chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
126 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Thy Art Is Murder - Dear Desolation

Chronique

Thy Art Is Murder Dear Desolation
Grosse pointure du deathcore, Thy Art Is Murder était attendu au tournant avec son nouvel album. Titre qui claque, pochette alléchante, premiers extraits fidèles au son brutal et massif du groupe, Dear Desolation m'a fait saliver depuis l'annonce de sa sortie. Car si le deathcore est un style limité et répétitif, voire franchement prévisible, tant qu'il est bien foutu, je le savoure en tant que tel sans en demander plus. Et j'avais hâte d'entendre mon nouveau défouloir, de ceux qui utilisent peu de neurones (quitte à même en perdre quelques-uns).

Thy Art Is Murder a ainsi tout pour plaire aux fans du style. Blasts pour s'esquinter la nuque dans la joie, gros breakdowns tout en muscles pour esquinter le voisin dans la joie, voix de grizzly diplômé pour entraîner le tout... Car oui, le grizzly est de retour : CJ McMahon, après une cure de désintoxication, a réintégré le groupe. Déçu de les avoir vus en concert avec un chanteur de remplacement il y a peu, j'ai été ravi de le voir revenir, parce que bon, soyons francs : sa voix défonce. Ses growls graves et brutaux à souhait m'amènent cette petite étincelle de rage et de sauvagerie que j'aime tant dans le metal.
Pour ce qui est du reste, pas grand-chose de neuf, donc, mais tout est parfaitement exécuté. L'album comporte son lot de riffs bourrés à ras-bord de chugga-chugga, ceux de 'Slaves Beyond Death', 'The Son Of Misery' ou encore 'Man Is The Enemy' se démarquant particulièrement. Chaque chanson a évidemment droit à son breakdown, et la batterie soutient le tout en tartinant sans compter, Lee Stanton mitraillant tout ce qui bouge, fidèle à lui-même. Seule légère nouveauté dans le son des australiens : ils semblent avoir tenté de justifier le "death" de "deathcore". L'effet varie au fil des chansons, avec plus ou moins de réussite, mais certains riffs tout droit sortis du metal de la mort viennent effectivement tenter de relever le niveau quand l'ennui commence à pointer.

Car oui, l'ennui se pointe. Et très vite même. Je ne m'en étais pas rendu compte lors de ma première écoute, tout heureux que j'étais de me le balancer dans les oreilles, mais une fois passées les bonnes claques des premiers titres, la recette répétée continuellement finit par vous noyer dans une soupe de chugs et de breakdowns, chaque riff ressemblant un peu plus au précédent à quelques exceptions près, et chaque break similaire aux autres, à part celui de 'The Son Of Misery' à 1:10 qui me donne un peu envie de jouer le gorille du pit. Oui, tout est très propre, très bien exécuté... Justement un peu trop, et un doux ennui finit par s'installer, laissant couler l'album sans la moindre surprise.

Ecoutées indépendamment les unes des autres, les chansons de Dear Desolation sont efficaces et bien défoulantes, mais bout à bout, elles se révèlent bien trop similaires. Si le deathcore est une branche du metal essoufflée et usée jusqu'à la corde, certains groupes arrivent pourtant encore à en faire des albums qui se démarquent et marquent les esprits, comme Oceano avec son Revelation, ou Martyr Defiled avec son Young Gods. Thy Art Is Murder n'en fait malheureusement pas partie, et se noie dans la masse malgré sa puissance de feu.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

FullSail citer
FullSail
29/08/2017 09:41
Krokodil a écrit : (Sinon merci pour le rappel, Martyr Defiled, j'ai pas écouté depuis Collusion, j'ai ptet eu tort ?)

Oh oui tu rates quelque chose, ils ont très méchamment élevé le niveau avec Young Gods.
Krokodil citer
Krokodil
29/08/2017 09:08
Je dois encore me familiariser complètement à la chose, mais je sens qu'il est déjà mon préféré de leur disco (en même temps j'ai jamais pu les encadrer). Ce côté compact, homogène, rigoureusement clinique à la Orange Mathematics, ça me parle.

