chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
120 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Satyricon - Deep Calleth upon Deep

Chronique

Satyricon Deep Calleth upon Deep
C’est quoi SATYRICON ? C’est plein de choses SATYRICON, mais depuis 10 ans et quelque, c’est ton daron qui t’appelle pour te faire un sermon dans la cuisine. Quand tu arrives face à lui en trainant les pieds, obligé de t’asseoir pour l’écouter, il est déjà un peu éméché. La bouteille qui trône devant lui a été entamée. Il te regarde gravement, et tu sais que tu vas passer un sale quart d’heure.

SATYRICON, et donc les inarrêtables Satyr et Frost, ce sont nos papas à tous. Déjà ils ont l’âge pour être réellement celui de certains d’entre nous, mais ils ont aussi la présence, l’autorité... la tête de mule aussi ! Et quand Deep Calleth Upon Deep commence c’est bien tout cela qui revient en mémoire. « Midnight Serpent » est très paternel. C’est « Tu poses ton cul et tu écoutes ce que j’ai à te dire ! ». Ah, c’est sûr que dans ces cas-là, on rigole moyen. On écoute sagement la leçon, pas très intéressante, et plus ou moins la même rengaine. Papa s’y croit alors qu’il n’a pas changé de disque. On voudrait bien se lever, mais on doit tenir. Le daron se ressert un verre. Il poursuit son discours. On est une merde, il sait ce qu’on devrait faire. « Blood Cracks Open the Ground » est ainsi la suite de la leçon. Rugueuse, sans écart, sans tolérance. La batterie ne tremble pas, elle assomme. Les riffs ne tremblent pas, ils lancent des pics gelés. La voix ne tremble pas, elle FAIT trembler.

On reste assis. On n’a pas le choix. Et là se produit le déclic qu’on attendait, auquel SATYRICON / Papa nous a habitué : l’alcool a fait son effet, et de lui-même papa casse sa carapace. C’est soudain, c’est sur « To Your Brethren in the Dark ». Le rythme du morceau est lent, lourd. Ça y est, il es devenu plus grace, plus sollennel et moins moralisateur spartiate. On voit le réel fond de son cœur. Il montre une facette plus fragile, plus sensible. Il essaie peut-être finalement de cacher son côté torturé !

Il essaie tout de même de garder la face. De ressortir ce bouclier de testostérone qui le définit. Mais il ne retrouve jamais le ton du début du sermon. Et tant mieux parce qu’on sent bien tous les démons qui l’habitent. Les chœurs qui accompagnent les percussions de « Deep Calleth Upon Deep » montrent un très grand daron, et l’on le voit d’un autre regard. Il a retrouvé l’auréole qu’il affirmait avoir dans sa jeunesse. Mieux encore, il trouve l’équilibre parfait sur « The Ghost of Rome ». Il en impose. Là encore il y a les chœurs qui viennent aider, mais les mélodies sont excellentes, la voix force le respect. Très bon titre. Papa n’est plus un sale mytho semblant regretter sa jeunesse ratée, il nous prouve réellement qui il était, et qui il peut encore être.

Il va poursuivre son discours sur encore trois pistes. Il s’y montre variable. Naviguant à nouveau entre les moments profonds ("Black Wings and Withering Gloom") et les passages où il reprend ses esprits et tente de se faire respecter par la force (la partie centrale de "Dissonant", une grosse partie de "Buril Rite"). Ce qui est certain, c’est qu’une fois le monologue de 43 minutes terminées, c’est la fierté qui reste en mémoire. Il sait nous faire chier, mais finalement il en a vraiment dans le caleçon notre daron, mais étrangement on le sent plus lorsqu’il devient fragile que lorsqu’il montre ses crocs...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

uruk citer
uruk
16/07/2018 15:14
De tous les darons du BM, il y a quelques année, j't'aurais dit que c'était Gorgoroth mon préféré, mais maintenant je dirais Satyricon.
Cet album et le précédant m'y poussent en tout cas...
Hoover citer
Hoover
14/01/2018 15:09
note: 7.5/10
Album agréable, au dessus de ce qu'a sorti le groupe après Volcano qui reste pour moi leur dernier grand disque. Deux morceaux imparables qui pèsent sur mon appréciation globale: To your brethen in the dark, et Black wings and withering gloom.
HhlyKosproïva citer
HhlyKosproïva
12/01/2018 08:12
note: 6/10
J'attendais beaucoup de cet album, au final je suis très déçu, les deux premières musiques sont pitoyables, la suite relève le niveau, même si je sais très bien que je ne reviendrais quasiment pas sur les pistes 6 et 8... Heureusement que certaines musiques (je pense à "Black Wings and Withering Gloom") tentent de sauver la baraque.
La batterie est tellement étouffée aussi, c'est un peu du gâchis avec un batteur de ce niveau. :/
Une grosse déception pour moi, à voir si le disque tient sur la durée ou si il se révèle comme étant meilleur au fur et à mesure...
Fabulon citer
Fabulon
29/11/2017 11:28
note: 5.5/10
Pour moi l'album ne commence véritablement qu'à partir de "Deep...", les morceaux précédents étant au mieux passables au pire pénibles.
Au final, 5 morceaux pas trop mauvais ça fait quand même léger...
ça fait tout de même mal au cœur de voir Satyricon s'enliser dans la médiocrité depuis 3 albums.
m.Kekchoz citer
m.Kekchoz
28/11/2017 11:07
Une surprise cet album, qui se révèle au fur et à mesure des écoutes ! Un bon cru !!
Jean-Clint citer
Jean-Clint
27/11/2017 16:43
note: 7/10
Sakrifiss a écrit : Respecte ton daron !
Et un seul point d'écart d'opinion c'est pas énorme.
Je m'ennuie légèrement sur le premier. Trop sur le deuxième.
Et après chaque piste me plaît bien.


