranquillement sa menace. Facile d'accès au point de se penser trop limpide au départ, Dead as Truth profite de son optique « All killer, no filler », devenant l’œuvre de la bande de Portland s'écoutant à répétition avec plaisir. Jusqu'à l'obsession.

À croire que les leçons tirées du semi-échec Ritual of Passing ont porté leurs fruits. Loin de toute ambition, de tour et détour, Atriarch se fait direct et, directement, touche à son but : faire de nous des morts par l'expression d'une vérité nue. Peut-être trop court mais certainement pas trop maigre, Dead as Truth possède cette constance que j'aime particulièrement trouver tant elle est rare, celle sadique qui use plus qu'elle explose, qui hypnotise au lieu de convaincre par la présentation concrète de bonnes idées, qui interroge et conquiert par cette atmosphère qu'elle habite, allant jusqu'à se perpétuer une fois l'écoute terminée.

Étonnant disque, lisible mais déconcertant, aussi terne que vibrant. Pas sûr que je sois près d'appréhender Atriarch au final...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Atriarch
Blackened Post Doom Metal / Deathrock
2017 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.25/10
Webzines : (7)  7.75/10

plus d'infos sur
Atriarch
Atriarch
Blackened Post Doom Metal / Deathrock - 2009 - Etats-Unis
  

vidéos
Repent
Repent
Atriarch

Extrait de "Dead as Truth"
  

tracklist
01.   Inferno
02.   Dead
03.   Devolver
04.   Void
05.   Repent
06.   Hopeless

Durée : 32 minutes 18 secondes

line up
parution
11 Août 2017

voir aussi
Atriarch
Atriarch
Forever The End

2011 - Seventh Rule Recordings
  

Essayez aussi
Vous Autres
Vous Autres
Champ Du Sang

2019 - Sleeping Church Records / Sludgelord Records
  

Contre-Feux
Mort/Vivant
Lire la chronique
Carcass
Symphonies Of Sickness
Lire la chronique
Mourir
Animal Bouffe Animal
Lire la chronique
Slaughtbbath
Alchemical Warfare
Lire la chronique
Yacøpsæ
Timeo Ergo Sum
Lire la chronique
Caronte
Wolves Of Thelema
Lire la chronique
Lurker of Chalice
Tellurian Slaked Furnace (C...
Lire la chronique
Azels Mountain
Wieczny sen
Lire la chronique
Petits labels français BM : Rupture de stock CHALLENGE
Lire le podcast
Come to Grief
Pray for the End (EP)
Lire la chronique
Hellvetron
Trident Of Tartarean Gateways
Lire la chronique
Svarttjern
Shame Is Just A Word
Lire la chronique
Schizophrenia
Voices (EP)
Lire la chronique
Beneath The Massacre
Fearmonger
Lire la chronique
Vulture
Ghastly Waves & Battered Gr...
Lire la chronique
Nefarious Dusk
The Wanderer of the Cold North
Lire la chronique
Nova
Veniamo Dal Cielo
Lire la chronique
Nekrofilth
Worm Ritual
Lire la chronique
Helloween
Keepers of the Seven Keys p...
Lire la chronique
PPCM #30 - La Mort fait recette !
Lire le podcast
Black Mold
Tales of Degradation (Démo)
Lire la chronique
RAM
The Throne Within
Lire la chronique
White Ward
Love Exchange Failure
Lire la chronique
Adversary
Forgotten Remains Of Death ...
Lire la chronique
Svart Crown
Wolves Among The Ashes
Lire la chronique
Leprophiliac
Caskets Of Flesh (Démo)
Lire la chronique
Nawaharjan
Lokabrenna
Lire la chronique
Sadus
Chemical Exposure (Illusions)
Lire la chronique
Crusadist
The Unholy Grail
Lire la chronique
Ulcerot
Necuratu (Démo)
Lire la chronique