chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
106 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Ulver - The Assassination of Julius Caesar

Chronique

Ulver The Assassination of Julius Caesar
On savait qu’Ulver était un caméléon magnifique, et ce depuis longtemps. Les Shadows of the Sun ou Perdition City auront marqué les esprits, à l'instar de Bergtatt et Nattens Madrigal dans des genres tout à fait différents. Et pourtant après tout cela, après presque vingt ans d’évolution, le « loup-caméléon » prend une nouvelle couleur avec The Assassination of Julius Caesar. Pour se fondre dans son environnement ? Non, car le loup solitaire du black metal est toujours là malgré les apparences, et c’est bien connu qu’il fait ce qu’il veut.

Faisant suite à des opus des plus expérimentaux, entre l’élitisme de Messe I.X–VI.X et l’hermétisme de ATGCLVLSSCAP, The Assassination of Julius Caesar prend à contrepied comme rarement, avec un Ulver qui décide de sortir son disque de synth pop, tout simplement. On aurait dû s’attendre à l’inattendu, et pourtant on est surpris. Une surprise très rafraîchissante à vrai dire, surtout après les albums susnommés. Mais toute la réussite de cette sortie réside dans la capacité du groupe à proposer une musique accessible, au pouvoir de séduction immense, et pourtant jamais superficielle. On en vient même à se demander comment un groupe (enfin surtout une personne, Kristoffer Riggs en l’espèce) a pu engendrer l'intransigeant Nattens Madrigal avant de faire cet album deux décennies plus tard, où chaque notes sonnent comme du velours. Il pourra même animer vos soirées entre non-initiés au metal sans aucune difficulté, nonobstant les multiples petits détails et couches dans les compositions qui pourrait paraître bien inhabituels dans ce style. Et c’est justement là qu’Ulver frappe encore juste : sa musique sonne toujours comme quelque chose de riche et d’intense, même quand il donne l’impression de la simplifier à l’extrême.

Dans le détail, cette pop d’élite et chic, sur-esthétisée même, sonne comme une ballade citadine et nocturne, irrésistible à écouter en voiture. Des chansons comme « Nemoralia », « Southern Gothic » ou « Angelus Novus » nous transportent instantanément dans cette ambiance sophistiquée et rêveuse, à grand renfort de refrains entêtants au possible. Le chant assez fabuleux de Riggs, clair au point d’en être presque irréel, porte ces moments au cran encore au-dessus. Evidemment il ne résiste pas au plaisir de placer quelques bizarreries, quelques changements de ton qui confirment que nous sommes bien face à un album d’Ulver, comme les seconde parties de la grandiloquente ballade au piano « So Fall the Worlds » ou de « Rolling Stone ». Cette dernière, avec ses 9 minutes au compteur et ses chœurs soul envoûtants, s’impose comme la tuerie mémorable du disque. La fin de l’album est un tantinet frustrante avec « Transverberation » et « 1969 », deux titres un peu moins réussi car moins forts et personnels, même si toujours charmeurs et trouvant leurs places sans aucun soucis. Le plus ambiant « Coming Home » dénote un peu, même si en soi clôturer la séance d’écoute par ce genre de morceau (qui reste de qualité) est pertinent.

On est donc face à un paradoxe : The Assassination of Julius Caesar est sur le coup l’une des sorties les plus surprenante d’Ulver, alors que c’est aussi probablement l’œuvre la plus consensuelle des Norvégiens. Ce mélange de synth pop racée et des récits des tragédies de l’humanité, historiques ou anonymes, prouve qu’encore une fois le groupe parvient à développer un concept et à lui donner sa pleine mesure. Cet album est beau comme un jeune homme de la haute société en costume et cravate à qui tout réussi (tiens cela nous renvoie encore à Nattens Madrigal…). Comment font ces Norvégiens pour sonner aussi juste à chaque fois ? On nous l’a dit : ce sont de vrais musiciens, ils savent comment faire.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

tasserholf citer
tasserholf
04/06/2018 10:29
Mais merde laissez mourir les années 80... c'est bon on en a déjà assez bouffé à l'époque.
Kedran citer
Kedran
03/06/2018 23:41
note: 9/10
Un vrai petit bijou celui là. Belle chronique Hugo.
Sulphur citer
Sulphur
03/06/2018 16:42
note: 8.5/10
Hormis "Rolling Stone" que j'ai tendance à sauter, pas grand chose à jeter. Un grand OUI.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ulver
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  7.7/10
Webzines : (10)  8.16/10

plus d'infos sur
Ulver
Ulver
Synth Pop - 1993 - Norvège
  

vidéos
Nemoralia
Nemoralia
Ulver

Extrait de "The Assassination of Julius Caesar"
  

tracklist
01.   Nemoralia
02.   Rolling Stone
03.   So Falls the World
04.   Southern Gothic
05.   Angelus Novus
06.   Transverberation
07.   1969
08.   Coming Home

line up
parution
7 Avril 2017

voir aussi
Ulver
Ulver
Bergtatt
(Et Eeventyr I 5 Capitler)

1995 - Head Not Found
  
Ulver
Ulver
Nattens Madrigal
(Aatte Hymne Til Ulven I Manden)

1997 - Century Media Records
  
Ulver
Ulver
Kveldssanger

1996 - Head Not Found
  
Ulver
Ulver
Lyckantropen Themes

2002 - Jester Records
  

Album de l'année
METAL MEAN FESTIVAL
Auðn + Convulse + Cult of F...
Lire le live report
Uniform
The Long Walk
Lire la chronique
Ulvegr
Vargkult
Lire la chronique
Hirax European Summer Tour 2018
Antagonism + Dissident + Hi...
Lire le live report
Sylak Open Air 2018
At The Gates + Bloodbath + ...
Lire le live report
Exocrine
Molten Giant
Lire la chronique
Mom hors-série - Metal et sport partie 1
Lire le podcast
Cry For Cthulhu
Cry For Cthulhu (EP)
Lire la chronique
ghUSa + Sadistic Intent
Lire le live report
Stortregn pour l'album "Emptiness Fills The Void"
Lire l'interview
Albionic Hermeticism
Ancient Hermetic Purity
Lire la chronique
Primitive Man / Unearthly Trance
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Graven Maul
Crushed Skull Moon (EP)
Lire la chronique
Carnation
Chapel Of Abhorrence
Lire la chronique
Get The Shot
Infinite Punishment
Lire la chronique
Spaceslug
Eye The Tide
Lire la chronique
White Wizzard
Infernal Overdrive
Lire la chronique
Deafheaven
Ordinary Corrupt Human Love
Lire la chronique
Lofofora
L'épreuve du concert (Live)
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 15 - Sky Valley Summer Vibes sous l'Océan
Lire le podcast
PPCM #1 - Faut être un peu pessimiste (Pessimist)
Lire le podcast
Mars Red Sky
Stranded in Arcadia
Lire la chronique
Beyond Carnage
Profane Sounds Of The Flesh...
Lire la chronique
Iskald
Innhøstinga
Lire la chronique
Regnat Horrendum
Heathenland
Lire la chronique
Diocletian + Fin + Funeral Desekrator
Lire le live report
Thou
Rhea Sylvia (EP)
Lire la chronique
Wombripper
From The Depths Of Flesh
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
No More Tears
Lire la chronique
Metallica
The $5.98 EP - Garage Days ...
Lire la chronique