chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
84 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Akercocke - Renaissance in Extremis

Chronique

Akercocke Renaissance in Extremis
Des retours, il y’en a de toute sorte : des catastrophiques, de ceux qui ne bouleversent pas les habitudes, et il y’a, plus rares, les retours en grâce, les quasi-miracles. Vous me direz, Akercocke ne revient pourtant pas de si loin après un petit split de quatre ans et une pause discographique de dix, à la suite d’un Antichrist très convaincant. Mais voilà, si ce retour est bien spécial, c’est parce que rarement ont aura vu un groupe rompre le silence en affichant un visage si transformé. Pourtant à la vue du line-up actuel, qui pourrait se confondre avec la configuration historique d’Akercocke, hormis l’arrivée de Nathanael Underwood à la basse et Sam Loynes aux claviers, les choses semblaient aller dans le sens d’un come-back dans la continuité de l’œuvre des Anglais jusqu’alors avec ce Renaissance in Extremis.

Et bien les choses sont loin d’être aussi simples. Ce qui saute aux oreilles, c’est la disparition de cette ambiance et cette imagerie érotique (pourtant David Gray est toujours de la partie) et dandy qui faisaient la spécificité du groupe. De même les morceaux plus purement death metal et brutaux, ainsi que les interludes world et autres ont disparus des radars. Les Anglais donnent l’impression de s’être considérablement assagis, tant leur musique est aujourd’hui plus douce, misant sur les mélodies et des structures complexes et dynamiques au sein d’un death metal relevé de black et de techno-thrash. En un mot, un virage metal extrême progressif assez impressionnant, même si l’on reconnait malgré ce groupe étrange qu’est Akercocke au travers d’une esthétique classieuse quasiment victorienne et décadente. Le chant de Mendonça est toujours aussi versatile, et si sa voix claire assez théâtrale sera toujours aussi clivante, l’auditeur passant au travers pourra percevoir l’émotion palpable qu’il y met, et qui apporte un plus non négligeable aux moments les plus apaisés. D’une manière générale, Renaissance in Extremis est beaucoup plus uni que par le passé. Il affiche une couleur bien particulière tout du long, bien aidé en cela par une production claire, très aérée, et il faut bien l’avouer très appréciable, qui met bien en valeur chaque instrument.

Et c’est probablement cette production très sobre évitant tout vain artifice, qui permet à un disque si riche de tenir debout, notamment aussi grâce à des mélodies toujours inspirées et captivantes, souvent exprimées dans des riffs en clair que l’on retrouve sur presque chaque morceaux. Il faut dire qu’avec cette somme de compositions bigarrées, originales et surprenantes, ne faire aucune sortie de route et éviter toute incohérence comme le fait Renaissance in Extremis relève de l’exploit. Il suffit de poser les oreilles sur les riffs techno-thrash de « Disappear », les cuivres de « Insentience » ou « First to Leave the Funeral », les attaques black metal de « Familiar Ghosts » ou « First to Leave the Funeral », encore, et surtout le death progressif et technique assez exubérant de « A Final Glance Before Departing », qui trouve pourtant de la place pour des nappes de claviers superbes, pour comprendre que l’on a affaire à un album de metal extrême progressif de très haute volée. Très, voire trop riche aux premières écoutes certes, mais toujours à bon escient, et non comme bon nombre de groupes de la scène progressive qui ont depuis longtemps tendance à surcharger des morceaux par des éléments jamais mémorables ou pertinents (le mauvais exemple à suivre de Dream Theater). Si les parties black sont beaucoup plus en retrait qu’auparavant, ce sont les solistes qui s’en donnent à cœur joie, multipliant les interventions virtuoses et mélodiques, tout en finesse. On se rend même compte à quel point c’est devenu rare sur un album de metal, à croire que le sens mélodique se perd. Evidemment le niveau technique d’Akercocke, franchement exemplaire ici, facilite les choses, que cela soit au niveau des guitares que du duo basse/batterie, très audible et créatif.

Renaissance in Extremis nous amène vers ce constat : s’il est si réussi, c’est parce qu’il synthétise tout ce qui parait manquer dans le metal moderne actuel, à commencer par une production équilibrée et non exagérée, des soli de feu et une section rythmique significative et osons le dire, assez délicieuse. Si ce changement relatif de cap effectué par les Anglais pourrait décevoir les amateurs de bizarreries ésotériques et sexuelles, les raffinés mélomanes clients de musique progressive et de metal extrême se régaleront avec ce sixième album, clairement l’un des meilleurs du genre sorti ces dernières années, et surement le disque d’Akercocke le plus abouti dans ce sens. Un retour en grâce nous disions ? Mille fois oui.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

tasserholf citer
tasserholf
31/05/2018 10:46
"les raffinés mélomanes clients de musique progressive"
Et après on dit que c'est moi qui provoque Moqueur
Mera citer
Mera
30/05/2018 09:43
Pareil ici, un peu rebuté par le chant... Je vais le refaire tourner quelques fois histoire de voir si je passe outre parce qu'effectivement, la musique est très sympa.
Ander citer
Ander
30/05/2018 08:56
NightSoul a écrit : Le chant extrême est laborieux au possible pour ma part. Dommage, ça me bloque plutôt pas mal... Musicalement c'est franchement bon par contre.

