chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
130 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Auðn - Farvegir Fyrndar

Chronique

Auðn Farvegir Fyrndar
Décidemment 2017 aura été une année incroyable pour la petite île de l’Atlantique Nord, car outre une qualification historique pour la coupe du monde de football, ce sont aussi entre autres les sorties remarquées et réussies de DRAUGSOL et BENEATH qui ont mis encore en avant une scène extrême Islandaise hyper productive, et qui ne s’est jamais aussi bien portée. Pourtant alors qu’on pensait avoir tout entendu voilà le retour d’AUÐN qui s’était déjà fait remarquer en 2014 avec un premier album éponyme vraiment réussi, mais qui n’a pas eu la mise en valeur nécessaire qu’il était en droit d’attendre. Evoluant toujours dans un Black Atmosphérique où les ambiances priment sur la violence, le quintet inchangé depuis ses débuts en 2010 va enfin bénéficier d’un bond en avant attendu et logique via son arrivée au sein de l’écurie Season Of Mist. Car une fois encore le pays d’Halldor Laxness a donné naissance à des artistes de haut niveau et au style affirmé qui s’inspirent allègrement de leur pays natal que ce soit par sa langue comme par son climat, tout en conservant leur spécificité qui fait recette depuis quelques temps.

A l’instar de « Volaða Land » du trio de Reykjavík, le combo de Hveragerði (petite commune du sud-ouest du pays réputée pour ses cultures sous serres) va nous embarquer dans un voyage magique et tumultueux à travers son île tourmentée mais fascinante. Avec plus d’expérience et de vécu le boulot effectué par ce dernier va se révéler tout bonnement impressionnant du début à la fin, sans que jamais l’ennui ne pointe le bout de son nez, et d’entrée il va mettre tout le monde d’accord avec le long et envoûtant « Veröld Hulin » qui va montrer tout la palette technique de celui-ci. N’hésitant jamais à faire monter la pression progressivement, ce premier morceau va tâter le terrain et démarrer tranquillement via une longue introduction où le tempo relativement lent permet aux guitares de créer cette ambiance brumeuse, tout en servant de rampe de lancement à l’arrivée simultanée des blasts et du chant, qui vont cependant vite s’effacer au profit du calme avant la tempête. On voit que le groupe aime créer la surprise et varier la musique autant que la météo locale fort changeante, dont un proverbe local dit « Si tu n’aimes pas le temps qu’il fait, attend cinq minutes ». Celui-ci reflète très bien ce que créé la bande, car après ce break où les éléments se sont fait plus sages retour à la vitesse qui va s’accélérer au fur et à mesure jusqu’à un avis de fort vent, mais d’où émerge une amélioration rapide via des guitares en arrière-plan plus mélodieuses (voire plaintives) qui trouvent leur apogée par un solo de toute beauté, qui signifie le retour du beau temps. Le soleil se fait entendre à la fin vu que le tout se termine de manière plus paisible, et on ne peut que saluer le boulot effectué par les insulaires qui placent la barre très haut et montrent une écriture affirmée mais aussi d’une grande finesse tant le tout n’est jamais chaotique ou bordélique, car ici tout est maîtrisé et ne tombe jamais dans la démonstration ou le trop-plein stérile. Après seulement quelques minutes on s’aperçoit ainsi que la pochette réalisée par le local Víðir Mýrmann Þrastarson (qui s’inspire largement du maître William Turner) est le parfait prolongement de l’expérience à la fois visuelle et sensorielle voulue par ses géniteurs. Ce schéma se retrouvera un peu plus loin avec le long « Haldreipi Hugans » qui va se montrer riche en émotions, et sans jamais une once d’ennui, car après un début où seuls quelques doux arpèges de guitares sont présents l’introduction va s’étirer lentement mais sûrement pour passer d’une ambiance triste à l’orage qui guette. Car la suite va être beaucoup plus énergique et pêchue, tout en montrant une facette épique qui va faire mouche grâce au jeu de la paire de guitaristes qui est particulièrement inspirée et entraînante, et qui va ensuite s’apaiser comme pour signifier que ce calme apparent n’est qu’un leurre, et que les éléments vont de nouveau se déchaîner. Ce qui est effectivement le cas car une ultime phase rapide et énervée va retentir pour clôturer un titre magnifique où tout s’imbrique parfaitement les uns avec les autres, tout comme avec « Skuggar » qui fait office de petit-frère en reprenant les mêmes éléments, tout en y rajoutant un solo plaintif de toute beauté.

Mais cependant le groupe ne se contente pas de recycler le même schéma et de faire du titre à tiroir indéfiniment, car il sait aussi se faire plus direct et simple comme avec « Lífvana Jörð » où ça alterne entre blasts furibards et parties lentes qui misent tout sur les atmosphères, pour un résultat où le grand écart est flagrant et qui ne s’encombre pas de superflu, tout comme avec « Prísund » qui ne s’éternise pas également et se fait plus glacial, tout en conservant une violence appréciable. Au milieu de ce déchaînement « Ljósaslæður » va être un long chemin qui va emmener l’auditeur de l’automne vers l’hiver nordique, car si le tout débute sur un tempo lent aux notes mélancoliques et dépressives la suite va être plus colérique et montrer la puissance de cette nature hostile via des bourrasques neigeuses mises en avant par une batterie ultra-rapide qui fait dans la sobriété. « Eilífar Nætur » (qui signifie « Nuit Eternelle ») nous offre un démarrage (et une fin) nocturne du plus bel effet très planant et aérien, tout en faisant preuve par la suite d’une force de caractère grâce à parties remuantes bien fixées entre deux vagues de déferlante, pour un rendu final envoûtant et sublime. Si en milieu d’album le lourd et mid-tempo « Blóðrauð Sól » permet à celui de respirer (vu qu’il ne comporte que peu de passages furieux) et se révèle de facture classique, mais là-encore totalement réussi, tout comme « Í Hálmstráið Held » qui va clôturer les débats en prenant le relais initié à l’origine par la première compo. On retrouve du coup de nombreuses cassures et variations de vitesse, alors que l’ensemble se fait légèrement plus massif et guerrier offre un final magnifique en y rajoutant quelques petites notes acoustiques et des solos à tomber, qui concluent cette galette sans fautes.