Ca n'est pas un mauvais album loin de là, surtout quand on compare avec le précédent, mais effectivement le démarrage est un peu mou du genou et assez moyen, et la suite remonte l'intérêt général de cet opus (heureusement!)
Sakrifiss citer
Sakrifiss
27/11/2017 16:34
note: 8/10
Respecte ton daron !
Et un seul point d'écart d'opinion c'est pas énorme.
Je m'ennuie légèrement sur le premier. Trop sur le deuxième.
Et après chaque piste me plaît bien.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
27/11/2017 16:18
note: 7/10
Je te trouve bien gentil car personnellement je me suis ennuyé, certes moins que l'éponyme, mais je trouve quand même que ça manque de gniak et surtout j'ai la désagréable impression que les gars ne font que recycler leurs idées dorénavant, là où avant ils étaient des précurseurs dans leur genre.

Ca joue bien, il y'a de bonnes idées, quelques bons moments mais relativement rares, dommage car quand la bande se lâche c'est toujours super efficace

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Satyricon
Black Metal de daron
2017 - Napalm Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (9)  7/10
Webzines : (18)  7.74/10

plus d'infos sur
Satyricon
Satyricon
Black Metal de daron - 1991 - Norvège
  

tracklist
01.   Midnight Serpent
02.   Blood Cracks Open the Ground
03.   To Your Brethren in the Dark
04.   Deep Calleth upon Deep
05.   The Ghost of Rome
06.   Dissonant
07.   Black Wings and Withering Gloom
08.   Burial Rite

Durée : 43:35

line up
  • Satyr / Chant, Basse, Guitare, Claviers
  • Frost / Batterie

parution
22 Septembre 2017

voir aussi
Satyricon
Satyricon
The Age Of Nero

2008 - Roadrunner Records
  
Satyricon
Satyricon
Nemesis Divina

1996 - Moonfog Productions
  
Satyricon
Satyricon
Volcano

2002 - Capitol Records
  
Satyricon
Satyricon
Now, Diabolical

2006 - Roadrunner Records
  
Satyricon
Satyricon
Satyricon

2013 - Roadrunner Records
  

Blurr Thrower
Les Avatars Du Vide (EP)
Lire la chronique
At The Gates + Behemoth + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Horns
Czerń
Lire la chronique
Wolvennest
Void
Lire la chronique
Napalm Death
Nazi Punks Fuck Off (EP)
Lire la chronique
Cantique Lépreux
Paysages Polaires
Lire la chronique
Hexenbrett
Erste Beschwörung (EP)
Lire la chronique
Mortal Scepter / Deathroned
Mortal Scepter / Deathroned...
Lire la chronique
Nyctophilia
Ad Mortem et Tenebrae
Lire la chronique
Bilan 2018
Lire le bilan
Feral
Flesh For Funerals Eternal
Lire la chronique
Ossuarium
Living Tomb
Lire la chronique
AC/DC
Flick Of The Switch
Lire la chronique
PPCM #7 : Pour ce soir, tu mangeras les RESTES (VITAUX) !
Lire le podcast
Sunwheel
I Am the One
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Tomb Of The Mutilated
Lire la chronique
Obscenity
Summoning The Circle
Lire la chronique
Vetala
Retarded Necro Demential Hole
Lire la chronique
Psychotomy
Aphotik
Lire la chronique
Seigneur Voland
Consumatum Est (Compil.)
Lire la chronique
John Garcia
John Garcia and The Band Of...
Lire la chronique
Carnal Forge
Gun To Mouth Salvation
Lire la chronique
Monstrosity
The Passage Of Existence
Lire la chronique
Guðveiki
Vængför
Lire la chronique
Maniac
Ruthless (EP)
Lire la chronique
Lord Ketil
Long Lone Among the Wolves
Lire la chronique
Gortuary
Divine Indigenous Sacrament
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion
Lire la chronique
Create A Kill
Summoned To Rise
Lire la chronique
Embrace Of Thorns
Scorn Aesthetics
Lire la chronique