chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
107 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Unsane - Sterilize

Chronique

Unsane Sterilize
En préparant cette chronique je me suis rendu compte que le dernier album d’Unsane véritablement digne d’intérêt était sorti il y a déjà plus de dix ans (Visqueen - mars 2007) ! C’est long dix ans, surtout pour un groupe dont la carrière est déjà particulièrement bien entamée. En effet, les New-Yorkais célébreront l’année prochaine leurs 30 ans d’existence. Aussi, après un Wreck qui m’avait passablement échaudé et que je n’ai d’ailleurs jamais réécouté après en avoir terminé avec ma précédente chronique, j’avais naturellement quelques réserves quant à la capacité des Américains à revenir à ce niveau auquel ils nous avait habitué jusque-là.

Après Relapse, Ipecac et Alternative Tentacles, Unsane est cette fois-ci allé trouver refuge chez Southern Lord Records. Si j’ai bien du mal à saisir ce qui pousse le groupe à changer de label à chaque nouvelle sortie ou presque, il y a bien une chose sur laquelle on peut s’accorder c’est qu’ici ou ailleurs ce n’est pas ça qui va changer quoi que ce soit à la formule des New-Yorkais qui effectivement n’a pas bougé depuis 1988. Intitulé Sterilize, ce nouvel album suit donc le même chemin déjà tracée par ses prédécesseurs à commencer par un artwork toujours aussi sanglant (bien qu’il soit au passage l’un des moins réussis du groupe). De retour aux affaires après cinq ans d’absence, Unsane donne également le sentiment que Wreck n’était rien d’autre qu’un moment d’égarement. Une erreur de parcours sur laquelle le groupe ne souhaite pas particulièrement revenir aujourd’hui. Il n’y a d’ailleurs qu’à regarder les titres joués sur la tournée actuelle pour constater à quel point les morceaux de cet album brillent par leur absence systématique. Certes, le groupe dispense chaque soir sa reprise de Flipper mais nous sommes bien d’accord pour dire que cela ne compte pas vraiment.
Sterilize marque ainsi le retour d’Unsane à une Noise particulièrement tendue et efficace, deux qualificatifs qui faisaient cruellement défaut à son prédécesseur. Une inspiration retrouvée qui va rassurer l’auditeur sur la capacité des New-Yorkais à produire - malgré les années qui passent - des albums dignes d’être écoutés et réécoutés. Pour le reste, on ne va pas se mentir, ce huitième essai longue durée va révéler bien peu de surprises et se "contenter" d’apporter ce que l’on est en droit d’attendre d’un album d’Unsane.

Entre la basse nerveuse de Dave Curran, la voix arrachée et rugueuse d’un Chris Spencer aux riffs affûtés aujourd’hui retrouvés et les frappes pleines de groove de Vincent Signorelli, Unsane ne fait clairement pas son âge et semble, encore plus qu’hier, prêt à trancher, lacérer, taillader, découper, inciser, dépecer… Et ce n’est pas une légère baisse de régime constatée qui fera changer mon ressenti face à ces nouvelles compositions particulièrement bien ficelées. Certes, le groupe a quelque peu ralenti la cadence mais il y a dans les mid-tempo des Américains quelque chose d’hypnotique, sale et froid qui les rendent assez saisissant. Bien moins marqué par le Blues que ne l’a été Wreck, Sterilize porte tout de même en lui quelques réminiscences notamment à travers cet usage intensif du vibrato et de ces riffs au son très métallique. Ce n’est pas forcément toujours flagrant mais c’est en tout cas quais-constant tout au long de l’album. Enfin, si on ne peut pas vraiment parler de nouveauté, on appréciera certaines tournures plus mélodiques auxquelles Unsane ne nous avait pas vraiment habitués jusque-là comme par exemple sur l’excellent "Distance" et son refrain plutôt surprenant où Chris Spencer s’essaie (avec succès) à un chant nettement moins agressif pour ne pas dire clair.

Sterilize s’inscrit donc dans la continuité des albums proposés jusque-là par le trio new-yorkais à une différence près : celui-ci parait cinq ans après un album bien loin d’avoir fait l’unanimité auprès de tous les amateurs d’Unsane. Ainsi particulièrement attendu au tournant, ce dernier s’avère heureusement bien meilleur que son prédécesseur. Et même si le groupe ne se réinvente pas (bien qu’il ose ici quelques petites choses), il renoue surtout avec cette efficacité qu’on lui connaissait jusque-là si bien. Une reprise en main nécessaire et surtout rondement menée qui donne en cette fin d’année un album de Noise / Hardcore sauvage et tendu. Bien joué messieurs car un deuxième faux-pas aurait été particulièrement malvenu.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Dise Nore citer
Dise Nore
05/11/2017 16:20
Comment dire.... il va falloir y jeter un oreille, mais je ne me fais d'illusion.
gulo gulo citer
gulo gulo
23/10/2017 15:34
note: 8.5/10
De mon côté le dernier digne de quelque chose était le sympatoche Blood Run...
Et je trouve Sterilize aussi blues que Wreck ; simplement blues, ici, ne veut pas dire mollasse.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Unsane
Noise / Hardcore
2017 - Southern Lord Recordings
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (12)  7.74/10

plus d'infos sur
Unsane
Unsane
Noise / Hardcore - 1988 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Factory  (04:01)
02.   The Grind  (04:01)
03.   Abberation  (02:37)
04.   No Reprieve  (03:27)
05.   Lung  (03:49)
06.   Inclusion  (03:40)
07.   Distance  (03:49)
08.   A Slow Reaction  (03:10)
09.   We're Fucked  (03:12)
10.   Avail  (05:44)

line up
parution
29 Septembre 2017

voir aussi
Unsane
Unsane
Wreck

2012 - Alternative Tentacles
  

Essayez aussi
Daggers
Daggers
It’s Not Jazz, It’s Blues

2014 - Throatruiner Records
  
Art of Burning Water
Art of Burning Water
This Disgrace

2013 - Swarm Of Nails / Superfi Records / Riot Season
  
Death Engine
Death Engine
Mud

2015 - Throatruiner Records / Apocaplexy Records
  
Fange
Fange
Pourrissoir

2017 - Throatruiner Records / Lost Pilgrims
  
Death Engine
Death Engine
Amen (EP)

2013 - Throatruiner Records / Basement Apes Industries / North Cult Records
  

METAL MEAN FESTIVAL
Auðn + Convulse + Cult of F...
Lire le live report
Uniform
The Long Walk
Lire la chronique
Ulvegr
Vargkult
Lire la chronique
Hirax European Summer Tour 2018
Antagonism + Dissident + Hi...
Lire le live report
Sylak Open Air 2018
At The Gates + Bloodbath + ...
Lire le live report
Exocrine
Molten Giant
Lire la chronique
Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique