chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
118 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Taake - Kong Vinter

Chronique

Taake Kong Vinter
Première réussite pour ce nouvel de TAAKE, la pochette. Le cliché est bon. Ah si, moi j’aime bien. C’est de saison, et puis surtout ça correspond au titre. Kong Vinter signifie « le roi de l’hiver ». Deuxième réussite ? Hoest fidèle à lui-même qui sort un album sincère.

Alors pour reprendre les choses dans l’ordre, il s’agit du 7ème album du Norvégien. Il sort 3 ans après Stridens hus, plutôt décrié, et le label, toujours Dark Essence Records, met l’accent sur le fait que notre homme a travaillé véritablement seul sur ses compositions, ainsi que pour leur élaboration. « Qu’est-ce que ça peut nous foutre ? Et en plus c’est pas la première fois ! ». Oui, mais voilà, mettre ça en avant, c’est vouloir dire qu’il n’y a eu aucun élément parasite, que Hoest a tout contrôlé et qu’on peut s’attendre à du vrai TAAKE, sans aucun guest ou musicien de session désireux d’ajouter sa patte.

Et effectivement, on se retrouve face à du TAAKE pur jus. Avec avant tout ses vocaux uniques. Il fait partie de ces hurleurs qu’on reconnaît tout de suite. Il est encore impeccable durant les 7 pistes, et ne change jamais de registre. Aucune tentative de bizarrerie. Il tabasse comme il faut. Ensuite, c’est sa façon de riffer qui reste personnelle et vite reconnaissable. On a l’impression qu’il est ultra nerveux, pressé de jouer, et c’est un élément qui fait la particularité du projet. Ça ne fait pas mouche continuellement, mais on aura du mal à s’empêcher de taper du pied sur « Jernhaand », « Inntrenger » et le bien calibré « Sverdets Vei ».

Bref, les qualités sont les mêmes que d’habitude et on ne peut nier la satisfaction de retrouver de telles ambiances. Par contre, il manque tout du long de ces 50 minutes des surprises. Sans réclamer du banjo comme sur « Myr » (Noregs Vaapen), on aurait aimé être plus titillé.

Autre déception, TAAKE a décidé de se faire plaisir, et s’est lâché sur les passages intrumentaux de longue durée. Au moins la moitié de l’album est sans vocaux. Hoest a estimé que les instruments pouvaient parler pour lui, mais son timbre fait souvent défaut aux compositions. Attention, je suis persuadé que certains apprécieront, mais de mon côté j’ai l’esprit qui décroche facilement. Un peu plus courts, ces passages seraient mieux passés. Du coup « Fra bjoergegrend mot glemselen » est transparent, pratiquement inexistant à mes oreilles vu que le chant est absent des 10 minutes du titre.

Et sur tous les titres il y a cette absence de vocaux, plus ou moins longue. C’est d’ailleurs la clé de cet album et de l’appréciation qui en sera faite. Si on apprécie les passages instrumentaux, la note que j’ai mise gagnera bien 2 points, si on est sévère on pourra carrément en enlever encore 3...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

abysmael citer
abysmael
03/04/2020 20:14
note: 4/10
The big déception of the année... OMG
J'adore Taake et en concert ça envoi du lourd.
Si les débuts sont énormes, j'aime assez la suite mais cette fois-ci c'est loupé.
Et dire que je l'ai commandé les yeux fermés...
Aucune inspiration, des riffs plus efficaces que des somnifères.

AxGxB citer
AxGxB
28/11/2017 15:37
dantefever a écrit : C'est chiiaaaaaaaant à mourir ... J'adore Taake pourtant, en particulier la trilogie des débuts. Autant j'arrivais à trouver quelques trucs intéressants dans les albums plus récents, autant là c'est complètement creux. La définition même de "tourner à vide", Hoest n'a plus d'idée, il balance des mélodies sans inspiration et des accords clichés randoms, il ressort quelques riffs un peu rock'n roll ou des motifs arpégés quand vraiment il ne sait plus quoi mettre, il prend une jolie photo pour la cover et c'est terminé ... Taake devient Satyricon

Je n'ai fait que le survoler pour le moment mais c'est bien l'effet que m'ont fait les 3/4 premiers titres...
Dantefever citer
Dantefever
28/11/2017 15:03
C'est chiiaaaaaaaant à mourir ... J'adore Taake pourtant, en particulier la trilogie des débuts. Autant j'arrivais à trouver quelques trucs intéressants dans les albums plus récents, autant là c'est complètement creux. La définition même de "tourner à vide", Hoest n'a plus d'idée, il balance des mélodies sans inspiration et des accords clichés randoms, il ressort quelques riffs un peu rock'n roll ou des motifs arpégés quand vraiment il ne sait plus quoi mettre, il prend une jolie photo pour la cover et c'est terminé ... Taake devient Satyricon
Jean-Clint citer
Jean-Clint
27/11/2017 09:19
note: 7.5/10
Pas le meilleur album de TAAKE mais un disque dans la moyenne qui fait le job tout en conservant la patte typique du combo. Sans surprise mais efficace, même si ça manque de titres forts !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Taake
Black Metal
2017 - Dark Essence Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  5.75/10
Webzines : (10)  7.75/10

plus d'infos sur
Taake
Taake
Black Metal - 1995 - Norvège
  

écoutez
tracklist
01.   Sverdets vei
02.   Inntrenger
03.   Huset i havet
04.   Havet i huset
05.   Jernhaand
06.   Maanebrent
07.   Fra bjoergegrend mot glemselen

Durée : 51:03

line up
parution
24 Novembre 2017

voir aussi
Whoredom Rife / Taake
Whoredom Rife / Taake
Pakt (Split 10")

2020 - Terratur Possessions
  
Taake
Taake
Taake

2008 - Dark Essence Records
  
Taake
Taake
Noregs Vaapen

2011 - Dark Essence Records
  

Essayez aussi
Cirith Gorgor
Cirith Gorgor
Onwards to the Spectral Defile

1999 - Osmose Productions
  
Sheidim
Sheidim
Shrines Of The Void

2016 - Dark Descent Records
  
Isengard
Isengard
Vinterskugge

1994 - Deaf Records
  
Almyrkvi
Almyrkvi
Pupil Of The Searing Maelstrom (EP)

2016 - Ván Records
  
S.V.E.S.T.
S.V.E.S.T.
Urfaust

2003 - End All Life Productions
  

Cemetarian
Tomb Of Morbid Stench (Démo)
Lire la chronique
16
Dream Squasher
Lire la chronique
Wayward Dawn
Haven Of Lies
Lire la chronique
October Falls
A Fall of an Epoch
Lire la chronique
Pearl Jam
Yield
Lire la chronique
Gris
Il était une forêt...
Lire la chronique
Odraza
Rzeczom
Lire la chronique
Ectoplasma
White-Eyed Trance
Lire la chronique
Violence Gratuite
EPonyme (EP)
Lire la chronique
Laetitia in Holocaust
Fauci Tra Fauci
Lire la chronique
Winter Deluge
Degradation Renewal (EP)
Lire la chronique
Nekrovault
Totenzug : Festering Peregr...
Lire la chronique
Infestment
Human Altar (Démo)
Lire la chronique
Naglfar
Cerecloth
Lire la chronique
Asofy
Amusia
Lire la chronique
Helfró
Helfró
Lire la chronique
Infestment
Maggots In Your Brain (Démo)
Lire la chronique
Serment
Chante, O Flamme de la Libe...
Lire la chronique
Unearthly Trance
V
Lire la chronique
Kurnugia
Forlorn And Forsaken
Lire la chronique
Misanthrope
Lire l'interview
Iku-Turso
Pakana
Lire la chronique
Massacre
From Beyond
Lire la chronique
Bâ'a
Deus Qui Non Mentitur
Lire la chronique
Hellsodomy
Morbid Cult
Lire la chronique
No/Más
Last Laugh (EP)
Lire la chronique
Groupe Mystère
Album mystère
Lire la chronique
Esoctrilihum
Eternity Of Shaog
Lire la chronique
Amyl And The Sniffers
Big Attraction & Giddy Up (...
Lire la chronique
Sodomisery
The Great Demise
Lire la chronique