C'est ce qui m'a freiné également, Jason a vieillit et ça se ressent. Musicalement ça a l'air très solide, bien que moins extrême que dans le passé, ils ont encore des choses à raconter, mais chant bancal, plus longueur du bousin + le fait qu'il existe une version trois CDs qui coûte bonbon ont eu raison de ce retour que j'attendais avec impatience.
NightSoul citer
NightSoul
29/05/2018 22:54
Le chant extrême est laborieux au possible pour ma part. Dommage, ça me bloque plutôt pas mal... Musicalement c'est franchement bon par contre.
Johnjohn citer
Johnjohn
29/05/2018 15:49
note: 9/10
Très-très gros album pour moi aussi. J'ai toujours aimé la famille Ackercocke et son rejeton contrefait (et énervé) qu'est Voices. Ce dernier album est tout naturellement tombé dans la platine à sa sortie. Après lecture de cette (très bonne) chro, je m'oblige à le réécouter avec une oreille plus critique. C'est vrai que c'est plus mélodique et moins sex. Captivé par la magie, je ne m'en étais pas même rendu compte.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Akercocke
Metal extrême progressif
2017 - Peaceville Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (2)  9/10
Webzines : (11)  8.41/10

plus d'infos sur
Akercocke
Akercocke
Metal extrême progressif - 1997 - Royaume-Uni
  

vidéos
Insentience
Insentience
Akercocke

Extrait de "Renaissance in Extremis"
  
One Chapter Ends for Another to Begin
One Chapter Ends for Another to Begin
Akercocke

Extrait de "Renaissance in Extremis"
  

tracklist
01.   Disappear  (7:02)
02.   Unbound by Sin  (4:25)
03.   Insentience  (4:57)
04.   First to Leave the Funeral  (6:24)
05.   Familiar Ghosts  (7:17)
06.   A Final Glance Back Before Departing  (6:23)
07.   One Chapter Closing for Another to Begin  (4:10)
08.   Inner Sanctum  (4:13)
09.   A Particularly Cold September  (9:25)

Durée : 54:16 minutes

line up
parution
25 Août 2017

voir aussi
Akercocke
Akercocke
Antichrist

2007 - Earache Records
  

Essayez aussi
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me
The Silent Circus

2003 - Victory Records
  
Memfis
Memfis
Vertigo

2011 - Autoproduction
  
Opeth
Opeth
Watershed

2008 - Roadrunner Records
  
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me
Between The Buried And Me

2002 - Lifeforce Records
  
Opeth
Opeth
Ghost Reveries

2005 - Roadrunner Records
  

Dalkhu
Lamentation and Ardent Fire
Lire la chronique
KEN Mode
Loved
Lire la chronique
Mara
Thursian Flame
Lire la chronique
Cardiac Arrest + Deadfuck + Pulsating Cerebral Slime
Lire le live report
Nahtrunar
Mysterium Tremendum
Lire la chronique
Hyperdontia
Nexus Of Teeth
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 18 - Le Livre des Mauvaises Décisions
Lire le podcast
S.U.T.U.R.E.
Sacrificed Universe. Tormen...
Lire la chronique
Anachronism
Orogeny
Lire la chronique
Vetrarnott
Scion (EP)
Lire la chronique
Kill-Town Death Fest 2018 / The Resurrection Edition
Lire le dossier
Au-Dessus
Au-Dessus (Rééd.)
Lire la chronique
Slave Hands
World Rid of All Living
Lire la chronique
French Black Metal : Les illuminés
Lire le podcast
Dauþuz
Des Zwerges Fluch (EP)
Lire la chronique
A Portrait of Flesh and Blood
Gallery of Sorrow
Lire la chronique
MoM hors-série - Metal et sport partie 2
Lire le podcast
Krisiun
Scourge Of The Enthroned
Lire la chronique
Derdian
DNA
Lire la chronique
Kroda
Selbstwelt
Lire la chronique
Hyrgal pour la réédition de l'album "Serpentine"
Lire l'interview
Ultra-Violence
Operation Misdirection
Lire la chronique
Caedes Cruenta / Cult Of Eibon
The Wizard of Yaddith / The...
Lire la chronique
Mare
Ebony Tower
Lire la chronique
Thou
Magus
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 17 - Entretien avec un Bourreau.
Lire le podcast
Riot V
Armor Of Light
Lire la chronique
Curse Upon A Prayer
The Three Woes (EP)
Lire la chronique
Ritual Death / Aosoth
Ritual Death / Aosoth (Spli...
Lire la chronique
Moonsorrow
Varjoina kuljemme kuolleide...
Lire la chronique