Si les parties lead sont relativement rares tout au long des cinquante minutes, elles apportent une vraie plus-value et un espoir au milieu de ces conditions météorologiques peu favorables. Le groupe souhaitait emmener l’auditeur en voyage à travers son pays et il y parvient avec brio puisqu’on est happé de la première à la dernière seconde sans jamais décrocher entre temps, car la qualité des arrangements et de l’écriture est impeccable, tout comme la production de Stephen Lockheart qui offre un écrin naturel et équilibré où tous les instruments sont sur un pied d’égalité. Ceci permet d’ailleurs de voir le travail effectué par chacun des membres et notamment du frappeur qui sait faire preuve de finesse quand il y’en a besoin, ainsi que du chanteur qui sait régulièrement s’effacer pour laisser place à de longues plages musicales. Autant dire qu’une fois encore le label Marseillais a eu le nez creux au niveau de ses signatures, et qu’avec ce disque magistral (qui se dévore aussi intensément que les sagas d’Eirikr le Rouge, Gísli Súrsson et Ragnarr Loðbrók) le combo Scandinave signe une des dernières grosses claques de 2017, et montre s’il fallait le prouver encore que le pays de la glace est actuellement un terreau fertile incroyable du Metal extrême, et qu’à l’instar de ses footballeurs il ne cesse de confirmer les très bonnes dispositions entrevues ces dernières années pour un bonheur auditif total et apaisant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

N4pht4 citer
N4pht4
27/11/2017 13:20
Bonne pioche !
Mitch citer
Mitch
27/11/2017 11:01
Alléchant !
NightSoul citer
NightSoul
26/11/2017 08:05
Les extraits sont carrément intéressants !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Auðn
Black Atmosphérique
2017 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (3)  8.1/10

plus d'infos sur
Auðn
Auðn
Black Atmosphérique - 2010 - Islande
  

tracklist
01.   Veröld Hulin
02.   Lífvana Jörð
03.   Haldreipi Hugans
04.   Prísund
05.   Ljósaslæður
06.   Blóðrauð Sól
07.   Eilífar Nætur
08.   Skuggar
09.   Í Hálmstráið Held

Durée : 50 minutes

parution
10 Novembre 2017

Essayez aussi
Sol Sistere
Sol Sistere
Unfading Incorporeal Vacuum

2016 - Hammerheart Records
  
Paysage D'Hiver
Paysage D'Hiver
Das Tor

2013 - Kunsthall Produktionen
  
Csejthe
Csejthe
Réminiscence

2013 - Eisenwald Tonschmiede
  
Latitude Egress
Latitude Egress
To Take Up The Cross

2014 - Art of Propaganda
  
Summoning
Summoning
With Doom We Come

2018 - Napalm Records
  

Cerebral Rot
Cessation Of Life (Démo)
Lire la chronique
Nécrocachot
Malfeu
Lire la chronique
Kult
The Eternal Darkness I Adore
Lire la chronique
Monolyth
A Bitter End - A Brave New ...
Lire la chronique
Profane Order
Tightened Noose Of Sanctimo...
Lire la chronique
The Great Old Ones au LADLO Fest - 10th Year Anniversary
Lire l'interview
Steingrab
Jahre nach der Pest
Lire la chronique
Lucifer's Hammer
Time is Death
Lire la chronique
Livid
Beneath This Shroud, the Ea...
Lire la chronique
Deiquisitor
Downfall Of The Apostates
Lire la chronique
Infestus
Thrypsis
Lire la chronique
Author & Punisher
Beastland
Lire la chronique
Bölzer + One Tail, One Head + Orkan + Taake
Lire le live report
Vanhelgd
Deimos Sanktuarium
Lire la chronique
VƆID
Jettatura
Lire la chronique
Obskuritatem
U Kraljevstvu Mrtvih...
Lire la chronique
Behemoth
I Loved You at Your Darkest
Lire la chronique
Aorlhac au LADLO Fest - 10th year anniversary
Lire l'interview
Alchemyst
Nekromanteion
Lire la chronique
Jesus Piece
Only Self
Lire la chronique
Black Sin
Solitude Eternelle
Lire la chronique
Unholy Baptism
Volume I: The Bonds of Serv...
Lire la chronique
Frozen Graves
Frozen Graves
Lire la chronique
Les clips dans le black metal (Et ta gueule !)
Lire le biographie
Solar Temple
Fertile Descent
Lire la chronique
Nuisible
Slaves and Snakes
Lire la chronique
Drawn And Quartered
The One Who Lurks
Lire la chronique
Wastes
Into the Void of Human Vacuity
Lire la chronique
Beyond Creation
Algorythm
Lire la chronique
Le Canyon - Épisode 19 - L'autel Païen
Lire le podcast