chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
120 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Andhera - Liminality

Chronique

Andhera Liminality (EP)
Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, la mode est aux groupes masqués et encapuchonnés. Black, Death, Heavy, Hard, Doom... aucun genre n'y échappe, à part peut-être le Stoner. La recette semble marcher pour certains, mais c'est en général parce qu'elle s'accompagne d'une bonne dose de talent. Qu'à cela ne tienne, on voit chaque jour fleurir un nouveau gang masqué ou encapuchonné. Et comme dans le Metal, la surenchère est de mise, les nouveaux venus rivalisent de créativité pour ajouter encore plus de mystère, choisissant comme nom de scène des symboles géométriques et livrant au public avide d'information des présentations fumeuses et prétentieuses dont le point commun est une vacuité élevée au rang d'art.

ANDHERA ne déroge pas à la règle. Ce quatuor Américain fondé en 2015 se présente sur scène comme en répet' (du moins pour les photos) vêtu d'une toge noir, le visage dissimulé derrière un genre de niquab avec un triangle dessiné dessus pour les différencier. Leur page Facebook est un ramassis de présentations fumeuses, inutilement baroques et finalement complètement bidon. Comme d'habitude dans ce genre de situation, le curieux qui ne demande qu'à donner sa chance au produit n'a d'autre solution que de s'intéresser uniquement à la musique, puisque le reste est incompréhensible.

Pour le tracklisting, le gang des triangles a cédé à une autre mode un peu envahissante : nommer ses chansons en chiffres romains. Ils y ont certes ajouté de "vrais" titres, la numérotation en chapitre s'expliquant par le concept de l'EP. En effet, Liminality est un unique morceau de dix-neuf minutes découpé en quatre tronçons. Le projet souffre d'une production médiocre qui met en avant les mauvais côté des compos, à commencer par la batterie qui se distingue par une détestable (et malheureusement très fréquente dans les autoproductions) sonorité "en plastique". Comme si le batteur tapait sur des bidons en plastoc au lieux de massacrer ses fûts en peau (par exemple sur "Departure"). Si la batterie reste en arrière plan, le désagrément est moindre, mais dans le mixage de Liminality elle se retrouve anormalement en avant. La voix également est étrangement artificielle, comme filtrée, rappelant un peu le chant de Markus Bischoff (HEAVEN SHALL BURN). Le reste de l'orchestration fait correctement le job, rehaussé par quelques bonnes idées. Les plans de guitare lead sont plutôt intéressants (la chouette intro de "Transference" et le pont de "Refluence"), avec quelques petits soli bien placés et des changements de technique pour marquer les transitions. De ce fait, le concept du morceau unique chapitré donne à la construction une cohérence d'ensemble (portée par une rythmique assez linéaire et des blast beat omniprésents, soulignés par le problème de sonorité de la batterie susmentionné) et des variations de style pour marquer chaque partie. C'est bien pensé et bien conçu.

En synthèse : un habillage un peu trop appuyé (sauf s'il aide le groupe à se sentir bien, mais je crains que le public extrême commence à saturer du trip capuchon et des chiffres romain), un résultat perfectible mais quelques belles promesses.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Andhera
Death Metal Progressif
2017 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 3/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Andhera
Andhera
Death Metal Progressif - 2015 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Part I - Axiom  (04:58)
02.   Part II - Departure  (04:19)
03.   Part III - Transference  (03:41)
04.   Part IV - Refluence  (03:30)

Durée : 16:30

parution
7 Février 2017

Essayez plutôt
Opeth
Opeth
Lamentations (DVD)

2003 - Music For Nations
  
Martriden
Martriden
Encounter The Monolith

2010 - Autoproduction
  
Vehemence
Vehemence
God Was Created

2002 - Metal Blade Records
  
Sphæra
Sphæra
C8H11NO2 (EP)

2017 - Autoproduction
  
Novembre
Novembre
Classica

1999 - Century Media Records
  

Nécrocachot
Malfeu
Lire la chronique
Kult
The Eternal Darkness I Adore
Lire la chronique
Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimo...
Lire la chronique
The Great Old Ones au LADLO Fest - 10th Year Anniversary
Lire l'interview
Steingrab
Jahre nach der Pest
Lire la chronique
Lucifer's Hammer
Time is Death
Lire la chronique
Livid
Beneath This Shroud, the Ea...
Lire la chronique
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates
Lire la chronique
Infestus
Thrypsis
Lire la chronique
Author & Punisher
Beastland
Lire la chronique
Bölzer + One Tail, One Head + Orkan + Taake
Lire le live report
Vanhelgd
Deimos Sanktuarium
Lire la chronique
VƆID
Jettatura
Lire la chronique
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...
Lire la chronique
Behemoth
I Loved You at Your Darkest
Lire la chronique
Aorlhac au LADLO Fest - 10th year anniversary
Lire l'interview
Alchemyst
Nekromanteion
Lire la chronique
Jesus Piece
Only Self
Lire la chronique
Black Sin
Solitude Eternelle
Lire la chronique
Unholy Baptism
Volume I: The Bonds of Serv...
Lire la chronique
Frozen Graves
Frozen Graves
Lire la chronique
Les clips dans le black metal (Et ta gueule !)
Lire le biographie
Solar Temple
Fertile Descent
Lire la chronique
Nuisible
Slaves and Snakes
Lire la chronique
Drawn And Quartered
The One Who Lurks
Lire la chronique
Wastes
Into the Void of Human Vacuity
Lire la chronique
Beyond Creation
Algorythm
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 19 - L'autel Païen
Lire le podcast
Norrhem
Vaienneet voittajat
Lire la chronique