chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
69 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Grief - Miserably Ever After

Chronique

Grief Miserably Ever After
Où Grief commence à être tel que je l'aime. Ho, ne crois pas que je balaye de la main Dismal et Come to Grief ! Ces deux œuvres continuent d'être pour moi des aboutissements du sludge haineux et balourd – définition que je n'ai pas besoin de voir se répéter à foison, chez Grief ou ailleurs. Raison pour laquelle, malgré un rendu moins époustouflant dans l'ensemble (du moins sur Miserably Ever After, car la suite... Raaaaah !), mon cœur balance plutôt du côté de la fin de carrière des Ricains que son début.

En 1996, Grief ne cherche donc plus à être le plus lent, écrasant, douloureux. Non : ses lampées de riffs se font plus pétillantes, toujours amères et compactes, juste ce qu'il faut pour faire apprécier les notes de chocolat qui envahissent la bouche. Plus doom, toujours hostile mais aussi de plus en plus solitaire, pris dans sa rage comme un plaisir personnel qu'on garde pour soi, dans un monde qu'on n'arrivera de toute façon pas à changer. L'évolution est ici encore un peu timide, gardant ce groove raide des essais précédents, mais la reprise d'un morceau de Saint Vitus (« Angry Man ») ne trompe pas ! La bande à Jeff Hayward se fait plus contrastée derrière ses compositions rectilignes, s'évapore graduellement dans ses colères de manutentionnaire, devient un goûter d'adulte aussi fatigué qu'énervé, faisant craquer une dernière fois ses os pour se mettre en terrasse, un verre à la main.

Demain ? Demain, on sera misérable comme aujourd'hui. Alors autant boire ces guitares qui, derrière leur aspect bourru, semblent elles aussi vouloir être ailleurs. Autant se délecter de ces quelques accélérations qui malaxent nos cervicales en brique. Autant se laisser aller à accuser tout le monde dans son esprit, les straight edge et leur morale (santé, les moines !), les passants qui regardent nos yeux rouges avec un air de pitié (« Why Should You Care? », hein ?), l'humanité dans son ensemble qui, décidément, ne nous a pas gâtés aujourd'hui et hier. Autant balbutier, dans sa longue descente jusqu'au niveau du caniveau. Autant s'étouffer de doom, sa mollesse moelleuse, ses morceaux sans but, son blues qui s'adresse à personne et tout le monde, les nerfs en pelotes, le cerveau en coquille d'escargot, les guibolles en strapontin et le casque sur les oreilles. Autant écouter Miserably Ever After, son corps qui est comme le nôtre jusqu'à avoir le ventre mou en son centre, avec ses baisses bien à lui (ne vous formalisez pas, ça arrive à tout le monde), mais qui garde toujours son objectif égoïste en tête, d'insulter et vomir comme d'autres regardent des émissions de télé-réalité pour se rassurer de leur intelligence.

L'abruti fan de Grief aura tout de même ici une chaleur supplémentaire, qui fait le sel de Miserably Ever After et deviendra ce qui fait le génie particulier de Torso et ...And Man Will Become the Hunted. Comme une main posée sur l'épaule te disant « I Hate the Human Race » moi aussi. Comme cette scène de Saint Amour où Benoît Poelvoorde s'écroule dans l'alcool et le pathétique, en rigole, et y trouve un lien entre les hommes dans la débâcle. Bah, pourquoi cette mine ? Va dans un bar et écoute Grief ! Ça ne changera pas grand chose à l'affaire mais tu te sentiras mieux le temps que ça dure. Promis.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Grief
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (3)  8.33/10

plus d'infos sur
Grief
Grief
Sludge - 1991 † 2009 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   One of Those Days
02.   Low Life
03.   Nuisance
04.   Angry Man
05.   Miserably Ever After
06.   Straight Edge-Closed Mind
07.   Why Should You Care?
08.   I Hate the Human Race
09.   Trust

Durée : 57 minutes 20 secondes

line up
voir aussi
Grief
Grief
Come to Grief

1994 - Century Media Records
  
Grief
Grief
Dismal (Compil.)

1993 - Common Cause
  
Grief
Grief
...And Man Will Become the Hunted

2000 - Pessimiser Records
  

Essayez aussi
Eibon
Eibon
II

2013 - Throatruiner Records / Aesthetic Death
  
Nomad / Wort
Nomad / Wort
Split (Split-CD)

2015 - Red Valley Records
  
Ghost Brigade
Ghost Brigade
IV - One with the Storm

2014 - Season Of Mist
  
Malemort
Malemort
Individualism, Narcissism, Hedonism

2017 - Prison Tatt Records
  
Primitive Man
Primitive Man
Caustic

2017 - Relapse Records
  

Baise ma Hache
F.E.R.T
Lire la chronique
Gorod
Æthra
Lire la chronique
Radien
Maa (EP)
Lire la chronique
Le Canyon - Spécial 2 + Concours - Le Dernier Sabbath
Lire le podcast
Ton MoM en Stream (pilote) - Cherchons du "Medieval Death Metal"
Lire le podcast
Bloodbath
The Arrow of Satan Is Drawn
Lire la chronique
Bâ'a / Hyrgal / Verfallen
s/t (Split-CD)
Lire la chronique
Cerebral Rot
Cessation Of Life (Démo)
Lire la chronique
Nécrocachot
Malfeu
Lire la chronique
Kult
The Eternal Darkness I Adore
Lire la chronique
Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimo...
Lire la chronique
The Great Old Ones au LADLO Fest - 10th Year Anniversary
Lire l'interview
Steingrab
Jahre nach der Pest
Lire la chronique
Lucifer's Hammer
Time is Death
Lire la chronique
Livid
Beneath This Shroud, the Ea...
Lire la chronique
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates
Lire la chronique
Infestus
Thrypsis
Lire la chronique
Author & Punisher
Beastland
Lire la chronique
Bölzer + One Tail, One Head + Orkan + Taake
Lire le live report
Vanhelgd
Deimos Sanktuarium
Lire la chronique
VƆID
Jettatura
Lire la chronique
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...
Lire la chronique
Behemoth
I Loved You at Your Darkest
Lire la chronique
Aorlhac au LADLO Fest - 10th year anniversary
Lire l'interview
Alchemyst
Nekromanteion
Lire la chronique
Jesus Piece
Only Self
Lire la chronique
Black Sin
Solitude Eternelle
Lire la chronique
Unholy Baptism
Volume I: The Bonds of Serv...
Lire la chronique
Frozen Graves
Frozen Graves
Lire la chronique