chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
141 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Converge - The Dusk In Us

Chronique

Converge The Dusk In Us
Vous en connaissez beaucoup des groupes de Hardcore avec derrière eux près de trente ans de carrière et ayant autant marqué les esprits que Converge ? On pourrait bien sur citer d’autres vieux de la vieille toujours en activité tels qu’Agnostic Front, Madball et Sick Of It All mais voilà, c’est à peu près tout ce qui me vient en tête aujourd’hui. Une liste réduite à peau de chagrin qui, quoi que l’on puisse penser de la qualité des derniers albums de chacun, ne doit pas faire oublier que ce sont ces groupes qui, à leur manière et dans des directions parfois diamétralement opposées, ont aidé à façonner la scène Hardcore durant toutes ces années. Un statut qui rend d’autant plus difficile toutes critiques envers les uns ou les autres.
De retour après cinq ans d’absence et l’excellent All We Love We Leave Behind, Converge ne semble pas encore décidé à vouloir raccrocher les gants. Intitulé The Dusk In Us, ce huitième album paru une fois de plus sous l’égide d’Epitaph Records se voit offrir un traitement encore plus indécent que ses prédécesseurs à coup de multiples éditions colorées et de merchandising à n’en plus finir (t-shirts identiques disponibles dans 15 coloris différents, coupe-vent, sweat-shirts, débardeur, pantalon de jogging...). Bref, Converge n’est pas qu’un groupe de Hardcore qui aura marqué son temps et son époque, c’est aussi devenu une machine à sous particulièrement bien huilée.

D’abord chauffé par trois extraits relativement convaincants ("I Can Tell You About Pain", "Under Duress" et "Reptilian"), je dois bien avouer que j’ai sérieusement déchanté lors du visionnage de ce clip affreusement niais réalisé pour "A Single Tear", opener qui semble cristalliser le plus mauvais du Metal/Hardcore des années 2000 avec en point d’orgue ce refrain saccadé embarrassant suivi de ce passage ultra "emo" à en faire couler son mascara. Mais bon, à bien y réfléchir, ce n’est pas la première fois que Converge me laisse sur le bord de la route lors des premières minutes. C’était déjà le cas sur l’album précédent avec un "Aimless Arrow" tout de même un peu plus réussi ainsi que sur You Fail Me et le duo "First Light" / "Last Light". Pas de quoi s’inquiéter même si, quand même, j’insiste encore un peu sur le fait que ce morceau est sûrement l’un des plus mauvais écrit par Converge à ce jour.
Sauf que, et c’est bien là tout le problème, la découverte des douze morceaux suivants ne m’a pas particulièrement emballé non plus. Une sensation que je n’avais encore jamais connue avec Converge et que mes écoutes ultérieures ne feront malheureusement que confirmer. Par curiosité, j’ai donc cherché à savoir si j’étais le seul à le penser. Et il semblerait bien que oui. D’ailleurs, à en lire ces nombreuses chroniques élogieuses sur le sujet, il semblerait que Converge ait atteint le stade de la maturité à l’aide de compositions débridées et pleines d’originalité. Un avis que je suis loin de partager. Déjà parce qu’avec 27 ans de carrière, cela fait à mon avis belle lurette que Converge a atteint cette fameuse "maturité". Ensuite, parce que contrairement à ceux qui voient dans ces nouveaux morceaux une originalité débordante, j’ai plutôt l’impression de faire face à un enchevêtrement d’idées plutôt génériques et mal amenées dont certaines semblent avoir été empruntées à d’autres projets dans lesquels gravitent certains membres de Converge. Outre "A Single Tear", The Dusk In Us est plein d’autres morceaux relativement anecdotiques sur lesquels il ne se passe pas grand-chose : "Arkhipov Calm" et ses riffs épileptiques qui tourbillonnent dans le vide, le title track et ses allures de titre Post-Rock longuet et prétentieux (même si la fin relève un peu le niveau), "Wildlife" et "Murk & Marrow" qui ne décollent jamais vraiment et dont on ne retient aucun riff en particulier ainsi que la vaporeux "Thousands Of Miles Between Us" qui m’ennui et n’apporte pas grand-chose... Bref, pas beaucoup de réjouissances là-dedans.

A l’inverse, il y a d’autres titres vraiment très bons. Certains qui n’ont rien de très original mais qui se montrent toujours très efficaces dans ce style propre à Converge ("Eye Of The Quarrel", "I Can Tell You About Pain", "Broken By Light" et "Cannibals"), d’autres qui sortent davantage du lot à l’image du très bon "Trigger" qui, en plus de revêtir des accents à la Unsane loin d’être désagréables (notamment à travers cette basse hyper expressive et ces mélodies vicieuses), propose un refrain bien ficelé et catchy qui vous attrape l’oreille et ne vous quitte plus. On n’oubliera pas non plus les excellents "Under Duress" et "Reptilian". Le premier parce qu’il se joue des mid-tempo avec panache et que ce refrain arraché et ses mélodies me renvoient au Converge des années 90 et à toute cette scène menée à l’époque par des groupes tels que Botch, Cave-In, Coalesce et autres Drowning Man. Le second pour sa construction en deux parties, son riff mélodique menaçant et ses notes qui derrière vibrent doucement auquel va venir se succéder un riff plombé idéal pour briser des nuques et un Jacob Bannon toujours au bord de la rupture.