(Sinon merci pour le rappel, Martyr Defiled, j'ai pas écouté depuis Collusion, j'ai ptet eu tort ?)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Thy Art Is Murder
notes
Chroniqueur : 5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (17)  7.46/10

plus d'infos sur
Thy Art Is Murder
Thy Art Is Murder
Deathcore - 2006 - Australie
  

vidéos
The Son Of Misery
The Son Of Misery
Thy Art Is Murder

Extrait de "Dear Desolation"
  
Puppet Master
Puppet Master
Thy Art Is Murder

Extrait de "Dear Desolation"
  
Slaves Beyond Death
Slaves Beyond Death
Thy Art Is Murder

Extrait de "Dear Desolation"
  

tracklist
01.   Slaves Beyond Death  (03:45)
02.   The Son Of Misery  (04:18)
03.   Puppet Master  (03:16)
04.   Dear Desolation  (03:21)
05.   Death Dealer  (04:09)
06.   Man Is The Enemy  (03:28)
07.   The Skin Of The Serpent  (03:58)
08.   Fire In The Sky  (04:11)
09.   Into Chaos We Climb  (04:05)
10.   The Final Curtain  (03:50)
11.   No Absolution  (03:22)

Durée : 00:41:43

line up
parution
18 Août 2017

voir aussi
Thy Art Is Murder
Thy Art Is Murder
Hate

2012 - Halfcut Records
  

Essayez plutôt
Despised Icon
Despised Icon
The Healing Process

2005 - Century Media Records
  
Crazy About Silence
Crazy About Silence
When Death Surges Forth

2003 - Several Bleeds Records
  
Pyrexia
Pyrexia
Cruelty Beyond Submission (Compil.)

2004 - Crash Music
  
Burning Skies
Burning Skies
Desolation

2006 - Lifeforce Records
  
Burning Skies
Burning Skies
Murder By Means Of Existence

2004 - Lifeforce Records
  

Damnation Defaced
The Devourer
Lire la chronique
Malum
Legion
Lire la chronique
ALL #1 - L'histoire conceptuelle de l'album "Hypertrace"
Lire le podcast
METAL MEAN FESTIVAL XV - 2019
Asphyx + Au-Dessus + Bloodb...
Lire le live report
Kaltfront
Feuernacht
Lire la chronique
Morbid Illusion
In the Crypt of the Stifled
Lire la chronique
Detherous
Hacked To Death
Lire la chronique
ShadowStrike
Legends of Human Spirit
Lire la chronique
Oranssi Pazuzu
Kevät / Värimyrsky (EP)
Lire la chronique
Shit Life
Reign In Bud
Lire la chronique
State Faults
Resonate/Desperate
Lire la chronique
Ebola
III
Lire la chronique
Rogga Johansson
Entrance To The Otherwhere
Lire la chronique
Black Majesty
Seventh Kingdom of Edom (EP)
Lire la chronique
Whore Black Metal : STOP AU SEXISME
Lire le podcast
SYLAK OPEN AIR 2019
Apocalyptica + Black Flag +...
Lire le live report
Ravenzang
Uit een duister verleden
Lire la chronique
DISOWNING pour l'album "Human Cattle"
Lire l'interview
Cerebral Rot
Odious Descent Into Decay
Lire la chronique
Hate
Auric Gates Of Veles
Lire la chronique
Shape Of Despair
Shades Of...
Lire la chronique
METALHERTZ - S02E04 - Symphonic PACA Metal
Lire le podcast
PPCM #21 - Ces ALBUMS que JE NE DEVAIS PAS AIMER
Lire le podcast
Destruction
Born To Perish
Lire la chronique
Metal Church
Damned If You Do
Lire la chronique
Gestapo 666
Satanic Shariah
Lire la chronique
Memoriam
Requiem For Mankind
Lire la chronique
Beheaded
Only Death Can Save You
Lire la chronique
Epitaphe
I
Lire la chronique
Burial Remains
Trinity Of Deception
Lire la chronique