chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
104 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Mhönos - LXXXVII

Chronique

Mhönos LXXXVII
Perinde ac cadaver. « À la manière d'un cadavre » : cette maxime que vous avez peut-être connu comme moi en feuilletant le livret d'une œuvre de Deathspell Omega – pas moyen de me souvenir laquelle mais sans doute une des bonnes – va parfaitement à Mhönos, ce groupe qui n'a eu de cesse de présenter sa foi d'une façon morne et cependant abrasive. Drone, ascèse, noise, tension, rituel, passion... Les Français ont clairement mérité dès le départ une place de choix dans le cercle du Rouen Metal, au-delà de membres provenant de Sordide, Malemort, Ataraxie et consorts, par une intransigeance à exprimer une certaine austérité prenant la forme d'une trappe, à la fois celle de Soligny où Léon Bloy effectua sa retraite que le piège tendu aux impies.

Et pourtant, il faut être honnête : Mhönos, ce mystère autour duquel je tournais continuellement, hésitant à en parler, n'avait pas tout à fait l'aura que j'aimais lui prêter sur ses essais précédent. Un petit quelque chose qui lui manquait pour dépasser l'écoute « simplement » agréable. Un petit quelque chose qu'a LXXXVII et qui fourmille durant ces quarante-quatre minutes, à commencer par le chant de Necropiss, ulcéré, dévoué, confondant psalmodie et maladie, dans un syncrétisme où l'on se déprave dans la croyance, l'annonçant comme un Salut qui n'a rien de salubre. Point de cliché dans cette peinture de l'Amour pour Dieu, point de lumière aveuglante, de beauté, de sublime : telles ces quelques scissions extrémistes avec la religion dominante, les Frères valorisent un asservissement total à leur religion révoltée, la catin romaine et sa papauté gangrenée par l'esprit de lucre en ligne de mire, rebaptisant ses apôtres par un minimalisme fervent, répétant, accumulant les effets avec parcimonie, la pauvreté du tissu au service de l'implication totale du corps, que Mhönos a brûlant, hostile, indifférent à toute autre chose que la profération de sa menace.

Perinde ac cadaver. À la manière d'un cadavre, Mhönos détruit ses intentions propres, dépasse les catégories et les rappels – Horse Latitudes, Swans, Gravetemple ou encore Ghold paraissent bien vivants, face à ce mort-ci – et devient l'outil de sa révélation, jusqu'à une production crue, sans enluminures, appuyant avec force cette montée continue qu'inflige LXXXVII. Avec succès, tant il nous fait à sa propre image, quittant la méditation entre convertis de Humiliati pour l'assaut, nous ternissant, nous assujettissant, le cerveau palpitant d'une mission qui n'est pas la nôtre. Une ambiance de mort prochaine, grimpante, si grimpante qu'elle fait regretter de ne s'arrêter qu'au pas de la domination totale, malgré un exercice dont on ressort à chaque fois ébahis, conquis par cette retenue plus impitoyable que toute forme d'agression frontale. Car si la fin est proche, elle est « laissée à l'appréhension de l'auditeur », Mhönos ne partageant rien d'autre que sa conviction faite arme, pas même l'apocalypse dont il se fait l'annonciateur sacré.

Si Mhönos devait rappeler ici une chose et une seule, ce serait la révolte de Münster de 1534, son état de siège, son instauration tyrannique d'une théocratie où les fanatiques laissèrent famine, torture et viol s'installer, illuminés par l'image d'une nouvelle Sion dont la promesse se traduisit par le meurtre à grande échelle. LXXXVII, vœu pieux envers un Dieu sourd et des humains qui subiront le joug de ses instruments, dans une attaque où la transfiguration prendra le visage de défigurés. Inutile de vous préparer : Mhönos est déjà à votre porte.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Sagamore citer
Sagamore
28/11/2017 12:23
note: 8.5/10
Quel disque, quelles ambiances ! Le genre d'oeuvre qui appelle l'encens et l'odeur de pierres humides. Sacrée réussite.
Ikea citer
Ikea
25/11/2017 14:06
note: 8/10
Ouais, j'ai hésité à annoncer ça comme un "défaut" mais... zut, ils sont si bons, je les en sens bien capable, de la peindre comme elle demande à être !
gulo gulo citer
gulo gulo
25/11/2017 14:04
note: 9/10
"Mhönos ne partageant rien d'autre que sa conviction faite arme, pas même l'apocalypse dont il se fait l'annonciateur sacré" - et comment ne pas reconnaître à quel point c'est eux qui ont raison : à quoi bon vouloir représenter l'apocalypse ? Oh certes, il y a bien des groupes qui "y parviennent", parfois, mais à part un album (que l'on aura reconnu), tous ceux qui s'y risquent finissent fatalement par perdre de leur effet, avec l'accoutumance.
Tandis que s'attacher à travailler l'effet émotionnel que produit son approche... Enfin, il se joue un peu la même différence qu'entre érotisme et pornographie.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Mhönos
Drone / Doom / Noise / Rituel
2017 - Dead Seed Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  8.75/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Mhönos
Mhönos
Drone / Doom / Noise / Rituel - 2009 - France
  

tracklist
01.   I
02.   II
03.   III
04.   IV

Durée : 43 minutes 32 secondes

line up
parution
20 Novembre 2017

Essayez aussi
Deveikuth
Deveikuth
0.∅ (EP)

2016 - Autoproduction
  

Cerebral Rot
Cessation Of Life (Démo)
Lire la chronique
Nécrocachot
Malfeu
Lire la chronique
Kult
The Eternal Darkness I Adore
Lire la chronique
Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimo...
Lire la chronique
The Great Old Ones au LADLO Fest - 10th Year Anniversary
Lire l'interview
Steingrab
Jahre nach der Pest
Lire la chronique
Lucifer's Hammer
Time is Death
Lire la chronique
Livid
Beneath This Shroud, the Ea...
Lire la chronique
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates
Lire la chronique
Infestus
Thrypsis
Lire la chronique
Author & Punisher
Beastland
Lire la chronique
Bölzer + One Tail, One Head + Orkan + Taake
Lire le live report
Vanhelgd
Deimos Sanktuarium
Lire la chronique
VƆID
Jettatura
Lire la chronique
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...
Lire la chronique
Behemoth
I Loved You at Your Darkest
Lire la chronique
Aorlhac au LADLO Fest - 10th year anniversary
Lire l'interview
Alchemyst
Nekromanteion
Lire la chronique
Jesus Piece
Only Self
Lire la chronique
Black Sin
Solitude Eternelle
Lire la chronique
Unholy Baptism
Volume I: The Bonds of Serv...
Lire la chronique
Frozen Graves
Frozen Graves
Lire la chronique
Les clips dans le black metal (Et ta gueule !)
Lire le biographie
Solar Temple
Fertile Descent
Lire la chronique
Nuisible
Slaves and Snakes
Lire la chronique
Drawn And Quartered
The One Who Lurks
Lire la chronique
Wastes
Into the Void of Human Vacuity
Lire la chronique
Beyond Creation
Algorythm
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 19 - L'autel Païen
Lire le podcast