Habitué à des standards plutôt élevés avec Converge (surtout après un excellent All We Love We Leave Behind), The Dusk In Us constitue aujourd’hui une réelle déception. Evidemment, il y a du bon tout au long de ces trois-quart d’heure et sur ce point, les Américains nous montrent qu’ils en ont encore sous le pied. Le souci est que ce huitième album est dans l’ensemble beaucoup trop inégal pour que cela puisse passer inaperçu. Surtout, maintenant que cette chronique est derrière moi, je sais que je n’y retournerai pas spécialement dans les semaines ou dans les mois à venir. Un signe qui trompe rarement.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

FullSail citer
FullSail
04/12/2017 08:16
Entièrement d'accord, bonne chronique, album assez décevant... En bon fanboy j'étais assez emballé par les premières écoutes, mais une fois l'album terminé il n'en reste pas grand-chose. Et 'A Single Tear' frôle vraiment l'insupportable.
gulo gulo citer
gulo gulo
25/11/2017 08:51
Ikea a écrit : Très bonne chronique, dont je partage majoritairement l'avis ! J'aime bien le côté emo de Converge personnellement, mais il s'est exprimé tellement mieux qu'ici...

Plutôt ça aussi pour moi - "First/Last Light" fait partie de mes moments préférés de toute leur disco.
lkea citer
lkea
25/11/2017 08:47
note: 5/10
Très bonne chronique, dont je partage majoritairement l'avis ! J'aime bien le côté emo de Converge personnellement, mais il s'est exprimé tellement mieux qu'ici...
Sagamore citer
Sagamore
24/11/2017 12:06
note: 5/10
Complètement de ton avis, c'est bien l'un des premiers Converge qui me gonfle aussi rapidement. Les élans "pop" (ou emo, comme on veut) sont, comme tu dis, de plus en plus gênants. Dommage...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Converge
Hardcore
2017 - Epitaph Records
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (2)  5/10
Webzines : (20)  8.11/10

plus d'infos sur
Converge
Converge
Hardcore - 1990 - Etats-Unis
  

vidéos
A Single Tear
A Single Tear
Converge

Extrait de "The Dusk In Us"
  

tracklist
01.   A Single Tear  (4:00)
02.   Eye Of The Quarrel  (2:15)
03.   Under Duress  (3:43)
04.   Arkhipov Calm  (2:53)
05.   I Can Tell You About Pain  (2:24)
06.   The Dusk In Us  (7:23)
07.   Wildlife  (2:29)
08.   Murk & Marrow  (3:01)
09.   Trigger  (3:34)
10.   Broken By Light  (1:47)
11.   Cannibals  (1:16)
12.   Thousands Of Miles Between Us  (4:43)
13.   Reptilian  (4:33)

line up
parution
3 Novembre 2017

voir aussi
Converge / Napalm Death
Converge / Napalm Death
Converge / Napalm Death (Split 7")

2012 - Autoproduction
  
Converge / Dropdead
Converge / Dropdead
Converge / Dropdead (Split 7")

2011 - Autoproduction
  
Converge
Converge
Jane Doe

2001 - EVR
  
Converge
Converge
All We Love We Leave Behind

2012 - Epitaph Records
  
Converge
Converge
You Fail Me

2004 - Epitaph Records
  

Essayez plutôt
Mad At The World
Mad At The World
Domination

2015 - Beatdown Hardwear
  
dEFDUMp
dEFDUMp
David versus Corporate Society

2000 - Autoproduction
  
Detest
Detest
Turmoil (EP)

2012 - Autoproduction
  
No Warning
No Warning
Resurrection Of The Wolf (EP)

2013 - Bad Actors Inc.
  
Rotting Out
Rotting Out
Street Prowl

2011 - 6131 Records
  

Déception de l'année
Deteriorate
Rotting In Hell
Lire la chronique
Firespawn
Abominate
Lire la chronique
Overkill
The Wings Of War
Lire la chronique
Croc Noir
Mort
Lire la chronique
Monarch!
Sabbat Noir (Rééd.)
Lire la chronique
Barbarian
To No God Shall I Kneel
Lire la chronique
Flub
Flub
Lire la chronique
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)
Lire la chronique
Vircolac
Masque
Lire la chronique
This Gift Is A Curse
A Throne of Ash
Lire la chronique
Evohé
Deus Sive Natura
Lire la chronique
Dødheimsgard (DHG)
Satanic Art (Rééd.)
Lire la chronique
Possessed
Revelations Of Oblivion
Lire la chronique
Vein
Errorzone
Lire la chronique
Sargeist
Unbound
Lire la chronique
PPCM #18 - Possédé ou hors des tombes : le choix t'appartient !
Lire le podcast
Lice
Woe Betide You
Lire la chronique
Fetid
Steeping Corporeal Mess
Lire la chronique
Bewitcher
Under The Witching Cross
Lire la chronique
Nocturnus AD
Paradox
Lire la chronique
GOHRGONE pour l'album "In Oculis"
Lire l'interview
Idle Hands
Mana
Lire la chronique
Undergang / Gorephilia
Gorephilia / Undergang (Spl...
Lire la chronique
Towering
Obscuring Manifestation
Lire la chronique
Alice In Chains + Black Rebel Motorcycle Club
Lire le live report
Netherlands Deathfest IV
Lire le dossier
Peste Noire
Peste Noire - Split - Peste...
Lire la chronique
Gohrgone
In Oculis
Lire la chronique
K.F.R.
L'Enfer à sa source
Lire la chronique
Swarm
Division & Disharmony
Lire la chronique